138 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

On ne rigole pas avec ces choses là

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lasserpe, déjà son nom n’est pas banal, à l’image de son talentueux univers ! C'est que notre homme à un regard caustique sur le Monde, un oeil donc attentif sur ce qui l’entoure. Lasserpe aiguise son crayon pour pointer là où ça fait parfois mal. L’homme est aguerri et sa vision est de toute évidence incisive et salutaire. Pour le plus grand bien du lecteur ses dessins, au fil des pages, nous renvoient à notre quotidien avec ces joies mais aussi ces grandes interrogations sur un monde en mouvement.La caricature est sensible, à l’image de son créateur, il n’est dupe de rien et si parfois la cruauté l’emporte sur l’empathie, c’est dans une démarche salutaire. Un livre à mettre dans toutes les mains, ses dessins à couper à « la cerpe », sont une bouffée d’oxygène dans une société qui en a tellement besoin.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2017
Nombre de lectures 4
EAN13 9782359302141
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,048€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

ON NE RIGOLE PAS AVEC CES CHOSES LA
P r é f a c e
FRANÇOIS ROLLINOn ne rigole pas avec ces choses là - Droits réservés
ISBN : 978-2-35930-195-3
©SARL Les points sur les i Editeurs
16 Bd. Saint-Germain
75005 Paris
www.i-editions.comÀ Tignous, à qui je dois beaucoup...PRÉFACE
Oh ! je ne suis pas encore complètement gâteux ! j’ai bien compris qu’une préface, c’est fait
pour dire du bien du bouquin qu’elle précède, surtout pas pour le descendre en flammes !!
Et, coup de chance, les raisons ne manquent pas de dire du bien de ce recueil de Lasserpe : le
trait est simple et vif, les dessins sont drôles, pertinents, parfois profonds, toujours affutés. Il
faut l’admettre, et je l’admets.
Pour autant, mon intégrité déontologique m’interdit de passer sous silence les erreurs
grossières qui émaillent l’ensemble.
1) Dans le dessin « Les touristes partout chez eux », on voit deux cannettes vert caca d’oie à
moitié enterrées dans le sable ; il s’agit à coup sûr de deux sodas de la même marque ! Et
pourtant, la cannette de gauche porte un trait blanc long et un trait rouge court, alors que sur la
cannette de droite c’est le trait rouge qui est long et le trait blanc qui est court. Le dessinateur
nous a manifestement pris pour des andouilles.
2) Dans le dessin « Montée du racisme en France », le puits en pneus est visiblement fait
avec des pneus quasiment neufs, si on en juge par la netteté des sculptures. Or tous les
fabricants de puits en pneus utilisent des pneus usagés à très usagés. Un dessinateur digne de ce
nom ne peut pas omettre ce détail essentiel.
3) Dans le dessin « Création d’un village Alzheimer dans les Landes », le réverbère n’est pas
droit. A l’œil nu, ça ne se juge pas trop, mais à l’examen microscographique, le mât fait un
angle de 0,04° avec la verticale. Nom d’une pipe, il est bourré à longueur de temps, Lasserpe,
ou quoi ??!!
4) Dans le dessin « Oubliez la politique, allez au musée », le dessinateur (ivre) a négligé de
reproduire la mention écrite figurant sur le piedestal de l’œuvre, et spécifiant « Tête de Donald
trouée par un obus ». Evidemment, sans cette indication, le visiteur culturel est perdu, et se
laisse aller à la paranoïa. Encore une ruse de l’auteur pervers.
5) Dans le dessin « Les frontières infranchissables », le sympathique héros arbore une
pancarte très sincère comportant trois fautes d’orthographe voulues par Lasserpe pour
discréditer le bonhomme. « On é ché nou » doit s’écrire « On nez chais nout ». A partir de là, le
dessin prend un tout autre sens.
6) Dans le dessin « Calais : les migrants font fuir les touristes », ce bougre de Lasserpe,
décomplexé, dessine de la pluie. Mensonge : il n’a pas plu à Calais depuis 1962.
7) Dans le dessin « Sarkozy a changé », les casseroles de Lasserpe font « cling cling ». Quelle
mystification honteuse, quand chacun sait que les casseroles (normales) font « blong blong » !
On se moque du lecteur, et il faudrait que je dise « bravo » ??!!
8) Dans le dessin « Les vacances c’est moche », on voit flotter une souris morte. Désolé,
Lasserpe, une souris morte ne flotte pas ! Prends bien ça dans ta tronche, vieux manipulateur !
9) Dans le dessin « Le français aime sa police », il y a trois barreaux à la fenêtre, dont un
collé au mur, et qui ne sert donc à rien. Si c’est pour dessiner des idioties, mon vieux Lasserpe,
je peux le faire aussi !!!
10) Dans le dessin « Quels cons ces pacifistes », le cendrier au premier plan est entouré de
mégots mais n’en contient aucun, alors que rien n’indique la présence d’un vent tourbillonnant.
Là, ça dépasse un peu les bornes ! D’accord pour des dessins rigolos, mais dans la limite du
vraisemblable !!
11) Dans le dessin « C’est la rentrée », l’interrupteur est dessiné au dessus du mégaphone, et
non pas à son emplacement naturel : en dessous. Ça frise la provocation, soyons clairs !
12) Dans le dessin « La chasse c’est la vie », le sol est jonché de bouteilles de bière, ce qui
induit logiquement un écriteau « Bière, stop ». Il a fallu que Lasserpe (ivre) rajoute « Palom »
devant « bière ». Fallait-il qu’il en ait bu (des palombières pression !!) !!
13) Dans le dessin « Baisse de la consommation d’alcool et de tabac chez les jeunes », la
bouteille posée sur la table est supposée être une bouteille de vin !! Pas besoin d’être grandclerc pour reconnaître au premier coup d’œil une bouteille de jus de raisin bio de chez
Naturinos ! Là, c’est patent, notre bon vieux Lasserpe a perdu les pédales !
Je m’arrête là, mais tous les dessins comportent des erreurs d’une gravité comparable. Je suis
offusqué.
Alors il se trouvera toujours des anarchistes et des jem’en-foutistes pour dire « ces erreurs
mineures n’entachent pas la qualité de l’œuvre », ou bien « ces détails insignifiants ne font pas
la moindre ombre à la pensée joyeuse d’un Lasserpe au sommet de son art ».
Qu’est-ce que vous voulez que je réponde à ça ? Je ne vois pas. J’aimerais vous clouer le
bec, mais je ne trouve pas le moyen. Ah, si seulement mon ami Lasserpe était dans le secteur !...
il vous ferait un bon dessin bien malin bien rigolo et vous en resteriez comme trois ronds de
flan.
François RollinCes dessins ont été publiés dans les revues Marianne, Psikopat, Siné Mensuel, l'Echo des
savanes, Silence, La lettre du cadre, Zélium, Sud Ouest, CQFD.
Ainsi que dans les petits dictionnaires absurdes et impertinents des éditions Féret.ABANDONS D’ANIMAUXLES ADDICTIONSLES AGRICULTEURS