//img.uscri.be/pth/ac654f0f39ecfe35ad3db0b8db40f610652f3356
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Boko Haram

De
128 pages
Quelle est donc cette secte Boko Haram ? Fait-elle partie intégrante de ce que l'on appelle communément "l'arc islamique sahélien" ? Il semble en effet que ce groupe ait tissé des liens avec d'autres organisations islamistes sahéliennes, notamment AQMI. La secte Boko Haram pose aujourd'hui de graves problèmes sécuritaires et humanitaires au Nigéria, dans les pays voisins et au niveau international. Les civils sont les premières victimes des attentats islamistes et de la violence armée.
Voir plus Voir moins
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr EAN Epub : 978-2-336-69886-1
Mondes en mouvement Collection dirigée par Fabienne Le Houérou
Nouvelle collection pluridisciplinaire, « Mondes en mouvement » publie des travaux en sciences humaines (histoire – sociologie – anthropologie – géographie) sur l’immigration, les migrations forcées, les diasporas et les crises humanitaires dans les relations internationales. Les espaces explorés sont méditerranéens, maghrébins, africains, moyen-orientaux et extrême-orientaux ; les publications s’intéressent à la thématique duMouvementde et l’Humanitairedans un monde global. L’axe « humanitaire » comprend plusieurs volets dont des études sur le genre et l’exil «gender, exile and persecution» ; les violences faites aux femmes dans les situations de conflits. Nous insisterons sur le rôle des médias et des images dans la construction des figures victimaires. La plupart des ouvrages s’appuient sur une méthodologie originale exploitant des enquêtes filmées comme sources scientifiques à part entière. Cet intérêt pour la polyvalence des sources est une des dimensions les plus significatives de cette collection qui publie des ouvrages assortis de DVD ou en lien avec la VOD, Youtube, Dailymotion. Déjà parus Leila BOUASRIA,Les ouvrières marocaines en mouvement. Qui paye ? Qui fait le ménage ? et qui décide ?, 2013. Agathe PLAUCHUT,L’ONU face au génocide rwandais. Le silence des machettes, 2012. Périples au Maghreble premier ouvrage collectif de cette collection. Il nous invite à est questionner les cohabitations plurielles de nos mondes contemporains.
REMERCIEMENTS
J’adresse mes plus sincères et chaleureux remerciements à Madame Fabienne Le Houérou grâce à qui cette publication a été rendue possible, qui a su m’encourager et me conseiller au cours de l’élaboration de ce livre. Je tiens également à remercier Monsieur Walter Bruyère-Ostells qui m’a suivie et guidée tout au long de mes recherches. Sa grande disponibilité et son professionnalisme m’ont beaucoup aidée tout au long de mon travail. Merci également à toutes les personnes qui ont pris le temps de répondre à mes questions. Merci à elles pour leur grande disponibilité et leur aide précieuse. Je remercie également l’ensemble de l’équipe pédagogique et administrative du master Histoire militaire, géostratégie, défense et sécuritéde Sciences-po Aix, pour la grande qualité des enseignements dispensés et pour l’environnement propice au travail qu’ils m’ont apportés. Merci tout particulièrement au Professeur Jean-Charles Jauffret et à Madame Nathalie Meunier. Enfin, merci à mes proches, pour leur soutien et leur aide tout au long de la réalisation de cet ouvrage. J’ai une pensée toute particulière pour ceux qui ont eu la gentillesse de me relire. Merci à Agathe.
PREFACE
L’ouvrage que propose aujourd’hui Pauline Guibbaud permet d’éclairer une menace islamiste terroriste trop peu connue en France, principalement en raison de son émergence relativement récente. Mohamed Yusuf fonde Boko Haram à Maiduguri au Nigéria en 2002. Dans un premier temps, son action est limitée à la politique intérieure. Principalement implanté dans la partie nord de cet État fédéral et anglophone du golfe de Guinée, Boko Haram dénonce la corruption des hommes politiques et l’inégale répartition des richesses avec le sud du pays, majoritairement chrétien. L’islamisme nigérian fait brutalement irruption sur la scène médiatique française en 2012. Un groupe de dissident de Boko Haram prend pour nom Ansaru, revendique un combat djihadiste international et enlève l’ingénieur français Francis Collomp dans le nord du Nigéria. Puis la famille Moulin-Fournier (sept personnes dont quatre enfants) est à son tour capturée au Cameroun et retenue en otage au Nigéria. Si ces deux premiers kidnappings de Français donnent lieu à des libérations au bout de quelques semaines ou quelques mois, ils traduisent néanmoins l’installation d’un danger durable pour nos nombreux ressortissants qui travaillent dans cette région du monde. Le 13 novembre 2013, le prêtre Georges Vandenbeusch est à son tour emmené en captivité du Cameroun vers le Nigéria par des membres de Boko Haram. Ces enlèvements révèlent au public français les rapides mutations de l’islamisme nigérian opérées depuis 2009. Comme leurs équivalents qaedistes, les mouvements nigérians instrumentalisent les opinions occidentales en diffusant des vidéos de leurs otages. En réalité, ils s’inscrivent dans la poussée de la menace djihadiste à l’échelle macro-régionale, du golfe de Guinée à la bande sahélienne. Boko Haram et Ansaru semblent désormais établir des liens avec d’autres organisations comme Al-Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) ou le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Avant même que ces enlèvements placent ces organisations sur la scène médiatique, Pauline Guibbaud choisit de consacrer en 2012-2013 son mémoire de Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité de Sciences Po Aix à l’analyse de cette menace islamiste au Nigéria entre mouvement endogène et enjeux régionaux. Le présent ouvrage est le fruit des recherches menées dans ce cadre de recherche, tout en prenant en compte les évolutions opérées ces derniers mois après la soutenance de ce travail de grande qualité en juin 2013. Pauline Guibbaud a exploité différentes sources françaises et anglo-saxonnes pour mener à bien son analyse. Elle étaye ainsi son propos grâce aux statistiques et aux documents de références dethink tanksaméricains, de l’ONU, de l’Union africaine ou encore d’ONG actives au Nigéria. Des entretiens viennent compléter cette documentation et livrent des perceptions de terrain. Les sources émises par les islamistes nigérians (notamment les vidéos publiées par Boko Haram) permettent de prendre en compte la symbolique visuelle et la sémantique développées par cette organisation et de les comparer avec celles utilisées par les autres mouvements terroristes. Ces sources sont enfin habilement croisées et interrogées à partir d’une veille médiatique des principaux organes de presse français, britanniques, états-uniens et nigérians, ainsi que de sites ou blogs spécialisés. Cette rigueur dans la collecte de l’information permet ainsi de dresser un état des lieux de la menace islamiste implantée au Nigéria tant dans sa dynamique interne qu’à l’échelle régionale. Pour cela, Pauline Guibbaud rappelle à juste titre le poids démographique, économique et politique du Nigéria en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au sein de la CEDEAO. Elle brosse un rapide aperçu de l’histoire de Boko Haram depuis 2002 sans parti pris moralisateur. Au contraire, la démonstration permet de mieux comprendre comment
l’organisation terroriste s’est implantée solidement dans les États du nord du Nigéria en mettant en lumière les faibles moyens mais aussi les erreurs, et peut-être les fautes, de politique sécuritaire de l’État fédéral. Les violences policières y sont dénoncées au même titre que celles des islamistes. Enfin, l’analyse de l’évolution de Boko Haram, de ses divisions internes et l’histoire de la réaction fédérale nigériane permettent de comprendre pourquoi les relations avec d’autres mouvements djihadistes s’accélèrent à partir de 2009. Les changements organisationnels mais aussi de modes opératoires et de cibles signifient que les Occidentaux doivent impérativement prendre en compte cette menace nigériane. Il s’agit désormais de percevoir le risque de déstabilisation pour l’ensemble de l’ouest africain. Pauline Guibbaud montre avec méthode l’articulation entre enjeux sécuritaires nigérians et diffusion du djihadisme à l’échelle macro-régionale pour tout l’arc qui s’étend du golfe de Guinée au Sahel. On mesure ainsi les logiques d’interconnexions de l’islamisme radical en Afrique subsaharienne, les terreaux sur lesquels il peut rapidement prendre son essor et les problématiques de développement et de démocratie qui sont sous-jacentes. Tous ceux qui s’intéressent à la géopolitique ouest-africaine ou à la question de la diffusion de l’islamisme au sud du Sahara ne peuvent que s’enrichir de la lecture de cet ouvrage ! Walter Bruyère-Ostells Maître de conférences HDR en Histoire contemporaine Sciences Po Aix-CHERPA
AVANT-PROPOS
Place géographique du Nigéria en Afrique