Filmer les réfugiés

-

Français
296 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Cinéma d'enquête, qui est à la croisée de toutes les sciences sociales, se distingue par un réel travail scientifique. Néanmoins, l'auteure, qui interroge sa propre production cinématographique, élabore une théorie de l'authenticité des études visuelles qui se fonde sur une subjectivité assumée. L'affectivité, par exemple, en n'évitant pas les paradoxes et les contradictions, est une posture intellectuelle et esthétique centrale. Au-delà de ces réflexions théoriques, la chercheuse revient sur son travail de cinéaste : films ethnographiques, films de genre, ethno-fictions, ou tout simplement films d'enquête ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2016
Nombre de lectures 7
EAN13 9782140016844
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Fabienne le Houérou
FILMER LES RÉFUGIÉS Cinéma d’enquête Études visuelles et subjectivité assumée
Documentaires, Films ethnographiques, Ethnofictions ou Egofictions ?
Préface de William Berthomière
FILMER LES RÉFUGIÉS
Cinéma d’enquête Études visuelles et subjectivité assumée
Documentaires, Films ethnographiques, Ethno-fictions ou Ego-fictions ?
Mondes en mouvementNouvelle collection pluridisciplinaire, dirigée par Fabienne Le Houérou, « Mondes en mouvement » publie des travaux en sciences humaines (histoire – sociologie – anthropologie – géographie) sur l’immigration, les migrations forcées,les diasporas et les crises humanitaires dans les relations internationales.Les espaces explorés sont méditerranéens, maghrébins, africains, moyen-orientaux et extrême-orientaux ; les publications s’intéressent à la thématique du Mouvementet de l’Humanitairedans un monde global. L’axe « humanitaire » comprend plusieurs volets dont des études sur le genre et l’exil «gender, exile and persecution» ; les violences faites aux femmes dans les situations de conflits. Nous insisterons sur le rôle des médias et des images dans la construction des figures victimaires. La plupart des ouvrages s’appuient sur une méthodologie originale exploitant des enquêtes filmées comme sources scientifiques à part entière. Cet intérêt pour la polyvalence des sources est une des dimensions les plus significatives de cette collection qui publie des ouvrages assortis de DVD ou en lien avec la VOD, Youtube, Dailymotion.
Déjà parus
Pauline GUIBBAUD,Boko Haram. Histoire d’un islamisme sahélien, 2014.Leila BOUASRIA,Les ouvrières marocaines en mouvement.Qui paye ? Qui fait le ménage ? et qui décide ?, 2013.Agathe PLAUCHUT,L’ONU face au génocide rwandais. Le silence des machettes, 2012. Périples au Maghrebest le premier ouvrage collectif de cette collection. Il nous invite à questionner les cohabitations plurielles de nos mondes contemporains.
Fabienne LE HOUÉROU
FILMER LES RÉFUGIÉS
Cinéma d’enquête Études visuelles et subjectivité assumée
Documentaires, Films ethnographiques, Ethno-fictions ou Ego-fictions ?
IREMAMInstitut de Recherches et d'Études sur le Monde Arabe et Musulman UMR 7310 – CNRS – Aix-Marseille Université.
MIGRINTER Migrations internationales, espaces et sociétés - UMR 7301 – CNRSUniversité de Poitiers.
Fabienne LE HOUEROU, Directeur de Recherche au CNRS, MIGRINTER, Université de Poitiers.
© L'HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-09817-3 EAN : 9782343098173
À Jean Rouch qui m’a appris la liberté de filmer avec « deux bouts de ficelles », À tous les êtres filmés qui m’ont offert leur vérité, À mon père qui m’a enseigné que la voie du paradoxe et de l’autocritique représentaient la fine fleur de la pensée, À ma mère et son grand éclat de rire sur le chaos du monde, À ma fille qui a eu la patience de suivre une mère à la caméra sur les sentiers caillouteux de la connaissance. À mes étudiants du Sikkim, de Sciences Po et d’ailleurs pour qui cet ouvrage est une tentative de synthèse de 20 ans de pratiques cinématographiques à intention scientifique, Aux collègues qui ont encouragé mes audaces méthodologiques et mes démarches visuelles et à ceux qui ont raillé cette utilisation têtue des images dans des écritures plurielles.
7
Préface
William Berthomière
Migrinter, juin 2016 Persévérerle premier mot posé sur le papier par est Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose duconatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui,coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas, la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien. Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entraînement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation
9