De la restauration à la régionalisation

-

Livres
280 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Jean-Luc Hausemont propose une étude remarquable sur l'évolution d'une école du village de Charlieu, dans la Loire. S'étendant du début du XVIIIe siècle au début du XXe, cette analyse revêt un intérêt historique incontestable. La diversité des sources, la minutie de la documentation, la richesse des informations contenues dans cet essai permettent de suivre en parallèle la naissance des grands principes régissant l'éducation en France, l'avènement des grandes lois sur l'école et leur application à l'échelle d'un établissement de province. "De la restauration à la régionalisation" est à la fois un travail de référence et un outil précieux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 juin 2013
Nombre de visites sur la page 30
EAN13 9782342008067
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
De la restauration à la régionalisation
JeanLuc Hausemont De la restauration à la régionalisation Un grand dessein : instruire
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118501.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013
À mes parents qui ont sacrifié leur jeunesse pour que je fasse des études
En avantpropos Une entreprise d’enseignement Pour juger sainement un fait historique quelconque, il faut se rendre compte du milieu dans lequel il s’est dérou-lé, le situer dans les domaines de la philosophie, de la morale, du confessionnel, dans le temps et dans le lieu où il s’est accompli, avec le cortège des passions des contro-1 verses et de toutes les impulsions du moment . 2 Reprendre à notre compte le mot de Marc SUTEAU n’est pas une provocation. C’est exprimer des contingen-ces de même nature pour la création, le développement, la pérennité de l’Ecole dans un environnement concurrentiel. Pérenniser l’école dépend de l’environnement économi-que, de la conjoncture politique, de l’organisation locale et de son évolution. Prenant, en fil rouge, l’école primaire supérieure de Charlieu dans le département de la Loire, nous allons nous efforcer de montrer que ces principes s’appliquent à une école en évolution constante depuis deux siècles. Bien avant la Révolution, l’école doit surtout combattre les traditions païennes. Ensuite, et pendant dix siècles, elle doit évangéliser le peuple, prolonger le prêche du curé et assurer une relative paix sociale. L’Eglise crée l’école et 1  Citation à l’occasion de l’érection du monument en mémoire de Michel SERVET à Vienne. E. J. Savigné « Le savant Michel Servet, victime de tous les fanatismes » Henri Martin, Imprimeur à Vienne 1907 68 pages2 « Une ville et ses écoles : Nantes 1830-1940 » aux Presses Universi-taires Rennes 1999 page 13
9
Jean-Baptiste de la Salle théorise l’instruction primaire gratuite. Le XVIIIème siècle, celui des Lumières, influen-ça les idées contre l’absolutisme, la société d’Ordres, surtout la première : le clergé. Le XVIII fut aussi le siècle d’une profusion d’innovations qui auront un impact considérable sur la vie des sujets. TURGOT, le physiocrate, pressent le déplace-ment des compétences des métiers de l’agriculture vers l’industrie naissante et les déplacements des populations vers les villes avec, comme conséquence, le besoin de formation aux métiers nouveaux consommateurs de sa-voirs. L’instruction, dans les petites écoles, se limitait à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. Pendant la période révolutionnaire émerge, sous l’influence des scientifiques – Chaptal, Berthelot, Monge – l’idée de l’apprentissage et de la formation profession-nelle pour les ouvriers et artisans. Le siècle s’annonce riche en initiatives pour placer la France en position de compétition d’abord avec l’Angleterre puis avec la future Allemagne. La conception d’un système de formation profession-nelle relève de motivations complexes. Elle n’existait que de façon embryonnaire dans quelques collèges religieux. La création ex nihilo devait satisfaire une problématique : - Répondre aux besoins de l’industrie naissante, c’est-à-dire, vulgariser les découvertes scientifi-ques auprès d’ingénieurs. - Accélérer l’alphabétisation de la population pour introduire les techniques nouvelles. - Former les Maîtres nécessaires à la diffusion des idées nouvelles. - Optimiser les coûts d’investissements et de fonc-tionnement.
10