La Subsidiarité dans le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique

-

Livres
258 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'édifice de la paix et de la sécurité internationales repose sur le Conseil de sécurité des Nations unies et des organisations régionales, ses auxiliaires. Pourtant, si l'on reconnaît l'implication de ces dernières, il convient néanmoins de relever que leur relation avec l'organisation mondiale est très souvent disharmonieuse. C'est notamment le cas de la relation ONU/Union africaine dans leurs efforts de promotion et de protection de la paix et de la sécurité en Afrique. En effet, s'il est vrai que la subsidiarité est le principe qui encadre les rapports entre ces deux institutions, il n'en demeure pas moins que ceux-ci sont construits sur des antagonismes soulevant des préoccupations relatives à l'implémentation de ce principe. S'intéresser à la subsidiarité dans le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique conduit, à cet effet, à analyser le cadre d'action du CSNU et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine. Cette vision passe aussi bien par la déclinaison de l'essence du principe de subsidiarité dans leurs interactions que par l'apport de la relation entre ces deux organisations dans l'ordre sécuritaire africain. Face au succès relatif de l'architecture internationale de paix et de sécurité, cette étude dévoile une relation entre ses acteurs pleine d'ambivalences, remettant en cause la centralité du Conseil de sécurité des Nations unies. Décryptant les échecs et les facteurs de réussite, les divergences de vues et d'objectifs entre l'ONU et l'UA dans la pacification du continent, l'auteur use d'un regard critique et lucide et ouvre de nouvelles pistes de réflexion pour de nécessaires réformes de l'arbitrage international.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 novembre 2015
Nombre de visites sur la page 86
EAN13 9782342044836
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0086 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La Subsidiarité dans le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique
Odette Gertrude Ehsan La Subsidiarité dans le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique Analyse de la relation entre le conseil de sécurité des nations unies et le conseil de paix et de sécurité de l’union africaine Publibook
5HWURXYH] QRWUH FDWDORJXH VXU OH VLWH GHV eGLWLRQV 3XEOLERRN  KWWSZZZSXEOLERRNFRP &H WH[WH SXEOLp SDU OHV eGLWLRQV 3XEOLERRN HVW SURWpJp SDU OHV ORLV HW WUDLWpV LQWHUQDWLRQDX[ UHODWLIV DX[ GURLWV G¶DXWHXU 6RQ LPSUHVVLRQ VXU SDSLHU HVW VWULFWHPHQW UpVHUYpH j O¶DFTXpUHXU HW OLPLWpH j VRQ XVDJH SHUVRQQHO 7RXWH DXWUH UHSURGXFWLRQ RX FRSLH SDU TXHOTXH SURFpGp TXH FH VRLW FRQVWLWXHUDLW XQH FRQWUHIDoRQ HW VHUDLW SDVVLEOH GHV VDQFWLRQV SUpYXHV SDU OHV WH[WHV VXVYLVpV HW QRWDPPHQW OH &RGH IUDQoDLV GH OD SURSULpWp LQWHOOHFWXHOOH HW OHV FRQYHQWLRQV LQWHUQDWLRQDOHV HQ YLJXHXU VXU OD SURWHFWLRQ GHV GURLWV G¶DXWHXU eGLWLRQV 3XEOLERRN  ERXOHYDUG $QDWROH )UDQFH  6DLQW'HQLV ± )UDQFH 7pO         ,''1)553 &HW RXYUDJH D IDLW O¶REMHW G¶XQH SUHPLqUH SXEOLFDWLRQ DX[ eGLWLRQV 3XEOLERRN HQ 
¬ %HQRvW 2OLYLHU /pDQGUH
Remerciements
'DQV O¶HIIRUW TXH QRXV DYRQV GpSOR\p SRXU OD UpDOLVDWLRQ GH FH 0pPRLUH SOXVLHXUV SHUVRQQHV QRXV RQW DSSRUWp XQ SUpFLHX[ VRXWLHQ WDQW LQWHOOHFWXHO TXH PRUDO 3DU OD SUpVHQWH QRXV WHQRQV j H[SULPHU QRV VLQFqUHV UHPHUFLHPHQWV &¶HVW DYHF XQH SURIRQGH JUDWLWXGH TXH QRXV UHQGRQV KRP PDJH DX 'LUHFWHXU GH O¶,5,& 0RQVLHXU 3LHUUH (PPDQXHO 7$%, 0LQLVWUH SOpQLSRWHQWLDLUH TX¶LO WURXYH LFL OHV PDUTXHV GH QRWUH SURIRQGH FRQVLGpUDWLRQ 1RXV WHQRQV j UHPHUFLHU WUqV VLQFqUHPHQW OH 3URIHVVHXU /DX UHQW =$1* HW OH 'RFWHXU <YHV 3DXO 0$1'-(0 UHVSHFWLYHPHQW 6XSHUYLVHXU HW 'LUHFWHXU GH 0pPRLUH TXL RQW SDWLHPPHQW VXLYL O¶pODERUDWLRQ GH FH WUDYDLO HW TXL QRXV RQW IDLW EpQpILFLHU GH OHXU pUXGLWLRQ TX¶LOV WURXYHQW LFL O¶H[SUHVVLRQ GH QRWUH UHFRQQDLVVDQFH SRXU OHXUV FRQVHLOV HW SRXU OHXU GLVSRQLEL OLWp MDPDLV GpPHQWLH 1RXV VRPPHV pJDOHPHQW UHGHYDEOH j WRXV OHV HQVHLJQDQWV GH O¶,5,& TXL QRXV RQW LOOXPLQpH SDU OHXUV 6DJHVVH HW 6DYRLUV TX¶LOV WURXYHQW LFL OH WpPRLJQDJH GH QRWUH SURIRQGH UHFRQQDLV VDQFH 1RXV QH UHPHUFLHURQV MDPDLV DVVH] OH SHUVRQQHO DGPLQLVWUDWLI GH O¶,5,& SRXU OHXUV FRQWULEXWLRQ GLVSRQLELOLWp HW VRXWLHQ GXUDQW WRXWH OD SpULRGH GH QRWUH IRUPDWLRQ 1RV YLIV UHPHUFLHPHQWV V¶DGUHVVHQW pJDOHPHQW DX SHUVRQQHO GX &RXUV 6XSpULHXU ,QWHUDUPpHV GH 'pIHQVH TXL D ELHQ YRXOX PHWWUH j QRWUH GLVSRVLWLRQ OD GRFXPHQWDWLRQ QpFHVVDLUH 1RXV H[SULPRQV QRWUH UHFRQQDLVVDQFH j 0RQVLHXU 5REHUW )$1.(0 SRXU VHV FRQVHLOV DYLVpV TXL QRXV RQW SHUPLV G¶RULHQWHU QRWUH WUDYDLO 1RXV QRXV HQ YRXGULRQV GH QH SDV H[SULPHU LFL QRWUH UHFRQ QDLVVDQFH j 0DGDPH /XFLH 1,076, HW j 0DGDPH 0XULHOOH %,/2¶2 SRXU OHXUV SUpFLHXVHV FRQWULEXWLRQV j OD ILQLWLRQ GX

SUpVHQW 0pPRLUH TX¶HOOHV WURXYHQW LFL O¶H[SUHVVLRQ GH QRWUH VLQFqUH UHFRQQDLVVDQFH 1RV UHPHUFLHPHQWV YRQW j O¶HQGURLW GHV SHUVRQQHV DQRQ\PHV TXL QRXV RQW pWp G¶XQ VRXWLHQ PRUDO LQGLVSHQVDEOH GXUDQW QRWUH IRUPDWLRQ j O¶,5,& PDLV GRQW OHV QRPV QH ILJXUHQW SDV VXU FHWWH OLVWH