Les origines de la réussite

Les origines de la réussite

Livres
2 pages
Lire
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Les origines de la réussite « Le 18 mars 1974, j'ai rédigé un memo largement distribué en interne, à toute ma hiérarchie comme j'en avais l'habitude », se souvient Alfons Löwenberg. Son objet : il serait bon de considérer la possibilité d'offrir un modèle de Golf sportive pour les clients les plus jeunes. Löwenberg s'est vu alors vu opposer une fin de non recevoir. « C'était évident », dit Anton Konrad, « A l'époque Volkswagen était trop occupé au lancement de son nouveau modèle. Trop peu de personnes pouvaient être réceptives à un projet spécifique de cet ordre. » Malgré tout, Löwenberg continua de travailler en secret sur un véhicule d'essai... LE FAUX DÉPART L'ingénieur implanta un carburateur Weber double corps sur le moteur 1.6l de la Golf, installa un échappement sport et rabaissa de manière drastique la hauteur du véhicule. Il en résulta un confort pour les occupants proche de zéro. Lorsque le Responsable du département Recherche, le Prof. Dr. Ernst Fiala eut vent de ces rumeurs, Löwenberg n'eut d'autre choix que de lui faire part de ses recherches et le laisser prendre le volant de sa bruyante voiture. Le résultat fut désastreux : « Après avoir essayé la Golf, Fiala a crié aussi fort que le son qui sortait de l'échappement sport installé sur la voiture », explique Löwenberg. 35 ans après, cet événement prête à sourire, « Inconduisible cette voiture ! » aurait alors lancé Fiala. Le projet était sur le fil du rasoir. « Nous devions changer notre stratégie...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 septembre 2011
Nombre de lectures 19
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les origines de la réussite

« Le 18 mars 1974, j'ai rédigé un memo largement distribué en interne, à toute ma hiérarchie comme j'en avais l'habitude », se souvient Alfons Löwenberg. Son objet : il serait bon de considérer la possibilité d'offrir un modèle de Golf sportive pour les clients les plus jeunes. Löwenberg s'est vu alors vu opposer une fin de non recevoir. « C'était évident », dit Anton Konrad, « A l'époque Volkswagen était trop occupé au lancement de son nouveau modèle. Trop peu de personnes pouvaient être réceptives à un projet spécifique de cet ordre. » Malgré tout, Löwenberg continua de travailler en secret sur un véhicule d'essai...

LE FAUX DÉPART

L'ingénieur implanta un carburateur Weber double corps sur le moteur 1.6l de la Golf, installa un échappement sport et rabaissa de manière drastique la hauteur du véhicule. Il en résulta un confort pour les occupants proche de zéro. Lorsque le Responsable du département Recherche, le Prof. Dr. Ernst Fiala eut vent de ces rumeurs, Löwenberg n'eut d'autre choix que de lui faire part de ses recherches et le laisser prendre le volant de sa bruyante voiture. Le résultat fut désastreux : « Après avoir essayé la Golf, Fiala a crié aussi fort que le son qui sortait de l'échappement sport installé sur la voiture », explique Löwenberg. 35 ans après, cet événement prête à sourire, « Inconduisible cette voiture ! » aurait alors lancé Fiala. Le projet était sur le fil du rasoir. « Nous devions changer notre stratégie...et vite » explique Konrad en 2011. Alors en 1974, il décida de rallier à son projet d'autres personnes dont, le Responsable du Développement du Projet Golf Hermann Hablitzel, Jürgen Adler (Responsable du Département en charge des Habitacles), Herbert Schuster (Responsable des Tests de Véhicules Particuliers), Horst-Dieter Schwittlinsky (Marketing) et Alfons Löwenberg. Konrad compris alors que si sa proposition devait retenir l'attention de ses collègues, « le projet devrait être discuté en dehors des murs de la société » et il décida de conduire la discussion autour de son projet secret depuis le salon de sa maison...

LE LANCEMENT

Le projet « Sport Golf » se précise. et un cahier des charges clair est évoqué : il faudra créer une voiture sportive, confortable, prévue pour un usage quotidien, pas une voiture de course. Les projections en termes de production reposaient sur un volume de 5 000 unités. « Pas assez important pour amortir les coûts de fabrication. » se rappelle Horst-Dieter Schwittlinsky. « Nous savions que la GTI ne serait lancée que si nous arrivions à baisser les coûts de production en utilisant des pièces standardisées. » se remémore Herbert Schuster. Au final, cette réunion permit d'établir les bases du lancement de la Golf GTI.

LA RECETTE DU SUCCÈS

Pour des raisons de coûts et de poids, le choix de la carrosserie pour la GTI se portera sur la Golf deux portes, et sa boîte de vitesse sera modifiée afin de supporter le surplus de puissance du moteur. Schuster : « Le train avant a reçu une barre stabilisatrice et de plus gros étriers de freins, l'équipe décida également d'installer des disques ventilés. La hauteur de caisse de la Golf fut rabaissée raisonnablement de 20mm. Cela offrait un comportement très sain à la GTI, spécialement à la limite de ses performances, et autorisait dans le même temps un usage confortable, même à vitesses élevées. » En parallèle, le département design se penchait sur la question suivante : « A quoi une telle voiture doit-elle ressembler ? ». « A l'époque, nous avons opté pour une combinaison rouge et noir qui donnait un aspect très sportif » se souvient Gunhild Liljequist, qui a dessinée de nombreux éléments intérieurs de la GTI. Pour cette dernière elle créa la désormais légendaire sellerie tartan. Une de ses collègues lui glissa l'idée de la bande rouge autour de la grille de radiateur et elle conceptualisa l'idée de la balle de golf sur le levier de boîte de vitesse.

LE MOTEUR

Mais il restait un problème technique à résoudre. « Former le réseau d'entretien à régler le carburateur double corps pour seulement 5 000 voitures était impensable! » dit Konrad. Au milieu du projet, il est invité à Ingolstadt par Ferdinand Piëch, alors Responsable du Développement chez Audi. Anton Konrad : « Mr. Piëch me présenta la nouvelle Audi 80 GTE et me demanda si je voulais l'accompagner pour un essai. J'ai répondu spontanément «Oui». Konrad est immédiatement séduit par le moteur de 110 chevaux à injection directe et se dit qu'il est le moteur parfait pour «le projet » ! Lorsque Konrad l'informe de ses besoins, Piëch prend rapidement sa décision, Volkswagen disposera de 5 000 moteurs de la GTE pour sa nouvelle Golf sportive. « Avec ça, » dit Konrad « nous savions que notre voiture était prête et pouvait désormais officiellement être proposée ! »

Ce qui en a découlé fait partie de l'histoire, les 5 000 Golf GTI originelles se sont transformées en près de deux millions d'exemplaires à ce jour...