Faut-il investir à court, moyen ou long terme ?
2 pages
Français

Faut-il investir à court, moyen ou long terme ?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Faut-il investir à court, moyen ou long terme ? Entre les livrets «réglementés», le compte épargne logement, le plan d'épargne logement, le compte à terme, la Sicav monétaire, les obligations, l'assurance-vie, les actions en Bourse et les investissements locatifs, difficile de s'y retrouver et de faire son choix. L'un des premiers critères à prendre en compte est le temps. C'est essentiel. Car si le court, le moyen et le long termes possèdent chacun leurs avantages et leurs inconvénients, ils doivent avant tout correspondre à votre mode de vie et vos projets personnels et/ ou professionnels. Mais au fait, qu'entendon précisément par court, moyen et long termes ? Là encore, difficile de donner une définition précise car même les experts ne s'accordent pas tous sur le sujet. On peut toutefois dire sans trop se tromper que le court terme désigne une période qui s'étend de quelques semaines à 1 ou 2 ans. Vient ensuite le moyen terme qui, lui, peut s'étaler jusqu'à 4 ou 5 ans. Et enfin, le long terme qui peut permettre de réaliser de beaux coups de poker mais en bloquant son argent sur plus d'une dizaine d'années. À savoir : parfois la durée de placement est contractuelle. Parfois, elle est simplement recommandée. Renseignez-vous. À qui s'adresse le court terme ? Le court terme est essentiellement utilisé dans les deux cas suivants : - vous avez un projet à court terme justement : qu'il s'agisse d'une naissance, d'un mariage ou d'un voyage à l'autre bout du monde.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 juillet 2012
Nombre de lectures 43
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Faut-il investir à court, moyen ou long terme ?

Entre les livrets «réglementés», le compte épargne logement, le plan d'épargne logement, le compte à terme, la Sicav monétaire, les obligations, l'assurance-vie, les actions en Bourse et les investissements locatifs, difficile de s'y retrouver et de faire son choix. L'un des premiers critères à prendre en compte est le temps. C'est essentiel. Car si le court, le moyen et le long termes possèdent chacun leurs avantages et leurs inconvénients, ils doivent avant tout correspondre à votre mode de vie et vos projets personnels et/ ou professionnels. Mais au fait, qu'entendon précisément par court, moyen et long termes ? Là encore, difficile de donner une définition précise car même les experts ne s'accordent pas tous sur le sujet. On peut toutefois dire sans trop se tromper que le court terme désigne une période qui s'étend de quelques semaines à 1 ou 2 ans. Vient ensuite le moyen terme qui, lui, peut s'étaler jusqu'à 4 ou 5 ans. Et enfin, le long terme qui peut permettre de réaliser de beaux coups de poker mais en bloquant son argent sur plus d'une dizaine d'années.

À savoir : parfois la durée de placement est contractuelle. Parfois, elle est simplement recommandée. Renseignez-vous.

À qui s'adresse le court terme ? Le court terme est essentiellement utilisé dans les deux cas suivants : - vous avez un projet à court terme justement : qu'il s'agisse d'une naissance, d'un mariage ou d'un voyage à l'autre bout du monde. Le temps vous est compté pour faire fructifier votre argent ; - vous souhaitez conserver une épargne de précaution mobilisable : malheureusement, les accidents de la vie sont imprévisibles et arrivent sans crier gare. Aussi, voulez-vous avoir accès rapidement, et sans pénalités surtout, à vos économies en cas de soucis. Pas de doute, le court terme est fait pour vous.

Que propose le court terme ? Beaucoup de placements sont envisageables hormis le monde de la Bourse peut-être. Il est vrai que pour espérer faire fructifier son argent sur les marchés boursiers, rien ne vaut le long terme, notamment en raison des hausses et des baisses régulières.

En revanche, vous pouvez très bien porter votre regard sur les livrets d'épargne (livret A, livret d'épargne populaire, livret de développement durable) qui ont l'avantage de ne présenter aucun frais et d'être libres d'accès, les comptes rémunérés, les comptes à terme mais aussi la Sicav monétaire (société d'investissement à capital variable investie sur les placements monétaires). Mais ces solutions sont assez peu rémunératrices.

À noter : autorisé en France depuis 2005, le compte rémunéré n'a pas les faveurs des Français. Il est vrai qu'entre un taux de rémunération relativement faible et des frais de service contraignants, les bénéfices ne sont pas toujours au rendez-vous. Alors, renseignez-vous bien avant d'opter pour ce type de placement.

À qui s'adresse le moyen terme ? Les investisseurs qui se lancent dans des placements à moyen terme ont de quoi faire face aux imprévus sans avoir besoin de piocher dans leur épargne. Il sont déjà un peu plus libres de leur mouvement dans le temps. Ils peuvent donc envisager des placements sur plusieurs années sans crainte.

Que propose le moyen terme ? Généralement, la plupart des produits financiers en court terme sont également envisageables en moyen terme. C'est donc le cas des livrets, du CEL, du compte épargne, du compte à terme, de la Sicav monétaire... n'oubliez pas que pour le moyen terme, on parle déjà de quelques années d'investissement. Peuvent aussi s'envisager comme des placements à moyen terme les obligations, le plan d'épargne en actions (PEA) ou l'assurancevie en cas de vie qui ouvre droit au retrait de fonds sans désavantage fiscal après 8 ans d'existence.

À qui s'adresse le long terme ? Définitivement, le long terme s'adresse aux investisseurs qui cherchent à placer leur capital en s'affranchissant de la pression du temps. Si l'argent dort en lieu sûr et fructifie pendant une dizaine d'années, tant mieux ! Que propose le long terme ? Attention aux idées reçues, ce n'est pas parce que vous investissez sur le long terme que le placement est forcément plus risqué. Sachez qu'il existe d'un côté les investissements sur le long terme dont le capital est garanti et ceux sans capital garanti cette fois-ci. À vous de voir si vous êtes plutôt du genre prudent ou téméraire !

Les placements à capital garanti : vous avez le choix entre l'assurance-vie en fonds euros et le plan d'épargne logement. - L'assurance-vie en fonds euros : ce n'est qu'au bout de 8 années minimum que ce placement se révèle véritablement rentable. Et son objectif est même à plus long terme : en vue de la retraite.

- Le plan d'épargne logement : la durée minimale de détention du PEL est de 4 ans tandis que la durée maximale est de 15 ans. Grâce à ce plan, vous bénéficiez d'un taux de rémunération de 2,5% (toute ouverture suite au 1er mars 2011) et d'une prime de l'État en cas de projet immobilier.

Les placements sans capital garanti : vous avez le choix entre l'assurance-vie multisupports et un placement en Bourse.

- L'assurance-vie multisupports : plus audacieuse que l'assurance-vie en fonds euros, elle permet de combiner un investissement en fonds euros (sans risque) et un investissement en unités de compte (Sicav, actions, obligations... plus risqués).

- Le placement en Bourse : obligations, actions, Sicav... les rendements peuvent être particulièrement intéressants mais demandent du temps (au minimum entre 6 à 8 ans pour suivre le cycle boursier).