//img.uscri.be/pth/a753d4dc893fad0f86a5482a5c78e19791a4dd6d

Dessine-moi la Guinée !

-

Livres
137 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'auteur a ici imaginé une Guinée en totale rupture avec les errements des deux premiers régimes qui l'ont plongée dans un gouffre socio-économique sans précédent entre 1958 (indépendance) et 2008 (décès de Lansana Conté, son second président). Ce livre crée les vecteurs d'une réconciliation de son pays avec la bonne gouvernance sous-tendue par la démocratie, l'Etat de droit avec tous les supports d'un authentique développement.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juillet 2010
Nombre de lectures 148
EAN13 9782296703810
Signaler un abus

Dessine-moi la Guinée !

Etudes Africaines
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions

Mohamed Tétémadi BANGOURA, Dominique BANGOURA, Gouvernance et réforme du secteur de la sécurité en Guinée, Défis démocratiques et de refondation, 2010. Jacques MPIA BEKINA, L'évangélisation du Mai-Ndombe. Histoire, difficultés présentes et inculturation, 2010. Marie Pascaline Josiane MBARGA, La construction sociale de la ménopause, 2010. Hervé Pascal NDONGO, Microfinance et développement des pays de la CEMAC, 2010. Ferdinand MAYEGA, L'Avenir de l'Afrique. La diaspora intellectuelle interpellée, 2010. Kengne FODOUOP, Le Cameroun : autopsie d'une exception plurielle en Afrique, 2010. Joseph ITOUA, Institution traditionnelle Otwere chez les Mbosi, 2010. OIFDD, Guide des valeurs de la démocratie, 2010. Ingrid Alice NGOUNOU, Internet et la presse en ligne au Cameroun, 2010. Romuald LIKIBI, L'Union africaine face à la problématique migratoire, 2010. Mbeng TATAW ZOUEU, L'unification du droit de la famille au Cameroun, 2010. Paul KOFFI KOFFI, Houphouët et les mutations politiques en Côte d'Ivoire. 1980-1993, 2010. Wilson-André NDOMBET, Développement et savoirs au Gabon. De 1960 à nos jours, 2010. Etanislas NGODI, L'Afrique centrale face à la convoitise des puissances. De la conférence de Berlin à la crise de la région des Grands Lacs, 2010.

Bali De Yeimbérein

Dessine-moi la Guinée !

Du même auteur

Guinée : derrière le rideau de… cocotiers (La troisième opportunité), Éditions des Écrivains, 2003 Le Baya, « Encres noires », L’Harmattan, 2005

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12454-7 EAN : 9782296124547

A SAMORY TOURE ! (Le «Vercingétorix» guinéen)

PROLOGUE

«…L’énoncé des conditions précédentes suffit pour démontrer que la Guinée est susceptible de s’y conformer rapidement sans trop de grandes difficultés. Il y a cependant certains facteurs défavorables. D’abord la Guinée manque de certaines matières premières nécessaires au bon fonctionnement d’une industrie lourde, en particulier des silicates, carbonates de chaux et le charbon qui sont indispensables à la métallurgie et aux cimenteries. Toutefois elle peut les recevoir facilement depuis les territoires voisins, par voie maritime ou terrestre: -le ciment1 de Dakar, -le charbon du Nigeria, -les hydrocarbures2 depuis l’Amérique à travers les zones de l’Atlantique qui seront les plus sûres… «…Les Américains nous en ont offert l’exemple dans leur grand «Combinat fer-charbon des grands lacs» suivis, vingt ans plus tard, par les soviétiques dans leur « Combinat de l’Oural et la Sibérie ». C’est aujourd’hui au tour de l’Afrique, continent du 20ème siècle… ….Sa réalisation exige, dans nos territoires africains français, à la fois le concours des initiatives privées en hommes, en capitaux et l’intervention d’une autorité supérieure qui coordonne et oriente pour veiller à ce que tous les éléments de cet immense puzzle soient mis en place à leur heure et avec les moyens adéquats. On conçoit aisément qu’il soit inutile d’installer de puissantes centrales hydro-électriques dans notre Guinée s’il n’y a pas, au moment où elles commenceront à débiter une non moins puissante industrie lourde capable d’en absorber la production d’une part; d’autre part de la même manière il n’est
Depuis cette époque (1949) entre autres matières premières, par exemple un important gisement de carbonate de chaux a été mis au jour dans la préfecture de Mali au nord du pays (N. D. A.) 2 De même d’importantes réserves d’hydrocarbures et du gaz auraient entre temps été mises à jour au large des côtes guinéennes…
1

9

pas possible de monter des usines d’électrométallurgie pour l’Aluminium si elles ne peuvent compter, quand elles démarreront, sur la fourniture du courant à bon marché provenant des eaux de nos montagnes. Ainsi tout se tient. Il y a interdépendance, dans le temps et l’espace, des objectifs poursuivis, des activités à mettre en place et des moyens à y appliquer: économie et stratégie, équipements et industries de transformations, initiatives privées et intervention de l’Etat doivent jouer chacun son rôle à leur juste place. C’est une belle carte qui peut être jouée et gagnée par la clarté et l’intelligence française alliées à la volonté d’évolution de nos populations africaines L’heure est donc venue pour tous les responsables d’y consacrer toute leur énergie, car une chance inespérée de cet ordre risque de ne pas se représenter deux fois…». * * * L’ultime phrase de conclusion qui clôt le Rapport intitulé « L’AVENIR DE LA GUINEE » de Mr Roland Pré (un ancien Gouverneur du Territoire colonial de Guinée) est si prégnante dans le contexte de l’actuelle République de Guinée qu’il était nécessaire voire indispensable d’en rappeler les dernières et prémonitoires lignes en guise d’entrée en matière. En effet ce Rapport a été lu par l’ex-Gouverneur le 18 Octobre 19491 à l’ouverture du Conseil Général de la Guinée même si le minutieux et titanesque travail de collecte et synthèse effectué en amont remonte, on le devine aisément, à la fin de la seconde guerre mondiale. 63 pages terribles pour les deux premiers présidents qui se sont succédé à la tête de ce pays si richement doté par la nature. 63 pages accablantes pour l’intelligentsia de la Guinée de 1958 à nos jours, cerveaux et intelligences entrain de prouver à suffisance que parfois il ne sert à rien de disposer des meilleures expertises, plus brillants cerveaux, plus performants esprits, formations les plus prestigieuses du monde ou encore le «meilleur de la réflexion» s’ils n’ont pour finalités que: -coups tordus,
Coïncidence historique, c’était aussi le jour du 43ème anniversaire d’un certain…Félix Houphouët-Boigny (N. D. A.)
1

10

-trahisons, -machiavélismes de toutes sortes,… 63 pages accusatrices aussi pour nos acteurs économiques, notre administration, notre société civile et à plus forte raison nos institutions supposées républicaines et même jusqu’à nos paysans - qui ne sont pas en reste - gangrenés il est vrai par les mœurs les plus tordues et dévoyées, jusqu’à une descente aux enfers personnifiée par nos religieux qui, au lieu de donner les bons exemples, enfoncent tous les clous de la perdition sur le peuple le plus exténué de la planète… Bref, entre les premiers responsables de la Guinée indépendante qui n’ont pas su ou pu, par ignorance de ce précieux document, en tirer le meilleur d’une part et, d’autre part, les suivants - avec à leur tête le second président Lansana Conté - qui ont joué les fossoyeurs de la Guinée, il n’y aura sans doute jamais assez de larmes pour se consoler de la disparition de la Guinée. Car il s’agit bien de naufrage, corps et biens, d’une nation. La Guinée n’existe plus que par son nom. Physiquement elle se voit encore sur les cartes et autres planisphères; mais il s’agit assurément d’une coquille vide, d’un corps sans vie, comme de la peau d’un reptile après sa desquamation, sa mue…Et ce n’est sûrement pas son actuelle descente aux enfers (Barbaries du désormais tristement célèbre 28 Septembre 2009, tentative d’assassinat de Dadis Camara le président autoproclamé, une atmosphère d’insécurité sans précédent…) de ces années 20082010 qui va arranger les choses. Pourtant des dizaines de responsables, des centaines de cadres ou parfois de simples citoyens - penseurs, écrivains, intelligentsia constituée tant à l’intérieur qu’à l’étranger, femmes et hommes aspirant au meilleur pour leur pays et jusqu’à des enfants parfois qui mettent en comparaison les pays occidentaux qui les abritent avec celui d’origine - des milliers de guinéens donc ont tracé tous les contours et croquis possibles et imaginables de cette Guinée qui, à défaut d’être par exemple comparée à une Corée du Sud partie quasiment sur les mêmes bases, serait à tout le moins mise sur le même pied d’égalité qu’une Côte d’Ivoire voisine au temps de la splendeur et du «miracle» de cette dernière… Alors l’auteur va faire comme si… 11

Il va dessiner cette Guinée que ses dix millions (sûrement quinze aujourd’hui avec les familles de sa diaspora) de ressortissants attendent depuis plus d’un demi-siècle maintenant. * * * Après de longues décennies de réflexion et de nombreux échanges - avec des amis, compatriotes, africains, relations, voire parfois de simples inconnus croisés au hasard d’échanges dus à un long exil - l’heure est venue de donner aux guinéennes et aux guinéens une bonne copie «GUINEE». Il va s’agir d’ériger définitivement cette Guinée de millions d’aspirations, quêtes, envies, rêves, attentes et espoirs…mais aussi, après tant d’occasions ratées, du dernier bon choix de société pour ce pays. Il va falloir surtout simultanément pointer des actes parfois sciemment posés par une minorité de guinéens en vue d’occulter, voire rejeter des opinions et choix de société de la majorité de leurs compatriotes, faisant ainsi patiner ce pays depuis tant d’années dans le non-développement et le confinement des dits guinéens dans une position d’otages invisibles et une mendicité sociale, économique, politique et culturelle sans précédant. Ce n’est pourtant pas faute de potentialités. Les statistiques de ces dernières années nous ont apporté la preuve des nombreuses carences et dérives qui ont, peu à peu, conduit la République de Guinée à flirter depuis bientôt quarante ans avec le Cinquième Monde après le Tiers et le Quart (mis à part dix ans environ de bonus de la période post coloniale). Tout futur responsable issu du scrutin du 27 Juin 2010 soucieux du bien être de la quasi-totalité des guinéens aura à disposition un «outil» (plan de développement) immédiatement exploitable, pour qu’enfin il dispose d’éléments concrets concourant à la réhabilitation d’un non-pays. Le temps est enfin venu, pour les Guinéennes et les Guinéens, de s’extraire de ce véritable gouffre dans lequel les

12

ont successivement plongés Sékou Touré puis, aujourd’hui, Lansana Conté1 ses deux premiers présidents. * * * Un peu d’Histoire pour planter le décor et éclairer ceux qui ignoreraient encore la Guinée. En forme d’un juteux et succulent croissant aux…fer, bauxite, diamant, or, cobalt, uranium, platine, pétrole, gaz, pyrite (sulfure de fer), chromite, manganèse, colombo-tantalite, plomb, zinc, cuivre…et surtout terre d’une exceptionnelle prédisposition à la chose agricole, successivement limitée à partir de l’océan Atlantique par la Guinée-Bissau, le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, la République de Guinée - appelée aussi Guinée-Conakry - avec 245.857 km2 et un massif montagneux en écharpe N.O.-S.E., se caractérise surtout par quatre régions naturelles distinctes. Géographiquement en zone tropicale pour une grande partie et subéquatoriale dans le sud-est, la Guinée a un climat tropical soudanien marqué par deux saisons (sèche et pluvieuse). Les températures y varient d’environ 10 à 40°C avec tout de même des minimas descendant parfois à 4°C entre Décembre et Février à Labé notamment. Ses quatre régions ont donc, grosso modo, chacune des ethnies et langues distinctes avec, au passage, une densité moyenne 29hbts / km2 pour une population officiellement estimée à environ 10 millions d’âmes, mais en vérité 15 aujourd’hui, dix en Guinée même et…cinq à l’extérieur (voire plus quand on considère que, comme l’auteur, le guinéen à l’extérieur a fondé une famille variant de 4 à 7 voire 10 membres): -Les Soussous en Basse Guinée occupent toute la côte du pays et sont surtout agriculteurs et pêcheurs. -Les Peulhs sont installés en Moyenne Guinée dans le massif du Foutah-Djallon et essentiellement des éleveurs. -Les Malinkés sont installés en Haute Guinée et exercent traditionnellement dans le secteur du commerce. -Enfin les Kissis partagent la Guinée Forestière avec les Tômas, les Guerzés et pratiquent l’agriculture.
1

Comme le premier jet datait de 2007, Dadis n’était pas encore…

13