L'accès à l'eau saine: un droit humain au Burkina Faso

-

Livres
185 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A l'instar d'autres pays en développement, le Burkina Faso a consacré dans sa législation le droit d'accès à l'eau et fixé les principes fondamentaux de sa gestion durable. l'auteur présente les caractéristiques de la politique nationale de l'eau avant et après la réforme agraire et foncière.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2008
Nombre de lectures 330
EAN13 9782296188679
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
L’accès à l’eausaine : un droithumain auBurkina Faso
©L'HARMATTAw, 2008 5-7, rue del'École-Polytechnique; 75005Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-04700-6 EAN : 9782296047006
Micheline LOPA DUFREwOT
L’accèsàleausaine : un droithumainauBurkina Faso
Préface de Monique ILBOUDO
L'Harmattan
Etudes Africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François MangaAkoa
Dernières parutions
JacquesCHATUÉ,Basile-JuléatFouda,2007. Bernard LABA NZUZI,L’équationcongolaise,2007. OlivierCLAIRAT,L’écoledeDiawar et léducationau Sénégal,2007. Mwamba TSHIBANGU,Congo-Kinshasaou la dictature en série,2007. Honorine NGOU,Mariage etViolencedans la Société TraditionnelleFangauGabon,2007. Raymond GuissoDOGORE,LaCôtedIvoire: construire le développementdurable,2007. André-Bernard ERGO,Lhéritagede laCongolie,2007. Ignatiana SHONGEDZA,Éducationdes femmes enAfrique australe,2007. AlbertMPAKA,Démocratie etvie politiqueauCongo-Brazzaville,2007. Jean-AlexisMFOUTOU,Coréférents et synonymesdu français auCongo-Brazzaville.Ce quedireveutdire,2007. Jean-AlexisMFOUTOU,Lalangue françaiseauCongo-Brazzaville,2007. MouhamadouMounirouSY,Laprotectionconstitutionnelledes droits fondamentauxenAfrique.LexempleduSénégal,2007. CheikhMoctarBA,Etudecomparative entre lescosmogonies grecques etafricaines,2007. Mohamed SaliouCAMARA,Le pouvoir politique enGuinée sousSékouTouré,2007. Pierre SALMON,wouvelle introductionàlhistoirede lAfrique,2007. Pierre KAMDEM,Camerounais enIle-de-France,2007. VincentMULAGO,Théologieafricaine et problèmesconnexes. Au fildesannées (19561992),2007.
Kulg sans golm, bi yimbg toun n’yolm
Proverbe mooré (Si le cours d’eau change d’itinéraire, le caïman est obligé de le suivre)
PRÉFACE
L'accès à l'eau saine comme un des droits fondamentaux de l'être humain !Cela paraît si évident. Évident au nom de l'égalité, au nom de la fraternité, au nom de la solidarité entre les habitants de cette planète ! Tout comme il paraît évident que tout être humain sur cette terre doit pouvoir, aujourd'hui, manger à sa faim, se soigner, s'instruire... car l'humanité en a, aujourd'hui, potentiellement, les moyens techniques, économiques,... L'humanité en a les moyens, et l'humanité SAIT.Àl'ère du numérique, de démocratisation sans précédent de l'information, elle sait par exemple quele Burkina Faso disposed’une quantitéd’eau mobilisablede 850m3 par an et par habitant, alors que le seuilde pénurie identifié par leswationsUniesaété évaluéà1000m3 mobilisables paran et par habitant,quele tauxnational dedesserte en eau potable est estimé,en 2004, à61 % avec de fortesdisparités entre les milieuxurbain et rural » !L'humanité n'a jamais été aussi consciente de ce qui se passe dans chaque recoin de cette planète. Notre époque se présente comme celle de la globalisation des valeurs humaines. On n’a jamais autant magnifié les droits humains, la justice et l’égalité entre les habitants de la terre.«Tous les êtres humains naissent libres et égauxendignité et endroits. »Il existe aujourd'hui, en dépit de la diversité des cultures, des niveaux de développement économique et de tous les autres contextes particuliers, « un minimum de valeurs humaines partagées » qui fait qu'on s'indigne face aux violations des droits humains aux quatre coins du monde. La globalisation des valeurs ne va pourtant pas de pair
avec un comportement éthique, une solidarité qui permettraient de renforcer la sécurité humaine au profit de tous, afin qu'au-delà de l'action humanitaire d'urgence, on puisse rendre effectifs et permanents les droits humains de chacun. LaDéclaration Universelle des droits de l’Homme du 10décembre1948 et les pactes internationaux relatifsaux droitscivilset politiquesd'unepart, auxdroits économiques,sociauxetculturelsdel'autre, constituent le fondement moralet juridiquesur lequela été édifiéle mécanismeinternationaldepromotionetdeprotectiondes droits humains.Dès le départ, cesdroits ontétéproclamés universels et indivisibles.Si le caractèreuniverselest constamment rappelé,on oubliesouvent que ceprincipe d'universalité doitallerdepairavec celuid’indivisibilité. Lesdroitséconomiques,sociauxetculturelsdoiventêtre reconnusau mêmetitrequelesdroitscivilset politiqueset promusconcomitamment.Nepas rendreles premiers justiciablescompromet laréalité des seconds.S'agissant précisémentdudroitd'accèsàl'eausaine,l'auteure du présent ouvrage démontre combien ilest illusoire de dissocierce droitdudroitàlavie :« l'eau, c'est lavie»! Ellenousdonnelesclésdelecture d'undroit qui n'est nouveau quepar laprise de consciencerécentesur la nécessité desapromotionetdesaprotection. Àpartirdel'exemple duBurkinaFaso, cet ouvrage donneunéclairagesur les hésitations,lescontradictionset lesécueilsd'undroit international qui peine àlerendre effectif.Ila, certes,réussiàle définiretàle consacrer: 1 L'ECOSOCaffirme ainsi queleau est une ressource naturelle et unbien public.Elle nest pas essentiellement
1 Comité desdroitséconomiques,sociauxetculturelsdel’ONU.
8
un bien économique,mais unbien social etculturel.Dans le même temps, d'autres institutions internationales poussent à la privatisation tous azimuts,ycomprisdes compagniesd'assainissementetde distributiond'eau potable ! Cette étudetrèsconcrètemontreleseffortsfournis par leBurkinaFaso,pays sahélienenclavé,pourrerde façonéquitableses réserveseneau, dans uncontexteles règles juridiques seheurtent parfoisà des pratiques ancestrales.Ellesoulignelanécessité desaisir laquestion delapauvretépar une approche fondéesur lesdroits humains. «Lapauvretéeten particulier l’extrêmepauvretéconstitueune atteinte auxdroitsfondamentauxde l’Homme et, àl’heure actuelle, elle estaucœurdes préoccupationsdetoutes les sociétésavecsoncortège 2 d’injustices, dexclusions, deprivationsetd’inégalités » . Le droitàl'eau saine doitêtre appréhendé dans la questionglobale dudroitauveloppement.Le veloppement tant individuel que collectif, cest-à-dire l’épanouissementdel’êtrehumain,supposelaréalisation detous sesdroits humains.Le droitauveloppement individuel, cest lareconnaissance et lerespectdela dignitéhumaine de chaquepersonne.Le droitau veloppementcollectif, cest lareconnaissance dudroit detousàprofiterdes ressourcesdel’humanité.L'approche duveloppementbasésur lesdroits impliquequele manque deressources soitconsiré commeunesituation denon-satisfactiondesdroits,noncommeun obstacle àla satisfactionde cesdroits.Le droitauveloppement serait
2 UNESCO,stratégie àmoyen terme2002-2007,p.55.
9
ainsi reconnu à tous, sans distinction, aux générations présentes et futures. Les efforts individuels d'États comme leBurkinaFaso seront peu efficaces sans un engagement moral et une modification radicale des comportements et mentalités à l'échelon international. Seule une coopération fondée sur la justice favorisera la réalisation des droits, notamment économiques et l'atteinte des objectifs du Millénaire. Il faut tendre vers cet idéal, dans la solidarité.Cette solidarité doit avoir pour fondement le respect de l’Autre, de sa dignité, de sa différence.
Monique ILBOUDO Ministre de la Promotion desDroitsHumainsduBurkina Faso
1
0