Chronique du 8 juillet
31 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Chronique du 8 juillet , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
31 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 17
EAN13 9782366023336
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

PETITECHRONIQUEDU8JUILLET
Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique
© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366023336
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1827 - D R S , ERNIER VOYAGE DE OBERT URCOUF  R CORSAIRE DU OI
Saint-Servan, quartier de Saint-Malo, France
On se gardera bien de confondre pirate et corsaire. L’un est un simple bandit qui pille et tue. L’autre est membre d’un équipage d'un navire civil armé, autorisé par une lettre de marque (ou « de course ») à attaquer en temps de guerre tout navire battant pavillon d'États ennemis. Et notamment tout navire marchand, laissant à la flotte de guerre le soin de s'attaquer aux navires militaires. Le corsaire exerce son activité uniquement en temps de guerre et avec l’autorisation de son gouvernement. Le premier d’entre eux, sans doute le plus célèbre, le Baron Robert Surcouf est mort aujourd’hui, à Saint-Malo dans le quartier de Saint-Servan à l’âge de 54 ans. Intrépide marin, stratège audacieux sur les mers d’Europe et d’Inde, membre de la Légion d’honneur en 1804, nommé Baron d’Empire par Napoléon en 1810, terreur des flottes marchande et militaire britanniques, colonel de la Garde Nationale de Saint-Malo, il a acquis une solide réputation et une fortune qui ne l’est pas moins. A l’âge de 13 ans, apprenti-mousaillon, le jeune malouin devient corsaire au service de la France. A 20 ans, il est capitaine au long-cours de La Créole, qui fait du transport d’esclaves. Puis, après quelques aventures maritimes et naufrages, le voilà enseigne de vaisseau, second sur la frégate La Cybelle dans l'océan Indien. Baptême du feu au large de l’Isle-de-France (actuelle Ile Maurice) où il chasse deux vaisseaux britanniques qui assuraient le blocus de l’île. Il quitte alors la marine d’Etat et devient corsaire, à son (propre) service… Il sillonne alors les mers, attaquant tous les bâtiments ennemis qu'il peut. Surcouf a alors 23 ans, et avec un équipage de 19 hommes, il s’empare d’une frégate britannique trois fois plus importante et mieux armée que son propre navire. La légende est en route ! Puis, avec son navire et ses seuls deux canons, il met le cap sur le Triton, un gros trois-mâts de la Compagnie anglaise des Indes orientales, armé, lui de 26 canons. Il se fait passer pour un des pilotes du Gange et se rend maître du vaisseau ennemi. Le corsaire prend du galon. Corsaire alors non autorisé, puisqu’il lui manque ses lettres de marque. Devant tant d’audace et de succès, le Directoire les lui procurera, quitte à les antidater, et lui reverse ses primes et prises de guerre… Les combats s’enchaînent au large des Indes. Habile manœuvrier, il encercle, attaque, s’enfuit par babord, revient par tribord, ruse sans cesse avec la mer et ses ennemis. Les Indes...
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents