RÉMY à la recherche du temps perdu

RÉMY à la recherche du temps perdu

Livres
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

RÉMY à la recherche du temps perdu On ironise parfois lorsque les footballeurs professionnels abusent de certaines réflexions ou formules toutes faites pour se débarrasser de questions trop embarrassantes. Parmi elles, une revient avec insistance que Loïc Rémy a souvent utilisée lorsque tout lui réussissait la saison dernière notamment : "Dans le football, tout peut aller très vite dans un sens comme dans l'autre..." Il ne croyait pas si bien dire. Six mois après, le voilà en effet au plus bas. Blessé à un mollet en fin de saison dernière, forfait de dernière minute pour l'Euro 2012, l'Olympien n'a toujours pas retrouvé son statut d'arme offensive numéro 1 de l'OM. Pire, pendant qu'il prenait son mal en patience, il a vu André-Pierre Gignac revenir du diable Vauvert, redevenir un serial buteur. D'indésirable, Dédé est devenu indispensable. D'indispensable, Loïc est devenu (presque) indésirable... si l'on extrapole sur la déclaration plus que maladroite de Vincent Labrune après la deuxième défaite de l'OM à Troyes qui avait vu le premier laisser par force sa place au second. "Nous avons privilégié l'aspect sportif en ne vendant pas Rémy. Au final, nous avons perdu sur tous les tableaux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 décembre 2012
Nombre de lectures 12
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
RÉMY à la recherche du temps perdu

On ironise parfois lorsque les footballeurs professionnels abusent de certaines réflexions ou formules toutes faites pour se débarrasser de questions trop embarrassantes. Parmi elles, une revient avec insistance que Loïc Rémy a souvent utilisée lorsque tout lui réussissait la saison dernière notamment : "Dans le football, tout peut aller très vite dans un sens comme dans l'autre..." Il ne croyait pas si bien dire. Six mois après, le voilà en effet au plus bas. Blessé à un mollet en fin de saison dernière, forfait de dernière minute pour l'Euro 2012, l'Olympien n'a toujours pas retrouvé son statut d'arme offensive numéro 1 de l'OM. Pire, pendant qu'il prenait son mal en patience, il a vu André-Pierre Gignac revenir du diable Vauvert, redevenir un serial buteur. D'indésirable, Dédé est devenu indispensable. D'indispensable, Loïc est devenu (presque) indésirable... si l'on extrapole sur la déclaration plus que maladroite de Vincent Labrune après la deuxième défaite de l'OM à Troyes qui avait vu le premier laisser par force sa place au second. "Nous avons privilégié l'aspect sportif en ne vendant pas Rémy. Au final, nous avons perdu sur tous les tableaux." En faisant référence à l'offre de 20 millions d'euros de Tottenham rejetée l'hiver dernier et au bilan de l'attaquant en 2012 (5 buts seulement en Ligue 1 et aucun depuis la reprise, 2 en Coupe de la Ligue), le président marseillais édicte une vérité économique et sportive, mais nie avec trop de légèreté l'attachement manifesté par le joueur à un club qu'il n'a jamais voulu quitter. La réaction de Rémy ne s'est pas faite attendre : "C'est ingrat, mais c'est comme ça. Dans le foot, il ne faut pas faire de sentiments. Personne ne se fait de cadeaux, il n'y a pas de pitié..." Les prochaines semaines promettent donc d'être animées à la Commanderie, surtout si Baup reste fidèle à sa logique en refusant d'aligner deux attaquants de pointe donc en se privant de Rémy ou de Gignac. Malgré son entrée peu convaincante à Troyes, Rémy se veut plus que jamais déterminé à récupérer son bien... lui qui n'a jamais connu l'OM conquérant tel qu'il a pu être lors de cet été 2012. "J'ai pu lire que j'avais raté le train, mais ce n'est qu'un défi de plus à relever pour moi. La concurrence est plus forte cette saison, on peut toujours dire que je suis numéro 3 derrière Gignac et Ayew, mais on verra bien où je me situe en fin d'année." L'ancien niçois donne donc rendez-vous à ceux qui ont la mémoire courte en décembre. Sachant que Gignac, blessé à un pied, ne reprendra pas la compétition avant fin novembre, cela lui laisse un peu de temps pour retrouver son meilleur niveau sachant qu'il n'a plus retrouvé le chemin des filets depuis près de six mois et une victoire face à Nancy au Vélodrome (2 mai, 35ème journée, 1-0). Homme de confiance de Deschamps, il lui reste à convaincre Baup... pour, peut-être, un repositionnement à droite ? "Nous n'avons pas eu l'occasion de trop jouer ensemble, disaitil avant le déplacement à Troyes. Avec Gignac sur la pelouse, je peux prendre les espaces et éventuellement jouer à droite. Ce n'est pas un souci..." Mais cela peut en devenir un si le coach à la casquette reproduit à Marseille la recette qui avait valu à Toulouse d'accrocher la Ligue des Champions en 2007 avec un seul homme de pointe, Elmander, et Gignac sur le banc. Sans la blessure de ce dernier, le même scénario était en passe de se reproduire. La défaillance du cinquième métatarse du meilleur buteur marseillais de ce début de saison ouvre de nouvelles perspectives à Rémy. "Si les choses étaient restées en l'état, avec un Gignac efficace et un OM qui gagne, je pense que Baup aurait gardé le même système, ose Daniel Xuereb, l'ancien olympien. Et là, oui, il aurait été difficile pour Rémy de revenir. Mais cette fracture de Gignac lui donne la possibilité de retrouver du temps de jeu." Rejouer, marquer, s'imposer... pour faire gagner l'OM de nouveau sur le terrain, et en dehors. Car si Rémy en 2012 redevenait le Rémy de 2011, nul doute que Vincent Labrune ne cracherait pas sur une seconde offre de transfert. Et cette fois, échaudé par le pragmatisme de ses dirigeants, Loïc Rémy n'hésiterait pas. Implicitement, il en convient : "Je veux partir sur une bonne note, ça me tient à coeur." Y'a plus qu'à...

AVEC BAUP, CE SERA RÉMY OU GIGNAC, PAS LES DEUX...

L'info en plus

Alors que des rumeurs reparlent d'un départ de Loïc Rémy dès cet hiver, Elie Baup a tenu à mettre les choses au point : "Il n'y a pas d'interrogation de savoir s'il doit partir ou pas, pour moi, il est là pour toute la saison. C'est une chose importante. C'est un joueur de notre effectif qui est là pour réussir avec nous pendant toute la saison."