LE Pouvoir du moment present
172 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

LE Pouvoir du moment present

-
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
172 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Eckhart Tolle nous enseigne qu'il est possible de vivre sans souffrance, sans anxiété et sans névrose. Mais pour atteindre cet état d'éveil nous devons arriver à comprendre que nous sommes nous-mêmes les créateurs de notre propre souffrance. Que notre mental, et non pas les autres et notre monde environnant, est à l'origine de nos problèmes. C'est notre mental, avec son flot presque continu de pensées, qui se soucie du passé et s'inquiète de l'avenir qu'il faut apprendre à maîtriser.
Pour entreprendre ce périple vers le pouvoir du moment présent, il nous faut laisser derrière nous notre esprit analytique et le faux moi qu'il a créé, c'est-à-dire l'ego. Dès le début du premier chapitre, nous nous élevons rapidement vers des hauteurs où nous pourrons respirer un air plus léger propre à la spiritualité.
Même si le périple où Eckhart Tolle nous emmène présente des défis, le langage qu'il emploie est simple et le format question-réponse qu'il a choisi constitue un guide rassurant. Les mots ne sont eux-mêmes que des panneaux indicateurs.
Si nous réussissons à être totalement dans ici-maintenant et à faire chaque pas dans le moment présent, si nous réussissons aussi à vraiment appréhender les réalités que sont notre corps énergétique, le lâcher-prise, le pardon et le non-manifeste, nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur de l'instant présent.
«L'être est la vie éternelle et omniprésente. Il existe au-delà de toutes les formes assujetties au cycle de la vie et de la mort. L'être vous est accessible maintenant comme étant votre véritable nature. Mais n'essayez pas de le comprendre avec votre mental. Vous ne pouvez le saisir que lorsque votre mental s'est tu et que vous êtes pleinement et intensément présent. Retrouver la conscience de l'âtre et se maintenir dans cet état de réalisation, c'est cela l'illumination.»

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mars 2015
Nombre de lectures 225
EAN13 9782896261420
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0032€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Eckhart Tolle
LE POUVOIR DU MOMENT PRÉSENT
Guide L'éveil spirituel
Ariane Éditions
Titre original anglais : The Power of Now © 1999 par Eckhart Tolle Publié par New World Library Novato, CA 94949 USA
© 2000 pour l’édition française

Ariane Éditions inc. 1217, av. Bernard O., bureau 101, Outremont, Qc, Canada H2V 1 V7 Téléphone : 514-276-2949, télécopieur : 514-276-4121 Courrier électronique : info@editions-ariane.com
Site Internet : www.editions-ariane.com
Boutique en ligne : www.editions-ariane.com/boutique
Facebook : www.facebook.com/EditionsAriane

Tous droits réservés

Traduction : Annie J. Ollivier
Révision : Martine Vallée
Révision linguistique : Monique Riendeau, Francine Dumont, Michelle Bachand
Photo page couverture : McDonald Wildlife Photography, Inc.
Samburu Hills Sunrise, Kenya
Graphisme et mise en page : Carl Lemyre
Conversion au format ePub : Carl Lemyre

Première impression : septembre 2000 ISBN papier : 978-2-920987-46-3 ISBN ePub : 978-2-89626-142-0 ISBN Pdf : 978-2-89626-152-9

Dépôt légal : 4 e trimestre 2000 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale de Paris

Diffusion
Québec : Flammarion Québec – 514 277-8807 www.flammarion.qc.ca
France et Belgique : D.G. Diffusion – 05.61.000.999 www.dgdiffusion.com
Suisse : Servidis/Transat – 22.960.95.25 www.servidis.ch
Vous êtes ici pour permettre à la mission divine de l’univers de se déployer. Voilà à quel point vous êtes important ! – Eckhart Tolle
Préface de l’éditeur
Marc Allen Auteur de Visionary Business et de A Visionary Life


Une fois en dix ans, ou même au cours d’une génération, s’offre à vous un ouvrage comme Le pouvoir du moment présent . En fait, c’est bien plus qu’un livre, car une énergie vit en lui, que vous pouvez probablement ressentir alors que vous le tenez entre vos mains. Ce volume a le pouvoir de faire vivre à ses lecteurs une expérience qui changera leur vie.
Le pouvoir du moment présent a d’abord été publié au Canada et l’éditrice canadienne, Connie Kellough, m’a rapporté avoir entendu à de multiples reprises des histoires de belles transformations et même de miracles survenus chez les gens qui en avaient entrepris la lecture. « Les lecteurs me téléphonent », m’a-t-elle raconté, « et un grand nombre d’entre eux me dépeignent les merveilleuses guérisons et la grande joie qu’ils connaissent dans leur vie depuis qu’ils se sont plongés dans ce bouquin ».
Ce livre m’amène à prendre conscience du fait que chaque instant de ma vie est un miracle. Et ceci est tout à fait vrai, que je le réalise ou non. Et il me montre, page après page, comment je peux y arriver.
Dès les premières pages de cet ouvrage, il est clair que son auteur, Eckhart Tolle, est un maître contemporain. Cet homme n’a pas d’affinités avec une religion particulière, un maître ou un gourou quelconque et ne défend aucune doctrine. Ses enseignements englobent le cœur et l’essence de toutes les traditions. Ils ne contredisent ni le christianisme, ni le bouddhisme, ni l’islam, ni les traditions aborigènes ou autres. Comme tous les grands maîtres, il sait nous dévoiler en termes simples et clairs que le chemin, la vérité et la lumière sont en nous.
Eckhart Tolle commence son livre en nous racontant brièvement son histoire : une histoire de dépression et de désespoir qui, une nuit, a abouti à une formidable expérience d’éveil spirituel, peu après son vingt-neuvième anniversaire. Depuis vingt ans, il réfléchit, médite et tente d’approfondir son discernement et sa compréhension par rapport à cette expérience.
Au cours des dix dernières années, il est devenu un enseignant de classe mondiale, une grande âme qui apporte un message extraordinaire, tout comme Jésus et Bouddha l’ont fait avant lui, à savoir que l’éveil spirituel est accessible ici et maintenant. Qu’il est possible de vivre sans souffrance, sans anxiété et sans névrose. Mais pour atteindre cet état d’éveil nous devons arriver à comprendre que nous sommes nous-mêmes les créateurs de notre propre souffrance. Que notre mental – et non pas les autres et notre monde environnant – est à l’origine de nos problèmes. C’est notre propre mental, avec son flot presque continu de pensées, qui se soucie du passé et s’inquiète de l’avenir. Nous faisons la grave erreur de nous identifier à lui en pensant que c’est ce que nous sommes, alors que nous sommes en fait des êtres bien plus grandioses.
À maintes reprises, l’auteur nous montre comment établir le lien avec ce qu’il appelle l’Être :
L’Être est la vie éternelle et omniprésente qui existe au-delà de toutes les formes de vie assujetties au cycle de la vie et de la mort. L’Être n’existe cependant pas seulement au-delà mais aussi au cœur de toute forme; il constitue l’essence invisible et indestructible la plus profonde. En d’autres termes, l’Être vous est accessible immédiatement et représente votre moi le plus profond, votre véritable nature. Mais ne cherchez pas à le saisir avec votre « mental » ni à le comprendre. Vous pouvez l’appréhender seulement lorsque votre « mental » s’est tu. Quand vous êtes présent, lorsque votre attention est totalement et intensément dans le présent, vous pouvez le sentir. Mais vous ne pouvez jamais le comprendre mentalement. Retrouver cette présence à l’Être et se maintenir dans cet état de « sensation de réalisation », c’est cela l’illumination.
Il est presque impossible de lire cet ouvrage d’un seul trait. Il vous faut le parcourir à petites doses, puis le déposer pour réfléchir aux paroles que vous venez de lire et les intégrer ensuite à votre expérience de vie. Il s’agit d’un guide exhaustif et d’un cours intégral sur la méditation et la réalisation de soi. C’est là un livre à lire encore et encore. Et chaque fois que vous le reprendrez, vous y trouverez une nouvelle profondeur et une autre signification. Et sans aucun doute, plusieurs d’entre nous voudront se pencher sur son contenu toute leur vie.
Le pouvoir du moment présent voit le nombre de ses ardents lecteurs augmenter. On l’a déjà qualifié de chef-d’œuvre. Peu importe comment on le décrit, il a le pouvoir de changer nos vies, de nous amener à réaliser totalement ce que nous sommes.

Novato (Californie) Août 1999
AVANT-PROPOS
Par Russell E. DiCarlo Auteur de Towards a New World View


Sur un fond de ciel bleu azur, les rayons jaune orangé d’un soleil couchant peuvent, à certains moments privilégiés, nous régaler d’un instant d’une telle beauté, que nous en restons momentanément ébahis, le regard fixe. La splendeur de ce moment nous éblouit tellement que nos esprits habituellement si bavards marquent un temps et ne nous entraînent pas mentalement ailleurs que dans l’ici-maintenant. Baignant dans un halo de lumière, nous voyons s’ouvrir en nous une porte donnant sur une autre réalité. Une réalité qui est toujours là mais dont nous sommes rarement les témoins.
Abraham Maslow qualifiait ces instants d’expériences d’apogée étant donné qu’ils constituent les moments forts de la vie où nous nous retrouvons projetés avec joie au-delà des confins de la vie concrète et ordinaire. Il aurait aussi bien pu les qualifier d’expériences furtives. Au cours de ces moments d’expansion de la conscience, nous avons un bref aperçu du royaume éternel de l’Être. Ne serait-ce que pour un bref instant, nous revenons chez nous, vers notre être véritable.
Dans un soupir, nous nous disons : « C’est si grandiose… Si seulement je pouvais rester là. Comment faire pour y demeurer à tout jamais ? »
C’est ce que je m’efforce de découvrir depuis les dix dernières années. Durant ma quête, j’ai eu l’honneur de dialoguer avec certains des pionniers les plus audacieux, inspirants et perspicaces de notre époque en ce qui concerne les paradigmes, et ce, dans de nombreux domaines : la médecine, les sciences, la psychologie, les affaires, la religion, la spiritualité et le potentiel humain. Ces personnages fort divers ont en commun l’intuition que l’humanité est en train de faire un saut quantique dans son évolution. Ce changement s’accompagne d’un bouleversement de la vision du monde, de l’image de fond que nous véhiculons en ce qui a trait à la « façon dont les choses sont ». Une vision du monde cherche à répondre à deux questions essentielles : « Qui sommes-nous ? » et « Quelle est la nature de l’univers dans lequel nous vivons ? » Nos réponses à ces questions déterminent la qualité et les caractéristiques des relations que nous entretenons avec les membres de notre famille, nos amis et nos patrons ou nos employés. Sous un angle plus grand, nous pourrions dire qu’elles définissent nos sociétés. Affirmer que la vision du monde qui voit actuellement le jour remet en question de nombreux éléments tenus pour acquis par la société occidentale ne surprendra pas beaucoup.

Mythe numéro un : L’humanité a atteint le sommet de son développement.

S’inspirant d’études comparées dans les domaines de la religion, des sciences médicales, de l’anthropologie et des sports, Michael Murphy, un des fondateurs de l’institut Esalen (Californie), a soulevé une polémique en avançant qu’il existe des stades plus avancés de développement humain. Quand une personne atteint ces stades de maturité spirituelle, d’extraordinaires aptitudes voient le jour sur les plans de l’amour, de la vitalité, de la personne, de la conscience corporelle, de l’intuition, de la perception, de la communication et de la volition.
Première étape : reconnaître l’existence de ces stades. La plupart des gens ne les voient pas. Deuxième étape : employer consciemment et intentionnellement des méthodes pour les explorer.

Mythe numéro deux : Nous sommes totalement séparés les uns des autres, de la nature et du cosmos.

Le mythe de « plutôt l’autre que moi » est la cause des guerres, du viol manifeste de la planète et de toutes les formes et expressions d’injustice humaine. Après tout, quelle personne sensée désire faire du mal à une autre si elle considère que celle-ci fait également partie d’elle-même ? Dans sa recherche sur les états de conscience extraordinaires, Stan Grof récapitule en disant que « la psyché et la conscience de chacun de nous correspondent en fin de compte au Grand Tout parce qu’il n’y a aucune frontière absolue entre le corps-ego et la totalité de l’existence ».
Les études scientifiques effectuées sur le pouvoir de guérison de la prière corroborent la médecine Era-3 du docteur Larry Dossey où les pensées, les attitudes et les intentions de guérison d’une personne peuvent influer sur la physiologie d’une autre personne (la médecine Era-2 concernant surtout l’aspect psycho-spirituel). Selon les principes connus de la physique et de la vision du monde de la science traditionnelle, ceci ne peut pas se produire. Et pourtant, les preuves sont là pour démontrer le contraire.

Mythe numéro trois : Le monde matériel est tout ce qui existe.

Confinée à la matière, la science traditionnelle part de la prémisse selon laquelle tout ce qui ne peut pas se mesurer, se vérifier en laboratoire ou être éprouvé par les cinq sens ou leurs remplaçants technologiques n’existe tout bonnement pas, n’est pas réel. Par conséquent, la réalité tout entière a été ramenée au concret. Toute dimension spirituelle ou non physique de la réalité, s’est fait évincer.
Ceci entre en conflit avec la « philosophie de la pérennité », ce consensus philosophique retrouvé à toutes les époques, dans toutes les religions, traditions et cultures, et qui fait état de diverses mais permanentes dimensions de la réalité s’échelonnant des plus denses et moins conscientes – que nous appelons la matière – aux moins denses et plus conscientes – que nous qualifions de spirituelles.
Fait intéressant, les spécialistes de la théorie quantique, dont Jack Scarfetti, qui parle de voyage supraluminal, font référence à ce modèle multidimensionnel de la réalité. On utilise d’autres dimensions de la réalité pour expliquer les déplacements plus rapides que la vitesse de la lumière, référence suprême en ce qui concerne la vitesse de déplacement. Nous n’avons qu’à nous reporter aux travaux du légendaire physicien David Böhm et à son modèle multidimensionnel de la réalité qui comprend l’explicite (le physique) et l’implicite (le non-physique).
Ce n’est pas qu’une théorie. En 1982, l’expérience Aspect, effectuée en France, a démontré que deux particules étalons anciennement reliées et par la suite séparées par une très grande distance restent reliées entre elles d’une façon ou d’une autre. Si une des particules subissait un changement, l’autre changeait instantanément. Les scientifiques ne connaissent pas le mécanisme derrière ce phénomène du « déplacement plus rapide que la lumière », bien que certains théoriciens avancent que ce lien s’effectue par l’intermédiaire de passages dans des dimensions supérieures.
Donc, contrairement à ce que peuvent penser ceux qui prêtent allégeance au paradigme traditionnel, les personnes avant- gardistes et influentes avec qui je me suis entretenu estimaient que nous n’avons pas encore atteint l’apogée de notre développement, que nous sommes tous reliés à la vie au lieu d’en être dissociés et que l’éventail de tous nos niveaux de conscience englobe aussi bien la dimension matérielle qu’une multitude de dimensions immatérielles de la réalité.
Fondamentalement, cette nouvelle vision du monde nous amène à nous voir, ainsi que les autres et toute la vie, non pas avec le regard de notre petit moi concret qui est né et vit dans le temps, mais bien plutôt avec le regard de l’âme, de notre Être, de notre véritable moi. Un à un, les gens font le saut.
Avec son ouvrage Le pouvoir du moment présent , Eckhart Tolle trouve justement sa place parmi ce groupe spécial d’enseignants de calibre mondial. Son message se résume à ceci : le problème de l’humanité est profondément enraciné dans le mental lui-même. Ou plutôt dans notre identification au mental.
L’errance de notre conscience, notre tendance à choisir le chemin le plus aisé en étant moins qu’à moitié éveillé face au moment présent, crée un vide. Et le mental limité par le temps, destiné à être notre utile serviteur, compense en se proclamant lui-même le maître. À l’instar d’un papillon qui volette d’une fleur à l’autre, notre mental s’arrête sur nos expériences passées ou anticipe celles à venir en projetant ses propres productions visuelles. Il est rare que nous nous reposions dans la profondeur océanique de l’ici-maintenant. C’est pourtant ici, dans l’instant présent, que nous découvrons notre véritable moi, qui se trouve en quelque sorte derrière notre corps physique, nos émotions changeantes et notre mental bavard.
Le plus grand triomphe du développement humain ne réside pas dans notre capacité à raisonner et à penser, bien que cela nous distingue du règne animal. L’intellect, tout comme l’instinct, est seulement un détail dans l’ensemble. Ultimement, notre destinée consiste à nous rebrancher sur l’Être essentiel qui est en nous et à exprimer notre réalité divine et extraordinaire dans le monde concret et ordinaire du quotidien. Facile à dire, mais pas facile à faire puisque ceux qui ont atteint les étapes ultérieures du développement humain sont encore rares.
Heureusement, il y a des guides et des maîtres pour nous éclairer tout au long du chemin. Le pouvoir formidable d’Eckhart Tolle, lui-même guide et maître, n’a rien à voir avec sa facilité à nous raconter des histoires amusantes, à expliquer l’abstrait par le concret ou à nous procurer des techniques fort utiles. Non, son pouvoir vient du fait qu’il parle en fonction de son expérience propre, comme quelqu’un qui sait. Le résultat ? Ses paroles s’appuient sur une force que l’on ne retrouve que chez les plus célèbres maîtres spirituels. En vivant sa vie à partir des profondeurs de la réalité supérieure, Eckhart Tolle trace une route et nous invite à le suivre.
Et qu’arriverait-il si nous le faisions ? Il est certain que le monde tel que nous le connaissons actuellement changerait pour le mieux. Nos valeurs partiraient à la dérive avec nos peurs dissipées puisqu’elles auraient été aspirées et vidangées par le tourbillon de l’Être lui-même. Une nouvelle civilisation verrait le jour.
« Où est la preuve de cette réalité supérieure ? » demanderez-vous. Je ne peux vous répondre que par cette métaphore : un groupe de scientifiques peuvent bien se rassembler et vous fournir toutes les preuves permettant de conclure que les bananes sont effectivement amères. Néanmoins, il vous suffit d’en goûter une, une fois, pour réaliser qu’elles présentent aussi cette caractéristique particulière. En fin de compte, la preuve ne provient pas d’arguments intellectuels, mais du sacré qui nous touche d’une façon ou d’une autre.
Eckhart Tolle nous ouvre, de main de maître, à cette possibilité.

Erie (Pennsylvanie) Janvier 1998
REMERCIEMENTS
Je suis particulièrement reconnaissant à Connie Kellough de son aimable soutien et de sa participation essentielle à faire de mon manuscrit le livre que vous tenez entre les mains. C’est une joie que de travailler avec elle.
Toute ma gratitude à Corea Ladner et à ces merveilleuses personnes qui ont contribué à ce livre en me laissant de la place – ce plus précieux des cadeaux – pour écrire et pour être. Merci à Adrienne Bradley de Vancouver, à Margaret Miller de Londres et à Angie Francesco de Glastonbury en Angleterre, à Richard de Menlo Park et à Rennie Frumkin de Sausalito, en Californie.
Je tiens aussi à remercier Shirley Spaxman et Howard Kellough pour leur révision première du manuscrit et pour avoir apporté d’utiles suggestions. Je remercie aussi tous ceux qui ont relu le manuscrit à une étape ultérieure et qui ont ainsi apporté leur contribution. Merci à Rose Dendewich pour avoir pris en charge le traitement de texte de ce manuscrit à sa façon unique, pleine d’entrain et professionnelle.
Enfin, je voudrais exprimer mon amour et ma gratitude à ma mère et à mon père, sans qui ce livre n’aurait jamais vu le jour, à mes maîtres spirituels et au plus grand des gourous, la vie.
INTRODUCTION
L'origine de ce livre
Le passé ne m’est pas d’une grande utilité et j’y pense rarement. Cependant, j’aimerais vous raconter rapidement comment j’en suis venu à devenir un guide spirituel et comment ce livre a vu le jour.
Jusqu’à l’âge de trente ans, j’ai vécu dans un état presque continuel d’anxiété ponctué de périodes de dépression suicidaire. Aujourd’hui, j’ai l’impression de parler d’une vie passée ou de la vie de quelqu’un d’autre.
Une nuit, peu après mon vingt-neuvième anniversaire, je me réveillai aux petites heures avec une sensation de terreur absolue. Il m’était souvent arrivé de sortir du sommeil en ayant une telle sensation, mais cette fois-ci c’était plus intense que cela ne l’avait jamais été. Le silence nocturne, les contours estompés des meubles dans la pièce obscure, le bruit lointain d’un train, tout me semblait si étrange, si hostile et si totalement insignifiant que cela créa en moi un profond dégoût du monde. Mais ce qui me répugnait le plus dans tout cela, c’était ma propre existence. À quoi bon continuer à vivre avec un tel fardeau de misère ? Pourquoi poursuivre cette lutte ? En moi, je sentais qu’un profond désir d’annihilation, de ne plus exister, prenait largement le pas sur la pulsion instinctive de survivre.
« Je ne peux plus vivre avec moi-même. » Cette pensée me revenait sans cesse à l’esprit. Puis, soudain, je réalisai à quel point elle était bizarre. « Suis-je un ou deux ? Si je ne réussis pas à vivre avec moi-même, c’est qu’il doit y avoir deux moi : le “je” et le “moi” avec qui le “je” ne peut pas vivre. » « Peut-être qu’un seul des deux est réel », pensai-je.
Cette prise de conscience étrange me frappa tellement que mon esprit cessa de fonctionner. J’étais totalement conscient, mais il n’y avait plus aucune pensée dans ma tête. Puis, je me sentis aspiré par ce qui me sembla être un vortex d’énergie. Au début, le mouvement était lent, puis il s’accéléra. Une peur intense me saisit et mon corps se mit à trembler. J’entendis les mots « ne résiste à rien », comme s’ils étaient prononcés dans ma poitrine. Je me sentis aspiré par le vide. J’avais l’impression que ce vide était en moi plutôt qu’à l’extérieur. Soudain, toute peur s’évanouit et je me laissai tomber dans ce vide. Je n’ai aucun souvenir de ce qui se passa par la suite.
Puis les pépiements d’un oiseau devant la fenêtre me réveillèrent. Je n’avais jamais entendu un tel son auparavant. Derrière mes paupières encore closes, ce son prit la forme d’un précieux diamant. Oui, si un diamant pouvait émettre un son, c’est ce à quoi il ressemblerait. J’ouvris les yeux. Les premières lueurs de l’aube fusaient à travers les rideaux. Sans l’intermédiaire d’aucune pensée, je sentis, je sus que la lumière est infiniment plus que ce que nous réalisons. Cette douce luminosité filtrée par les rideaux était l’amour lui-même. Les larmes me montèrent aux yeux. Je me levai et me mis à marcher dans la pièce. Je la reconnus et, pourtant, je sus que je ne l’avais jamais vraiment vue auparavant. Tout était frais et comme neuf, un peu comme si tout venait d’être mis au monde. Je ramassai quelques objets, un crayon, une bouteille vide, et m’émerveillai devant la beauté et la vitalité de tout ce qui se trouvait autour de moi.
Ce jour-là, je déambulai dans la ville, totalement fasciné par le miracle de la vie sur terre, comme si je venais de venir au monde.
Pendant les cinq mois qui suivirent, je vécus sans interruption dans une grande béatitude et une paix profonde. Par après, cela diminua d’intensité ou telle fut mon impression peut-être parce que cet état-là m’était devenu naturel. Je pouvais encore fonctionner dans le monde même si je réalisais que rien de ce que je faisais n’aurait pu ajouter quoi que ce soit à ce que j’avais déjà.
Bien entendu, je savais que quelque chose de profondément significatif m’était arrivé, sans toutefois comprendre de quoi il s’agissait. Ce ne fut que plusieurs années plus tard, après avoir lu des textes sur la spiritualité et passé du temps avec des maîtres spirituels, que je compris qu’il m’était arrivé, à moi, tout ce que le monde cherchait. Je compris que l’intense oppression occasionnée par la souffrance cette nuit-là devait avoir forcé ma conscience à se désengager de son identification au moi malheureux et plein de peur profonde, qui en fin de compte n’était qu’une fiction. Ce désengagement avait dû être si total que ce faux moi souffrant s’effondra immédiatement, comme un ballon qui se dégonfle quand on enlève le bouchon. Tout ce qui restait, c’était ma véritable nature, l’éternel je suis , la conscience dans son état vierge avant l’identification à la forme. Plus tard, j’appris également à retourner en moi, dans ce royaume intemporel et immortel que j’avais au début perçu comme un vide, tout en restant pleinement conscient. Je connus des états de béatitude et de grâce tels qu’il est difficile de les décrire et qu’ils éclipsent même la première expérience que je viens de décrire. Il fut un temps, pendant une certaine période, où il ne me resta plus rien sur le plan concret. Pas de relations, pas d’emploi, aucune identité sociale. Je passai presque deux ans assis sur les bancs de parcs dans un état de joie la plus intense qui soit.
Mais même les plus belles expériences ont une fin. Il y a peut-être quelque chose de plus important que n’importe quelle expérience, et c’est la paix sous-jacente qui ne m'a jamais quitté depuis ce jour-là. Elle est parfois très puissante, presque palpable, et les autres peuvent la sentir aussi. À d’autres moments, elle est plus en arrière-plan, semblable à une mélodie de fond.
Plus tard, les gens sont venus me voir à l’occasion en me disant : « Je veux arriver à la même chose que vous. Pouvez-vous m’y amener ou me montrer comment faire ? » Et je leur répondais : « Mais vous y êtes déjà. Vous ne pouvez pas le sentir parce que votre mental fait trop de bruit. » Cette réponse s’élabora et devint plus tard le livre que vous tenez entre les mains.
En un rien de temps, je me retrouvai de nouveau avec une identité. J’étais devenu un enseignant spirituel.
La vérité en vous
Ce livre constitue l’essence de mon travail – pour autant qu’il soit possible de le transmettre avec des mots – que j’ai partagé avec des particuliers et de petits groupes de chercheurs de la spiritualité, en Europe et en Amérique du Nord depuis dix ans. Avec tout mon amour et toute mon appréciation, j’aimerais remercier ces gens pour leur courage exceptionnel, leur disposition à accepter le changement intérieur, leurs questions pleines de défis et leur promptitude à écouter. Ce livre n’aurait pas vu le jour sans eux. Ces personnes appartiennent à une minorité infime mais fort heureusement croissante de pionniers du domaine de la spiritualité. Elles sont arrivées au point où elles ont pu se défaire des conditionnements mentaux collectifs qui font partie de l’héritage des humains et qui, depuis toujours, maintiennent ces derniers dans la souffrance.
Je suis confiant que ce livre arrivera jusqu’à ceux qui sont prêts à connaître une transformation aussi radicale et qu’il jouera pour eux un rôle de catalyseur. J’espère aussi qu’il tombera dans les mains de nombreux autres lecteurs qui trouveront son contenu digne d’intérêt, même s’ils ne sont pas encore prêts à vivre et à pratiquer totalement ce qu’il préconise. Il est possible que plus tard, la graine qui aura été semée à la lecture de ce livre rencontre la semence d’illumination que chaque être humain porte en lui et que, soudainement, elle germe et se mette à pousser en eux.

Le format adopté pour cet ouvrage provient des réponses que j’ai données, souvent spontanément, aux questions posées par des gens dans des séminaires, des séances de méditation et des rencontres en consultation privée. J’ai donc conservé le format question-réponse. J’ai autant appris et reçu qu’eux. Certaines questions et réponses ont été reproduites presque mot à mot. D’autres étant d’ordre plus général, je les ai regroupées et synthétisées en une seule question-réponse. Parfois, en cours de rédaction, me venait une nouvelle réponse plus profonde ou plus appropriée que tout ce que j’avais jamais pu formuler. Certaines autres questions ont été posées par l’éditeur afin de pouvoir clarifier certains points. Vous verrez que de la première à la dernière page, les dialogues alternent continuellement entre deux niveaux.
En premier lieu, j’attire votre attention sur ce qui est faux en vous. Je traite de la nature de l’inconscience et de la dysfonction chez l’humain, ainsi que de leurs manifestations les plus communes, allant du conflit relationnel à la guerre entre tribus ou nations. Cette connaissance est indispensable, car à moins que vous ne puissiez reconnaître le faux comme tel – comme n’étant pas vous –, il ne peut y avoir de transformation durable et vous serez toujours condamné à revenir dans l’illusion et à retrouver une forme de souffrance ou une autre. À ce niveau encore, je vous fais voir comment ne pas faire de ce qui est faux en vous un moi et un problème, car c’est ainsi que le faux se perpétue.
En deuxième lieu, je parle de la profonde transformation de la conscience humaine, non pas comme une possibilité dans un futur lointain mais comme quelque chose de disponible dans l’instant, peu importe qui vous êtes et où vous vous trouvez. Je vous montre comment vous libérer de l’esclavage du mental, comment accéder à cet état éclairé de conscience et de quelle manière le maintenir dans le quotidien. Dans cet esprit, les mots ne sont pas toujours axés sur l’information, mais souvent destinés à vous amener à ce nouvel état de conscience pendant que vous lisez. À plusieurs reprises, je m’efforce de vous entraîner à ma suite dans cet état intemporel d’intense et consciente présence dans l’instant présent afin que vous ayez un avant-goût de l’illumination. Il se peut que vous trouviez ces passages quelque peu répétitifs si vous n’avez pas encore pu faire l’expérience de ce dont je parle. Par contre, dès que vous en ferez l’expérience, je crois que vous réaliserez qu’ils contiennent une bonne dose de pouvoir spirituel. Ces passages deviendront peut-être pour vous les éléments les plus enrichissants du livre. Par ailleurs, étant donné que chaque personne porte en elle le germe de l’illumination, je m’adresse souvent au sage en vous qui existe derrière le penseur, au moi profond qui reconnaît immédiatement la vérité spirituelle, vibre avec elle et s’en sustente.
Le symbole § qui apparaît après certains passages vous invite à vous arrêter de lire pendant un petit moment, à vous immobiliser et à sentir en vous la vérité tout juste énoncée. Il est possible que vous ayez envie de le faire naturellement et spontanément en d’autres endroits du livre.
Allez-y ! Quand vous entamerez votre lecture, il se peut que le sens de certains mots, comme « Être » ou « présence », ne soit pas très clair pour vous. Poursuivez tout de même. Il est possible également que vous viennent à l’esprit des questions ou des objections en cours de lecture. Elles trouveront probablement leurs réponses plus loin ou bien tomberont à plat à mesure que vous approfondirez votre compréhension et plongerez en vous.
Ne lisez pas seulement avec votre tête. Soyez à l’affût des réponses qui arrivent sous la forme de sensations et de reconnaissance intérieure. Je ne peux vous faire part d’aucune vérité spirituelle que vous ne connaissiez pas déjà au fin fond de vous. Tout ce que je peux faire, c’est vous rappeler ce que vous avez oublié. Une connaissance vivante, ancienne et pourtant toujours nouvelle est ainsi réactivée et libérée dans chacune des cellules de votre corps.
Le mental veut toujours catégoriser et comparer. Ce livre fonctionnera cependant mieux pour vous si vous n’essayez pas de comparer sa terminologie avec celle d’autres enseignements, car cela pourrait vous désorienter. J’emploie des termes comme « mental », « bonheur » et « conscience » d’une façon qui peut ne pas correspondre à d’autres enseignements. Ne restez pas accroché à quelque mot que ce soit. Les mots ne sont que des points de repère que l’on doit délaisser aussitôt que possible.
Lorsque je cite à l’occasion Jésus ou Bouddha, Un cours en miracles ou tout autre enseignement, je le fais non pas pour comparer, mais pour attirer votre attention sur le fait que, essentiellement, il n’y a jamais eu qu’un seul enseignement spirituel, bien qu’il puisse prendre de nombreuses formes. Il s’est cependant ajouté à certaines de ces formes tellement d’éléments superflus, entre autres dans les religions anciennes, que leur essence spirituelle en a été presque totalement éclipsée. Voilà pourquoi, dans une large mesure, leur sens profond est impossible à reconnaître et leur pouvoir transformateur, perdu. Quand je réfère à ces vieilles religions ou à d'autres enseignements, c’est pour souligner leur signification profonde et par la même occasion leur restituer leur pouvoir transformateur, en particulier pour les lecteurs adeptes de ces religions ou de ces enseignements. Je leur dis qu’ils n’ont pas besoin d’aller ailleurs pour trouver la vérité et leur montre comment approfondir ce qu’ils ont déjà à leur disposition.
Par contre, je me suis surtout efforcé d’employer une terminologie qui soit aussi neutre que possible afin de pouvoir atteindre le plus grand éventail de gens. On peut considérer ce livre comme l’expression, à cette époque-ci, du seul et unique enseignement spirituel intemporel, qui est l’essence même de toutes les religions. Cette transmission ne provient pas de sources extérieures mais de la seule véritable source intérieure. Elle ne contient donc aucune théorie ni spéculation. Je m’adresse à vous à partir de mon expérience, et si je m’exprime parfois en termes frappants, c’est pour arriver à traverser toutes ces épaisses couches de résistance mentale et atteindre enfin ce lieu en vous qui sait déjà, tout comme moi, et où la vérité se reconnaît quand elle est entendue. Une sensation d’exaltation et une vitalité accrue en vous émergent alors en même temps que quelque chose en vous dit : « Oui. Je sais que ceci est vrai. »
Chapitre un VOUS N’ÊTES PAS VOTRE MENTAL
Le plus grand empêchement à l'illumination
L’illumination, c’est quoi ?

Un mendiant était assis sur le bord d’un chemin depuis plus de trente ans. Un jour, un étranger passa devant lui. « Vous avez quelques pièces de monnaie pour moi ? » marmotta le mendiant en tendant sa vieille casquette de baseball d’un geste automatique. « Je n’ai rien à vous donner », répondit l’étranger, qui lui demanda par la suite : « Sur quoi êtes-vous assis ? » « Sur rien, répondit le mendiant, juste une vieille caisse. Elle me sert de siège depuis aussi longtemps que je puisse m’en souvenir. » « Avez-vous jamais regardé ce qu’il y avait dedans ? » demanda l’étranger. « Non, répliqua le mendiant, pour quelle raison ? Il n’y a rien. » « Jetez-y donc un coup d’œil », insista l’étranger. Le mendiant réussit à ouvrir le couvercle en le forçant. Avec étonnement, incrédulité et le cœur rempli d’allégresse, il constata que la caisse était pleine d’or.
Je suis moi-même cet étranger qui n’a rien à vous donner et qui vous dit de regarder à l’intérieur. Non pas à l’intérieur d’une caisse, comme dans cette parabole, mais dans un lieu encore plus proche de vous : en vous-même.
« Mais je ne suis pas un mendiant », puis-je déjà vous entendre rétorquer.
Ceux qui n’ont pas trouvé leur véritable richesse, c’est-à-dire la joie radieuse de l’Être et la paix profonde et inébranlable qui l’accompagnent, sont des mendiants, même s’ils sont très riches sur le plan matériel. Ils se tournent vers l’extérieur pour récolter quelques miettes de plaisir et de satisfaction, pour se sentir confirmés, sécurisés ou aimés, alors qu’ils abritent en eux un trésor qui non seulement recèle toutes ces choses, mais qui est aussi infiniment plus grandiose que n’importe quoi que le monde puisse leur offrir.
Le terme « illumination » évoque l’idée d’un accomplissement surhumain, et l’ego aime s’en tenir à cela. Mais l’illumination est tout simplement votre état naturel, la sensation de ne faire qu’un avec l’Être. C’est un état de fusion avec quelque chose de démesuré et d’indestructible. Quelque chose qui, presque paradoxalement, est essentiellement vous mais pourtant beaucoup plus vaste que vous. L’illumination, c’est trouver votre vraie nature au-delà de tout nom et de toute forme. Votre incapacité à ressentir cette fusion fait naître l’illusion de la division, la division face à vous-même et au monde environnant. C’est pour cela que vous vous percevez, consciemment ou non, comme un fragment isolé. La peur survient et le conflit devient la norme, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.
J’affectionne la définition simple que donne Gautama le Bouddha de l’illumination : il affirme que c’est « la fin de la souffrance ». Cela n’a rien de surhumain, n’est-ce pas ? Bien sûr, comme telle, cette définition est incomplète, car elle exprime seulement ce que l’illumination n’est pas, c’est-à-dire qu’elle n’est pas souffrance. Mais que reste-t-il quand il n’y a plus de souffrance ? Bouddha garde le silence là-dessus et son silence sous-entend que c’est à vous de le découvrir. Il retient une définition par la négative afin que le « mental » ne puisse pas en faire une croyance ou un accomplissement surhumain, un objectif qu’il vous soit impossible à atteindre. Malgré cette précaution de la part de Bouddha, la majorité des bouddhistes croient encore que l’illumination est l’apanage de Bouddha et non le leur, du moins pas dans cette vie-ci.

Vous avez employé le terme « Être » . Pouvez-vous en expliquer la signification ?

L’Être est LA vie éternelle et omniprésente qui existe au-delà des myriades de formes de vie assujetties au cycle de la naissance et de la mort. Être n’existe cependant pas seulement au-delà mais aussi au cœur de toute forme; il constitue l’essence invisible et indestructible la plus profonde. En d’autres termes, l’Être vous est accessible immédiatement et représente votre moi le plus profond, votre véritable nature. Mais ne cherchez pas à le saisir avec votre « mental » ni à le comprendre. Vous pouvez l’appréhender seulement lorsque votre « mental » s’est tu. Quand vous êtes présent, quand votre attention est totalement et intensément dans le présent, vous pouvez sentir l’Être. Mais vous ne pouvez jamais le comprendre mentalement. Retrouver cette présence à l’Être et se maintenir dans cet état de « sensation de réalisation », c’est cela l’illumination.
§
Lorsque vous utilisez le terme « Être », faites-vous référence à Dieu ?   Si oui, pourquoi n’employez-vous pas le terme « Dieu » ?

Le mot « Dieu » s’est vidé de son sens, car on en a abusé pendant des millénaires. Je l’emploie parfois, mais avec parcimonie. Quand j’affirme que le terme est galvaudé, je veux dire que certaines gens, qui n’ont jamais ne serait-ce qu’entrevu le sacré ni même jamais eu le moindre aperçu de l’infinie vastitude que le mot abrite, recourent à ce terme avec grande conviction, comme s’ils savaient de quoi ils parlent. Ou bien que d’autres personnes le rejettent, comme si elles savaient ce qu’elles nient. Cet abus d’emploi a donné naissance, par l’ego, à d’absurdes croyances, affirmations et illusions du genre « Mon ou notre Dieu est le seul Dieu véritable et votre Dieu est faux » ou encore comme le célèbre énoncé de Nietzsche : « Dieu est mort. »
Le mot « Dieu » est devenu un concept fermé. Dès qu’il est prononcé, une image mentale se crée, qui n’est peut-être plus celle d’un vieux patriarche à la barbe blanche, mais qui reste encore et toujours une représentation mentale de quelqu’un ou de quelque chose qui se trouve en dehors de vous. Qui plus est, inévitablement du genre masculin.
Ni le terme « Dieu », ni « Être », ni quelque autre expression que ce soit ne peut définir ou expliquer l’ineffable réalité qu’abrite le mot en question. En fait, la seule question importante à se poser est la suivante : « Ce mot vous aide-t-il ou vous empêche-t-il de faire l’expérience de ce qu’il désigne ? » Fait-il référence à cette réalité transcendantale qui existe au-delà de lui-même ou s’emploie-t-il à tort et à travers pour ne devenir rien de plus qu’une idée à laquelle votre tête peut croire, qu’une idole mentale ?
À l’instar du terme « Dieu », le mot « Être » n’explique rien. Par contre, il a l’avantage d’être un concept ouvert. Il ne réduit pas l’infini invisible à une entité finie et il est impossible de s’en faire une image mentale. Personne ne peut se déclarer être l’unique détenteur de l’Être, car il s’agit de votre essence même et que celle-ci vous est accessible immédiatement sous la forme de la sensation de votre propre présence, de la réalisation de ce « Je suis » qui précède le « Je suis ceci ou cela » : Le pas à franchir entre le terme « Être » et l’expérience d’« Être » est donc plus petit.
§
Qu’est-ce qui nous empêche le plus de connaître cette réalité ?

C’est l’identification au « mental », car celle-ci amène la pensée à devenir compulsive. L’incapacité à s’arrêter de penser est une épouvantable affliction. Nous ne nous en rendons pas compte parce que presque tout le monde en est atteint : nous en venons à la considérer comme normale. Cet incessant bruit mental vous empêche de trouver ce royaume de calme intérieur qui est indissociable de l’« Être ». Ce bruit crée également un faux moi érigé par l’ego qui projette une ombre de peur et de souffrance sur tout. Nous reviendrons plus en détail sur tout cela.
Le philosophe français Descartes a cru avoir découvert la vérité la plus fondamentale quand il fit sa célèbre déclaration : « Je pense, donc je suis. » Il venait en fait de formuler l’erreur la plus fondamentale, celle d’assimiler la pensée à l’être et l’identité à la pensée. Le penseur compulsif, c’est-à-dire presque tout un chacun, vit dans un état d’apparente division, dans un monde déraisonnablement complexe où foisonnent perpétuellement problèmes et conflits, un monde qui reflète l’incessante fragmentation du mental. L’illumination est un état de plénitude, d’unité avec le Tout et donc de paix. C’est un état d’unité avec la vie sous sa forme manifeste, soit le monde, et avec la vie sous sa forme non manifeste, c’est-à-dire votre moi. Un état d’unité avec l’être. L’illumination est non seulement la fin de la souffrance et du perpétuel conflit en soi ou avec le monde extérieur, mais aussi d’un épouvantable esclavage, celui de l’incessante pensée. C’est une incroyable libération !
L’identification au mental crée chez vous un écran opaque de concepts, d’étiquettes, d’images, de mots, de jugements et de définitions qui empêchent toute vraie relation. Cet écran s’interpose entre vous et vous-même, entre vous et votre prochain, entre vous et la nature, entre vous et le divin. C’est cet écran de pensées qui amène cette illusion de division, l’illusion qu’il y a vous et un « autre », totalement séparé de vous. Vous oubliez un fait essentiel : derrière le plan des apparences physiques et de la diversité des formes, vous ne faites qu’un avec tout ce qui est. Et quand je dis que vous oubliez, je veux dire que vous ne pouvez plus sentir cet état d’unité comme étant une réalité qui coule de source. Il se peut que vous la croyiez vraie, mais vous ne l’appréhendez plus comme telle. Une croyance peut certes vous réconforter. Par contre, seule l’expérience peut vous libérer.
Penser est devenu une maladie et celle-ci survient quand les choses sont déséquilibrées. Par exemple, il n’y a rien de mal à ce que les cellules du corps se divisent pour se multiplier. Mais lorsque ce phénomène s’effectue sans aucun égard pour l’organisme dans sa totalité, les cellules prolifèrent et la maladie s’installe.
Le mental est un magnifique outil si l’on s’en sert à bon escient. Dans le cas contraire, il devient très destructeur. Plus précisément, ce n’est pas tant que vous utilisez mal votre « mental »; c’est plutôt qu’en général vous ne vous en servez pas du tout, car c’est lui qui se sert de vous. Et c’est cela la maladie, puisque vous croyez être votre mental. C’est cela l’illusion. L’outil a pris possession de vous.

Je ne suis pas tout à fait d’accord. C’est vrai que mes pensées sont souvent sans objet, comme chez la plupart des gens, mais je peux encore décider d’utiliser mon mental pour acquérir ou accomplir des choses. C’est ce que je fais tout le temps.

Ce n’est pas parce que vous réussissez à terminer un jeu de mots croisés ou à fabriquer une bombe atomique que vous savez vous servir de votre mental. Ce dernier aime se faire les dents sur des problèmes, comme les chiens le font avec les os. Voilà pourquoi il fait des mots croisés et invente des bombes atomiques, alors que vous, l’Être, ne portez intérêt ni à l’un ni à l’autre. Laissez-moi vous poser les questions suivantes : « Pouvez-vous vous libérer du mental quand vous le voulez ? Avez-vous réussi à trouver l’interrupteur qui le met hors circuit ? »

Vous voulez dire arrêter complètement de penser ? Non, je n’y réussis pas, sauf pour un instant ou deux.

Dans ce cas, le mental se sert de vous et vous vous êtes inconsciemment identifié à lui. Par conséquent, vous ne savez même pas que vous êtes son esclave. C’est un peu comme si vous étiez possédé sans le savoir et que vous preniez l’entité qui vous possède pour vous. La liberté commence quand vous prenez conscience que vous n’êtes pas cette entité, c’est-à-dire le penseur. En sachant cela, vous pouvez alors surveiller cette entité. Dès l’instant où vous vous mettez à observer le penseur, un niveau plus élevé de conscience est activé et vous comprenez petit à petit qu’il existe un immense royaume d’intelligence au-delà de la pensée et que celle-ci ne constitue qu’un infime aspect de cette intelligence. Vous réalisez aussi que toutes les choses vraiment importantes – la beauté, l’amour, la créativité, la joie, la paix – trouvent leur source au-delà du mental. Et vous commencez alors à vous éveiller.
§
Comment se libérer du mental
Qu’entendez-vous exactement par « observer le penseur » ?

Lorsque quelqu’un va chez le médecin et lui dit qu’il entend des voix, celui-ci l’enverra fort probablement consulter un psychiatre. Le fait est que, de façon très similaire, presque tout le monde entend en permanence une ou plusieurs voix dans sa tête et qu’il s’agit du phénomène involontaire de la pensée que vous ne réalisez pas avoir le pouvoir d’arrêter. Ce ne sont que monologues ou dialogues continuels.
Il vous est certainement déjà arrivé de croiser dans la rue des déments qui parlent sans arrêt tout haut ou tout bas. En réalité, ce n’est pas très différent de ce que vous et tous les gens « normaux » faites, sauf que vous le faites en silence. La voix passe des commentaires, fait des spéculations, émet des jugements, compare, se plaint, aime, n’aime pas, et ainsi de suite. Ce que cette voix énonce ne correspond pas automatiquement à la situation dans laquelle vous vous trouvez dans le moment. Elle ravive peut-être un passé proche ou lointain ou bien alors imagine et rejoue d’éventuelles situations futures. Dans ces moments-là, la voix imagine souvent que les choses tournent mal et envisage des résultats négatifs. C’est ce que l’on appelle l’inquiétude. Cette bande sonore s’accompagne parfois d’images visuelles ou de « films mentaux ». Et même si ce que la voix dit correspond à la situation du moment, elle l’interprétera en fonction du passé. Pourquoi ? Parce que cette voix appartient au conditionnement mental, qui est le fruit de toute votre histoire personnelle et celui de l’état d’esprit collectif et culturel dont vous avez hérité. Ainsi, vous voyez et jugez dorénavant le présent avec les yeux du passé et vous en avez une vision totalement déformée. Il est fréquent que, chez une personne, cette voix intérieure soit son pire ennemi. Nombreux sont les gens qui vivent avec un bourreau dans leur tête qui les attaque et les punit sans cesse, leur siphonnant ainsi leur énergie vitale. Ce tyran est à l’origine des innombrables tourments et malheurs, ainsi que de toute maladie.
Mais la bonne nouvelle dans tout cela, c’est que vous pouvez effectivement vous libérer du mental. Et c’est là la seule véritable libération. Vous pouvez même commencer dès maintenant. Écoutez aussi souvent que possible cette voix. Prêtez particulièrement attention aux schémas de pensée répétitifs, à ces vieux disques qui jouent et rejouent les mêmes chansons peut-être depuis des années. C’est ce que j’entends quand je vous suggère « d’observer le penseur ». C’est une autre façon de vous dire d’écouter cette voix dans votre tête, d’être la présence qui joue le rôle de témoin.
Lorsque vous écoutez cette voix, faites-le objectivement, c’est-à-dire sans juger. Ne condamnez pas ce que vous entendez, car si vous le faites, cela signifie que cette même voix est revenue par la porte de service. Vous prendrez bientôt conscience qu’il y a la voix et qu’il y a quelqu’un qui l’écoute et qui l’observe. Cette prise de conscience que quelqu’un surveille, ce sens de votre propre présence, n’est pas une pensée. Cette réalisation trouve son origine au-delà du « mental ».
§
Ainsi, quand vous observez une pensée, vous êtes non seulement conscient de celle-ci, mais aussi de vous-même en tant que témoin de la pensée. À ce moment-là, une nouvelle dimension entre en jeu. Pendant que vous observez cette pensée, vous sentez pour ainsi dire une présence, votre moi profond, derrière elle ou sous elle. Elle perd alors son pouvoir sur vous et bat rapidement en retraite du fait que, en ne vous identifiant plus à elle, vous n’alimentez plus le mental. Ceci est le début de la fin de la pensée involontaire et compulsive.
Lorsqu’une pensée s’efface, il se produit une discontinuité dans le flux mental, un intervalle de « non-mental ». Au début, ces hiatus seront courts, peut-être de quelques secondes, mais ils deviendront peu à peu de plus en plus longs. Lorsque ces décalages dans la pensée se produisent, vous ressentez un certain calme et une certaine paix. C’est le début de votre état naturel de fusion consciente avec l’Être qui est, généralement, obscurcie par le mental. Avec le temps et l’expérience, la sensation de calme et de paix s’approfondira et se poursuivra ainsi sans fin. Vous sentirez également une joie délicate émaner du plus profond de vous, celle de l’Être.
Il ne s’agit pas du tout d’un état de transe, car il n’y a aucune perte de conscience. Bien au contraire. Si la paix devait se payer par une réduction de la conscience et le calme, par un manque de vitalité et de vigilance, elle n’en vaudrait pas la peine. Dans cet état d’unité avec l’Être, vous êtes beaucoup plus alerte, beaucoup plus éveillé que dans l’état d’identification au mental. Vous êtes en fait totalement présent. Et cette condition élève les fréquences vibratoires du champ énergétique qui transmet la vie au corps physique.
Lorsque vous pénétrez de plus en plus profondément dans cet état de vide mental ou de « non-mental », comme on le nomme parfois en Orient, vous atteignez la conscience pure. Et dans cette situation, vous ressentez votre propre présence avec une intensité et une joie telles que toute pensée, toute émotion, votre corps physique ainsi que le monde extérieur deviennent relativement insignifiants en comparaison. Cependant, il ne s’agit pas d’un état d’égoïsme, mais plutôt d’un état d’absence d’ego. Vous êtes transporté au-delà de ce que vous preniez auparavant pour « votre moi ». Cette présence, c’est vous en essence, mais c’est en même temps quelque chose d’inconcevablement plus vaste que vous. Ce que j’essaie de transmettre dans cette explication peut sembler paradoxal ou même contradictoire, mais je ne peux l’exprimer d’aucune autre façon.
§
Au lieu « d’observer le penseur », vous pouvez également créer un hiatus dans le mental en reportant simplement toute votre attention sur le moment présent. Devenez juste intensément conscient de cet instant. Vous en tirerez une profonde satisfaction. De cette façon, vous écartez la conscience de l’activité mentale et créez un vide mental où vous devenez extrêmement vigilant et conscient, mais où vous ne pensez pas. Ceci est l’essence même de la méditation.
Dans votre vie quotidienne, vous pouvez vous y exercer durant n’importe quelle activité routinière, qui n’est normalement qu’un moyen d’arriver à une fin, en lui accordant votre totale attention afin qu’elle devienne une fin en soi. Par exemple, chaque fois que vous montez ou descendez une volée de marches chez vous ou au travail, portez attention à chacune des marches, à chaque mouvement et même à votre respiration. Soyez totalement présent. Ou bien lorsque vous vous lavez les mains, prenez plaisir à toutes les perceptions sensuelles qui accompagnent ce geste : le bruit et la sensation de l’eau sur la peau, le mouvement de vos mains, l’odeur du savon, ainsi de suite. Ou bien encore, une fois monté dans votre voiture et la portière fermée, faites une pause de quelques secondes pour observer le mouvement de votre respiration. Remarquez la silencieuse mais puissante sensation de présence qui se manifeste en vous. Un critère certain vous permet d’évaluer si vous réussissez ou non dans cette entreprise : le degré de paix que vous ressentez alors intérieurement.
§
Ainsi, le seul pas crucial à faire dans le périple qui conduit à l’éveil est d’apprendre à se dissocier du mental. Chaque fois que vous créez une discontinuité dans le courant des pensées, la lumière de la conscience s’intensifie. Il se peut même que vous vous surpreniez un jour à sourire en entendant la voix qui parle dans votre tête, comme vous souririez devant les pitreries d’un enfant. Ceci veut dire que vous ne prenez plus autant au sérieux le contenu de votre mental et que le sens que vous avez de votre moi n’en dépend pas.
L’illumination, c'est s'élever au-delà de la pensée
La pensée n’est-elle pas indispensable pour survivre en ce monde ?

Votre mental est un outil, un instrument qui est là pour servir à l’accomplissement d’une tâche précise. Une fois cette tâche effectuée, vous déposez votre outil. Je dirais ceci : telles que sont les choses, environ quatre-vingt à quatre-vingt-dix pour cent de la pensée chez l’humain est non seulement répétitive et inutile, mais aussi en grande partie nuisible en raison de sa nature souvent négative et dysfonctionnelle. Il vous suffit d’observer votre mental pour constater à quel point cela est vrai. La pensée involontaire et compulsive occasionne une sérieuse perte d’énergie vitale. Elle est en fait une accoutumance. Et qu’est-ce qui caractérise une habitude ? Tout simplement le fait que vous sentiez ne plus avoir la liberté d’arrêter. Elle semble plus forte que vous. Elle vous procure également une fausse sensation de plaisir qui se transforme invariablement en souffrance.

Pourquoi serions-nous des drogués de la pensée ?

Parce que vous êtes identifié à elle et que cela veut dire que vous tirez votre sens du moi à partir du contenu et de l’activité du mental. Parce que vous croyez que si vous vous arrêtez de penser, vous cesserez d’être. Quand vous grandissez, vous vous faites une image mentale de qui vous êtes en fonction de votre conditionnement familial et culturel. On pourrait appeler ce « moi fantôme », l’ego. Il se résume à l’activité mentale et ne peut se perpétuer que par l’incessante pensée. Le terme « ego » signifie diverses choses pour différentes gens, mais quand je l’utilise ici, il désigne le faux moi créé par l’identification inconsciente au mental.
Aux yeux de l’ego, le moment présent n’existe quasiment pas, car seuls le passé et le futur lui importent. Ce renversement total de la vérité reflète bien à quel point le mental est dénaturé quand il fonctionne sur le mode « ego ». Sa préoccupation est de toujours maintenir le passé en vie, car sans lui qui seriez-vous ? Il se projette constamment dans le futur pour assurer sa survie et pour y trouver une forme quelconque de relâchement et de satisfaction. Il se dit : « Un jour, quand ceci ou cela se produira, je serai bien, heureux, en paix. » Même quand l’ego semble se préoccuper du présent, ce n’est pas le présent qu’il voit. Il le perçoit de façon totalement déformée, car il le regarde avec les yeux du passé. Ou bien il le réduit à un moyen pour arriver à une fin, une fin qui n’existe jamais que dans le futur projeté par lui. Observez votre mental et vous verrez qu’il fonctionne comme ça.
Le secret de la libération réside dans l’instant présent. Mais vous ne pourrez pas vous y retrouver tant et aussi longtemps que vous serez votre mental.

Je ne veux pas perdre ma capacité d’analyse et de discernement. Je ne suis pas contre le fait d’apprendre à penser plus clairement, de façon plus pénétrante, mais je ne veux pas perdre ma tête. Le don de la pensée est la chose la plus précieuse que nous ayons. Sans elle, nous ne serions qu’une autre espèce animale.

La prédominance de la pensée n’est rien d’autre qu’une étape dans l’évolution de la conscience. Il nous faut passer à l’étape suivante de toute urgence. Sinon, le mental nous anéantira, car il est devenu un véritable monstre. Je reparlerai de ceci plus en détail un peu plus loin. Pensée et conscience ne sont pas synonymes. La pensée n’est qu’un petit aspect de la conscience et elle ne peut exister sans elle. Par contre, la conscience n’a pas besoin de la pensée.
Atteindre l’illumination signifie s’élever au-delà de la pensée, ne pas retomber à un niveau situé en dessous de la pensée, soit celui du règne végétal ou animal. Quand vous avez atteint ce degré d’éveil, vous continuez à vous servir de votre pensée au besoin. La seule différence, c’est que vous le faites de façon beaucoup plus efficace et pénétrante qu’avant. Vous vous servez de votre mental principalement pour des questions d’ordre pratique. Vous n’êtes plus sous l’emprise du dialogue intérieur involontaire, et une paix profonde s’est installée. Lorsque vous employez le mental, en particulier quand vous devez trouver une solution créative à quelque chose, vous oscillez toutes les quelques minutes entre la pensée et le calme, entre le vide mental et le mental. Le vide mental, c’est la conscience sans la pensée. C’est uniquement de cette façon qu’il est possible de penser de manière créative parce que c’est seulement ainsi que la pensée acquiert vraiment un pouvoir. Lorsqu’elle n’est plus reliée au très grand royaume de la conscience, la pensée seule devient stérile, insensée, destructrice.
Essentiellement, le mental est une machine à survie. Attaque et défense face à ses « congénères », collecte, entreposage et analyse de l’information, voilà ce à quoi le mental excelle, mais il n’est pas du tout créatif. Tous les véritables artistes, qu’ils le sachent ou non, créent à partir d’un état de vide mental, d’une immobilité intérieure. Puis, c’est le mental qui donne forme à l’impulsion ou à l’intuition créative. Même les plus grands savants ont rapporté que leurs percées créatives s’étaient produites dans des moments de quiétude mentale. Une enquête effectuée à l’échelle nationale auprès des plus éminents mathématiciens américains, Einstein y compris, a donné des résultats surprenants. Interrogés au sujet de leurs méthodes de travail, ils ont répondu que la pensée ne « jouait qu’un rôle secondaire à l’étape brève et déterminante de l’acte créatif lui-même [ 1 ] ». Je dirais donc que la simple raison pour laquelle la majorité des scientifiques ne sont pas des gens créatifs, c’est qu’ils ne savent pas s’arrêter de penser et non pas qu’ils ne savent pas comment penser !
Ce n’est pas la pensée, le mental, qui est à l’origine du miracle de la vie sur terre ou de votre corps. Et ce n’est pas cela non plus qui le sustente. De toute évidence, il y a à l’œuvre une intelligence qui est bien plus grande que le mental. Comment une seule cellule humaine mesurant 1/2500 de centimètre de diamètre peut-elle contenir dans son ADN des informations qui rempliraient un millier de livres de six cents pages chacun ? Plus nous en apprenons au sujet du fonctionnement du corps, plus nous réalisons le caractère grandiose de l’intelligence qui est à l’œuvre en lui et la petitesse de notre savoir. Lorsque le mental se remet en contact avec cette réalité, il devient le plus merveilleux des outils et sert alors une cause bien plus grande que lui.
Les émotions, une réaction du corps au mental
Qu’en est-il des émotions ? Je me laisse plus souvent prendre par mes émotions que par mon mental.

Dans le sens selon lequel j’emploie le terme, le mental ne fait pas seulement référence à la pensée. Il comprend également vos émotions ainsi que tous les schèmes réactifs inconscients mettant en rapport pensées et émotions. Les émotions naissent au point de rencontre du corps et du mental. Une émotion est la réaction de votre corps à votre mental, ou encore le reflet de votre mental dans le corps. Par exemple, une pensée agressive ou hostile crée dans le corps une accumulation d’énergie que nous appelons colère. Le corps s’apprête à se battre. La pensée d’être menacé physiquement ou psychologiquement occasionne une contraction dans le corps. C’est l’aspect physique de ce que nous appelons la peur. Les recherches ont prouvé que les émotions fortes peuvent même modifier la biochimie du corps. Ces modifications biochimiques constituent l’aspect physique ou matériel de l’émotion. Bien sûr, vous n’êtes généralement pas conscient de tous vos schèmes de pensée et ce n’est souvent qu’en observant vos émotions que vous pouvez les amener à la conscience.
Plus vous vous identifiez à vos pensées, à vos goûts, à vos jugements et à vos interprétations, c’est-à-dire moins vous êtes présent en tant que conscience qui observe, plus grande sera la charge émotionnelle. Et ceci, que vous en soyez conscient ou non. Si vous ne réussissez pas à ressentir vos émotions, si vous en êtes coupé, vous en ferez l’expérience sur un plan purement physique, sous la forme d’un problème ou d’un symptôme physique. Étant donné qu’on a écrit énormément sur ce sujet au cours des dernières années, nous n’avons pas besoin de nous y attarder. Un profond schème émotionnel inconscient peut même se manifester sous la forme d’un événement qui semble simplement vous arriver. Par exemple, j’ai observé que les gens qui portent inconsciemment en eux une grande colère et qui ne l’expriment pas sont plus susceptibles de se faire attaquer verbalement ou physiquement par d’autres gens pleins de colère, souvent sans raison évidente. Il émane de ces premiers une forte vibration de colère qui entre en résonance avec la colère d’autres personnes et qui la déclenche.
Si vous avez de la difficulté à ressentir vos émotions, commencez par centrer votre attention sur le champ énergétique de votre corps. Sentez votre corps de l’intérieur. Ceci vous mettra aussi en contact avec vos émotions. Nous explorerons cela plus en détail plus tard.
§
Vous dites que l’émotion est la réaction corporelle du mental. Mais il existe parfois un conflit entre les deux : le mental dit « non » alors que l’émotion dit « oui ». Ou vice-versa.

Si vous voulez vraiment apprendre à connaître votre mental, observez l’émotion, ou mieux encore, ressentez-la dans votre corps, car celui-ci vous donnera toujours l’heure juste. Si, apparemment, il y a un conflit entre les deux, la pensée mentira alors que l’émotion dira la vérité. Non pas la vérité ultime de votre essence, mais la vérité relative de votre état d’esprit à ce moment-là.
Les conflits entre pensées superficielles et processus mentaux inconscients sont certes chose commune. Mais si vous n’êtes pas encore capable de conscientiser l’activité mentale inconsciente sous la forme de pensées, celle-ci sera toujours reflétée dans le corps sous la forme d’une émotion. Et de cela vous pouvez prendre conscience. Fondamentalement, on observe une émotion de la même façon qu’une pensée, comme je l’ai expliqué plus haut. La seule différence, c’est qu’une émotion est fortement reliée au physique et que vous la ressentirez principalement dans le corps, alors qu’une pensée se loge dans la tête. Vous pouvez alors permettre à l’émotion d’être là sans être contrôlé par elle. Vous n’êtes plus l’émotion : vous êtes le témoin, la présence qui observe. Si vous vous exercez à cela, tout ce qui est inconscient en vous sera amené à la lumière de la conscience.
Cela revient-il à dire qu’il est aussi important d’examiner les émotions que les pensées ?

Oui. Prenez l’habitude de vous poser la question suivante : « Qu’est-ce qui se passe en moi en ce moment ? » Elle vous indiquera la bonne direction. Mais n’analysez pas. Contentez-vous d’observer. Tournez votre attention vers l’intérieur. Sentez l’énergie de l’émotion. S’il n’y a aucune émotion, soyez encore plus profondément attentif à votre champ énergétique, à l’intérieur du corps. C’est la porte d’accès à l’Être.
§
Habituellement, une émotion est la manifestation amplifiée et ravivée d’une forme-pensée. Du fait que la charge énergétique en est souvent fulgurante, il n’est pas facile au début de rester suffisamment présent pour la remarquer. Elle veut prendre possession de vous et y parvient en général, à moins qu’il n’y ait suffisamment de présence en vous. Si vous êtes ramené à l’identification inconsciente à l’émotion par manque de présence, ce qui est normal, l’émotion devient temporairement « vous ». Souvent, un cercle vicieux s’installe entre la pensée et l’émotion : elles s’attisent l’une l’autre. Le schème de pensée crée une réflexion amplifiée de lui-même sous la forme d’une émotion et la fréquence vibratoire de l’émotion continue d’alimenter la pensée d’origine.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents