Un implant qui active et désactive les souvenirs
1 page
Français

Un implant qui active et désactive les souvenirs

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats PDF et ZIP

Description

Un implant qui active et désactive les souvenirs Des scientifiques de Wake Forest University (Caroline du Nord) et de l'Université de Californie de Sud ont conçu un implant cérébral utilisé sur des rats de laboratoire qui a permis de rétablir des souvenirs

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 février 2012
Nombre de lectures 8
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Un implant qui active et désactive les souvenirs

Des scientifiques de Wake Forest University (Caroline du Nord) et de l'Université de Californie de Sud ont conçu un implant cérébral utilisé sur des rats de laboratoire qui a permis de rétablir des souvenirs auparavant perdus. En utilisant cet implant électronique qui reproduit les signaux neuronaux de la mémoire préalablement enregistrés, les scientifiques de ces deux équipes ont réussi à rendre des éléments de mémoire aux rats, après qu'ils les aient perdus. De plus, les chercheurs ont montré que si l'implant et ses électrodes associées étaient implantés sur un rat ne présentant pas de problème de mémoire, le dispositif peut renforcer ou améliorer sa capacité de mémoire.

Encore loin d'être testé chez l'homme, l'implant démontre pour la première fois que les fonctions cognitives peuvent être améliorées et retrouvées grâce à un appareil qui imite l'activité des neurones. Ces dernières années, les neurosciences ont connues un grand essor puisque des implants ont été mis au point pour permettre à des personnes paralysées de déplacer des prothèses robotisées voire un curseur d'ordinateur par une suggestion mentale pour activer l'usage d'un appareil. Récemment le professeur Yoon, du département d'ingénierie électrique et informatique de l'université du Michigan, a développé un implant appelé BioBolt qui ne pénètre pas le cortex et est complètement recouvert par la peau afin de réduire le plus possible le risque d'infection. C'est vers cette technique d'intégration qu'évolueront les implants neurologiques.

Grâce à la technologie sans fil et aux puces informatiques, ce système pourrait être aisément adapté pour une utilisation humaine. Mais un certain nombre d'obstacles techniques et théoriques persistent:

- l'implant doit tout d'abord enregistrer une trace de mémoire avant son amplification; - ces signaux, chez l'homme, pourraient être trop faibles pour être enregistrés; - le système neuronal humain est plus complexe que celui des rats.

Pourtant, la restauration de certains souvenirs (par exemple : retrouver le prénom d'un proche ou la localisation d'un objet) pourrait aider au quotidien les personnes atteintes de perte de mémoire. Avec certains souvenirs retrouvés et réactivés, elles gagneraient en autonomie et éviteraient un placement dans des structures spécialisées.

Ces résultats, cruciaux dans le développement de dispositifs neuro-prosthétiques, devraient permettre dans le futur proche de soigner les déficits de mémoire liés aux maladies neurodégénératives, aux accidents vasculaires cérébraux et aux autres lésions cérébrales.