Chroniques des temps de braise

-

Livres
307 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre est une sélecion d'articles de Venance Konan parus entre 2009 et la fin du mois d'avril 2011, relatifs à la crise qu'à connu la Côte d'Ivoire avant et après les élections tant espérées.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 93
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseenpage 1 28/09/18 15:57 Page1
Chroniques des temps de braise
1
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseen28/09/18 15:57 Page2page 1
DU MÊME AUTEUR
Les Prisonniers de la haine Nouvelles Éditions Ivoiriennes, Abidjan, 2003
Robert et les Catapilas Nouvelles Éditions Ivoiriennes, Abidjan, 2005
Nègreries Frat Mat Éditions, Abidjan, 2007
Les Catapilas, ces ingrats Jean Picollec, Paris, 2009
Dans la tête de Sarkozy(Collectif) Éditions Seuil, 2009
Ngo N’Di ou Palabres(collectif) Éditions du nouveau Réveil, 2010
Chroniques afro-sarcastiques : 50 ans d’indépendance, tu parles ! Pierre-Marcel Favre, Lausanne, 2011
Le Rebelle et le Camarade Président Jean Picollec, Paris, 2012
Edem Kodjo. Un homme, un destin Nei-Ceda Éditions, Frat Mat Éditions, Présence africaine, Abidjan, 2012 (Grand prix littéraire d’Afrique noire 2012)
Catapila, chef du village Jean Picollec, Paris, 2014 (Prix Rabelais 2015)
2
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseen28/09/18 15:57 Page3page 1
VENANCE KONAN
Chroniques des temps de braise
01 BP 1807 Abidjan 01 fratmat.editions@fratmat.info République de Côte d’Ivoire
3
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseen28/09/18 15:57 Page4page 1
CHEZ FRAT MAT ÉDITIONS
Léon Francis Lébry Bernard Cardinal Yago. Passionné de Dieu et de l’Homme, 1997
Agnès Kraidy 19 septembre, chroniques d’une guerre vaincue,2005
Frédéric Grah Mel Rencontres avec Félix Houphouët-Boigny, tome 1, 2005
Léon Francis Lébry Jean-Paul II, mon ami, 2006
Jean-Baptiste Akrou Mots et maux. 40 ans de passion, 2007
r D Nanan Michel Kanga-Atchinkwassy Pol Améwé ou la fascinante survie d’un témoin de son temps, 2007
Jean Momboye La guerre civile de la France en Côte d’Ivoire n’aura pas lieu, 2007
Bernard Zadi Zaourou Mes dernières paroles pour l’Afrique, 2013
Frédéric Grah Mel Rencontres avec Félix Houphouët-Boigny, tome 2, 2013
Kady Soukoulé Nous, femmes républicaines, 2014
© Frat Mat Éditions, Abidjan, 2015. ISBN : 978-2-84948-205-6 Tous droits réservés pour tous pays.
4
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseen28/09/18 15:57 Page5page 1
En guise d’introduction
Ce livre est une sélection des articles que j’avais écrits entre 2009 et la fin du mois d’avril 2011. En 2009 et au début de 2010, nous attendions l’élection présidentielle. Et l’attente fut longue. Au point que bon nombre d’entre nous finirent par ne plus y croire. Dix ans que nous attendîmes cette élection censée remettre notre pays à l’endroit. Pendant dix ans, Laurent Gbagbo rusa, trouva tous les prétextes pour remettre cette élection. Mon sentiment était qu’il voulait boucler ses dix ans à la tête du pays avant d’organiser l’élection présidentielle, histoire de narguer ses adversaires qui avaient voulu l’éjecter de son fauteuil présidentiel seulement deux ans après qu’il s’y était installé. La Constitution ne lui permettait de rester au pouvoir que pendant dix ans, la durée de deux mandats. En organisant le scrutin après avoir bouclé ses dix ans à la tête de l’État, il pourrait rester président pendant quinze ans, s’il était élu. En 2010, lorsque Laurent Gbagbo décidait d’organiser l’élection présidentielle, j’étais de ceux qui n’y croyaient plus, et qui étaient convaincus qu’il trouverait encore une fois le moyen de rouler ses adversaires dans la farine. Trois ans plus tôt, en 2007, j’avais quitté Fraternité Matinoù j’étais entré en 1987, pour éviter de m’en faire éjecter. Mes chroniques ne plaisaient pas du tout à Laurent Gbagbo et je savais
5
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseen28/09/18 15:57 Page6page 1
C H R O N I Q U E S D E S T E M P S D E B R A I S E
qu’il cherchait tous les moyens de me faire partir de l’entreprise. J’avais expliqué au directeur général d’alors qu’il était mieux pour nous que nous nous séparions en bons termes, puisque la ligne du journal ne me convenait pas, et que je n’avais aucun moyen de la changer. En plus, je n’avais aucune intention de changer ma ligne à moi. Parti deFraternité Matin, je devins le correspondant d’Afrique Magazine(AM), le journal de mon ami Zyad Limam, tout en faisant des piges dans certains journaux ivoiriens. Pendant toute l’année 2009, je tins deux chroniques hebdomadaires dansL’inter, le journal de feu mon ami Nady Rayess. Je voudrais ici saluer sa mémoire et remercier sa veuve, Imane, qui m’honore toujours de son amitié. Quelques-unes des chroniques publiées dans ce recueil, notamment celles concernant Moussa Dadis Camara et Obama sont extraites deL’inter de cette époque. L’élection finit par devenir une réalité en 2010. Et nous nous mîmes à espérer. Grâce à des amis vivant aux États-Unis, j’avais créé un site,La force de la plume, sur lequel je publiais tous mes articles. Lorsque ce que l’on appela la crise post-électorale éclata, je m’insurgeai, comme bon nombre de mes compatriotes, contre la tentative de hold-up de Laurent Gbagbo. Ma seule arme était ma plume. Et je m’en servis autant que je le pus. Je publiais mes articles sur mon site, puis je les envoyais à tous les journaux ivoiriens qui voulaient bien les publier. Ceux qui le firent le plus régulièrement furentLe nouveau Réveil,Le Patriote,L’Expression,Le Mandat. Puis des journaux étrangers me demandèrent des papiers. Ils voulaient surtout des portraits romancés de Laurent et Simone Gbagbo, de Blé Goudé, puis plus tard, d’Alassane Ouattara. La gageure pour moi fut de faire ces portraits pour différents journaux, sans me répéter, et sans rien changer aux faits. Il y eut d’abord leBerliner Zeitung, un journal allemand, puis les journaux françaisLe Monde,Libération, des journaux en ligne italiens ou suisses, plus tard leNew York Times, etLes Inrockuptiblesque dirigeait mon ami Bernard Zékri. Il m’avait demandé un article sur Laurent Gbagbo quelques jours avant que je ne sois contraint de quitter Abidjan pour me mettre en sécurité. Et cet article a été publié à la « Une » desInrocksle 19 janvier 2011, jour inoubliable pour moi, parce qu’il
6
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseenpage 1 28/09/18 15:57 Page7
E N G U I S E D ’ I N T R O D U C T I O N
marque l’anniversaire de ma fille et le jour de mon arrivée à Paris. Le titre était :Traqué par Laurent Gbagbo, l’écrivain Venance Konan raconte. Dans ce recueil, cet article porte le titre :Laurent, quelle histoire !Je dois avouer que je n’étais pas peu fier de faire la « Une » de ce prestigieux journal le jour de mon arrivée en France. Plus tard, Bernard me donna l’occasion de publier plusieurs autres articles dansLes Inrocks, au fur et à mesure qu’évoluait notre crise. À Paris, je fis la connaissance de Pierre Cherrueau qui devint lui aussi mon ami. Il dirigeaitSlate Afrique, un journal en ligne que venait de créer Jean-Marie Colombani, l’ancien directeur du JournalLe Monde. Pierre commença par me demander un article par mois. Puis, ce fut par semaine, et, à la fin, pratiquement tous les jours. Mon premier article pourSlate Afriquefut :Pourquoi j’ai quitté mon pays,que j’écrivis à Addis-Abeba où le journalAfrique Magazine m’avait envoyé couvrir le sommet de l’Union africaine. Pendant la crise, lorsque je vivais à Abidjan, je ne me cachais pas vraiment, même si je vivais discrètement et évitais certains endroits. J’avais déménagé de la Riviera Bonoumin à Vridi en 2009. Peu de mes connaissances le savaient. Lorsque la crise éclata et que les tueries commencèrent, je fis croire à bon nombre de mes amis et parents que je me trouvais à l’hôtel du Golf. Un de mes amis me demandait régulièrement de lui décrire la vie dans la « République du Golf » et je lui inventais des histoires auxquelles il croyait dur comme fer. Le 10 janvier 2011, un de mes anciens voisins de Bonoumin m’informa que le Cecos s’était rendu à mon ancien domicile pour me chercher. Je compris qu’il était temps pour moi de quitter le pays. J’optai pour la France où j’avais de nombreux amis, et quelques réelles possibilités de travailler. Les forces françaises me firent passer à Bouaké, d’où je gagnai Ouagadougou, puis Paris, grâce au président Ouattara qui avait été informé de la visite du Cecos à mon domicile. J’ai séjourné à Paris du 19 janvier au 30 avril. Ce fut une période très féconde pour moi, comme le fut le temps que je passai en Côte d’Ivoire, entre le début de la crise et mon départ en exil. Je crois que j’écrivis en moyenne un article par jour. Je n’ai pas noté les dates auxquelles ces
7
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseen28/09/18 15:57 Page8page 1
C H R O N I Q U E S D E S T E M P S D E B R A I S E
articles ont été écrits, ni celles de leur parution. Mais la chronologie de leur publication a été plus ou moins respectée dans ce recueil. Je ne me souviens vraiment plus de tous les journaux et sites qui ont publié mes articles durant toute cette période. J’étais tous les jours sollicité et j’avoue que cela ne me déplaisait pas du tout. Surtout que cela me procurait quelques substantiels revenus. Je participai également à de nombreux débats sur diverses radios et télévisions françaises, face aux partisans de Laurent Gbagbo, ce qui nous permit en quelque sorte d’internationaliser le combat qui se menait en Côte d’Ivoire. Ma créativité tomba brusquement lorsque Laurent Gbagbo fut arrêté. Je participai à plusieurs débats sur des chaînes de radios et de télévisions françaises, j’écrivis quelques articles, mais mon regard et mon esprit étaient totalement tournés vers mon pays que je cherchais alors à regagner. Cela fut fait le 30 avril 2011. Je revins en tant que directeur général deFraternité Matin. C’était une autre aventure qui commençait. J’ai divisé ce recueil en trois parties assez inégales. La première regroupe quelques chroniques écrites avant l’élection, et surtout mes prises de positions par rapport aux candidats, lorsqu’il se confirma que le scrutin aurait bien lieu. La seconde partie comprend des articles écrits entre l’« investiture » de Laurent Gbagbo au palais présidentiel le 4 décembre 2010, et son arrestation dans son bunker. La troisième partie qui sert de conclusion comprend quelques articles écrits à l’adresse d’Alassane Ouattara et un dernier papier publié dansLe Monde, dans le cadre d’un débat organisé par ce journal sur le rôle de la France dans le dénouement de notre crise. Ce recueil est une sélection d’articles. Certains lecteurs ne trouveront peut-être pas ici ceux qu’ils avaient appréciés (ou pas) au moment de leur parution. Qu’ils me pardonnent. Toute sélection a un côté discriminatoire que l’on se doit d’assumer. J’assume donc ma sélection, en espérant qu’elle aura réussi malgré tout à vous restituer l’atmosphère qui prévalait en ces temps de braise, et surtout, qu’elle vous aura donné ma part de vérité sur cette période. Venance Konan
8
mise chronique des temps de braise au 15 12 14_Miseenpage 1 28/09/18 15:57 Page9
Première partie
Avant la canicule
9