Crise des valeurs et des institutions sous Wade

-

Français
300 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 2000, après la victoire de l'opposition sur le parti au pouvoir, le parti socialiste, qui gouvernait le pays depuis quarante ans, le Sénégal fut qualifié de vitrine de la démocratie en Afrique de l'Ouest. Mais pendant douze ans, sous le régime d'Abdoulaye Wade, cette démocratie-là fut décevante. Dans sa critique, l'auteur soutient que, pour gagner le pari de l'émergence économique et démocratique du Sénégal, le nouveau pouvoir de Macky Sall se doit de restaurer la morale publique dans l'espace politique et républicain.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2012
Nombre de lectures 107
EAN13 9782296499966
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Crise des valeurs et des institutions sous Wade
Toumany Mendy Avec la contribution de Fatou Ba Sène
Crise des valeurs et des institutions sous Wade
Aux origines de l’incompétence politique
Du même auteur chez le même éditeur Politique et puissance de l’argent au Sénégal. Les désarrois d’un peuple innocent, 2006. Sénégal, politiques publiques et engagement politique, 2008. L’immigration clandestine. Mythes, mystères et réalités,2009. L’illusion démocratique en Afrique. L’exemple du Sénégal, 2010. Aménagement du territoire et intégration sous-régionale ouest-africaine,2010. L’émigrant. Récit, 2012. Nombreux articles de contribution sur la situation économique, politique et sociale du Sénégal, publiés dans la presse sénéga-laise et panafricaine. Pour contacter l’auteur : toumany2007@hotmail.fr www.toumany-mendy.com © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96786-1 EAN : 9782296967861
Gratitude Louange et Gloire au Seigneur, de nous avoir permis de réaliser cette modeste contribution.
À ma famille, mes frères et sœurs et plus particulièrement mes adorables neveux et nièces : Lissa, Oussouna, Werséné, Ibrahima et Ibrahima Filou Junior
À mes défunts parents. Paix à vos âmes.
À Nga, toi-même tu sais !
À mes très chers amis. Je ne peux pas me hasarder à citer les noms de peur d’oublier certains, mais chacun d’entre vous sait ce qui nous lie.
Compliments à Fatou Ba Sène pour ses pertinents commentaires dans ce travail.
Aux hommes et aux femmes qui croient encore en l’avenir du Sénégal et de l’Afrique.
Mention spéciale à « Mother », née maman Ami Collé Ba à Thiès pour sa grandeur d’âme.
À ma fille Aminata Wersène Oupeli Mendy, en espérant que je fais ta fierté.
À Macky et Bernadette, merci pour votre travail de relecture et surtout heureux pour cette relation fraternelle qui nous rapproche tant.
À l’association CASA-ESPOIR du Canada. Les mots me manquent pour dire la fierté que j’ai pour chacun des membres. Que le Seigneur guide nos pas. La vie est un défi. Allons-y dans l’unité et la cohésion.
Au doyen des Sénégalais du Canada, monsieur Bara Mbengue ; à monsieur Cheikh Faye, président du Regroupement général des
Sénégalais du Canada, merci pour votre estime à ma modeste personne. J’en suis très sensible.
Merci à Abdou Walou, rédacteur de dakarinfo.com pour les photos d’illustration
Courage à tous ceux et à toutes celles qui se battent tous les jours pour le développement du Sénégal et de l’Afrique, car le chemin à faire est encore long. Trop long !
Merci sans exception à tous ceux et celles que j’ai connu(es) ou rencontré(es) dans ma vie. Car chacune des connaissances que j’ai pu faire, chaque expérience que j’ai pu vivre, chaque réussite acquise et chaque échec subi m’ont poussé, avec joie comme parfois avec peine, à devenir ce que je suis aujourd’hui… et ce que j’aspire à être demain. Je dois tout cela à l’Homme sans qui je ne serais sans doute rien.
« Si le désordre règne dans un État, c’est le gouvernement qui en est responsable. En effet, les défauts des hommes sont les mêmes partout, et c’est aux institutions de les corriger. Le gouvernement, le meilleur, est celui sous lequel les hommes passent leur vie dans la concorde et celui dont les lois sont observées sans violation. Il est certain en effet que les séditions, les guerres et le mépris ou la violation des lois sont imputables non tant à la malice des sujets qu’à un vice du régime institué. Les hommes en effet ne naissent pas citoyens, mais le deviennent. Les affections naturelles qui se rencontrent sont en outre les mêmes en tout pays ; si donc une malice plus grande règne dans une cité et s’il s’y commet des péchés en plus grand nombre que dans d’autres, cela provient de ce qu’elle n’a pas assez pourvu à la concorde, que ces institutions ne sont pas assez prudentes et qu’elle n’a pas en conséquence établi absolument un droit civil ».
(Spinoza, Traité politique : 1925).
SommairePréambule 11 Introduction 19 Chapitre préliminaire: 19MARS2000 : LESPOIR DUNE NOUVELLE EPOQUE. MAIS25 CHAPITRE 1: LA MORALE PUBLIQUE EN ABIME. LE CANCER DE LALTERNANCE:AVOIR POUR ETRE 39 CHAPITRE 2: LDANGEREUSES ENTRE LES LIAISONS 'ETAT ET LARELIGION:LA LAÏCITE SACRIFIEE45 CHAPITRE 3: LE SILENCE DE LELITE 51 CHAPITRE 4: ÉDUCATION,CULTURE ET VALEURS 63 1. Quand l’éducation démissionne… 63 2… et que les médias provoquent un mimétisme culturel incontrôlé. 72 CHAPITRE 5: REINVENTER LESENEGAL:QUELS LEVIERS? 75 1. Restaurer la politique de l’honneur 75 2. Développer le dialogue social 80 3. Être citoyen aujourd’hui… 83 4. La question du civisme 84 CHAPITRE 6: ET PUIS CETTEAFRIQUE-LADOIT: 91 1. Favoriser le changement culturel régional et sous-régional 92 2. Créer un espace entrepreneurial interafricain en jouant la carte de la solidarité interrégionale 102 3. Rassembler autour des libertés et dans la lutte contre l’insécurité  103 4. Rassembler sur les choix de politique internationale 131 5. Faire sien le combat économico-idéologique dans cette seconde moitié du siècle des indépendances 140 CHAPITRE 7: LA PRESIDENTIELLE DE2012 :QUEL BILAN? 149 1. Y’en a marre : de qui et de quoi ? 149 2. 2012, une démocratie en souffrance… mais soignée par un médecin responsable : le peuple ! 153 3. Course à la présidentielle : n’amusons plus la galerie, ce n’est pas drôle ! 154 4. La stratégie perdante d’Idrissa Seck 155 5. L’impertinence du combat deBenno 157
ϵ
6. La foutaise d’Obasanjo 161 7. Le cas Youssou Ndour 161 8. Sénégal, un État qui s’en va si,… 164 CHAPITRE 8: ENFIN! ENCORE LESPOIR DUN NOUVEAU SOUFFLE 169 CHAPITRE 9: DIGNITE HUMAINE,ET VERTU JUSTICE POLITIQUE:GRAND CHANTIER DU NOUVEAU PRESIDENT CE MACKYSALL177 1. Les ratés de l’histoire 179 2. La fin du bal 186 3. Tous les moutons se promènent ensemble, mais ils n’ont pas le même prix 187 CHAPITRE 10: LE GOUVERNEMENT DEMACKYSALL FACE AUX DEFIS DE LHEURE:REFORMES POUR RELANCER LA QUELLES CROISSANCE DUSENEGAL? 189 1. Le secteur de l’éducation : un malade qui ne trouve pas de remèdes ? 195 2. La santé : ce milieu qui ne semble pas s’intéresser à la vie des démunis 206 3. Le monde rural 210 4. Approche de la croissance économique 211 5. Aménagement du territoire 219 6. Compétence politique = bonne gouvernance ! 225 7. L’emploi des jeunes, ce n’est pas un sujet de campagne, c’est une priorité nationale ! 231 8. Le courage de réformer les services publics 233 9. Le secteur informel 242 10. Promouvoir l’élite politique 245 APRÈS-DIRE : DÉBATS À CŒUR OUVERT249 I. Aux « vieux » présidents d’Afrique 249 1. Relever le défi de la cause citoyenne 251 2. Relever le défi de la bonne gouvernance 252 3. Finir avec la politique-spectacle pour inventer une société de débats 257 II. Aux vigiles de la démocratie, « Pères Noël » de la liberté des peuples… 268 Bibliographie 283 ϭϬ