Quel est son secret ?

Quel est son secret ?

Livres
2 pages
Lire
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Quel est son secret ? Un mental d'acier L'Espagnol ne lâche jamais prise d'un point de vue psychologique. Et même quand il est moins bien, il sait que plus la partie va durer, plus ses chances d'avoir l'emprise sur son adversaire augmenteront : "Nadal fait comprendre à ses adversaires que dès qu'ils entrent sur le terrain, ils doivent être prêts à aller au combat pendant cinq ou six heures s'il le faut, souligne Henri Leconte. Quand Nadal joue à Barcelone, son adversaire visite Barcelone. Quand Nadal joue à Monte-Carlo, son adversaire visite Monaco. Quand Nadal joue à Roland-Garros, son adversaire visite Paris. C'est un tueur. Il ne lâche jamais un point, c'est aussi cela qui le rend si fort".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 mai 2011
Nombre de lectures 10
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Quel est son secret ?

Un mental d'acier

L'Espagnol ne lâche jamais prise d'un point de vue psychologique. Et même quand il est moins bien, il sait que plus la partie va durer, plus ses chances d'avoir l'emprise sur son adversaire augmenteront : "Nadal fait comprendre à ses adversaires que dès qu'ils entrent sur le terrain, ils doivent être prêts à aller au combat pendant cinq ou six heures s'il le faut, souligne Henri Leconte. Quand Nadal joue à Barcelone, son adversaire visite Barcelone. Quand Nadal joue à Monte-Carlo, son adversaire visite Monaco. Quand Nadal joue à Roland-Garros, son adversaire visite Paris. C'est un tueur. Il ne lâche jamais un point, c'est aussi cela qui le rend si fort".

FICHE JOUEUR

RAFAEL NADAL Espagnol Né le 3 juin 1986 à Manacor (Espagne) 1m85 - 85 kg Gaucher, revers à deux mains Débuts pro : 2001 44 titres : 2004 : Sopot, 2005 : Costa Del Sol, Acapulco, Monte-Carlo, Barcelone, Rome, Roland-Garros, Bastad, Stuttgart, Montréal, Pékin, Madrid, 2006 : Dubai, Monte-Carlo, Barcelone, Rome, Roland-Garros, 2007 : Indian Wells, Monte-Carlo, Barcelone, Rome, Roland-Garros, Stuttgart, 2008 : Monte-Carlo, Hambourg, Roland-Garros, Barcelone, Queen's, Wimbledon, Toronto, Jeux Olympiques, 2009 : Open d'Australie, Indian Wells, Monte-Carlo, Barcelone, Rome, 2010 : Monte-Carlo, Rome, Madrid, Roland-Garros, Wimbledon, US Open, Tokyo, 2011 : Monte-Carlo

Coupe Davis (2004) Grands Chelems Australie 2011 : Quart de finale 2010 : Quart de finale 2009 : Vainqueur 2008 : Demi-finale 2007 : Quart de finale 2005 : Huitième de finale 2004 : 3ème tour Roland-Garros 2010 : Vainqueur 2009 : Huitième de finale 2008 : Vainqueur 2007 : Vainqueur 2006 : Vainqueur 2005 : Vainqueur Wimbledon 2010 : Vainqueur 2008 : Vainqueur 2007 : Finale 2006 : Finale 2005 : 2ème tour 2003 : 3ème tour US Open 2010 : Vainqueur 2009 : Demi-finale 2008 : Demi-finale 2007 : Huitième de finale 2006 : Quart de finale 2005 : 3ème tour 2004 : 2ème tour 2003 : 2ème tour

Un physique quasi inébranlable

Certes, ses problèmes au genou poussent parfois à l'inquiétude. Mais dans quelle mesure le gênent-ils vraiment ? Car force est de constater qu'il est très rare de voir le Majorquin abandonner au cours d'une partie. C'est d'autant plus étonnant que le style de jeu de Nadal requiert une dépense physique et d'énergie hors du commun. Sauf que dans ce secteur-là, presque tous ses adversaires sont asphyxiés. Preuve en est qu'il a une surcharge de travail derrière lui, beaucoup plus conséquente que les autres : "Le battre sur cinq sets est une gageure, note Patrice Dominguez. Il n'y a que très peu de joueurs qui peuvent le pousser jusqu'à cette limite. Un joueur comme Robin Soderling l'a battu, Novak Djokovic aussi... Qu'il se méfie toutefois d'un Martin Del Potro car s'il retrouvait son niveau de jeu d'il y a deux ans lorsqu'il avait perdu en demi-finale contre Roger Federer avant de remporter l'US Open, il pourrait être un sérieux client. En ce qui concerne les autres, je ne pense pas véritablement qu'ils rentrent sur le court pour battre Nadal..."

Il a su faire évoluer son jeu

A la question, Nadal est-il plus fort aujourd'hui, le directeur du tournoi de Montpellier répond de la manière suivante : "Je le pense incontestablement, juge Patrice Dominguez. Il est plus fort qu'il y a cinq ans en arrière. Il est plus complet alors qu'il écrasait déjà la concurrence. Après, c'est aussi une question de circonstances et de confiance accumulée avant. Si avant d'aborder les Internationaux de France, il a perdu contre Djokovic, Federer, il sera forcément dans un état d'esprit différent que s'il gagne ses tournois préparatoires. Dans ce cas, il fait figure d'épouvantail..." Comme à chaque fois pour ainsi dire...

Une histoire de famille

Alors que les collaborations entre joueurs et coachs se nouent et se dénouent au fil des semaines sur le circuit professionnel, le "couple" Nadal oncle et neveu est indestructible. Toni a déjà connu le haut niveau professionnel et en connaît les exigences après avoir été joueur de football au FC Barcelone et membre de la Roja. C'est ce même oncle qui a mis Rafa au tennis dès l'âge de 4 ans, et lui a fait résolument prendre le chemin de la petite balle jaune à 12, alors que l'adolescent montrait de très belles dispositions avec un ballon de football. Bref, ce lien familial très fort augmente encore davantage le rendement du roi de la terre battue. Car les victoires de Nadal seraient-elles aussi conséquentes avec un autre coach que son oncle ? Pas certain...