Ecrits sur l
303 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Ecrits sur l'information et la communication (Tome 1)

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
303 pages
Français

Description

Ce premier volume constitué d'un Rapport sur la communication de l'Etat et de plusieurs annexes est un legs qu'il était temps de transmettre à un large public. Ce Rapport a été achevé vers la fin des années 1990 et fut transmis durant l'année 1999 à M. Ousmane Tanor Dieng à un moment où les autorités gouvernementales étaient concentrées sur la préparation de l'élection présidentielle de février 2000. Aujourd'hui encore, un examen, même rapide, de la complexité des relations entre les autorités publiques et la presse nationale montre combien les problèmes passés en revue sont restés actuels.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2016
Nombre de lectures 11
EAN13 9782140019883
Langue Français
Poids de l'ouvrage 59 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

DjibrilSAMB Prix La Bruyère/Médaille d’Argent de l’Académie française Diplômé de l’Institut français de Presse
ÉCRITS SUR L’INFORMATION E T L A C OMMUNIC AT ION
I
RAPPORT SUR L’AMÉLIORATION DE LA COMMUNICATION DE L’ÉTAT
Le traitement de l’information sensible
ÉCRITS SUR L’INFORMATIONET LA COMMUNICATIONI. RAPPORT SUR L’AMÉLIORATIONDE LA COMMUNICATION DE L’ÉTAT
Djibril SAMB Prix La Bruyère/Médaille d’Argent de l’Académie françaiseDiplômé de l’Institut français de PresseÉCRITS SURL’INFORMATIONET LA COMMUNICATION I RAPPORT SUR L’AMÉLIORATIONDE LA COMMUNICATION DE L’ÉTATLe traitement de l’information sensible
Autres ouvrages de D. Samb chez le même éditeur Étude du lexique des stoïciens. Paris : L’Harmattan, 2009.143 p. Ouverture philosophique. ISBN 978-2-296-08126-0. L’Afrique dans le temps du monde. Paris : L’Harmattan, 2010. 114 p. ISBN 978-2-296-10266-8. Le vocabulaire des philosophes africains. Paris : L’Harmattan, 2010. 319 p. Ouverture philosophique. ISBN 978-2-296-12997-1. Manuel de méthodologie et de rédaction bibliographique. Initiation à la recherche, à la rédaction des thèses, des mémoires, des rapports scientifiques et techniques, des articles et autres travaux académiques.À l’usage des étudiants, des auteurs, des rédacteurs, des éditeurs et des secrétaires. Paris : L’Harmattan, 2014. 586 p. Ouvertures philosophiques.ISBN 978-2-336-30486-1.© L'HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN :978-2-343-10096-8EAN :9782343100968
PRÉFACE
Nous approchons peu à peu d’un âge canonique où, quand bien même l’intellect reste solide, le corps s’affaiblit, se mon-tre de plus en plus réticent à l’effort et multiplie ces diverses alertes que sont les pathologies, auxquelles il convient de pren-dre garde pour ce qu’elles peuvent annoncer. Il sied alors de nous rappeler lespraecaepta sapientium,de nous en inspirer en mettant de l’ordre dans nos affaires et d’agir en passeur en transmettant aux générations actuelles et futures tout ce dont la fortune nous a fait le dépositaire. Ce premier volume de nosÉcrits sur l’information et la com-munication, constitué d’unRapport sur la communication de l’Étatet de plusieurs annexes, est précisément un legs, qu’il était temps de transmettre à un large public. CeRapporta été achevé vers la fin des années 1990 et fut transmis durant l’année 1999 à M. Ousmane Tanor Dieng, alors ministre d’État, ministre des Services et Affaires présidentiels, à un moment où, il est vrai, les autorités gouvernementales étaient plutôt concentrées sur la préparation de l’élection pré-
8
RAPPORT SUR LA COMMUNICATION DE LÉTAT
sidentielle de février 2000. Il n’y eut donc pas de cérémonie de remise officielle du rapport au président de la République qui en était le destinataire. Le temps d’une élection avait recouvert le temps de l’État, et lui avait imprimé son rythme effréné qui s’encombre difficilement du temps quasi méditatif d’un rapport, avec ses tenants et ses aboutissants, et autres recommandations, qui rendent obligatoire une étude attentive. Aussi bien peut-on aisément comprendre que, dans l’imbro-glio lié à une passation de pouvoir imprévue et, par conséquent, improvisée, de part et d’autre, l’on n’ait pu guère s’attarder sur le présent rapport et qu’en définitive il rejoignît les dos-siers non signalés. Quoi qu’il en soit, il n’en fut plus question si ce ne fut de manière incidente et officieuse. Nous avions pourtant bien pris le soin d’en transmettre un exemplaire au président alors nouvellement élu, en raison de l’intérêt probable qu’il aurait pu lui trouver au regard de la continuité de l’action publique. Il n’est pas improbable que l’enthousiasme débordant et le volontarisme des nouveaux maîtres de l’État ne les eussent rendus moins attentifs aux graves problèmes dont la complexité et l’urgence avaient rendu nécessaires l’étude et l’enquête ayant conduit à ceRapport. Cependant, lorsque nous observons, aujourd’hui, la situation générale de l’État, singulièrement ses difficultés à établir une communication appropriée avec la presse nationale, malgré sa pléthore de conseillers sûrement talentueux, ou encore le carac-tère incohérent de la parole gouvernementale même en raison moins de la pluralité des voix qui la portent que de ses discor-dances internes, nous ne pouvons nous empêcher de constater que les problèmes sont restés entiers, s’ils ne se sont pas accentués. C’est à les circonscrire et à leur apporter des solutions réalistes, fondées sur une collaboration volontaire et franche entre l’État et la presse nationale, sans renoncement à ce qui est la mission propre de chacun d’eux ni compromission répréhensible, qu’était destiné leRapport sur la communication de l’État.
PRÉFACE
9
CeRapportconstitue la substance de ce volume. Il comporte quatre parties : les « Généralités », qui définissent les termes de référence et la méthodologie mise en œuvre ; le « Diagnostic » effectué tant par les autorités gouvernementales que par les diverses rédactions visitées ; les « Problèmes identifiés et conclusions » et, enfin, les « Recommandations ». Plusieurs annexes, qui en forment le référent ou le matériel, sont jointes au rapport. Les AnnexesA(Notes de synthèse des entretiens avec les ministres),B(Notes de synthèses des entre-tiens avec les rédactions) etC(Note de synthèse des entretiens avec le BEN du SYNPICS) forment la partie essentielle duRap-port. À quoi il convient d’ajouter les AnnexesD(Questionnaire destiné aux ministres),E(Termes de référence du rapport),F (Arrêté présidentiel n° 1261 du 19 février 1996 portant mise sur pied du Comité de suivi) etG(Rapport sur la législation et la réglementation sénégalaises relatives à l’information sensi-ble). Enfin, l’AnnexeH(Le traitement de l’information sensible par les médias) rappelle quel fut le point de départ de l’en-semble des travaux présentés dans ce premier volume. Ce der-nier texte fit l’objet de la conférence inaugurale que nous avons prononcée en 1995, à la demande de l’état-major particulier de M. le président de la République, devant un Séminaire des hauts fonctionnaires de défense, activité traditionnelle, consacré en l’espèce à l’information sensible. Il nous reste à exprimer notre reconnaissance aux plus hautes autorités du pays qui nous avaient désignés pour conduire cette mission d’État à la fois délicate et complexe à la tête du Comité de suivi du Séminaire des hauts fonctionnaires de défense sur l’information sensible, avec le concours de commis et servi-teurs, civils et militaires, chevronnés de l’État. Nous ne terminerons pas sans avoir une pensée pieuse à la mémoire de Chérif El Valid Sèye qui fut un membre actif du Comité de suivi jusqu’à la fin de sa mission.