Le messager
132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le messager

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description


Un voyage intime, au cœur des mondes




Auteure, conférencière et médium Mich’elle veut avant tout être un lien d’amour entre le visible et l’invisible. « Messagère du Bon Dieu » depuis toute petite, elle essaie de vivre de Foi, de Confiance et d’Amour ce qui lui permet de surmonter beaucoup d’obstacles dans sa vie.


Avec ce livre sur son Ami/frère de cœur Jean-Luc, elle nous entraîne bien loin dans les mondes de l’Au-delà qu’ils ont visité ensemble pendant 7 ans... Lui, les images... Elle, le son... en communion d’âmes.


Après de grandes souffrances, Jean-Luc est parti dans La Lumière mais il reste présent à jamais dans son cœur et continue d’œuvrer avec elle sur la terre.


Les liens d’amour durent toujours... et ne connaissent aucunes frontières



Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782381532103
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Le messager
Et maintenant… Où es-tu ?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La SAS 2C4L — NOMBRE7, ainsi que tous les prestataires de production participant à la réalisation de cet ouvrage ne sauraient être tenus pour responsables de quelque manière que ce soit, du contenu en général, de la portée du contenu du texte, ni de la teneur de certains propos en particulier, contenus dans cet ouvrage ni dans quelque ouvrage qu'ils produisent à la demande et pour le compte d'un auteur ou d'un éditeur tiers, qui en endosse la pleine et entière responsabilité.

Mich’elle
 
 
 
 
 
 
Le messager
Et maintenant… Où es-tu ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 

 
À toi Jean-Luc,
 
Puisse ce livre être conforme à ce que tu attends depuis 10 ans…
 
 
Remerciements
 
Un grand merci à tous ceux et toutes celles de ma famille d’âmes qui ont cru en nous quand nous étions parfois dans le doute et la désespérance…
Merci à Sylvie mon amie de cœur et petite sœur d’âme qui reste ma plus fidèle écoute…
Merci à Evelyne qui a su dépasser ses propres souffrances pour me faire une place dans son cœur…
Merci à Rémi, Colette , Laure et Jean-Philippe qui nous ont accompagnés dans la tendresse, la fidélité et la foi durant tout notre parcours ensemble…
Merci à Yves et Albert de l’Association Source de vie Toulouse qui nous ont fait confiance…
Merci à tous les médiums rencontrés depuis 10 ans, qui m’ont délivré ses messages du ciel… me montrant ainsi que tout était juste… et qu’il attendait bien que j’écrive…
Merci à Sonia , Sylvie et Claude Charles pour leur accueil…
Merci à Françoise qui sans le connaitre a su capter son âme…
Merci aux Mimosiens qui l’ont connu, apprécié et aidé dans ses derniers jours terrestres…
Merci à Laurence qui a beaucoup travaillé pour favoriser l’écoute de tous ses messages…
Merci à mon fils Laurent qui par amour pour moi, lui a rendu visite à l’hôpital …
Et surtout grand merci à tous ceux qui ne nous ont pas crus car ils nous ont aidés à nous dépasser dans la Foi…
 
 
Avant-propos
 
10 ans ont passé depuis le départ de Jean-Luc et à sa demande ce livre… « Son » livre voit le jour car maintenant il est libéré !
Pendant 7 ans nous avons voyagé ensemble dans les mondes de Lumière où il vit maintenant.
Dans une petite chambre «  La chambre des Anges  » comme l’a appelé mon petit— fils Angel , nous nous retrouvions souvent… Lui, allongé sur une table de soins et prêt à prendre le départ hors de son corps et moi les mains posées sur lui, le micro en attente de ses messages et de ses visions que j’enregistrais.
En état de transe médiumnique, il était une véritable encyclopédie ouverte où tout le monde pouvait puiser les réponses à des demandes concernant l’âme, le corps, la prière, le passage, la réincarnation, la maladie… etc…
Mais, jusqu’à la fin de sa vie, Jean-Luc n’a pas compris qui il était vraiment et pourquoi il était là…
Pour moi il a été un guide, un aide, un messager hors du commun.
La pureté de son âme lui permettait d’avoir accès aux Grands Guides et à des messages christiques mais il ne l’acceptait pas…
Ensemble, nous avons partagé amour, connaissances et voyages dans l’Au-delà.
Lui est parti dans la souffrance, le déchirement et les larmes et moi je suis restée là, avec un sentiment d’inachevé…
Les 50 cassettes enregistrées de messages divins qui dorment dans un coin avec sa voix et toutes les voix qui se manifestaient à travers lui ne peuvent plus se taire…
Le jour est venu où je peux – avec sa permission – écrire dans ce livre tout ce que nous avons vécu et partagé ensemble de joies et de souffrances.
 
 
Notes de l’auteur :
 
Hormis le prénom de Jean-Luc, certains noms et lieux ont été changés pour préserver la vie intime de chacun.
J’ai gardé seulement pour authentiques les prénoms de ma famille et j’en assume la responsabilité.
Tous les faits cités sont avérés et enregistrés dans des cassettes audios qui sont la propriété de l’auteur.
Combien difficile a été pour moi le choix des messages à dévoiler alors que j’ai en ma possession des heures et des heures d’informations qui m’ont été transmises par la voix de Jean-Luc tandis que nous « voyagions » ensemble dans l’Au-delà en communion d’âmes…
Certains messages privés ne peuvent pas être communiqués mais ils ont rendu de grands services à tous ceux qui les ont reçus…
Jean-Luc a aidé autant qu’il le pouvait tous ceux qui ont fait appel à lui et du ciel, il œuvre encore…
7 ans ensemble ! Cela représente une petite encyclopédie de connaissances dont je n’ai pas fini de découvrir tous les secrets…
En les relisant j’apprends encore chaque jour… et je rends grâce…
 
 
 Et enfin pour la compréhension de la lecture …
Tous les messages écrits sous ce format sont des messages reçus en direct du monde de l’invisible …par écrit ou enregistrés en audio… quand Jean-Luc était en état de transe médiumnique ou après son départ dans l’Au-delà…
Pour expliquer ce qu’il avait vu quand il était réveillé après le soin, nous avons gardé une écriture normale mais en italique .
Ce livre est écrit volontairement au présent même si les faits sont passés depuis plus de 10 ans car dans le monde de l’Au-delà, il n’y a plus ni temps ni espace…
 
Chapitre 1
 
André
 
— Tiens Michelle , c’est pour toi. C’est André qui te le donne… 
Mais… Que se passe-t-il ? Pourquoi aujourd’hui Jean-Luc , parle-t-il ainsi tout haut ?
De sa main droite posée sur son corps endormi, il fait un large geste comme s’il prenait une grande brassée de… Je ne sais quoi… Il se lève à demi de la table de soins sur lequel il est allongé, endormi et il me donne… Mais quoi ? Que dois-je prendre ?
Je suis debout à ses pieds, les mains posées sur lui pour le magnétiser et je le regarde étonnée. Mes mains s’ouvrent mais je ne sais pas ce qu’il faut que je prenne.
— Que se passe-t-il ? Que voit-il ? Pourquoi parle-t-il tout haut ?
Sa voix forte et ferme résonne brusquement dans la pièce et casse la musique ambiante qui créait un cocon de douceur.
Pour moi, comme chaque fois qu’il vient pour un soin, Jean-Luc dort… voyage… visite des mondes. Je mets de la musique douce, pose mes mains sur lui et Il entre en profonde relaxation. Ensuite il me raconte émerveillé tous les paysages qu’il a vus, tous les êtres qu’il a rencontrés et tous les mondes qu’il a traversés.
Je l’écoute ravie de voir que la Lumière l’a pénétré et qu’il va de mieux en mieux…
Mais aujourd’hui, c’est différent. Pour la première fois – et il y en aura beaucoup d’autres par la suite – il parle à haute voix et son corps s’anime.
Qui est cet André dont il parle ? Que me donne-t-il ? Que dois-je prendre ? À son geste je pense à des fleurs mais je ne vois rien.
Très souvent par la suite il se fâchera en me disant d’une voix forte et en s’énervant :
— Mais là, tu ne vois pas Michelle ?
Et non je ne vois pas ! Lui, les yeux fermés avec un bandeau dessus voit et moi les yeux grands ouverts je suis aveugle à ses visions !
Aujourd’hui avec André, commence notre grande aventure…en mots et en images !
André , a-t-il dit ?
Est-ce celui qui vient de mourir avant-hier et que je suis allée voir pour la dernière fois à l’hôpital Sainte Catherine  ?
C’est vrai qu’il était bien mal. Le cancer rongeait son corps. Il a demandé à me voir et me voilà dans sa chambre.
Je me souviens…
C’est la troisième fois que j’y vais mais aujourd’hui c’est différent. Je perçois les présences de ses Aimés disparus qui sont près de lui pour le veiller et en attente de le réconforter à l’ultime moment. Ils sont là pour l’accueillir et l’aider au passage. André les a vus aussi. Il me le dit.
Et je comprends la raison de ma cueillette florale…
C’est la dernière fois que nous nous verrons d’ici-bas. Je le sais à cet instant.
J’étais si pressée de venir à son appel que je n’ai rien à lui offrir.
Alors juste avant de pénétrer dans sa chambre d’hôpital, je cueille sur la pelouse quelques pâquerettes éparses que je pose sur son cœur avec beaucoup d’amour. Il les prend tout contre lui avec un sourire.
L’infirmière nous laisse seuls un moment.
Je le regarde avec une infinie tendresse et les mots fusent sans réfléchir :
— C’est l’heure André … 
À peine étonnée il me regarde un long moment,
— Alors c’est le moment ?... 
Et je hoche doucement la tête en le regardant dans les yeux avec tout l’amour de mon cœur ; ses yeux à lui sont déjà ouverts sur un ailleurs qu’il ne tardera pas à rejoindre. Aucune tristesse en cet instant. Juste une évidence. Il est prêt. Il sait où il va. Il n’est pas seul. Il a vu tous ceux qui l’attendaient. Il n’a pas peur. Il est en paix.
—  André , on se retrouvera de l’autre côté … 
Je l’embrasse doucement. Ma main droite se pose sur ses mains jointes au niveau du cœur; ma main gauche est sur mon cœur.
Un ultime au revoir ! Nous restons là unis pour un moment, ensemble, en silence.
Puis avec un dernier geste de salut de la main gauche, j’honore une dernière fois ce corps, temple vivant plein de bonté et avec un dernier sourire je pars à reculons.
Lui partira peu après entouré de sa femme et de ses filles.
André n’était pas un ami. C’était juste le temps d’une rencontre une âme qui avait besoin d’aide pour une fin de vie… Et j’étais là pour l’aider au passage…
Aussi pour moi, l’émotion est grande quand Jean-Luc au sortir du réveil hypnotique me raconte ce qu’il a vu :
— Tu sais, j’ai vu un homme. Je crois qu’il est décédé et il m’a tendu une grande brassée de fleurs, des marguerites blanches, énormes, comme on n’en voit pas sur la terre. Il a dit que c’était pour toi, pour te dire merci et que je devais te les donner. Est-ce que tu comprends ce que cela veut dire ? »
Si je comprends ? Oh oui ! Mille fois merci André  !
Moi je ne lui ai donné que quelques fleurettes cueillies à la va-vite sur une pelouse d’hôpital et lui, de l’autre côté du voile depuis trois jours à peine, arrive avec des fleurs semblables aux miennes – pour que je le reconnaisse – mais tellement plus belles et tellement plus grosses !
Quelle joie pour moi !
Avec ce geste de gratitude, je sais qu’il est arrivé dans la Lumière et je comprends que le plus petit geste d’amour que nous prodiguons à l’autre ici-bas est récompensé à l’infini dans les mondes du ciel !
Merci mille fois André de ce bouquet d’amour.
Et merci à toi Jean-Luc d’être ainsi un Messager divin bien vivant !
À partir de cet instant, Messager oui il va l’être désormais mais il ne l’acceptera pas et il finira dans la maladie et la souffrance…
Combien de fois après son départ je me suis posé la question :
— Et si j’avais arrêté là les soins puisqu’il allait mieux ? Serait-il encore parmi nous ? Avec moi ? …
Mais un plan divin était déjà écrit pour nous deux…

Jean-Luc sur la table de soin…
 
Chapitre 2
 
Jean-Luc… Mais qui était Jean Luc ?
 
Un jeune homme d’exception, un ami sûr, une âme lumineuse partie trop tôt dans la Lumière le 18 novembre 2009 à l’hôpital « Les Marguerites »… Il avait 42 ans…
Après son départ, les témoignages de tous ceux qui l’ont connu et aimé sont unanimes pour décrire sa bonté, sa générosité, sa puissance et sa simplicité.
Voici quelques témoignages parmi tant d’autres…
— Je ne le connaissais pas particulièrement mais je l’avais découvert lors des journées du paranormal à Orange et j’avais été fortement impressionné par ses capacités. Mais il ne semblait pas se rendre compte de ses potentialités pour le genre humain… 
— Il était un lien puissant pour l’association les Mimosas avec l’au-delà. Par ses séances avec Michelle , il nous rapportait des Messages d’amour, des Messages d’espoir empreints de toute la justesse et la tendresse dont Nos Aimés  disparus sont capables. Sa particularité tenait au fait qu’il n’était pas conscient de ses voyages et il les refusait même.
— Athée, ancré dans la vie matérielle, il ne soupçonnait pas l’impact que cela allait avoir dans sa vie et dans les nôtres… 
—  Jean-Luc est parti… Le mal a eu raison de son corps physique. Un message vient d’arriver... Il est dans les bras de Dieu et connait déjà la plénitude des mondes de Lumière vers lesquels il allait dans ses voyages. Il sera souvent près de nous. Il l’a dit avant de partir et la relation ne sera pas coupée.
Il faut bien que quelqu’un ouvre la porte en premier et la tienne ouverte pour que nous passions à sa suite… Je réécoute tous ses messages notamment le dernier envoyé sur le portable et le mot Amour revient toujours avec son C.F.A .= C onfiance, F oi, A mour… 
— La gentillesse et la disponibilité de Jean-Luc m’avaient touchée et je ressens comme cruel son départ pour sa famille et ses amis. Heureusement au nom de notre foi et de notre espérance en l’Après-vie, nous savons apprécier l’ultime message délivré à Michelle .
— Il reste à jamais dans nos cœurs et son étoile sera accompagnée de nos plus belles prières… 
—Je viens de recevoir la triste nouvelle. Notre cadeau du ciel est parti. Comme nos pensées sont belles en pensant à lui ! Tu dois être bien triste Michelle mais je suis sûr qu’il va continuer à nous aider de là-haut et que nous allons connaitre plein de nouvelles expériences avec lui… 
— Après avoir raccroché le téléphone avec toi, j’ai entendu : « C’est ma sœur de cœur, ma sœur de Lumière et il m’a montré le magnétophone à cassettes dont vous vous serviez… Il faut garder précieusement les enseignements reçus pour soigner et guider… 
— Il faut que le départ prématuré de J ean-Luc serve pour ceux qui restent, pour tous ces jeunes avec une spiritualité élevée qui jusqu’à présent ne s’en servent pas par peur… Bien sûr c’est leur choix mais où ce choix a-t-il mené Jean-Luc  ? À se détruire… Il est peut-être de notre responsabilité de les aider sur leur chemin à prendre conscience de qui ils sont, de l’accepter et de les aider à vivre cette spiritualité au quotidien… 
—  Jean-Luc est parti. Comme c’est triste pour nous tous qui l’aimions mais lui au moins savait où il allait. Alors unissons nos prières pour donner force à son âme. Allumons des luminis pour guider son chemin et lui faire sentir que nous sommes là près de lui, avec lui. Il saura que nous l’aimons et montera plus vite… »
Il y a eu tant et tant de beaux messages, de gens connus et inconnus pour dire quelle belle âme habitait ce corps de chair parti trop tôt…trop vite... Tous ceux qui le connaissaient en son âme attendaient encore de lui messages et merveilles.
Il était unique pour nous mais il ne le croyait pas…
Sous la chaleur aimante de mes mains que je posais sur lui pour un temps de magnétisme, il quittait facilement son corps et visitait à son gré ou selon les demandes qui lui étaient faites, les mondes d’ici et de l’au-delà…
Durant le soin, il entrait en état de transe médiumnique. Il parlait à haute voix et me décrivait ce qu’il voyait… entendait… et donnait les réponses à mes questionnements.
Au « réveil », il me racontait tout ce qu’il avait vu, qui parfois l’effrayait et parfois l’enchantait… Les images restaient gravées en lui longtemps et s’il avait peur parfois, il se réjouissait souvent.
Nous ne savions jamais qui serait au rendez-vous de ses voyages. Mais toujours, il revenait avec des messages d’une clarté et d’une beauté incroyable qu’il me décrivait ensuite sans savoir qu’il l’avait déjà fait « endormi ».
Il a été en contact avec de grands Maîtres, Jésus Christ , L’Archange Michaël , Padre Pio , Edgard Cayce, Galilée, des Guides et tant d’autres…
Il voyageait sur les différents plans de l’Invisible et je garde précieusement une cinquantaine de cassettes enregistrées lors de nos séances médiumniques.
Sa particularité résidait dans le fait qu’il était inculte en matière de religion… donc tout ce qu’il voyait ou entendait était nouveau pour lui. Il avait bien été baptisé mais il n’était pas spécialement croyant. Le départ de son père quand il était très jeune l’avait profondément marqué et un peu éloigné de Dieu . Car c’était trop injuste disait-il… Il gardait en lui la cicatrice profonde de ce départ, et des conséquences dans sa vie.
La mort d’un être cher – père, mère ou grands-parents chéris – quand on est très jeune, est souvent une blessure qui se cicatrice difficilement surtout si personne ne nous aide à faire le deuil. Au sentiment d’injustice parfois, se mêle un grand vide et il faudra parfois toute une vie pour panser cette plaie béante…
Et quand la souffrance est trop grande, sans Dieu ou fil divin pour se raccrocher, sans connaissance sur l’au-delà, c’est un chaos à-venir…chaos pour soi-même et pour tous ceux qu’on aimera ensuite attendant des autres qu’ils viennent combler ce vide affectif… Ce qui est impossible… Souffrance pour soi c’est vrai mais que l’on peut inconsciemment projeter sur les autres…
Et lui Jean-Luc avait tout au fond de son cœur une plaie ouverte dont il ne parlait pas.
— Les hommes ne pleurent pas n’est-ce pas ? Sinon en silence et en cachette … me disait-il.
Et Jean-Luc était de ces hommes-là qui avancent dans la vie fiers… le verbe haut… et la plaisanterie facile mais le cœur déchiré.
C’est vrai aussi qu’il était beau avec un physique de play-boy !
Mais l’intérieur était encore plus beau et il ne le savait pas.
Longtemps, très longtemps après que nous ayons commencé à travailler ensemble, il refusait de croire que c’était bien à lui que tout cela arrivait et il me disait parfois d’un ton grondeur :
— Mais pourquoi moi ? Tu as triché ! Ce n’est pas moi qui ai dit ça ! Je ne connais rien à tout ça ! Ce n’est pas ma voix ! Ce n’est pas vrai ! 
En état de transe, il parlait en effet plusieurs langues : chinois… comanche… latin… araméen… lui qui ne connaissait que le français et ne priait pratiquement jamais.
Il avait peur, terriblement peur de ce qu’il ne pouvait maitriser. Et surtout peur des autres… de ce qu’il pourrait penser qu’il faisait avec moi.
Lui, en public, donnait l’image d’un décontracté de la vie sans aucune croyance ni spiritualité mais il se révélait dans l’intimité du cœur comme un enfant perdu…
Sa famille, ses amis ne le connaissaient pas vraiment sous ce jour-là et ils n’auraient peut-être pas compris qu’il soit… «  Messager divin  ». Alors il se taisait et ça l’étouffait. Ses silences envers les siens et ses amis qui auraient pu l’aider dans ses moments de doutes et d’interrogations l’ont étouffé...
Il avait peur de parler, peur du jugement ou qu’on le prenne pour un « petit fou » ! … 
On attendait de lui qu’il soit ce qu’il avait toujours été, un excellent commercial pour le monde de la terre mais il était venu pour être «  Commercial de Dieu … »
Seul, face à tous ceux qui l’aimaient sans le connaitre vraiment, il n’a pas laissé l’âme merveilleuse qui l’habitait s’épanouir au grand jour et l’a faite taire.
Silence pour tout ce qu’il vivait.
Silence sur tous les Messages reçus.
Silence sur la Lumière qui l’éclairait sur tant de mondes inconnus.
Silence sur les prières spontanées qui jaillissaient de ses lèvres.
Silence sur la petite voix qui le réveillait la nuit.
Silence sur ses merveilleux voyages.
Silence sur toute cette connaissance à portée de sa main.
Silence Âme.
Ne craignez rien Famille. Vous n’aurez pas honte de moi.
Pris entre deux mondes opposés, Jean-Luc a préféré un départ vers un ailleurs où il était sûr qu’il serait compris et accepté tel qu’il était…
Il aura fallu la fin de sa vie terrestre pour que soit levé le voile de sa vie « à-part » celle où nous nous retrouvions tous les deux complices des merveilles du ciel qui descendaient sur nous dans la petite chambre des Anges …
Manque de courage ou trop grand amour pour les siens qu’il voulait à tout prix préserver ?
Comme c’était difficile pour lui ! Il ne savait pas où le mènerait ce que nous faisions et il avait une famille à nourrir. Et moi je ne pouvais pas l’aider sur ce plan-là. Impuissante. J’étais impuissante pour lui et je m’en voulais terriblement de ne pas l’aider davantage. Mais je n’avais aucune connaissance dans le monde du travail où il souhaitait évoluer.
Tristesse pour lui, tristesse pour moi.
Lors d’un message nous avions pourtant reçu…
 
— Ainsi les hommes s’arrêtent dans l’amour des autres hommes alors que le but est plus haut, plus loin. Les amours humains freinent la montée, l’évolution. Ils s’arrêtent, attendent puis repartent. Le regard est tourné vers le haut, vers Dieu, mais l’homme tarde, peine, attend… 
 
Oh ! Oui Jean-Luc aimait infiniment les siens, tous les siens. Il était très sensible à tout ce qui les touchait et ne voulait jamais leur faire de la peine ou les blessait. Il a préféré se blesser lui –même.
Son cœur saignait de ne pouvoir leur apporter cette sécurité matérielle qu’ils attendaient de lui. Et les conversations tournaient toujours autour du travail, de la carrière, de l’argent, de la santé… Il voulait travailler à tout prix mais les places qu’il occupait, ne tenait jamais sur la durée et cela le désespérait.
Il ne savait comment faire pour concilier les deux et faisait taire les appels de son âme.
Aucune place pour elle dans la pratique du quotidien…
Mais n’est-ce pas l’âme qui habite notre corps physique ? N’est-ce pas elle qui éclaire nos cellules ? N’est-elle pas la demeure du divin ?
Jean-Luc , grâce à ses voyages astraux, avait bien compris la réalité de l’ Etre mais il se taisait.
Un chemin de vie gâché ?
Non. Une vie. Un choix. Et l’amour immense pour les siens… pour tous ses amours humains qu’il ne voulait pas décevoir, sa femme, ses enfants, sa mère, ses frères et ses amis…
Sa vie a été une vie remplie d’amour et il a fait passer ses amours humains avant sa réalisation divine…
Qui peut dire si c’est triste ou juste pour lui ?
Qui connait le secret des cœurs et les parcours définis à l’avance ?
Heureusement dans le monde de Lumière où il vit maintenant tout est réajusté et il veille sur eux tous avec un amour multiplié…
Aujourd’hui et pour longtemps il remplit enfin son rôle de commercial divin pour tous ceux qui acceptent de le recevoir et je suis sa première fan !
 
Chapitre 3
 
Notre rencontre
 
Nous sommes en juin 2002. Un repas de famille est organisé. Je n’ai pas très envie d’y aller mais poussée par une impulsion soudaine, au dernier moment me voilà assise au milieu d’une très grande tablée. Tout le monde rit de bon cœur. Les mets sont délicieux, le vin est abondant, l’ambiance joyeuse. C’est la fête !
Seul, à quelques pas de moi un très beau jeune homme, silencieux, regarde la scène sans y prendre part. Il est triste et son visage est fermé. Personne ne semble faire attention à lui. Je ne le connais pas. Je remarque simplement ses yeux vides qui font le tour des invités avec une expression de profonde indifférence. Il est avec nous mais juste avec son corps.
Il m’intrigue et j’apprends qu’il est en grande dépression et sans travail. Il consulte des thérapeutes pour l’aider à s’en sortir.
Son expression m’émeut beaucoup alors je me penche vers lui et lui dit sans réfléchir :
— Moi, je peux quelque chose pour vous ! 
Je suis magnétiseuse et pratique le Reiki depuis très longtemps alors je veux bien l’aider s’il accepte.
Il me regarde, indifférent, sourit à peine et ne répond pas.
Vexée, je n’insiste pas.
Mais sa femme a entendu parler de moi par sa famille et elle se réjouit que je veuille bien l’aider. Elle va l’obliger à venir me consulter.
Nous habitons le même village et nos maisons sont assez proches ce qui va faciliter nos premières rencontres un peu… chaotiques !
Quelques jours plus tard, sans prévenir, je le vois arriver chez moi, un peu hagard ( Il est sous antidépresseur …) et sans grand enthousiasme, il me demande :
— Vous faites quoi au juste ? 
Il est déjà suivi par une psy… et son médecin traitant alors une personne de plus ne l’enchante guère ! Je comprends qu’il n’est là que parce que sa femme a dû le forcer.
Je le regarde en souriant et réponds :
— Moi ? Rien ! Mais mes mains beaucoup… On essaie ?
...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents