D
172 pages
Français

D'autres limites à la prison

-

172 pages
Français

Description

L'Art-thérapie a-t-elle sa place en prison ? Par son utilisation, peut-elle parvenir à mettre en échec les limites sociales, psychologiques, institutionnelles, mais aussi culturelles ? L'Art se limite-t-il à une fonction sociale ? Cette étude tente de montrer les interactions de l'homme avec son milieu lorsque celui-ci est le monde carcéral et comment l'art peut tenter de donner une réponse positive.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 mai 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140089732
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L’Art-thérapie a-t-elle sa place en prison ? Par son utilisation, peut-elle parvenir à mettre en échec les limites sociales, psychologiques, institutionnelles, mais aussi culturelles ? L’Art se limite-t-il à une fonction sociale ? Les détenus qui participent aux ateliers ont cessé d’agir, de choisir et de faire confiance et purgent leur peine dans l’attente. Si l’Être humain est impressionnable et plastique, il semble que l’Art, qui orchestre ces deux caractères, puisse être utilisé pour contribuer à des changements. L’évolution de l’homme fut dépendante de sa capacité à s’adapter à son milieu. De ces postulats, cette étude tente de montrer les interactions de l’homme avec son milieu lorsque celui-ci est le monde carcéral et comment l’art peut tenter de donner une réponse positive.
Créer va réactiver les notions de Bien et de Beau, pour faire émerger des fonctions sociales. En travaillant la matière, ils vont retrouver leurs émotions, leurs sensations. L’art tisse des liens privilégiés entre un homme et son rapport au monde, ses valeurs ainsi que sa conception de la qualité de vie dans un monde où les normes ne cessent de s’imposer. Ce « passage à l’œuvre » va obliger ces hommes à faire des choix, mettre en valeur leur talent, afin de rester vivants et de tenter d’exister, et permet au final d’instaurer des relations nouvelles avec leur corps, leur pensée, leurs valeurs, et les autres…
O
Girardin-Gantier
Photographie de couverture © Alex Iby,
ISBN : 978-2-343-13827-5 17,50 €
.
Odile Girardin-Gantier
D’autres limites à la prison
Comment l’Art-thérapie peut aider à supporter le monde carcéral
Préface de Bernard Andrieu
D’autres limites à la prison
Mouvement des savoirs Collection dirigée par Bernard Andrieu L’enjeu de la collection est de décrire la mobilité des Savoirs entre des sciences exactes et des sciences humaines. Cette sorte de mobilogie épistémologique privilégie plus particulièrement les déplacements de disciplines originelles vers de nouvelles disciplines. L’effet de ce déplacement produit de nouvelles synthèses. Au déplacement des savoirs correspond une nouvelle description. Mais le thème de cette révolution épistémologique présente aussi l’avantage de décrire à la fois la continuité et la discontinuité des savoirs : un modèle scientifique n’est ni fixé à l’intérieur de la science qui l’a constitué, ni définitivement fixé dans l’histoire des modèles, ni sans modifications par rapport aux effets des modèles par rapport aux autres disciplines (comme la réception critique, ou encore la concurrence des modèles). La révolution épistémologique a instauré une dynamique des savoirs. La collection accueille des travaux d’histoire des idées et des sciences présentant les modes de communication et de constitution des savoirs innovants. Déjà parus Éric DUGAS (dir.),Les violences scolaires d’aujourd’hui en question. Regards croisés et altérités, 2018. Alessandro PORROVECCHIO, Gabriele DI FRANCESCO et Joël LADNER (dir.),Etudiants : acteurs de leur santé ?,Regards pluridisciplinaires,2017. Bernard ANDRIEU et Cyril THOMAS (dir.),Entre les corps, Les pratiques émersiologiques aujourd’hui (cirque, marion-nettes, performance et arts immersifs), 2017. Pierre PARLEBAS et Thierry DEPAULIS,Jeux et culture à la Renaissance. L’album d’estampes de Nicolas Prévost, 2017. Bernard ANDRIEU et Petrucia DA NÓBREGA (dir.),Somati-ciens,Encyclopédie des corps,2017. Alessandro PORROVECCHIO,Sport, sexe et genre : représen-tations et narrations, 2017. Rémi RICHARD,Etre footballeur en fauteuil.Approche socio-phénoménologique du corps sportif en situation de handicap, 2017.
Odile Girardin-Gantier
D’autres limites à la prison
Comment l’Art-thérapie peut aider à supporter le monde carcéral
Préface de Bernard Andrieu
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-13827-5 EAN : 9782343138275
Dans un souci d’anonymat et pour respecter la demande du directeur de stage, les remerciements concernant les personnels et patients des différentes structures ne sont pas nominatifs. Je tiens à remercier toutes les personnes sans qui ce travail n’aurait pu voir le jour.
C’est-à-dire : Tous les patients et détenus qui ont osé m’accorderune confiance.
Le médecin psychiatre qui m’a permis un stage dans des conditions idéales. Il est remercié pour le temps qu’il m’a accordé ; mais aussi pour son soutien lorsque l’innovation n’est pas de mise en prison. Les médecins responsables du service pour avoir mis à ma disposition les locaux et m’avoir fait confiance. Le cadre de santé qui, dans l’écoute, a su rendre ce stage particuliè-rement riche. Le cadre responsable du S.P.I.P (Service pénitentiaire d’insertion et probation) pour la confiance qu’elle m’a accordée pour les ateliers artistiques. L’ensemble de l’équipe de soin qui a su m’aider pour les prises en charge difficiles. Le psychologue qui m’a permis d’avancer dans le dialogue et donc de comprendre les difficultés du lieu. Les surveillants de l’équipe pénitentiaire pour avoir répondu à mes questions. Bernard Andrieu pour avoir accepté de suivre mes travaux. Aimée Pensa pour toute sa documentation et ses encouragements. Jacqueline Morlot pour ses corrections et son regard bienveillant. Richard Forestier et l’école de l’AFRATAPEM pour leur humanité. Ma famille et mes amis pour leur patience et leur soutien.
Préface
Éveiller son corps vivant en prison 1 Bernard ANDRIEU
En accompagnant Chantal Minotti et Isabelle Magnien à la 2 prison de Toul , celle-là même de la révolte de décembre 1971 que Michel Foucault accompagna avec le Groupe d’Intervention 3 sur les Prisons (GIP) qu’il venait de créer , je pensais que mon travail de philosophe du corps sur le tatouage avait peu de sens pour des personnes en situation d’enfermement dont le corps était plus spécialisé que moi sur la question. En passant de l’enfermement à l’éveil du corps vivant, l’intervenante et ses collègues de la licence APAS de la faculté du sport de Nancy (Université de Lorraine), filière pionnière en France, marchaient sur les traces de François Courtine et poursui-vaient son travail engagé relatif à «la sportification péniten-4 tiaire», l’historien ayant rejoint l’ENAP après Nancy . Dès son double mémoire de Maîtrise avec Sophie Garnier,
1 Philosophe du corps, Professeur en STAPS à l’UFR STAPS de l’Université René Descartes – Sorbonne Paris Cité, Directeur du GDRI « ECAPAS » CNRS ADES/EFS AMU (BodyEcology in Physical Sportive Adapted Activities), Chercheur au TEC, Membre associé à l’UMR 6872. 2 Minotti C., Magnien I., « Éthique et pratiques en milieu carcéral : le judo comme expérience d’incorporation des valeurs dans un contexte situé, au centre détention de Toul », dans B. Andrieu (éd.),Éthique du sport, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2013, p. 380-422.3 Artières P., Quero L., Zancarini-Fournel M., 2003.Le GIP : archives d’une lutte 1970-1972, Paris, IMEC. 4 Courtine F., 1980.La sportification pénitentiaire : de la «roue au ballon... prisonnier»,VII ;de Doctorat  Thèse : Univ. Paris : UER de Sociologie Courtine F., Fillet B. & Siret R., 1992.Rapport du groupe de travail pour l’actualisation des instructions relatives aux activités physiques et sportives en établissement pénitentiaire,Paris, Ministère de la Justice.
9