La France et la Russie. Alliances et discordances

La France et la Russie. Alliances et discordances

-

Livres
264 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La France et la Russie ont connu des périodes de coopération mais aussi d'oppositions idéologiques et politiques. Elles ont opté dès 1891 pour une alliance contre l'hégémonisme allemand, sont restées unies lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, ont signé en 35 un traité d'assistance mutuelle, ont conclu un traité d'alliance en 44, la France s'est opposée à la politique des blocs en 1966... et tout indique que, dans un monde en perpétuel changement, les deux nations ont vocation à se rapprocher.Š

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 octobre 2011
Nombre de lectures 79
EAN13 9782296471603
Signaler un abus

a

France

et

la

ussie

uvrages du même auteur ’lasécurité
régionale et leproblème du régionalisme(aris edone
1955) ;’kraine etDroit international (ouvainCentre
d’Etudes1954) ;a igneCurzonet la eGuerremondiale
(ouvain auwelaerts1957) ;Assistance économique et
pénétration industrielle des paysdel’EstenAfrique
(éopoldville niversité ovanium1966) ;Droitconsulaire
desEtatsafricains (AnversEd.cientifiquesErasme1967)
’Afrique enDroit international public(aris ibrairie
Générale deDroitetde urisprudence1971) ;aConvention
de omé(BruxellesAcadémie oyale desciencesd’utre-
er1977) ;esransferts internationauxd’armesdeguerre
(aris edone190) ;esétudesafricainesenBelgique
(ouvain-la-euveCabay192) ;’niversité ovaniumet
saFaculté de héologie(ChastreBureaud’Etudesenelations
internationales193) ;es originesdu séparatismekatangais
(BruxellesAcadémie oyale desciencesd’utre-er
19) ;esydrocarburesdelaCaspienne(Bruxelles
Bruylant1999) ;a bonne foidans la conduiteinternationale
desEtats (arisEditions technique etéconomiques2002).
uvrages publiés à l’nstitutoyal deselations
internationales ransfertsde echnologies sensiblesentre
l’Estet l’uest (194) ;eselationsentrelesEtats-niset le
Zaïre(196) ;’Europe face auxEtats-nis (196) ;a
éditerranéeorientale dans lapolitique des puissances (197) ;
Aux originesdela econdeGuerremondiale1919-1939
(199) ;esépubliquesBalteset la crise dufédéralisme
soviétique(1990) ;neDémocratiepour l’Afrique(1991) ;e
Commerce desArme ;s (1992)’ndépendance del’kraine
(1993) ;’AdhésiondelaBelgique àl’1944-1945
(1995) ;aBelgiquelaChine et l’nioneuropéenne(1994) ;
Zonesdénucléarisées (1997).
uvrages publiés auxEditions’armattan
uzbékistanpuissance émergente enAsie centrale(2003) ;a
politique étrangèresdel’nioneuropéenne(2005) ;e conflit
de chétchénie(2006) ;’ranface aux puissances (2007) ;a
politique étrangère dela ussie(200) ;’slamface à
l’ccidentun heurtdescivilisations ? (2009) ;aBelgique et
laFrance  amitiéset rivalités (2010).

omain

AEC

aFrance

As

t

et laussie

srs

’AAA

5-7
,

rue

de

©

'AATTA,

2011

l'École-olytechnique ; 75005

http//www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattanwanadoo.fr
harmattan1wanadoo.fr

B 97-2-296-56222-6
EA 972296562226

aris

Chapitre.a précarité des relations politiques
franco-russes

1.Anne deiev - reine deFrance
Les premiers rapports officiels franco-russesremontentà
dix siècles.C’esten l’andegrâce104queleroideFrance
enri 1er dont l’épousevenaitdemourir sans lui laisser un
héritier mâle envoyaitau grandprince de iev aroslav le
ageuneimposante ambassadepourdemanderen mariagesa
fillela belle et trèscultivéeAnnaquiconnaissait leslavonle
grec et lelatin.Cette démarches’expliquaitaisément
gouvernée àl’époquepar la dynastie arègue de urikla
principauté de ievétait unEtat puissantet prospèrequi
entretenaitd’importantes relations politiquesetculturellesavec
laplupartdescourseuropéennes.aroslav le age était
apparenté àtoutes les grandesdynastiesd’Europe undeses
troisfrèresépousalasœurdu roide olognelesecondla fille
del’empereurConstantinletroisièmela fille du roianglo-
saxonarald.Cetétatdeschosesconvenait parfaitementau roi
deFrance.egrandprince accéda àla demande d’enri 1er et
Annes’estdoncrendue enFranceoù son mariage futcélébréle
14 mai 1051à eims par l’archevêqueGuydeChâtillon.Elle
signa deson nom le contratdemariage alors quesonépoux n’a
pu y tracer qu’une croix.asœurAnastasie allaitépouser leroi
de ongrieAndré et sasœurElisabethdevintfemme du roide
orvège arold.
DevenuereineAnne fut unegrande donatrice d’œuvres
charitables fitconstruire des oratoireset patronnaitdesabbayes
etdes monastères.epape icolasluiécriviten 1059 une
lettrequiappréciait la force deses vertus. «ousavonsappris
trèsexcellenteFillelamagnificence detes libéralitéset la
bienveillancequetu manifestesaux indigentslesoinet
l’application quetu portesàlaprièrelarigueurdetes
interventionsenfaveurde ceux quelaviolenceopprime et
toutes lesbonnes œuvres par lesquelles tu t’efforcesderemplir
ta chargeroyale».

5

En 1053Anne donna au roi unfilsquiareçu lenomde
hilippelequel succéda àson pèremorten 1060.e frère
cadetdu souveraindéfuntBaudouin comte deFlandres allait
exercer larégence avecle concoursd’Annelaquellesignait les
documentsdu royaume comme«Anna egina».euaprès
elleseretiraitauchâteaude enlis oùelle fondait une abbaye
deschanoinesAugustinsetconstruisit une église de aint-
incent.

Agée de36ans elle futenlevée en 1061 par son voisin
aoul comte deCrépyqui répudiasa femmelégitime.Etait-
elle consentante?n nelesait pas.epapeAlexandre 
condamna cetteunionetexcommunia aoul.Après lamortde
ce dernieren 1074Anne est revenue àla courmais sans y
exercer unequelconque activité; sa dernièresignature date de
1075«Annamatrishilipi regis ».euàpeusamémoire
s’estompa chez lesFrançaison ne connaît pasexactement la
date desamort entre1075et 1079.Cen’est qu’en 162 qu’on
aprétendudécouvrir satombe àl’abbaye de illersprèsdela
Ferté-Allais sur l’Essonneunepierretombaleindiquant
qu’«icjacetdominaAgnèsxor quondamenrici
egis… »maiscette découverte futcontestée nes’agissait-il
pasd’un simplemémorial ?1.Denos jours l’incertitudereste
entière on nesait pas sielle est morteréellementenFranceou
sielle était rentrée à ievoù l’on n’apas retrouvésatombe.

2.De vagues rapports franco-russes

e bref épisode d’Anne de ievdans leroyaume de
Francenelaissa aucunesuitepolitique et ne contribuaguère au
développementdes relationsfranco-russesl’Etat kiévien ne
s’y prêtait pas.inépar les luttes intestinesdeses princesdont
laplupartcherchaientàs’approprier letrône de iev - la« mère

1Recueil de pièces historiques sur la reineAnne, ouAgnès, épouse de Henri I,
roi deFrance, et fille de Iaroslaf I, grand duc de Russie, avec une notice et
des remarques du princeAlexandre Lobanoff de Rostoff.aris125.acques
imeyAnne de Kiev.erret-Gentil1975.acquelineDauxoisAnne de Kiev
– Reine deFrance.aris ressesdela enaissance2003.

6

des villes russe - ps »euàpeucetEtat se désagrégea s’il
comprenaitau milieuduesièclequinzeprincipautés dès le
débutdu sièclesuivantellesétaient prèsd’une cinquantaine et
audébutdueprèsde250.Denouvellesentitésdu pouvoir
politique apparurentauord à côté de ovgorod  ouzdal
ladimir oscouetvertandis quelesiège delapuissante
Egliseorthodoxepassa de ievà ladimiretensuite à oscou
celle-cidevenantaprès laprise deConstantinoplepar lesurcs
en 1453la capitale del’orthodoxie chrétienneune« troisième
ome».ous l’impulsiondeBatypetit-filsdeGengishan
lesataresdela orde d’renvahirent toute cetterégion
brûlèrentoscouen 1237s’emparèrentde ieven 1240et
placèrent la ussiesous leur joug pendant prèsde deux siècles
etdemi.Bien qu’ilsaient remporté en 130 une brillante
victoire à oulikovo sur lesenvahisseurs tatarsles princes
russesfinirent par s’accommoderaveclapuissante orde d’r
enadoptant unesoumissiondéférente envers lesongolsils se
chargèrentdelaperceptiondu tribut réclamépar les khans.Ces
derniers nesemêlaient guère delavie des populations
conquiseset nepersécutèrent nullement lareligion orthodoxe
desusses detellesorteque c’est grâce àleurscroyances
religieuses queles populations russesévitèrent un métissage
avecleursenvahisseurs islamisés.es princesdela oscovie
poursuivirent l’unificationdelaterre del’ancienne«us »
kiéviennetandis quepeuàpeula orde d’r se décomposa et
lejoug tatar s’atténua;dès 1476letsarvan asuspendu le
paiementdu tributaux khans et l’année140 marquala finde
la domination tatare.
enise et l’Autriche étaient les premièresà établirdes
relationsdiplomatiquesavecla ussiequi paraissait pouvoir
constituer un rempartcontrel’expansiondel’Empireottoman
dans lesud-esteuropéen.éanmoinsmalgrélaprise de azan
en 1552 qui ouvrait unenouvellepériode dans l’histoire dela
ussie celle-ci restait unEtat isolé.Endépitdu rétablissement
des rapports politiquesavecla erse– l’ennemietraditionnelle
desusses – lavenue à oscoudesarchitectes italienset la
mise en place de(modestes) relationscommercialesavec
l’Angleterre et lesays-Basla ussie demeurait pour les

7

ccidentaux un paysbarbareleplusarriéré del’Europerongé
par une extraordinaireivrognerie deses populations qui se
livraientàla débauche etaux orgies etdont la civilisationet le
mode deviesont restés très rudimentaires.onclergé
orthodoxepeu instruitet hostile àtoutepénétrationdes
influencesétrangères est restéopposé àla créationd’écoles
laïques detellesortequel’immensemajorité desusses ne
savait ni lireniécrire.outaccèsdesétrangersàla ussiene
pouvait se fairequ’avecl’autorisation spéciale des tsarset il
était interditauxcitoyens russesd’effectuer lesdéplacementsà
l’étranger.
rla civilisationeuropéenne connaissaità cette époque
un grand épanouissementet laFrancequi venaitderéaliser
sousouisson unitéterritoriale accédaitau rangdegrande
puissancequi nevoyaitaucun intérêtàselieravecla ussie
laquelleluiétait parfaitement indifférente.Devagues rapports
franco--russes nesesont noués que dans le dernier quartdu
esiècleunepremièreprise de contact officielle ayanteu
lieu sous lerègne du tsarFédorsuccesseurd’van le errible.
Al’initiative d’unambassadeurd’enrilaFrance aobtenu
en 156 l’ouverture àses naviresdu portde holmogory en
merBlanche et une conventioncommerciale a été accordée aux
marchandsfrançais l’annéesuivantemais leséchangesentre
lesdeux pays sont restés insignifiantsnotammentencequi
concernel’importationdeseletdevinsfrançais.
ltérieurementAstrakhanetArkhangelsk ontétéles
principaux ports pour le commerce dela oscovie avecles
Etatsétrangers.
En 1615letsarichellepremierdesomanov
envoyaitauprèsde ouissonambassadeurvanondyrev
lequel luiannonçal’électionde ichelau trône de oscouet
demanda àlamêmeoccasiond’accorder lesecoursdelaFrance
àla ussie contrela ologne et la uède ainsi qu’une
interdictionaux ressortissantsfrançaisdeporter lesarmes
contrel’Etat russe.eroiareçucourtoisement l’ambassadeur
mais n’apas saisiexactement laportée desamission.Aussi

cette démarcheresta-t-ellesans suitesonexpliqua à ersailles
que« la ussie était un pays insuffisammentconnuenFrance».
e esiècleseraunepériode d’hégémonie française
enEurope continentale.éritablesouveraindu royaume
ichelieu (1624-1642)continualapolitique del’acquisition par
laFrance deses «frontières naturelles »tandis quesa
diplomatievisaità affaiblir lesabsbourgautrichiens
allemandsetespagnols ;en soulevantcontrel’empereur les
forcesdela uède cette dernière contribuaitàl’émiettement
politique del’Allemagne etdevenait un véritableEtat
mercenaire delaFrance.etraité de estphaliemarquerale
triomphe delapolitique de ichelieu.Entre-temps c’esten
1629 queletsarichelFédorovitchaccorda aux ressortissants
françaiscertainesfacilitésde déplacementdans l’Empire de
ussie.

ous lerègne du «oi-oleil »ouis(1643-1715)
laFrance a atteint lepointculminantdesagloire lavolonté
d’hégémonieroyalen’avait pasdelimites.eroi selança dans
les guerresde conquêtel’armée française devenant laplus
puissante ducontinenteuropéen.apaixde imèguequiamis
finàlaguerre de ollande(167- 1679) marqual’apogée dela
puissance française enEurope.uantàla ussieson rôle dans
laviepolitique del’Europe centrale et septentrionales’estaccru
dès lemilieuduesièclemaiscen’est quesousierrele
Grand etensuitesousCatherine qu’elle deviendraune
grandepuissance européenne.Enattendanttous leseffortsdes
souverains moscovites pourétablirdes relationsamicalesavec
laFrance échouèrentle dédaindesFrançais pour l’Etat russe
et leur politique desoutienàla ologne enconflitavecla
ussie étaient lescauses principalesde ceséchecs.

etsarAlexisenvoyaiten 1654à ouisson
ambassadeurConstantinatchékhinequifut porteurd’une
lettre du tsarau roideFrance contenantdes griefscontrela
ologne l« pouraviolationdu traité de161» aprèsavoir
informéleroiducommencementdes hostilités oscouavait
demandésamédiation.’ambassadeur – un homme dépourvu

9

de culture et un piètrelettré–avait refusé d’êtrereçu par le
ministre desAffairesétrangères etouis finit par le
recevoir le9 novembre.Dans unelettre adressée au tsarleroia
dit le déplaisir queluicausait laguerre contresonalliéleroide
ologne et se déclaraitdisposé àoffrir samédiation sielle était
acceptéepar lesdeuxbelligérants.En souhaitant le départau
plus tôtdel’ambassadeur c’est non sans peineque ersailles
fitcomprendre à atchékhinequ’on nesouhaitait pas leretenir
enFrance.
ommé en 1667chef duBureaudesambassadeurs
(Possolski Prikaz)le boyard rdyne-astchokines’empressa
de chargeren juillet 166leprince ierre otemkine d’une
missionenFrance auprèsde ouis.eçu par leroi le23
septembre166 debouten grandepompeil lui remit lalettre
du tsar etàlamêmeoccasionfitdonau roideson sabre
incrusté depierres précieuses.
Etantdonnéla conclusiondelapaixentrela ussie et la
ologne otemkinesuggéraitde consolidercettesituation par
lasignature d’unaccord d’amitié aveclaFrance et souhaitait
obtenir sonappui pour l’attributiondu trône dela ologne àla
ussie.l proposa au roi l’admission libre des marchandises
françaiseslemarchérussen’étant réservéjusqu’ici qu’aux
Britanniquesetauxollandais.’ambassadeureutdes
entretiensà cesujetavecColbertlemarquisde ionne et le
maréchalde illeroi1.
otemkine aprésenté àses interlocuteursfrançais un
projetdetraitéqui prévoyait lamise en place d’une
Confédérationetd’uneperpétuelleAlliance(Art. 1er)
impliquant laliberté de commercepour lesoscovitesen
France(Art. 2-6)l’établissementde consuls (Art. 7) ainsi que
l’octroid’uneréciprocitépour lesFrançaisenussie(Art. 10).
eprojet préconisaitégalement lasignature d’un traitéspécial

1ConstantindeGrunwaldUn envoyé du Tsar à laCour du Roi-Soleil dans
e onde diplomatiquemai 1955.Du mêmeLesAlliances franco-russes.
Neuf siècles de malentendus.aris lon1965.

10

de commerce ainsi quelanominationd’unambassadeur
françaisenussie.
Dans salettre au tsardu 19 septembre ouis
demandaque« ses sujets puissentaller trafiqueràArkhangelsk
eten tous lesautres portsdesavaste destination » ; ilapromis
laréciprocitépour lesoscovitesetdéclara« qu’il profitera du
sauf-conduit pour l’envoidesambassadeursenoscovie».
Colbert se chargea aussitôtd’établirdes rapportscommerciaux
avecla ussiemaiscen’est que douze ans plus tard en 160
quelemarquisFrançoisdeBethunequiexerçait lesfonctions
d’ambassadeurenologne futchargé dereprésenter leroide
France auprèsdu tsarFédor.laremisau souverain russeune
lettre de ouispar laquelleleroi luifaisait savoir « qu’il
acceptait lerôle demédiateurentreles plénipotentiaires
moscoviteset polonais réunisà arsovie».Entre-tempsla
défaitepolonaise de1672 suscita des interventions
diplomatiquesde oscoudans plusieurscapitaleseuropéennes
ycomprisà aris ; laguerre contrela urquie(1676-161)
entraînal’envoià arisde chaadaïev.
euàpeulesarmées ottomanes ont repris leuravance
militaire enEurope centrale enétablissanten juillet 163 le
siège de ienne;cettesituationdéclenchaune crisepolitique
européenne.epape nnocentréclamala constitution
d’urgence d’une coalition quicombattrait lesurcs eten
septembre163leroide ologne anobieski réussità écraser
lesforces turquesetdélivra ienne.ais lepéril turc demeura.
ommésous letsarFéodorchef du «Prikaz des
ambassadeurs»leprince assiliGolitsine(1643-1714) signa
en 166 une« paix perpétuelle»avec anobieski cetaccord
prévoyait la constitutiond’une coalitionanti-turque àlaquelle
participeraientoutrela ussiela olognel’Empire etenise.
our lapremière foisdans son histoirela ussie entrait
officiellementdans le concertdes puissanceseuropéennes.
’efforçantd’attirer laFrance danscette alliance anti-turque
Golitsine envoyaune ambassadepermanente à aris dont le
premier titulaireleprince akovDolgorouki (167)futchargé
deproposerau roiouis d’entrerdanscette«ainte

11

igue»contrele ultan au moment mêmeoù lesFrançais
venaientde conclureune alliance avecla orte.aturellement
le oi-oleil refusatout netil tenaitavant toutàl’amitié des
urcsetau traité« trèsavantageux » qu’ilavaitavec e»1
ux .

3.ierre leGrand,Elisabeth 1èreetCatherine

ierreleGrand dont levéritable avènementau trône de
ussie date de169s’estabstenudevisiter laFrancelorsdesa
«GrandeAmbassade»européennequ’ileffectua en 1697-
169 lescirconstances politiques nes’y prêtaient pas.Acette
époque ouis étaitenalliance avecl’Empireottoman
aveclequel la ussie étaiten guerreilétait liépar unautre
accord d’alliance avecla uède également unadversaire dela
ussie àquoi s’ajoutait leproblème dela olognevis-à-visde
laquelleles options politiquesdesussesetdesFrançais
divergeaient profondément.e candidatdelaFranceleprince
deConti futélu roide ologne en 1697mais l’Electeurde
axeAuguste quiétaiten relations suiviesavec ierrele
Grandle devança et prit saplace.avictoire de ierre dans la
bataille de oltava en 1709surCharles de uède considéré
commeleplus grand capitainemilitaire del’Europemodifia
sensiblement l’équilibrepolitique continental dès lemois
d’octobre de cette annéeunaccord entre ierreleGrand et
Auguste  autorisalestationnementdes troupes russesen
ologne.EnFranceoncommença às’intéresseràla ussie età
sesdirigeants et quelquesannées plus tard oltaire fit

1Dolgoroukiexigea enarrivantà aris devoir le oi-oleilmaiscette
demandeluiayantétérefusée c’estColbertdeCroissy qui reçut
l’ambassadeur le1erseptembre.l luidéclara« qu’en l’état oùétaient les
chosesilfaudrait que a ajesté fûtaussi imprudentequ’elle est sagepour
déclarer laguerre auxurcs ».En revanchel’homme d’Etatfrançais insista
sur l’utilité deséchangescommerciauxentrelesdeux pays cequel’envoyé
moscovitenemanquapasd’approuver.Enfinde comptel’audienceroyale
tantdésiréeparDolgorouki eut lieuà ersaillesmaisensuite denouvelles
difficultéséclatèrent car lesussesexigeaient quele sarfût traité de« grand
seigneur »dans lalettreque devait lui remettre ouis.a courde
ersailles n’accédant pasà cesouhaitunenouvelleruptures’en suivit.

12

connaître auxFrançais la ussie dans son ouvragesurCharles
.lfit un vibrantéloge d puissu «ant génie»de ierrele
Grand en qui il voyait un hommepolitiquequiaréussi àlui
seul à changer profondément leplus grand empire du monde
restéjusqu’alorsàl’étatde«barbarieprimitive».ais il
regretta en mêmetemps « qu’ilait manqué à ceréformateurdes
hommes laprincipalevertul’humanité»1.
Cen’estdoncqu’enavril 1717profitantdesdifficultés
qu’affrontait lerégenthilippe d’rléansdans l’affaire dela
successiond’Espagneque ierre espérant réaliser uncertain
accommodementaveclaFrances’est rendu (pourdeux mois)à
aris encompagnie du princeDolgoroukile comte olstoïet
le baronChafirov.Dans ses pourparlersilexprimal’espoir que
laFrance accepteraitd’êtremédiatrice dans le conflit russo-
suédois et qu’elle cesseraitd’octroyerdes subsidesau roide
uède.l rencontra ouis âgé deseptans et refusantde
séjournerauouvreprofita deson séjour parisien pour visiter
les manufactureset lesentreprisesartisanales ainsi queles
cartographesfrançais aveclesquelscollaboreront les
cartographes russes.lfutélu membrehonoraire del’Académie
desciences.e15août 1717la ussielaFrance et la russe
signaientàAmsterdam un traitéprévoya unnt «e étroiteunion
une amitié et une alliancesolide etdurable».es trois parties
signataires s’engageaient réciproquement «àmaintenir la
tranquillitépubliquerétabliepar les traitésd’trechtetde
Bade aussibien que ceux qui interviendront pour la
pacificationdu monde l» ;es stipulations secrètes jointesau
traité définissaient – vaguement – lesconditionsdel’action
commune des trois puissanceslesquelles seproposèrent
également lasignature d’un traitéspécialde commerce.a
Franceprendraunegrandepartàla conclusionle16 novembre
1720 du traité depaixentrela ussie et la urquie.

FrançoisdeCampredonquiexerçait lesfonctionsde
ministrerésidantà tockholm futdésigné commepremier
ambassadeurdeFrance accrédité à aint-étersbourg.e butde

1oltaireHistoire deCharles XII, roi de Suède.BruxellesEditionsdela
oisond’r2olss.d.

13

samissionétaitdepréparer lapaixentrela ussie et la uède
enapportantau tsargrâce àsonexpérience desaffaires
nordiquesleséléments nécessaires pour réussir samédiation.
Dans les instructions queluiadressale cardinalDubois le6
janvier 1721ilfutautorisé à dépenser jusqu’àquatre-vingt
millerisdales pour obtenir lesfaveursdes ministresdu tsar1.e
19 octobre delamême annéeFrançoisdeCampredonest
parvenuàCronstadt oùierreleGrands’était rendu pour
l’accueilliret pour leremercierdesbons officesdelaFrance
sans oublier queletsar nourrissaitégalement l’idée demarier sa
filleElisabeth soitaveclejeuneroiouissoitavecle duc
deChartres filsaîné duégent.Consécutivementàl’action
médiatrice engagéepar laFrance et grâce àlagrandehabileté
du négociateur russeAndré stermannletraitérusso-suédois
de ystadtdu 30août 1721 mettaitfinàlalongueguerre
nordique devingtansetconsacrait letriomphe delapolitique
de ierreleGrandlequel obtenait l’hégémonie delamer
Baltique la ussievictorieuseremplaçaitdésormais la uède
vaincue dans lesystèmepolitique françaisetentrait
définitivementdans lagrandepolitique européenne.

Décédéle2janvier 1725 ierren’apasdésigné
implicitement son successeur.nestimait généralement que
selon latraditionletrône devait reveniràson petit-filsierre
Alexéievitch qui n’avait queneuf ansmais sous l’impulsion
descollaborateurs intimesdu souveraindéfunt –enchikov
agouchinskietolstoï –ce fut saseconde femmeCatherine
quifut proclaméeimpératricerégnante.elon undiplomate
étrangerletrônerussenesera désormais ni héréditaireni
électifma ois «ccupatif».Deson vrai nomarthe
kavronskaïaCatherine épousa ierre1eren 1707et luidonna

1létaitd’usage àl’époquepour lescourseuropéennesdepayerdes pensions
annuellesauxdirigeantsdelapolitique extérieure des puissancesles hommes
d’Etat nese considérant pasdu toutdéshonorésenacceptantdetelles
rétributions.’ambassadeurCampredonfutautorisé en 1725de dépenser
soixantemilleroubles «àtitre degratifications secrèteset publiques »àtoutes
personnesayantcontribué àla conclusiond’une alliance entrelaFrance et la
ussie.armi lesbénéficiairesde cesdons setrouvait leprince enchikovle
chancelierGolovkineAndré stermann etc.

14

plusieursenfants.Elle accompagnaletsaren 1711dans sa
campagne contrel’Empireottomanet lui rendit un important
service en traitantaveclesurcs quiavaientenfermél’armée
russesur lesbordsdurouth elle acheta au prixdesesbijoux
laretraite du grandvizir.

éuni le10avril sous l’impulsionde enchikovle aut
Conseild’Etat seprononçapour lemaintiendel’alliance
française àlaquellelanouvellesouveraine étaitentièrement
acquise.esussesespéraient quela fille delatsarine
Catherine1èrelagrande-duchesseElisabethpuisse épouser le
jeune ouismais leursdémarches seheurtèrentau refus
absoluducardinaldeFleury quiétait hostile àun
rapprochementavecla ussie lemariage du roiavecune
schismatique?l n’en pouvaitêtrequestion.’abîmequi
séparait laFrance dela oscovierestaiténorme et ilfaudra de
longuesannées pour le comblerle25 maila courdeFrance
annonçait leprochain mariage de ouis avec arie
eszczynska.Du même coupletraité d’Amsterdam tombait
dans l’oublile25août 1726la ussiesignait son traité
d’alliance avecl’Autriche.
Aprèsdeuxanset trois moisderègneCatherine1ère
venaitdemourir.ui succédait sonbeau-petit-filsierre âgé de
onze anslequelfutcouronnéle24février 172mais mourut le
30 janvier 1730.etrône de ussiepassaitàAnnala fille
cadette dufrère aîné de ierreleGrand van ;ellerestera au
pouvoir pendantdixans jusqu’au 29 octobre1740.on règne
autocratiquelaissa auxusses un mauvais souvenir.C’est sous
lerègne d’Anna vanovna1èrequela ussies’engagea dans une
politique étrangèreparfaitement médiocre ainsi que dans une
série deguerres qui luiétaientabsolument inutiles.C’est
d’ailleursaucoursde cettepériodequesous l’autorité dela
tsarinesonfavoriBiron (Bühren) s’entoura deministreset
générauxallemands quifavorisèrent l’installationenussie
d’une forteinfluence allemande audétrimentdel’esprit
national russe.orsque en 1733-1734Anna engagealaguerre
contrela olognepour y placercommeroi l’Electeurde axe
ellemobilisa contrela ussielesFrançaislesuédoisles

15

urcset lesatarsdeCrimée.Déclenchée en 1735laguerre
contrela urquies’achevapar undésastre enfaisant perdre àla
ussietoutes lesforteressesacquisesantérieurement
tchakov erekop aganrogetAzov.
Avant sondécèsen octobre1740l’impératriceAnna
vanovnaqui n’avait pasd’enfants désignapour lui succéder le
petit-filsdesasœur vanné en 1740delagrande-duchesse
Anna éopoldovna de ecklembourg-chwerinetd’Antoine
lrichdeBrunswick-Bevern.Âgé dequelques moisletsar
van fut placé d’abordsous larégence du ministreBiron et
ensuite desamère.
rle6décembre1741Elisabethla fille de ierrele
Grandlançait uncoupd’Etat ellerenversait lepetitvan
faisaitarrêter samère et montait sur letrône.’ambassadeurde
France à aint-étersbourgdepuis 1739 acquesde a
Chétardiequiaurait voulu mettre finàl’influence allemande en
ussie et qui seproposaitderéconcilier lesussesavecles
uédois fut intimement lié à cette conjuration qu’ilavait
préparée etfinancée.Elisabeth luifut reconnaissante et le
combla d’honneurs.arlantcouramment le français et
sincèrementdévouée àlaFrancequ’elle atoujoursaiméela
nouvelleimpératricen’oubliait pas que c’estàlaFrancequ’elle
devait letrône de ussie;ellen’a doncpas tardé àprésenterà
ouis des offresd’alliancemaisce futen vain.Ernest
Daudetdiraque demêmequele duc d’rléanset le cardinal
Dubois n’avaient pascompris lesavantages que contenaient
autrefois les propositionsd’entente de ierreleGrand«de
mêmeles ministresde ouisne comprendront pas quel
immenseparti ils pourraient tirerde cellesd’Elisabeth »1.
acquesde aChétardie étant rentré enFrance
l’influence de celle-cienussie déclina d’autant plus quele
vice-chancelierBestoujev-ioumine(1693-1766)ayant opté
pour unelignepolitiqueimpliquant lerapprochementdela

1ErnestDaudetHistoireDiplomatique de l’AllianceFranco-Russe (1873-
1893).aris aulllendorff roisième édition194p. 11.

16

ussie aveclaGrande-Bretagne et l’Autrichene fut pasdu tout
intéressépar une alliance aveclaFrance.enouveau
représentantfrançaisd’Allionsemontrapeuapte àredresser la
situation detellesortequ’enfinde compteobéissantàl’ordre
du gouvernement de aChétardierevint le6décembre1743à
aint-étersbourg.lengagea aussitôt unelutteimplacable
visantàrenverserBestoujevlequel riposta en lemettant sous
une étroitesurveillance.lus spécialementl’homme d’Etat
russeparvintàintercepteretà déchiffrer la correspondance de
l’ambassadeurlaquelles’avéra compromettante Bestoujev
déchiffra entre autreslalettre adresséeparde aChétardiele
19 mai 1744àson ministre desAffairesétrangèresean-
acquesAmelot dans laquellel’ambassadeur s’exprimait sans
déférence àl’adresse delatsarineElisabethlatraitantde
femme« légère etdissipée».Cetexte ainsi que d’autres
dépêchesde aChétardiequicontenaientdes propos insultants
visantdes hautsfonctionnairesdel’administration furent
présentésle5 juin auConseildes ministreslequelexprima
son indignation.’impératrice donna aussitôt l’ordre
d’expulsiondel’ambassadeur ce fut uncoup trèsdur pour
l’influence française enussie1.Alasuite de cesévénements
Bestoujev-ioumine fut nommé en 1744chanceliertandis que
les relationsdiplomatiquesfranco-russesfurent rompuesen
1747.
euàpeucependantil s’inquiéta dudanger quela
russereprésentait pour la ussie alors qu’Elisabeth 1èreest
intervenueplusd’une foisauprèsdelui pour réclamer l’arrêten
ussie del’influencegermanique et son remplacement parcelle
delaFrance.En 1756la ussierenversait sesalliancesen se
rangeant lorsdelaguerre de eptAns (1757-1763)auxcôtésde
laFrance etdel’Autriche contrel’Angleterre et la russe.En
février 175Bestoujevfutdisgracié etdestitué.uantà
l’impératrice elle francisala courinvitaplusieurs peintres
renommés fit jouer par les théâtres russesdes pièces traduites
dufrançaisetfit venirde arisen 1742 la compagnie
dramatique deCharlesérigny.C’est sous son règneque débuta

1.andalLouis XV etElisabeth de Russie.aris12.

17

enussielemouvementde francophilie et l’usage delalangue
française dans les milieuxdelanoblessequi perdurajusqu’àla
évolutiond’ctobre.
ortele5 janvier 1762Elisabeth 1èreeut pour
successeurierre quinéle21février 172 étaitfilsduduc
CharlesFrédéric de olstein-Gottorp (delamaison
d’ldenbourg)etdesonépouselagrande-duchesseAnna-
etrovna de ussie fille de ierreleGrand.e21août 1745
l’impératriceElisabeth 1èresœurdesamèrelemaria àsa
cousine ophie d’Anhalt-Zerbst quiapris lenomdeCatherine
en se convertissantàla foi orthodoxe.Devenu tsaraprès le
décèsd’Elisabeth 1ère ierre qui neparlaitcouramment que
l’allemand étaitdereligion luthérienneméprisait l’orthodoxie
et regrettait sonanciennepatrie.l se fitdétester par tout le
monde aprèsavoir misfinàlaguerrevictorieuse dela ussie
contrela russe etaprèsavoir rétrocédé àFrédéric tous les
territoiresconquis par l’arméerusse.ndese uks «aze quis »
obligeal’armée àsevêtird’uniformes prussiensprovoquaune
réprobation générale.Futégalementcondamnéeunanimement
sa décisiondu printemps 1762 à déclarer laguerre au
Danemarkafindes’emparerduchleswigetdel’annexeràson
duché duolstein.C’estdansce contexte de désapprobation
par lapopulationdelapolitiqueroyalequeCatherine assistée
de ikita anine etdesfrèresrlov décida d’effectuer le coup
d’Etat pouréliminerierre soutenuepardes régimentsde
réobrajenskietsmaïlovski ellemarchasurétersbourg où
elle futaccueillietriomphalement par lesautorités publiqueset
par l’Eglise.Effondré ierre  achevason règnele9 juillet
1762en signant sonacte d’abdicationmais quelques jours
aprèsle17 juilletilfutassassiné dansdescirconstances
troublesparAlexeïrlovet ses partisans.

’avènementdeCatherine (1729-1796)au trône de
aint-étersbourg n’apas modifiélaprécarité des relations
diplomatiquesentrelaFrance et la ussie.outen
reconnaissant dans salettre àson ministreplénipotentiaire dans
la capitalerussele barondeBreteuillescapacitésde
l’impératrice«d’exécuterdegrandeschoses » ouis

1

soulignait quesapolitique àl’égard dela ussie était «de
l’éloigner autant qu’il serapossible desaffairesdel’Europe».
uantauducEtienneFrançoisdeChoiseul quidirigeait la
politique delaFrance de175 à1770ilassural’ambassadeur
d’êtreparfaitementaucourantdel’animosité dela courde
ussie contrelaFrance. «eroi (ouis) méprisesi
profondément laprincessequi règne danscepaysses
sentimentset sa conduitequenotreintention n’est pasde faire
un seul pas pour la faire changer.eroi pensequelahaine de
Catherine  estbeaucoup plus honorablequesonamitié».
Choiseul s’opposa aux projetsambitieuxdela ussievis-à-vis
dela ologne.éanmoinslaFrance de ouis étant
conscientequ’ellen’était pas suffisamment puissantepour
vaincre à elleseulelaGrande-Bretagne ellesignaiten 177 un
traité de commerce avecla ussielequel luiassura des
avantagescommerciauxdans les nouveaux ports russesen mer
oire.Enconcluantcetraité àlaveille dela évolutionla
diplomatie française acculée àla défensiveremportait un
indéniablesuccès.
uantàCatherine  elletenaitàmaintenir l’emprise de
la ussiesur la olognevoulait renforcer les positions russes
dans laBaltique etambitionnaitde conquérir audétrimentde
la urquielelittoraldelameroire entreleBouget le
Dniestr.etraité depaixde outchouk-aïnardjidu 21 juillet
1774 reconnutàla ussiele droitde défendreles ressortissants
orthodoxes grecsainsi queles habitantsdes provinces turques
de oldavie etde alachie.Dirigéepar.anineA.
Bezborodkoet.otemkinela diplomatierusse aurait voulu
obtenir lesfaveursdelaFrance enappuyant tacitement ses
conquêtesenEgypte etenGrèce auxdépensdela ortemais la
monarchie française en pleine crisetardaitàs’engager
concrètement.C’estdansce contextequelatsarine aimaginéla
mise en place d’une allianceréunissant la ussielaFrance
l’Autriche ainsi quel’Espagnemaisen 17l’Angleterreles
ays-Baset la russesignaient une alliancemilitaire contre
cette entreprisequi ne fut guèreviable.

19

Catherinequiavait reçu une éducation soignée àla
française allait poursuivrel’œuvre de ierre d’européanisation
dela ussie avecle concoursdesbâtisseursfrançaisetfaisant
appelàla culture française.ous son règneon neparlait quele
françaisàla courde aint-étersbourget l’impératrice aurait
voulufaire dela capitale de ussieun nouveauersailles.Elle
fitappelàl’architecte françaisean-Baptiste allée dela otte
ainsi qu’aux sculpteursFalconetetarie-AnneColot qui
s’attachèrentà donner unaireuropéenàlaville.allée dela
ottequi passaseize ansenussie(1759-1775) a construità
aint-étersbourg lepalaisdel’Académie desBeaux-artsle
etitErmitageleBâtimentdes marchandsl’église ainte-
Catherine ainsi que denombreux hôtels.icolasGillet qui
resta enussiependant vingtansyfondaune académie de
peinture etdesculpture.
Catherine suivaitavecintérêt l’œuvre des
encyclopédistesfrançaiset s’honoraitd’êtreunesouveraine
« philosophe».Elles’inclinait respectueusementdevant la
renommée desonamioltaire correspondaitavecDiderot
avec d’Alembertetcommentaitontesquieu.C’est sur son
invitation queDiderot (1713-174) s’est renduenussieoù il
fut pendant sept mois sonconseiller pour l’achatdepièces
destinéesàsescollectionsdepeinture au palaisd’iver.Ala
demande delatsarineil l’informa des lois qui mériteraient
d’êtreintroduitesdans l’Empire et lui présentaun projet
d’organisationd’étudesenussie.
4.aévolution française et laussie
a évolutionfrançaise de179 marquale débutd’une
nouvellepériode dans lavie des peuples1.Elle condamnala
diplomatie dynastique des puissanceset introduitdans la
politiqueinternationaleleprincipe delasouveraineté dela
nation.Dans sondécretde décembre1791l’Assemblée
nationale déclaraque« lanationfrançaisen’entreprendrait

1La Révolution française et la Russie.oscouEditionsdurogrès –aris
Editionsibrairie duGlobe199.

20

aucuneguerre de conquête et n’emploierait jamais sesforces
contrelaliberté d’aucun peuple».Endépitde cepacifisme des
députésl’abolitiondela féodalité entraînalaFrance dans une
situationconflictuelle avecles monarchieseuropéennes.

Catherine modifiaprofondément sonattitudevis-à-vis
delaFrancerévolutionnaire.Alors qu’ambassadeurdeFrance à
aint-étersbourgle comte de égur annonçait qu’une bonne
partie del’intelligentsiarusse avait saluéle14 juillet 179la
chute deBastillesymbole del’absolutismegouvernemental1
latsarine condamna fermement l’actiondes révolutionnaires
françaiscommepréjudiciable àl’ordreinterétatique et s’efforça
deréagircontre cette«épidémie» qui menaçait affirmait-elle
son règne et les institutionsdesonEmpire;elle envisagea des
mesures pour rétablir lamonarchie enFrance2.es partisans
russesdela évolutionet les publicistes libérauxfurent
persécutésetexécutés des journauxetdes livresfrançais
confisquésàla frontière etbrûlés.’emploidelalangue
française diminua.epubliciste .ovikov qui préconisait la
suppressiondu servage3 futarrêté en 1792etcondamné à
quinze ansdeprisondans la forteresse de chlüsselbourg.A.
adichtchev quidénonça dans son ouvrageVoyage de Saint-
Pétersbourg à Moscou4lalibérationdes paysans fut
condamné àmortmaisbénéficia dela clémence de
l’impératrice etfutdéportépourdixansenibérie.

asituationà aint-étersbourgduchargé d’affairesde
FranceEdmont-CharlesGenetqui y séjournaitdepuis 17

1Mémoires ou souvenirs et anecdotes par M. le comte de Ségur.arist.
127.
2Papiers de l’impératriceCatherine II.Archives du ministère desAffaires
étrangères de 1789 à 1796. Recueil de la Société impériale d’histoire russet.
42.Notes de l’impératriceCles moyens de restaurer la royautéatherine II sur
enFrance.Archives russes,166 fasc. 3pp. 399-421.Aambaud
L’opinion russe et la Révolution dansevuepolitique et littéraire3esériet.
17..trangeLa Révolution française et la société russe.oscouEd.
en languesétrangères1960.
3.ovikovŒuvres choisies.oscou-éningrad1951 (en russe).
4Alexandre adichtchevŒuvres complètes,3ols.oscou193-1952 (en
russe).

21

devenaitdifficile.evice-chancelier comte vand’stermann
quiavait unegrande aversion pour la évolutionfrançaiselui
accordal’audiencele20août 1791 etdéclaraqu’il ne devait
plus paraître àlaCour.’ambassadeurdela ussie à aris
vanimoline(171174-1792) récusala évolutionfrançaise
lui-aussietfit tout pouraggraver les relationsentrelaFrance et
les monarchiesd’Europe  chargépar l’impératrice d’établirdes
contactsavec des personnalitésfrançaisesil rencontra enavril-
mai 1791alleyrand.eçuen secret parouis etarie-
Antoinette en 1792à ersaillesil se fitconfierdes lettres pour
Catherine  ainsi quepour l’empereurd’Autriche éopold  et
pour sonchancelier.aunitz.imolinepréconisa fermement
uneintervention militaire enFrance dela ussie del’Autriche
etdelaGrande-Bretagne1.Aprèsavoir rappelé imolinele
gouvernement impérialenvoya àGenetle19 juillet 1792une
note considérant saprésence à aint-étersbourg « superflue et
intolérable»2.e27 juillet 1792Genet quittait la ussie.
’exécutionde ouisle21 janvier 1793aproduit
uneprofonde consternationdans toutel’Europe et laCour
impérialerussela condamnasans réserve.Catherine resta
vivement opposée au mouvement révolutionnaire enFrance;
elle fut laseule àreconnaîtreletitre derégent ques’est octroyé
le comte de rovence.aguerre ayantété déclaréepar la

1La Révolution française dans les rapports de l’ambassadeur russe à Paris I.
Simoline.De 1789 à 1792.atrimoinelittérairett. 29-30pp. 343-54.
oscou1937 (en russe)..oukineLe régime tsariste et la Révolution
française à travers les rapports de I. Simoline,dans Œuvreschoisiest..
oscou1960 (en russe).
2«e désordre et l’anarchiequi règnentenFrance depuis quelquetemps au
préjudice del’autoritélégitimequeles puissancesétaientaccoutuméesày
considérersemanifestent tous les jours pardenouveauxexcès déterminent
enfin laCourmpériale de ussie àinterrompreles rapportset la
correspondancequ’elle a entretenuesavec ceroyaumejusqu’à cequele oi
rèsChrétienfût rétablidans lesdroitset les prérogatives queles loisdivines
et humaines luiassignent.arcette considérationl’mpératrice aprèsavoir
retirésuccessivementde aris son ministreplénipotentiaire et le chargé
d’affaires qui yétait restéquelques tempsjuge également quelaprésence du
sieurGenet établidans sa capitalesousce dernier titre et sous lesauspices qui
seules pouvaient mériter leségardset l’aveude a ajesté mpériale est
devenuenon seulement superfluemais mêmeintolérable».

22

Convention le1erfévrier 1793àlaGrande-Bretagne celle-ci
constituaunevaste coalitionanti-française comprenant entre
autresl’Autrichela russela ussiel’Espagnela ardaigne
etc.
Catherine invita à aint-étersbourg le comte d’Artois
frère cadetde ouisqu’elletrouva« tel quejesouhaitais
d’une compréhensionfacilel’âme élevéele cœurbonet
magnanime».’entourage del’impératrice aurait voulu quele
comte d’Artoisainsi quesonfrèrele comte de rovence(ouis
) « jouent lerôle capitalet quelarestaurationdu trône en
Francesoitdueprincipalementànotre coopération.els sont
l’objectif et le butauxquels on tend actuellement1».atrahison
deDumouriezayant précipitéle départducomte d’Artois pour
laGrande-BretagneCatherine lui remit solennellement un
millionderoublesdevantfaciliter lelancementdes opérations
militaireset luifitdond’une épée dont lapoignée futenchâssée
d’undiamant.Alaveillemême desamorten 1796
l’impératricen’excluait pas un nouvel heurt militaire entrela
épublique française et la ussie alliée àl’Autriche etàla
Grande-Bretagnevoire àla russe.
lusieursémigrésfrançais qui ontfui la évolutiondès
1790sesontdistinguésdans l’arméerusse et ont rendudegrands
servicesàl’Etat russe; ils ontétéreçusavec beaucoupd’égards
par l’mpératrice et ses successeurs2.ommé en 103
gouverneurdelaprovince d’dessalepetit-filsdu grand
cardinalArmand dulessis duc de ichelieus’avéraun
remarquable administrateur développantetembellissant laville
d’dessaperle du littoralet important portcommercialdela
ussiesur lameroire.

1A du prince Vorontsovr hivest.p.4.
c
2.ingaudLesFrançais en Russie et les Russes enFrance. L’ancien
régime. L’émigration. Les invasions.aris16.

23

5.’intermède pro-allemand deaul 1er
’entréesur lascène européenne de apoléoncréait un
contextepolitique entièrement nouveaudans les relationsentre
les puissances.Fermement opposé àla évolutionfrançaisele
successeurdeCatherine letsaraul 1er(1796-101)engagea
la ussie àparticiperen 1796-1799auxdeuxcoalitionscontre
laFrance.e comte héodore ostoptchinequiassumaitalors
la directiondesAffairesétrangères demanda àl’empereuraul
1erdenommer le feld-maréchalAlexandre ouvorov (1729-
100)commandantenchef del’arméerusse enaute talie
pourenchasser lesFrançaiset préserverainsi l’équilibre
européen.Fortsde100 000 hommeslesusses ont rempli leur
missionle27avril 1799 ouvorov s’emparaitde ilan battit
lemaréchalacdonaldsur la rebbie(1-19 juin)etécrasale
généraloubertà ovi (15août) oùce dernieraperdu 20 000
hommes.Auboutde cinq moislesFrançais ontabandonné
l’taliemais ils ont réussià battrele corps russe de orsakov
stationné enuisse.
oulantamener lesouverain russe àquitter sesalliés
autrichiensetbritanniquesle remierConsul suggéra à ces
derniers en juillet 100 d’échanger les prisonniers russes
contreles soldatset les marinsfrançaismaiscetteproposition
ayantétérefuséeBonaparte eutalors l’idée derendre à aul 1er
sansconditions quelquesix ou sept mille ussesfaits
prisonniersen 1799etdétenusenFrance.Afindetoucher le
cœur très impressionnable del’empereuril leur rendit leurs
uniformesleursdrapeauxet leursarmes etécrivit unelettre au
ministre desAffairesétrangères comte ikita aninepour
l’assurer qu’il renvoyaitces soldatsdu tsar «en témoignage de
considération pour l’arméerusse arméequelesFrançais
avaientapprisà connaître età estimer sur leschampsde
bataille».l transmitcettelettre au ministre de ussie à
ambourgle comte ichelouravievlequel refusa
cependantdelatransmettre àson gouvernementlequel
interdisait toute communicationavecles représentantsdela
France.

24

Bonapartepersista dans ses vues.’étantemparéle11
juin 179 del’île de alte et sachant que aul 1ers’étaitfait
décerner letitre degrandmaître del’rdre de aint-eande
érusalemil imaginalui offriralteoù sesituait lesiège de
l’rdre dont il s’étaitfait le chef.’officier russe ergueïef fut
chargé àserendre à aint-étersbourg pour transmettre aux
autoritésdel’Empirelesdeux lettres relativesaux prisonnierset
àl’île de alte.ivement touchéparcescommunications aul
accepta aussitôt les offresfrançaises exprimatouteson
admiration pourBonaparte et ordonna àundeses
collaborateurs .de prengporten deserendre à aris pour
remercier publiquement le remierConsul.lchargeale
ministrerusse àBerlinAlexisrüdener d’entreren relations
avecl’ambassadeurfrançaislegénéralierreBeurnonville
pourentamer les négociationsd’un traité depaixavecla
France.
Ce brusque changementdel’orientation politiquesouleva
devivescritiquesenussieoù l’on s’interrogeasur l’étatdela
santémentale du tsarmaisce dernier brusquement très irrité
contrelesAnglaiset lesAutrichiens qu’il rendait responsables
des malheursdeson pays déclaraqu’enfaitaucunconflit vital
neséparait la ussie et laFrancelesquelles ne furententraînées
dans laguerrepouraucun intérêtdeterritoireoude commerce
mais simplementen raisond’une dissemblance deleurs régimes
politiques.ldemandaquelaFranceménagelesalliésdela
ussie àsavoir laBavièrele urtembergle iémontet
aples et queleurs princes héréditaires obtiennent une
indemnitépour les territoires queleurenlèveraitéventuellement
la épublique françaiseparexemplepour la cessiondela
avoie.aul trouvaitbon quelaFranceréprimât lesambitions
autrichiennesentalielaréduisantàlalimite del’Adige.l
renouvelale26décembre100 avecla uède et leDanemark
la igue deneutralitémaritime de170quiétait tournée contre
laGrande-Bretagne àlaquellelesEtats neutrescontestaient la
prédominancesur les mers.Alamêmeoccasion auldemanda
àBonaparte deselieràluicontrelaGrande-Bretagne etdene
signer unepaixavec cette dernièrequ’après larestitutionde
alte àl’rdre aint-eande érusalem.e comteEtienne

25

alytchev – un protégé de ostoptchine–fut nommé
plénipotentiaire à aris où ilarriva dans les premiers joursde
mars 101la ussieseproposant «dereconnaîtrelaFrance
commerépublique etBonaparte commesouverain ».Alors
qu’initialementaul 1ers’affirmaitêtreunennemi trèsdécidé
contrelaFranceildevenaitd’uncoup sonamiet sonallié
contreles puissancesdel’ancienne coalition ; il remplit ses
appartementsdeportraitsdeBonapartelequel nepouvait pas
désirer uneréconciliation pluséclatante entrelesdeux pays.
Dans l’entouragepolitique du tsarà aint-étersbourg on se
montra consterné ondénonçases «changementsdémentiels »
et on s’interrogeaplus ou moins ouvertement sur l’étatdela
santémentale du souverain.
Entre-tempslesAnglais quiavaientétroitementbloqué
alteserendirenten septembre170 maîtresdel’îlequele
généralauboisfutcontraintd’évacuer.aulayant réclaméses
«droits »auprèsdelaGrande-Bretagne cette dernièrerefusa
sèchement etcerefusconduisit letsarà décréter l’embargo sur
les vaisseauxbritanniques ; ilenfitarrêter jusqu’àtroiscents
dans les portsdela ussie en ordonnantde coulerà fond ceux
quichercheraientà fuir.Ces mesures portèrent un préjudice
énorme aux intérêtscommerciaux russes.

Detoute évidence auldonnaitdes signesde
déséquilibremental.e comte ahlen quiétait restéleprincipal
personnage du gouvernement russeregrettaprofondémentcette
attitudehostile du tsaràl’encontre desBritanniquesainsi quesa
croisadepassée contrela évolutionfrançais face àe 
l’implacablerivalitéopposant laFrance àlaGrande-Bretagne
une attitude deréserve ainsi qu’uneprudenteneutralitélui
semblaitêtrelaseulepolitique devantêtre adoptéepar la
ussie.lestimait qu’uneguerre contrelaGrande-Bretagne
seraitdésastreusepour la ussie lapuissante flotte
britanniquetrès supérieure àla flotterussepourraitacculer le
paysàunehonteuse capitulation.ahlen seprononçapour un
changementderègne et telétaitégalement l’avisdu vice-
chancelier.anine chargé desAffairesétrangères
scandalisépar lesextravagancesde aulil optaluiaussi pour

26