La Portée philosophique de l'oeuvre d'Hector Berlioz

-

Livres
298 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Qu'on se rassure! Berlioz n'était pas philosophe, et il n'aimait guère les philosophes. Probablement les a-t-il même fort peu lus. Mais il a participé activement, à travers sa critique musicale comme à travers ses propres oeuvres, à tous les grands débats de son temps sur l'art en général et la musique en particulier. On le verra vite, la philosophie est partout chez lui, évidemment presque toujours de manière implicite mais néanmoins très appréciable. Après un "Hector Berlioz ou la philosophie artiste" en deux volumes, Dominique Catteau revient à l'essentiel en captant dans ce condensé l'essence même de la pensée d'un compositeur trop souvent réduit à l'étiquette romantique. Se penchant aussi bien sur la remarquable philosophie de la musique à travers ses écrits sur celle des autres musiciens qu'à l'authentique philosophie qui se cache dans ses oeuvres musicales, cet ouvrage démontre brillamment que Berlioz mérite sa place aux côtés des grands poètes et philosophes tragiques, quelque part entre Virgile et Shakespeare, Sophocle et Nietzsche.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mai 2015
Nombre de visites sur la page 32
EAN13 9782342037289
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0086 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La Portée philosophique de l’œuvre d’Hector Berlioz
Du même auteur
Petite philosophie du mariage et de ses dérivés aujourd'hui, Société des Écrivains, 2015
Philosopher pour rire, Société des Écrivains, 2014
Les Troyensd’Hector Berlioz, Société des Écrivains, 2013 Richard Wagner et ses philosophies, Connaissances et Savoirs, 2013 Petite philosophie des mises en scène d’opéras d’aujourd’hui, Société des Écrivains, 2012 Laissez-les enseigner, éditions Publibook, 2006 Pauvres juges des divorces, éditions Publibook, 2006
Comprendre la grande philosophie européenne, éditions Publibook, 2006 Nietzsche, apostat de Wagner ? L’éternel malentendu, éditions Publibook, 2002 Nietzsche, apologiste de Wagner, éditions Publibook, 2002 Nietzsche, adversaire de Wagner, éditions Publibook Nietzsche et Berlioz, une amitié stellaire, éditions Publibook Hector Berlioz ou la philosophie artiste – Tome 1, éditions Publibook Hector Berlioz ou la philosophie artiste – Tome 2, éditions Publibook
Dominique Catteau La Portée philosophique de l’œuvre d’Hector Berlioz Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120386.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015 En couverture : photographie d’Hector Berlioz par Pierre Petit, reproduite avec l’aimable autorisation du musée Hector Berlioz de La Côte-Saint-André, et du Conseil général de l’Isère. Tous droits réservés.
Retrouvez l’auteur sur son site Internet : http://dominique-catteau.publibook.com
Introduction Le présent ouvrage est en fait l’abrégé d’un travail plus 1 complet , dont l’auteur a lui-même extrait les moments les plus nécessaires. Qu’on se rassure ! Berlioz n’était pas philosophe, et il n’aimait guère les philosophes. Probablement les a-t-il même fort peu lus. Mais il a participé activement, à travers sa critique musicale comme à travers ses propres œuvres, à tous les grands débats de son temps sur l’art en général et la musique en parti-culier. On le verra vite, la philosophie est partout chez lui, évidemment presque toujours de manière implicite mais néan-moins très appréciable. On sait aujourd’hui de mieux en mieux que Berlioz a beau-coup écrit, à côté de sa production musicale. Curieusement il n’a presque rien laissé concernant son propre mode de création artistique. On ne trouve sous sa plume abondante presque au-cune allusion personnelle à ce qu’il faisait et encore moins à la façon dont il le faisait. Sa pudeur d’artiste créateur se double heureusement d’un talent évident d’écrivain hors-pair. Ses nom-breux écrits concernent en effet la musique des autres, et nous sont un puissant témoignage de ce qu’il pensait sur toutes les questions décisives de l’art. Cela explique l’organisation de ce livre. La première partie est consacrée à la synthèse de ses vues sur la musique à travers ses écrits sur celle des autres musiciens. Elle s’efforce d’en dégager une authentique et remarquable philosophie de la musi-que. La seconde révèle la part de vraie philosophie qui se cache et se manifeste dans ses œuvres musicales telles qu’il nous les a léguées et comme nous pouvons et devons en conséquence les rencontrer aujourd’hui. 1 Hector Berlioz ou la philosophie artiste, 2 tomes, Publibook, Paris.
9
On ne s’étonnera pas de la priorité accordée à l’étude de ses opéras, encore si injustement méconnus en France.
10
Cahors, décembre 2014