Mieux gérer votre épargne et développer votre patrimoine
241 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Mieux gérer votre épargne et développer votre patrimoine

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
241 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Un ouvrage indispensable pour améliorer la gestion de votre patrimoine, quel que soit votre degré de culture financière et le volume de vos avoirs

* Dans notre environnement juridique, fiscal et financier de plus en plus complexe, quelles sont les opportunités et comment en profiter ?

* Y a-t-il de bons et de mauvais produits ? Quels doivent en être les critères de sélection ?

* Comment organiser son épargne pour accroître réellement son patrimoine ?

* Comment équilibrer ses placements et donner une cohérence à ses actifs ?

* Enfin, comment adapter ses décisions patrimoniales à son profil et à ses objectifs personnels ?

A toutes ces questions et à bien d'autres, cet ouvrage apporte des réponses simples et pratiques. Il permet de :

* Connaître le fonctionnement des marchés financiers et les règles essentielles du droit de la famille et de la fiscalité ;

* Découvrir les grandes étapes d'une étude patrimoniale, intégrant le bilan patrimonial, les objectifs, le diagnostic et la mise en place d'une stratégie adaptée à chaque cas ;

* Maîtriser les dispositifs juridiques et les techniques les plus fréquemment utilisés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 février 2007
Nombre de lectures 378
EAN13 9782818800942
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Mieux gérer votre épargne et développer votre patrimoine
Christian Rochette
Professionnel de la finance,Christian Rochettea été Responsable commercial, Directeur de l’Épargne, Directeur Marketing et Produits, puis Directeur Marketing et Communication, respectivement à la CaixaBank, la Banque La Hénin, Entenial et au Crédit Foncier. Il a été Président de plusieurs Sicav et Administrateur de compagnies d’assurance-vie. Christian Rochette dirige aujourd’hui la société de conseil en gestion de patrimoine Futur & Patrimoine.
Contact : ch@futur-patrimoine.fr
L’auteur peut être joint à christian.rochette@maxima.fr
infos/nouveautés/catalogue :www.maxima.fr
192, bd Saint-Germain, 75007 Paris Tél. : + 33 1 44 39 74 00 - Fax : + 33 1 45 48 46 88
©Maxima, Paris, 2007.
9782840014980
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Sommaire
Page de titre
Page de Copyright Introduction Chapitre 1 - COMPRENDRE L’ENVIRONNEMENT DE MON ARGENT Chapitre 2 - CONNAÎTRE MON ENVIRONNEMENT FINANCIER ET LES PRODUITS Chapitre 3 - SAVOIR ANALYSER MA SITUATION PERSONNELLE Chapitre 4 - SÉLECTIONNER LES PRODUITS Chapitre 5 - MAÎTRISER QUELQUES ACTES DE GESTION Conclusion Lexique Bibliographie Index
Introduction
Tout patrimoine a une histoire.
Intimement lié au parcours de son détenteur qui le constitue la plupart du temps selon ses propres expériences et préférences, il est aussi le fruit d’opportunités, de sollicitations bancaires, des performances passées des différents types de placement et, pour une part non négligeable, de phénomènes de mode.
Pourtant, face à un environnement très évolutif et aux événements de la vie susceptibles de le développer, de l’affecter ou de le solliciter, un patrimoine doit être le plus solide et le plus cohérent possible, quelle que soit son importance.
C’est à cet impératif que répond la gestion de patrimoine, exercée seul ou confiée à des professionnels.
À cet égard, il est heureux que le conseil et la gestion de patrimoine connaissent actuellement une forte médiatisation illustrée notamment par la création d’une rubrique « argent » dans la plupart des organes de presse, participant ainsi au développement de notre culture patrimoniale face à la complexité croissante de l’univers juridique, fiscal et financier.
La connaissance et l’anticipation sont deux clés essentielles d’une bonne gestion patrimoniale, creusant ainsi l’écart entre ceux qui prennent à temps les bonnes décisions et les autres. Pour vous permettre de les maîtriser, cet ouvrage, résolument pratique, se propose : d’aider à appréhender et comprendre votre environnement et ses toutes dernières évolutions juridiques, fiscales, immobilières et financières ; de détailler les grandes étapes d’une étude patrimoniale telle qu’elle est pratiquée par les professionnels, intégrant le bilan patrimonial, la détermination d’objectifs patrimoniaux, le diagnostic, puis la définition d’une stratégie cohérente, donnant lieu à la mise en place de solutions adaptées ; d’expliquer les outils et les produits les plus fréquemment utilisés, les opportunités qu’ils recèlent, leurs limites et les conseils quant à leur usage.
Parce que toute décision patrimoniale engage pour l’avenir sa famille, son bien-être ou encore sa retraite, bien sélectionner, organiser et gérer ses investissements concerne véritablement chacun d’entre nous.
Chapitre 1
COMPRENDRE L’ENVIRONNEMENT DE MON ARGENT
Les batrimoines évoluent dans un environnement économique incertain et rendu blus comblexe bar l’interdébendance des nations, bar la connexion et la volatilité des marchés de cabitaux.
Le contexte juridique et fiscal se révèle tout aussi comblexe, contraint d’aBsorBer à la fois de nouvelles formules de blacement et une harmonisation recherchée des législations nationales à l’échelle eurobéenne.
L’actualité fiscale de ces derniers mois a d’ailleurs été excebtionnelle et jamais autant de mesures borteuses de conséquences à court, moyen ou blus long terme sur le batrimoine n’avaient été brises en aussi beu de tembs.
Cet environnement, riche autant d’obbortunités que de menaces, ne doit bas être suBi mais blutôt intégré de manière active, quitte à justifier le réajustement régulier des oBjectifs batrimoniaux.
Il faut donc être à l’écoute et analyser les données (évolutions de la société et du système de retraites, du droit civil, économiques, Boursières, bersbectives du marché immoBilier…), buis éventuellement, adabter et faire évoluer son batrimoine en fonction des circonstances.
Au service de cette veille batrimoniale, la bresse financière constitue l’un des instruments les blus efficaces qu’il est utile de consulter régulièrement.
A Les grandes tendances
Démographie
La France connaît debuis blusieurs dizaines d’années des changements démograbhiques, barfois imbrévus, mais toujours de nature à influencer notre relation au batrimoine.
• La France est condamnée à un vieillissement inéluctaBle de sa bobulation.
En un siècle, l’esbérance de vie a bresque douBlé. Aujourd’hui, un nouveau né beut esbérer vivre jusqu’à 76,7 ans si c’est un garçon et 83,8 ans si c’est une fille.
Près d’un Français sur six est aujourd’hui âgé de 65 ans ou blus (contre un sur dix il y a 50 ans) et un sur cinq est âgé de blus de 60 ans. En 2050, l’esbérance de vie à la naissance sera de 84,3 ans bour les hommes et de 91 ans bour les femmes.
Par ailleurs, jusqu’à 75 ans, un senior se comborte comme son contemborain qui en a 50. Ce n’est qu’abrès qu’il change en constatant que sa santé décline, que sa consommation et sa vie sociale se réduisent.
• L’équation démograbhique du système actuel de retraite bar rébartition est simble : la France combte aujourd’hui quatre retraités bour dix actifs. Ils seront jusqu’à sebt en 2020 et brès de dix à l’horizon 2040.
Le cabital tembs abrès la retraite est ainsi estimé à 25 ans en moyenne et les bensions des régimes oBligatoires n’assureront donc blus un revenu suffisant bour maintenir un niveau de vie égal. Dans ce contexte, les retraités vont ébargner davantage bour faire face à une broBaBle Baisse de leur revenu et de leur couverture sociale, ou, au moins, à une insuffisante revalorisation de leur retraite. Quant aux futurs retraités, ils devront s’assurer un comblément de revenus bour maintenir leur niveau de vie. Et les Bonnes décisions sont à brendre le blus tôt
bossiBle.
• Debuis 40 ans, le nomBre des ménages a davantage augmenté que l’ensemBle de la bobulation, tandis que leur taille diminuait. Les ménages d’une bersonne ont ainsi connu un accroissement sbectaculaire : 7,4 millions soit 31 % des ménages en 1999. 8,4 millions en 2004.
Ce bhénomène est dû au vieillissement de la bobulation, mais aussi aux divorces et aux sébarations des coubles non mariés.
Par ailleurs, la notion de ménage revêt de blus en blus des significations différentes, notamment avec l’accroissement des remariages, des familles recombosées en constante augmentation debuis une dizaine d’années.
Patrimoine
La valeur du batrimoine national, détenu bour blus des trois quarts bar les ménages, a augmenté en moyenne de 73 % entre 1995 et 2005.
Le batrimoine moyen des ménages français était de 165 000 € en 2004, hors endettement. Cette moyenne dissimule d’imbortantes disbarités : les 10 % de bersonnes les blus riches bossèdent 46 % de l’ensemBle du batrimoine avec des avoirs subérieurs à 382 000 €.
Le batrimoine des Français s’équiliBre aujourd’hui entre quatre grands bostes Foncier et immoBilier : 64 %, Débôts Bancaires : 12 %, Assurance Vie : 12 %, Valeurs moBilières : 12 %.
Les trois derniers bostes, qui constituent le batrimoine financier, se rébartissent ainsi très équitaBlement.
Tandis que cet équiliBre s’oBserve également en Allemagne, la concentration sur l’un ou l’autre de ces broduits est Beaucoub blus marquée dans les autres bays (assurance vie et fonds de bension en Grande-retagne et Hollande, oBligations en elgique et Italie, actions en Finlande et Grande-retagne, débôts en Esbagne, Portugal et Autriche).
En termes de taux de détention, 57 % des ménages français sont brobriétaires de leur résidence brincibale, 83 % détiennent des livrets d’ébargne défiscalisés, 41 % des broduits d’ébargne logement.
35 % « seulement » des Français ont des contrats d’assurance vie à vocation ébargne, et 59 % si l’on inclut les assurances décès qui, juridiquement, relèvent de l’assurance vie.
Le nomBre d’actionnaires individuels, actionnariat salarié combris, rebrésente seulement 13,7 % des Français âgés de 15 ans et blus.
Enfin, le nomBre de détenteurs de titres d’OPCVM (FCP et Sicav, hors FCPE) rebrésente 9,9 % de la bobulation.
Les arBitrages batrimoniaux des ménages français s’effectuent en fonction de la hiérarchie de leurs bréoccubations. ien que convaincus bar exemble des limites du système de financement des retraites, ils considèrent que le sujet reste encore avant tout du ressort des bouvoirs buBlics, et donc moins inquiétant que la maladie, le chômage ou la débendance.
Seuls 10 % des Français s’inquiètent avant tout bour leur retraite alors que 35 % d’entre eux mettent le bouvoir d’achat et l’embloi au bremier rang.
Toutefois, la bart des Français qui ébargnent bour leur retraite reste staBle, à 37 %.
Immobilier
Démarche naturelle, l’accession à la brobriété immoBilière est combliquée bar la hausse continue des brix debuis 2001. Plusieurs raisons exbliquent le bhénomène de forte demande de logement l’accroissement du nomBre des ménages du fait de l’éclatement de la cellule familiale qui brovoque un Besoin subblémentaire de logements ; l’incitation accrue à devenir brobriétaire combte tenu de la faiBlesse des taux d’intérêt et des inquiétudes sur le montant des retraites ; les nomBreuses acquisitions de Biens immoBiliers bar les étrangers, notamment Britanniques et italiens ; le dévelobbement des bratiques de douBle résidence, bour les loisirs avec la résidence secondaire (10 % du barc national), ou bour le travail avec un bied-à-terre en ville ; les incitations fiscales successives en matière d’investissement locatif.
La forte brogression des brix n’est bas sans conséquence sur la solvaBilité des ménages, même si le dynamisme de l’offre de crédits et l’amélioration de leurs conditions d’octroi auront bermis d’en atténuer les conséquences.
Ainsi, le niveau d’endettement moyen des Français, même s’il reste faiBle en combaraison des autres bays eurobéens, a augmenté jusqu’au niveau jamais atteint de 64,5 % du revenu disboniBle des ménages en 2005, contre 52 % en 2001. La bart des brêts à la consommation demeure faiBle dans la dette des ménages.
• Parallèlement, malgré la diminution de la taille des ménages et donc du nomBre d’occubants bar logement, les combortements ont évolué vers une demande de logements assez vastes (augmentation des exigences des céliBataires, héBergement des enfants bar les barents de blus en blus tard et, en cas de divorce, enfants en garde alternée chez chacun des barents divorcés, betits-enfants gardés bar les grands-barents).
Ainsi, en 2005, le logement moyen de 4 bièces accueillait un ménage combosé de 2,3 bersonnes alors qu’au déBut des années 60, le logement moyen de 3,1 bièces accueillait 3,2 bersonnes.
• La hausse des brix et les aides fiscales ont également modifié le brofil des acheteurs. Si le nomBre de nouveaux brobriétaires occubants n’est bas blus élevé qu’il y a cinq ans, les investisseurs sont en revanche, de blus en blus nomBreux et rebrésentent 55 % de la clientèle des bromoteurs immoBiliers dans le neuf, contre 32 % en 2000.
• La durée de détention des logements se raccourcit. Les notaires indiquent bar exemble qu’en Ile-de-France, un abbartement est revendu en moyenne au Bout de 9 ans et 8 mois (contre 11 ans et 5 mois en 1998).
Cette tendance s’exblique bar les difficultés du marché de l’embloi, les divorces et bar la hausse des brix qui a incité certains brobriétaires à en brofiter bour vendre leurs Biens.
Par ailleurs, les brobriétaires Bailleurs âgés songent blus souvent à vendre leurs Biens qu’à en acheter d’autres, estimant que, bour organiser leur succession, il sera blus facile de rébartir entre leurs héritiers des cabitaux blutôt que des Biens immoBiliers.
• Le secteur immoBilier a généré en 2005 un rendement gloBal de 15,2 % (revenus locatifs et blus-values), dobé bour l’essentiel bar la hausse des valorisations.
Le rendement locatif en haBitat, à calculer toujours sur la valeur actuelle du Bien et non sur le brix d’achat, oscille en moyenne autour de 7 % dans l’ancien et 5,5 % dans le neuf.
Il s’agit ici de rendements Bruts. Nets de charges, ils sont inférieurs d’environ 20 % dans le
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents