Épargne logement : PEL ou CEL ?
2 pages
Français

Épargne logement : PEL ou CEL ?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Les banques proposent à leurs clients deux épargnes afin d'obtenir plus facilement un crédit immobilier avec des taux préférentiels : le plan d'épargne logement (PEL) et le compte épargne logement (CEL). Alors, faut-il privilégier le compte ou le plan ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 juillet 2012
Nombre de lectures 51
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Épargne logement : PEL ou CEL ?

Qu'est-ce que le PEL ? Modifié le 1er mars 2011, ce compte bancaire réglementé permet d'obtenir un prêt d'épargne logement pour financer une résidence principale. Par ailleurs, grâce au PEL, si l'investissement immobilier donne lieu à un prêt immobilier supérieur à 5.000 €, l'État verse une prime plafonnée à 1.525 € en plus des intérêts bancaires standards en cas de bien immobilier respectant les normes de développement durable. Le plafond de la prime est de 1.000 € si l'achat concerne une résidence «énergivore» ou si le PEL est utilisé pour des travaux. Toutefois, pour obtenir des droits à prêt intéressants, l'effort d'épargne doit être significatif. Ainsi, le versement minimal à son ouverture est de 225 € et il faut y verser obligatoirement un minimum de 540 € par an (soit 45 €/mois) tout en faisant attention à ce que le total des sommes versées ne dépasse pas 61.200 €. Son taux de rémunération est actuellement de 2,5%.

Sur quelle période ? La période minimale de souscription de cette épargne est de 4 ans. Pendant les 4 premières années du compte, tout retrait équivaut à une fermeture du plan. Passé ce délai, le PEL peut être clôturé à tout moment. Au-delà de 10 ans d'existence, le compte est gelé. Il ne perçoit plus de versement mais peut tout de même continuer à fournir des intérêts, pendant 5 ans. La 15ème année, il se transforme en livret d'épargne classique.

En cas de clôture. En fonction de sa durée de vie, vous ne bénéficiez pas des mêmes avantages. Ainsi : - si sa fermeture est effectuée avant 2 ans, les intérêts sont recalculés aux taux du CEL en vigueur à la date de clôture ; - pour toute clôture après 2 ans, la rémunération au taux contractuel est conservée ; - si la fermeture intervient moins de 3 ans après la date du 1er versement, les droits à prêt et à prime sont perdus ; - entre 3 et 4 ans, les droits à prêt sont ceux acquis au 3ème anniversaire mais la prime est diminuée de moitié ; - entre 4 ans et l'échéance contractuelle, les droits à prêt sont ceux perçus à la date d'anniversaire précédente.

Qu'est-ce que le CEL ? Le CEL est un placement disponible, c'est-à-dire assez similaire à un livret d'épargne. Son taux de rémunération est inférieur à celui d'un livret A, puisqu'il est fixé à 1,5% actuellement contre 2,25% pour le livret A, mais son avantage réside dans le fait qu'il permet d'obtenir des crédits à taux préférentiels pour le financement de votre habitation, auquel se rajoute une prime versée par l'État.

Le montant minimal du versement à l'ouverture est de 300 €. La somme minimale de chaque versement ou retrait est fixé à 75 €. Le plafond de l'épargne est de 15.300 €, limite ne pouvant être dépassée que par la capitalisation annuelle des intérêts. Si aucune durée minimale ou maximale de détention n'est à signaler, pour obtenir un crédit, le compte doit avoir plus de 18 mois d'ancienneté. Le CEL ouvre lui aussi droit à une prime d'État en cas d'achat immobilier. Elle est plafonnée à 1.144 €.

Comparaison possible ? Niveau rentabilité, le PEL se révèle être un meilleur placement que le CEL. Les taux d'intérêt parlent d'eux-mêmes : 1,5% contre 2,25%. Côté fiscalité, les intérêts des deux comptes sont exonérés d'impôt avec un bémol pour le PEL : cet avantage ne perdure que jusqu'à la veille du 12ème anniversaire du plan. Par ailleurs, dans les deux cas, les prélèvements sociaux (15,5% désormais) sont dus annuellement. En revanche, les deux peuvent être souscrits par la même personne. Ils deviennent alors clairement complémentaires !