Mini pays, maxi champions !
1 page
Français

Mini pays, maxi champions !

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Mini pays, maxi champions ! C'est au début des années 80 que la Suisse s'est tennistiquement réveillée en fournissant de façon constante des champions de très haut niveau.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 janvier 2012
Nombre de lectures 6
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Mini pays, maxi champions !

C'est au début des années 80 que la Suisse s'est tennistiquement réveillée en fournissant de façon constante des champions de très haut niveau. Avant que Martine Hingis chez les femmes et Roger Federer chez les hommes ne viennent squatter les premières places mondiales, les Helvètes ont ainsi pu applaudir les exploits d'Heinz Günthardt, Jacob Hlasek (le premier suisse à se qualifier pour le Masters en 1988) Marc Rosset ou Patty Schnyder du côté féminin. Ces trente dernières années, le tennis suisse a fait preuve d'une grande régularité puisque le pays a toujours compté au moins un joueur dans le top 50. Mais au fil des années, le réservoir paraît de moins en moins important et l'avenir du tennis suisse ne semble pas aussi rayonnant que son passé. Aujourd'hui, chez les hommes, derrière Roger Federer et Stanislas Wawrinka (joueur capable dans un bon jour de battre tout le monde, mais qui manque de constance), c'est le désert, la relève se fait attendre.

La relève se fait attendre en Suisse

Les instances du tennis helvètes s'inquiètent de cet état de fait. Si elles sont conscientes qu'elles ne retrouveront jamais un champion du calibre de Federer, elles ont peur tout simplement de ne pas retrouver des champions compétitifs dans les meilleurs mondiaux comme le furent Hlasek, Rosset ou Wawrinka. Les Suisses fondaient de gros espoirs sur Roman Valent, Robin Roschardt ou Dimitri Bretting, mais ces trois jeunes joueurs n'ont pas confirmé les espoirs placés en eux et ils ont aujourd'hui disparu des radars du tennis mondial. Chez les filles, la situation est aussi délicate puisque depuis les départs en retraite de Martina Hingis et Patty Schnyder c'est le désert (aucune joueuse suisse dans le Top 100, fin décembre). Le grand espoir féminin helvétique se nomme Tess Sugnaux. Mais elle évolue encore dans les rangs des juniors (elle aura 17 ans en mars) et il faut voir si elle arrive à franchir la marche entre la catégorie juniors et seniors, celle que beaucoup de jeunes joueurs pourtant prometteurs en juniors ne parviennent pas à franchir. Ce déclin du tennis suisse s'explique par plusieurs facteurs notamment par le nombre croissant de nations présentes dans le tennis mondial. La concurrence est de plus en plus vive et les pays naguère dominants qu'ils soient petits (Suisse...) ou grands (les Etats-Unis) ont de plus en plus de mal à suivre.