14-18

-

Français
206 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Joseph Cressot est un jeune inspecteur de l'Education nationale de 34 ans quand il est envoyé au front. Son journal, témoignage bouleversant de la vie terrible qu'il y mène avec ses camarades, dévoile aussi la part d'humanité d'un homme qui, à aucun moment, n'abandonne son attachement à la vie malgré la barbarie contagieuse de la guerre : est-ce pour narguer la mort et affirmer la primauté de la vie qu'il va au Chemin des Dames, en terrain découvert, cueillir pour sa femme deux fleurs de cerisier ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 octobre 2014
Nombre de lectures 16
EAN13 9782336359199
Langue Français
Poids de l'ouvrage 64 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Est-ce pour afIrmer la primauté de la vie et narguer la mort, qu’il va, au Chemin des Dames, cueillir, pour sa femme, deux Leurs de
, petit-îls de Joseph Cressot, à partir des carnets de notes, de dessins et de photos conservés précieusement depuis 100 ans. Il reproduit journal, dont les textes ont été illustrés par une sélection de dessins et de photos correspondant aux évènements, aux lieux ou aux personnages cités.
Joseph Cressot
1418Du canon à la plume
14-18
Du canon à la plume
Histoire de la défense Collection dirigée par Sophie de Lastours Cette collection se propose d’étudier les différents aspects qui composent l’histoire de la défense. La guerre, la technologie, la sécurité n’ont cessé de se transformer, de se construire et même de se détruire les unes par rapport aux autres. Elles sont en perpétuelle mutation. L’apparition de nouvelles menaces a toujours conduit les sociétés à tenter de s’adapter avec plus ou moins de succès et parfois à contre-courant des idées reçues. Des questions seront soulevées et des réponses données, même si beaucoup d’interrogations demeurent. L’histoire, la géographie, le droit, la politique, la doctrine, la diplomatie, l’armement sont tous au cœur de la défense et interfèrent par de multiples combinaisons. Ces sujets contribuent à poser les défis et les limites du domaine de la défense à travers le temps en replaçant les évènements dans leur contexte. e On dit par exemple que dans ce XXI siècle naissant, les guerres entre Etats sont en train de devenir anachroniques au bénéfice de conflits tribaux ou religieux, mais seules des comparaisons, des études détaillées qui s’étendent sur le long parcours de l’histoire permettront de le vérifier. Derniers parus Marcel BÉROUJON,Lettres à ses parents d’un poilu de Thizy (décembre 1914 – septembre 1919),2014. Sophie de LASTOURS,Fers croisés sur Dumouriez (1729-1823), 2013. Christophe DARGERE,Je vous écris de mon hôpital... Destins croisés de six soldats ligériens blessés pendant la Grande Guerre, 2011. Oriane BARAT-GINIES,L’engagement militaire français en Afghanistan, 2001-2011, 2011. Emmanuel GOFFI, Lesarmées françaises face à la morale, 2011. Arlette ESTIENNE MONDET, J.B.E Estienne, « Le père des chars », 2011. Michèle RACLOT,28 mai 1940. Le jour où le Brazza s’est englouti,2010. Christophe DARGERE, Si ça vient à durer tout l'été. Lettres de Cyrille Ducruy, soldat écochois dans la tourmente 14-18, 2010. Xavier LAVIE, Une garde nationale pour la France, 2010. Henry OLIVARI,Mission d’un cryptologue français en Russie(1916), 2009. Souvenirs croisés de la première guerre mondiale : correspondance des frères Toulouse (1914-1916) et souvenirs de René Tognard (1914-1918), 2008. Général Maurice SCHMITT,La deuxième bataille d’Alger (2002-2007) : la bataille judiciaire, 2008. Dominique CARRIER, « On prend nos cris de détresse pour des éclats de rire » André Tanquerel,Lettres d’un poilu(1914-1916), 2008. Marcelin DÉFOURNEAUX,L’Espagne de Franco pendant la Seconde Guerre mondiale,2007.
Joseph Cressot 14-18
Du canon à la plume
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04237-4 EAN : 9782343042374
À mes Parents,
À mon frère Michel
Jacques Sauvadet
Avant-Propos
Joseph Cressotavait 32 ans en 1914. Ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, il était alors inspecteur primaire à Bar-sur-Seine, et s’était marié en août 1914, avec Jeanne Usselmann, la veille de la déclaration de guerre. Il a été mobilisé dès le début, à Troyes, et a été envoyé au front en juil-let 1916, au moment de l’offensive de la Somme. Ses photos et ses dessins ont été réalisés pendant tout le conflit, mais ses écrits, objet principal de cet ouvrage, commencent à partir du 26 no-vembre 1916. Ils sont rédigés d’une petite écriture très serrée, au jour le jour, dans la paille ou dans les sapes, sur de petits carnets. En novembre 1916, il revenait de 3 semaines à Dieppe, où son régiment avait été envoyé en repos après la première et terrible bataille de la Somme de juillet et août 1916. Il allait quitter le camp de rassemblement et de prépa-ration de Sailly-Laurette, dans la Somme, pour monter une deuxième fois au front, dans les tranchées vers Maurepas et Rancourt, villages sinistrés, rasés. Il restera ensuite sur le front jusqu’à la fin de la guerre. Le livre reprend le texte de ses carnets in extenso, complété par une sé-lection de photos et dessins correspondant aux évènements, aux lieux ou aux personnages cités. Certains termes spécifiques ou peu usités de nos jours sont indexés et expliqués en bas de pages ouen fin d’ouvrage. La première période sur le front de la Somme (été 1916), le repos à Dieppe qui a suivi, ainsi que les derniers mois de 1918, pour lesquels nous ne disposons pas de texte mais uniquement de photos et de dessins, font l’objet d’une annexe spécifique à la fin de l’ouvrage. La chronologie du périple de deux ans relaté par Joseph Cressot à partir de novembre 1916, est marquée par quatre « montées au front », entrecou-pées de périodes de repos ou de transferts entre Somme, Aisne et Lorraine : l’ouvrage est organisé en quatre chapitres, correspondant à ces quatre mo-ments dramatiques : La Somme, Nomeny, Le Chemin des Dames, Verdun.
8
Août 1914 - juillet 1916
1916 26 juillet15 août 15 aoûtseptembre Octobre - novembre 2429 novembre 29 nov - 10 décembre 1117 décembre 18 déc - 17 janvier 1917 18 janvier - 31 janvier 1 février - 27 mars 27 mars - 10 avril 11 avril - 15 avril 16 avril - 18 mai 19 mai - 15 juin 16 juin - 4 août 4 août - janvier 1918 1918 1 janvier - 16 avril Mai - juin 29 juin - 23 juillet 24 juillet - 30 septembre 1 octobre - 12 octobre 13 octobre - 9 novembre
Dates et lieux principaux :
Mobilisation - Troyes
Front de Somme : Maurepas Repos à Dieppe Instruction à Broquierse Sailly-Laurette, 2 montée vers le front Front de Somme : Maurepas, Rancourt Tilloy-lès-Comty, départ vers Vézelise Vézelise, puis Nomeny Nomeny Bratte, Beuvardes, départ vers Paars Paars, départ vers Droizy Droizy, montée au Chemin des Dames Chemin des DamesChacrise, Droizy, départ vers la Lorraine Coincy, Leyr, départ vers Épinal Épinal Verdun,le bois des corbeaux Les Flandres, le Mont-des-Cats La Marne La Vesles, Reims La Vesle et La Suippe L’Oise, jusqu’à la Belgique.
9
On peut penser que son âge et son niveau d’instructionont justifié son affectation comme « observateur ». Caporal au moment de la Somme et de Nomeny, il passera sergent après « le Chemin des Dames », adjudant puis sous-lieutenant, toujours comme observateur, à Verdun.
Quand il ne doit pas s’atteler, comme les autres poilus, à des travaux divers comme le terrassement, il est donc chargé, surtout au front, d’observer les lignes ennemies, les mouvements, les bombardements, de donner des renseignements pour le réglage des tirs d’artillerie, et d’en faire rapportquo-tidien à un officier : à un lieutenant, puis à un colonel à partir de Verdun.
Le 24 juillet 1916, il va rejoindre pour la première fois le front, celui de la Somme; il ne le saura qu’au dernier moment, comme en témoigne cette lettre écrite à ses parents…Il ne sait pas non plus que ce n’est que le début, et qu’il va rester plus de 2 ans avec les poilus de première ligne: