Côte d
274 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Côte d'Ivoire : le crépuscule d'une démocratie orpheline

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
274 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Les coups d'Etat et les rébellions prospèrent en Afrique faute de culture démocratique. Promouvoir les libertés publiques et la bonne gouvernance sans lesquelles l'avenir de la Côte d'Ivoire est compromis à jamais, mais dénoncer également la rébellion ivoirienne de 2002 et ses commanditaires nationaux et étrangers, tel est l'objet de ce livre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2011
Nombre de lectures 21
EAN13 9782296475021
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait





Côte d’Ivoirele crépuscule
d’une démocratie orpheline

Collection IREA
Collection dirigée par David Gakunzi

Fournir des cléspermettant de mieux comprendre
l'Afrique, son histoire, ses réalités et mutations actuelles,
ainsique sagéopolitique, voilà l'ambition de cette
collection de l'IREA(Institut de recherche et d'études
africaines). La collection - qui réunit aussi bien des essais,
des monographiesque des textes littéraires issus des
travaux et des débats animés par l'Institut -a pour
vocation de faire connaître augrandpublic les travaux
d'auteurs confirmés mais également ceux dejeunes talents
encore méconnus. Les ouvrages dela collection sont
rédigées dans une langue conviviale, vivante et accessible.

Dernièresparutions

David Gakunzi,Libye : permis de tuer, 2011.

Roger GBALLOU









CÔTE D’IVOIRELE CRÉPUSCULE
D’UNE DÉMOCRATIE ORPHELINE

Préface de Ahoua Don Mello







L’Harmattan

























© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-55793-2
EAN : 9782296557932

A mon pèrequi forgea en moi une âme politique.

A Feu Raymond Gballou, victime de l’embargo sur les médicaments

imposé à la demande de la France à la Côte d’Ivoire.

« Un matin, nous eûmes un président dont l’élection ne plut pas à tous.
Dix ans de palabres. Ce président mit la main sur une banque, une
banque qui même les hordes hitlériennes dans leur folie d’invasion
respectèrent.

Longtemps contenue, la colère parisienne éclata, tel un volcan en
éruption. Vaisseaux de guerre, sur l’océan, le ciel plein d’avions de
guerre, les villes pleines de soldats, les bombardements vinrent de
partout. Le pont De Gaulle avait ces morts, le pont Houphouët Boigny
avait ces morts, des morts qui furent balayés telles des ordures ; le palais
présidentiel fut bombardé, la résidence fut bombardée, tous les résidents
arrêtés, emprisonnés. Combien sont-ils les présidents de république
traités comme des voyous ? »

Bernard B. Dadié. La Guerre aux « Sans-culottes », in Le Nouveau
Courrier N° 288 du mardi 9 août 2011

Sommaire

Préface

Préambule

1.

Le 19 septembre 2002

1.1.

1.2.

Les attaques du 18 au 19 septembre 2002

Qui sont les rebelles et que veulent-ils

19

23

26

26

27

1.3. Quelquesquestionnements sur les thèses de la

rébellion ivoirienne29

2. Lecontexte sociopolitique ayant précédé les attaques du

19 septembre 200232

3. Lesdifférentes négociations effectuées dans la crise

ivoirienne 35

4.

5.

3.1.

3.2.

3.3.

3.4.

Chronologie des négociations

Analyse du sommet de Lomé

Les accords de Linas Marcoussis

Les accords de Ouagadougou

Les élections d’octobre 2010 et la crise postélectorale

Le rôle de la Francedans la crise ivoirienne

35

37

38

41

43

44

I. Larésolution 1721 sur la situation en Côte d’Ivoire : quelle

analyse et quels enseignements ?49

1.

2.

La résolution 1721

Appel au sursaut national

51

54

II.

Déchets toxiques en Côte d’Ivoire :

quelles responsabilités au plan national ?

1.

La responsabilité des autorités ministérielles

57

59

2. Laresponsabilité de la société Trafigura et de la société

Tommy 60

3. Laresponsabilité de la douane, du port autonome et du

district d’Abidjan61

4.

5.

L’exploitation politicienne du malheur des ivoiriens

Appel à Monsieur le Président de la République

62

63

III. Les partis politiques, les mouvements d’opinion, les syndicats
et l’avenir de la paix en Côte d’Ivoire65

1.

2.

3.

4.

Du parti unique au multipartisme en Côte d’Ivoire

Les journaux d’opinion, relais de la Pensée unique

Du syndicat unique aux syndicats multi partisans

De la guerre à l’avenir de la paix en Côte d’Ivoire

IV. Front Populaire Ivoirien, les fondamentaux

1.

2.

3.

Le contexte et les mobiles de notre adhésion au FPI

Le combat pour le multipartisme

Le combat pour la démocratie

67

69

70

72

77

79

80

82

4. Lecombat pour la justice sociale et le développement

économique 84

5.

Le modèle socio-démocrate, notre terreau fondateur

86

V. BCEAO : bonne arrivée Monsieur le Gouverneur

1.

2.

Le profil d’un bon gouverneur de banque centrale

Prendre la bonne mesure du statut du Franc CFA

89

91

92

3. Trancherune fois pour toute la question de l’arrimage du

FCFA à l’euro93

4. Avoiren conscience que le Franc CFA est une monnaie

communautaire dans une zone pauvre et sous développée96

VI. Côte d'Ivoire Is back

99

1. Audelà du caractère protocolaire de la visite de M. Ban

Ki-Moon en Côte d’Ivoire101

2.

De Marcoussis à Marcoussis

3. DeLaurent

et à la renaissance ivoirienne

Gbagbo

à

102

Ouaga
104

VII. Du « blues de la République » à «Houphouët-Boigny et la
refondation » : vers un rendez-vous citoyen107

1. MamadouKoulibaly, le Professeur

l’homme politique

d’économie et
109

2. Ledébat sur la monnaie ivoirienne et la répartition des

revenus 110

3. Laparenthèse de la rébellion ou l’arrêt brutal du processus

de refondation de la Côte d’Ivoire113

4. Lanécessité d’aller « vite-vite-vite» aux élections afin de

relancer les réformes de la refondation114

VIII. Les émeutes de la faim en Côte d’Ivoire : quelles analyses et
quelles perspectives ?117

fois
131

Les conséquences prévisibles de cette hausse des prix123

Au delà des mesures de court terme

3.

2.

3. LeSocialisme, M. Laurent Gbagbo et la justice sociale en

Côte d’Ivoire135

139

2. Allons-nousaux élections pour nous-mêmes ou pour faire

plaisir aux autres ?154

1.

Attention, la patience du peuple a des limites!

1. Lescauses profondes de la hausse des prix des denrées

alimentaires 120

3.

la

à

1. Onne peut pas

une chose et son contraire

vouloir

155

2. Dessolutions inefficaces économiquement à moyen et

long terme142

X. La crise du carburant à Abidjan : quels enseignements ?

2. Lalégitimité du pouvoir judiciaire dans une démocratie

naissante 134

1. Unegestion catastrophique ou la conséquence d’une

politique de gouvernement de partis141

125

IX. Opération mains propres à Abidjan ou le retour de la
République en Côte d’Ivoire129

151

153

3.

XI. En attendantles électionsivoiriennes

Quelques pistes de réflexion à méditer

Voulons-nous réellement aller à la paix ?

145

XII. Allonsaux élections, allons à la paix

1.

Le report des élections, une décision prévisible

2. Lescauses profondes à «l’impossibilité

l’élection présidentielle… »

3.

Allons aux élections, allons à la paix

157

159

d’organiser
160

162

XIII. L’Occident combat la crise financière, Abidjan gère l’APO165

1.

2.

3.

Un nationalisme à fleur de peau

Une crise qui élude une autre

Et pourtant la crise est devant nous

167

168

170

XIV. Sur les chantiers de la sortie de crise et de la lutte contre la
pauvreté 173

1. Larelance économique ivoirienne depuis les années 60 à la

lumière de la théorie économique176

2.

3.

4.

Quelle nouvelle politique de relance économique

Quelques pistes pour financer la politique de relance

La modernisation de l’État de Côte d’Ivoire

XV. Faut-il désespérer des partis politiques ivoiriens ?

177

182

183

185

1. Laréponse des partis politiques face à la pauvreté et à

l’inégalité sociale187

2. Laréponse des partis

développement

politiques face au

sous
189

3. Laréponse des partis politiques face à la démocratisation

de la société ivoirienne et à la rébellion armée190

XVI. Demain, la Côte d’Ivoire !

1.

2.

Ensemble, donnons les ailes à la paix

Consacrons la bonne gouvernance et le droit

193

195

196

3. Réaffirmonsnotre commun besoin de nation et de

fraternité 197

4.

Donnons toute sa place à l’économique

XVII. Quelle démocratie post-crise en Côte d’Ivoire ?

1.

2.

3.

Certains sont des « démocrates ethniques »

D’autres sont des « démocrates partisans »

Nous devons être des démocrates républicains

XVIII. Le temps de la reconstruction

198

201

203

204

205

209

1. Lepremier pas, le pas de la raison d’État et de

l’apaisement politique de la part des candidats211

2. Ledeuxième pas, le pas de la souveraineté populaire et de

l’équilibre des pouvoirs213

3. Letroisième

arbitrage et du bon sens

pas,

le

pas

du

juste
215

XIX. L’affaire des 429.000 pétitionnaires: une grave atteinte à
l’ordre public et au processus électoral217

1. Lesconclusions du parquet d’Abidjan-Plateau et la

réaction du Président Beugré Mambé219

2. Lagravité des

du contexte politique

faits

et

la

fragilisation
221

253

255

236

3.

2.

2.

3.

La place de l’éthique dans la cité

2.

XXIV. Côte d’Ivoire : les enjeux d’une élection annoncée

1.

L’alliance prometteuse des leaders politiques

2.

Fiers ivoiriens, le pays nous appelle

245

247

partisan et
241

243

225

227

229

XX. L’affaire Mambé : quels enseignements ?

devoir

252

XXIII. Le deuxième miracle ivoirien

XXII. M. Mamadou Koulibaly entre
responsabilité citoyenne

La République et la gestion des conflits sociopolitiques 231

1.

XXI. La sortie de criseivoirienne : vers une nouvelle phase
décisive ?233

Parti politique et État en Côte d’Ivoire

3.

Le génie du peuple ivoirien

1.

1.

Vers l’exaltation de l’esprit patriotique en Côte d’Ivoire235

Les accords de Ouaga en questions

249

251

Qui a droit à la critiqueau sein du FPI

La liberté de la parole, un devoir citoyen

L’humilité, un outil de gouvernance et de paix

3. L’ententeentre les leaders politiques, une condition

nécessaire et suffisante à la sortie de crise238

3. Commentrestaurer la confiance afin de poursuivre le

processus électoral223

1.

L’élection de la démocratie

257

2. L’électionde l’indépendance et de la souveraineté

nationale 258

3. L’électionde la conscience patriotique et du retour à la

paix 259

XXV. Leçons d’une élection inachevée

1.

2.

3.

Une symphonie inachevée

Le mauvais jeu des acteurs politiques

Vers quel lendemain pour la Côte d’Ivoire ?

261

263

264

265

Annexe :tableau de répartition des ministres dans les différents
gouvernements ivoiriens en fonction de leur ethnie et/ou groupe
ethnique 267

Préface

Par Ahoua Don Mello

Docteur Ingénieur des ponts et chaussées,

Ex Directeur Général du Bureau National d’Études

Techniques et de Développement (BNETD),

Ministre de l’équipement et de l’assainissement

Porte-parole du gouvernement Gilbert Aké N’Gbo

Peut-on faire de la glace avec du feu? En d’autres termes,
peut-on engendrer une société démocratique par la force?
Telle est la problématique posée par Roger Gballou dans ce
livre-évaluation du parcours démocratique de la Côte
d’Ivoire.

Deux réponses à cette question à travers deux leaders qui
ont façonné le visage politique de la Côte d’Ivoire.

D’un coté, la réponse de Laurent Gbagbo qui choisit de bâtir
patiemment une société démocratique et souveraine par une
démarche pacifique et pédagogique, sans ignorer le lègue des
reflexes conditionnés du parti unique qu’il faut briser par le
débat d’idées (à l’intérieur comme à l’extérieur des partis
politiques). Cette quête de la démocratie n’est pas une fin en
soi. Elle doit conduire à la quête de la souveraineté
économique pour permettre à la politique d’atteindre son
but :le développement du peuple par le peuple et pour le
peuple.

Cet objectif passe à la fois par la liquidation de la
Françafrique afin d’asseoir les bases d’une économie qui crée
le développement, la résolution de la question monétaire, la
diversification de l’agriculture et de la coopération
internationale afin de tirer le meilleur de la mondialisation
ainsi que par la mise en place d’un secteur stratégique - gage
de la maitrise des coûts de facteurs et symbole de la
souveraineté économique.

L’irruption de la violence et de la France dans le processus
démocratique ont été les obstacles majeurs à cette stratégie
de développement de la Côte d’Ivoire. La mise en place d’un
gouvernement des partis a entrainé une sortie de route. Mais,

21

patiemment, la gestion de la crise née de la violence a permis
de trouver un équilibre précaire pour désendetter la Côte
d’Ivoire et emprunter le chemin de la paix. La crise
postélectorale a ruiné cet équilibre précaire par l’installation
d’une violence inouïe.

De l’autre côté, Alassane Dramane Ouattara dit ADO qui a
choisi, quant à lui, la violence du feu pour faire de la glace.
La démocratie s’est évaporée avec la dernière crise et une
horde de rebelles formés à la violence, ignorants tout du
code civil, du code pénal, de la constitution. Paradoxalement
c’est cette horde de rebelles qui a en charge la défense de la
constitution et l’établissement d’un État de droit.

La conséquence est évidente : la Côte d’Ivoire est devenue le
tombeau des droits de l’homme et de la démocratie, et le
terrain fertile de la recolonisation. Un pouvoir
ethnogénocidaire s’est installé faisant passer la Côte d’Ivoire de la
démocratie à l’ethnocratie, de la souveraineté à la
dépendance.

Roger Gballou, avec une rare lucidité, décortique ce
processus et donne les pistes pour une renaissance de la
Côte d’Ivoire à la démocratie et à la pleine souveraineté
politique et économique.

22

Préambule

Pourquoi avoir écrit ce livre? Et pourquoi le publier
seulement maintenant alors que les textes qui le composent
ont été rédigés depuis 2006et peuvent paraître aujourd’hui
anachroniques?

Le 19 septembre 2002, mon pays, la Côte d’Ivoire, a été
attaqué par une horde de rebelles venus du Burkina Faso et
du Nord de la Côte d’Ivoire. Nous ne pensions jamais
connaître une telle situation en Côte d’Ivoire. Nous ne
pensions jamais connaître la guerre chez nous. Nous ne
pensions jamais voir des Ivoiriens tirer sur d’autres Ivoiriens,
nous ne pensions jamais entendre toutes les raisons qui nous
ont été servies pour justifier ces attaques, nous ne pensions
jamais voir un homme politique user d’armes et de
massacres systématiques d’Ivoiriens pour accéder au pouvoir
d’État en Côte d’Ivoire.

Une fois l’étonnement passé, j’ai retroussé mes manches,
comme nombre de mes compatriotes, pour m’opposer à la
guerre dans mon pays. Certains Ivoiriens, les militaires, ont
pris les armes pour défendre la patrie attaquée. D’autres ont
choisi de sillonner le pays pour dénoncer les exactions et les
thèses rebelles à travers des meetings et des manifestations
publiques. D’autres encore ont choisi de rentrer
précipitamment au pays pour participer aux côtés de nos
compatriotes à la libération de notre pays. Pour moi qui suis
resté en dehors de la Côte d’Ivoire, j’ai choisi d’écrire, de
témoigner aux côtés de mes compatriotes pour dénoncer
cette sale guerre faite aux Ivoiriens. Témoigner certes, mais,
combattre et résister face à la barbarie pour une Côte
d’Ivoire libre, démocratique et souveraine, cette «terre
d’espérance »comme le chantaient autrefois nos pères. Tel
est l’objet de ce livre.

Entre 2002 et 2011, j’ai publié régulièrement des articles
dans quelques journaux ivoiriens dont une partie est
rassemblée dans le présent livre. Ces articles abordent

25

différents thèmes qu’il convient d’apprécier en fonction de
l’actualité et du contexte du moment. En effet certains sujets
peuvent paraître sans intérêt au moment où le lecteur les lira,
ce dont je voudrais qu’il m’excuse par avance. Enfin ces
articles décrivent et dénoncent des faits et les ressentis qu’ils
m’ont inspirés et peuvent de ce fait avoir une portée
prospective limitée.

Mais, avant d’aller plus loin, il convient de planter le décor.
Pourquoi cette rébellion ivoirienne a-t-elle été déclenchée?
Quelles sont les actions militaires et diplomatiques que
l’histoire en retiendra ? Comment cette guerre s’est-elle
achevée et quels rôles certains acteurs y-ont-ils joués ?

1. Le 19 septembre 2002

1.1. Les attaques du 18 au 19 septembre 2002

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, des rebelles ont
attaqué la Côte d’Ivoire, notamment Abidjan, Korhogo et
Bouaké. Plus tard, nous apprendrons que ces rebelles avaient
réçu gîte et entraînement au Burkina Faso. Ces attaques
simultanées ont eu lieu en l’absence de M. Laurent Gbagbo,
Président de la République de Côte d’Ivoire qui était en
visite officielle en Italie. Le Premier ministre, M. Affi
N’Guessan était également absent de la ville d’Abidjan. M.
Émile Boga Doudou, Ministre de l’Intérieur et de la
Décentralisation venait de rentrer le 18 septembre même
d’un voyage en France.
Cette attaque fut très meurtrière. Plus de 300 victimes
tombèrent pendant cette seule nuit. Parmi elles, plusieurs
militaires et civils ivoiriens parmi lesquels l’on dénombre le
Général Gueï Robert, ancien Chef d’État et Chef de la junte

26

militaire, Me Boga Doudou Émile, Ministre de l’Intérieur et
de la Décentralisation et l’artiste Marcellin Yacé du groupe
WOYA.
Les Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire (FDS)
repoussèrent courageusement les assaillants d’Abidjan, puis
ils s’attelèrent à faire face à l’ennemi au centre et à l’ouest de
la Côte d’Ivoire. M. Laurent Gbagbo, Président de la
République de Côte d’Ivoire écourta sa visite officielle en
Italie pour rentrer précipitamment au pays et prendre toute
sa place au milieu de son peuple et des Forces Armées
Nationales de Côte d’Ivoire (FANCI).

1.2. Qui sont les rebelles et que veulent-ils ?

Les Chefs militaires rebelles sont des officiers et
sousofficiers déserteurs de l’armée ivoirienne. Réfugiés au
Burkina Faso, ils y ont formé une armée composée
principalement des peuples issus du Nord de la Côte
d’Ivoire, du Burkina Faso et du Mali et communément
appelé les Dioulas parmi lesquels de nombreux Dozos,
chasseurs traditionnels réputés pour leur atrocité et barbarie.
Ces Chefs militaires n’ont jamais fait mystère de leur
proximité d’avec M. Alassane Dramane Ouattara qu’ils ont
toujours désigné comme étant leur commanditaire. Parmi
eux se trouvent le Général Soumaïla Bakayoko, Chef d’État
major de l’armée rebelle, le Colonel Gueu Michel,
anciennement Commandant en second de la région militaire
de Bouaké, le Sergent-chef Ibrahim Coulibaly, MM. Koné
Zacharia, Issiaka Ouattara dit Wattao, etc. Aux côtés de la
branche militaire de la rébellion baptisée Forces Armées des
Forces Nouvelles (FAFN), apparaissent plusieurs
1
mouvements militaro-politiques. Le MPCIétait dirigé par
M. Guillaume Kigbaforo Soro, Secrétaire général du

1
Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire

27