En vers et contre-pied

En vers et contre-pied

-

Livres
266 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre est un témoignage d'un combat porté durant le quinquennat 2012-17 que l'auteur a scandé de 72 poèmes en vers de mirliton pour 60 mois de déceptions, d'attente et d'espérance avec en fil d'Ariane, la pensée gaullienne. En contraste, le poète n'en a pas pour autant oublié de vivre. Ce recueil est aussi le témoignage d'une vie sociale et affective dans un quotidien apaisé.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 04 septembre 2017
Nombre de lectures 2
EAN13 9782140044717
Langue Français
Signaler un abus
B e r n a r d RE Y G R O B E L L E T
EN VERS ET CONTREPIED
Chroniques politiques 20122017 & autres mirlitons
Préface de Xavier Bertrand Avantpropos de Jacques Godfrain
En vers et contre-pied
B e r n a r d RE Y G R O B E L L E T
En vers et contre-pied Chroniques politiques 2012-2017
& autres mirlitons
Illustrations originales de Jean-Pie Robillot
Du même auteur
Renaissance,Club Nouveau Siècle éd., Paris, 2017
Publications professionnelles La nature dans la ville, Biodiversité et urbanisme,CES, Journaux officiels éd., Paris, 2007Eau et environnement,EDF éd., Paris, 1996 (en collaboration) Nucléaire et environnement,EDF éd., Paris, 1996 (en collaboration)
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12750-7 EAN : 9782343127507
À mon épouse Sylviane qui a vécu avec moi cette aventure littéraire et politique.
Le lecteur comprendra que pour l’affection tolérante qu’elle a manifestée, j’ai fait suivre de poèmes plus personnels ces «mirlitons »ont traduit au fil des mois notre qui étonnement collectif durant ce quinquennat des plus déconcertants.
En hommage à mes trois maîtres à penser, Lucien Benoit-Janin Philippe Dechartre Maître Olivier Schnerb Souvent je pense à eux, ils avaient la bonté des anciens, la rigueur des maîtres, la fidélité des amis et l’humour des bons vivants. Je regrette qu’ils ne puissent parcourir ce que leur dois. Le premier était de Gex, mon village ; aventurier visionnaire, je l’avais rencontré lors de ma période de coopération en Algérie. Je lui dois le bon sens, la culture et une porte entrouverte sur le monde politique.
Le second, compagnon du général de Gaulle et ministre de celui-ci, appartient à l’histoire. Il a été mon parrain tant dans l’engagement initiatique que dans la grande famille politique du gaullisme social.
Le troisième, avocat exceptionnel, personnalité d’une grande générosité, s’exprimait indifféremment en prose ou en vers. Il a été le conseil sans lequel cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour.