La politique symbolique de la Côte d'Ivoire

-

Français
230 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La Côte d'Ivoire fut le creuset du patriotisme sur une terre faite de convergences des tribus et des ethnies qui dans leur lutte ont forgé le sentiment d'un même destin. Cet essai porte un autre regard sur le pays de Félix Houphouët-Boigny : devenu président de la Côte d'Ivoire de 1960 à 1993, il mena la croisade de la décolonisation en rassemblant les tribus et ethnies et instaura une "politique symbolique" afin de remédier à la crise de la communauté franco-africaine.


Découvrez toute la collection Harmattan Côte d'Ivoire en cliquant ici !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 avril 2017
Nombre de lectures 25
EAN13 9782140035098
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
JeanPasquerel WenceslasYOCOLLY
LA POLITIQUE SYMBOLIQUE DE LA CÔTE D’IVOIRE 1960 – 1993
UNION  DISCIPLINE  TRAVAIL
Lapolitique symbolique de la Côte d'Ivoire 1960 - 1993
Jean-Pasquerel Wenceslas YOCOLLYLA POLITIQUE SYMBOLIQUEDE LACOTE D'IVOIRE1960 - 1993 L’Harmattan
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11451-4 EAN : 9782343114514
Le livre est dédié à ma femme, Yocolly, née Essis Essiyeble Yvonne et à nos quatre enfants : Diane-Valérie, Irma-Solange, Aurore-Christelle, Jean-René
INTRODUCTION Avantd’aborder cesujet, un rappel historique de la pénétration française en Afrique s’avère nécessaire. En effet, l’arrivée des Français tenait à la largeur de quelques plages qui, du Sénégal au golfe de Guinée, aggravaient tous les autres obstacles africains. Elle fut précoce par rapport aux autres Européens (Portugais, Espagnoles, Anglais, Hollandais et Allemands) puisque l’essentiel deleurs comptoirs du xviiisiècle se situait en Côte d’Ivoire, particulièrementsur le comptoir d’Assinie. Àl’exception du Sénégal qui constituait une bonne route de pénétration vers l’intérieur à cause de ses activités commerciales, les Français n’avaient guère cherché à s’implanter en tant que colonie. Relativement prospère jusque dans les années 1730, le commerce sénégalais, passé à la compagnie des Indes orientales, était devenu par la suite déficitaire, en dehors du commerce des esclaves en déclin dans ce secteur trop longtemps exploité et d’ailleurs médiocrement peuplé. De sorteque, lors de l’exploration navale de « Malouine » recommandée, en 1839, le directeur de la station à Willaumez Bouët appelait " Côte d'Ivoire " toute la faction du littoral, située entre le Cap des palmes et l'Assinie, qui correspondait à peu de chose près aux rivages de la république actuelle (Paul Atger, la France en Côte d’Ivoire de 1843 à 1893 « cinquante ans d’hésitations politiques et commerciales » ; Publication de la section d’histoire, n°2, Dakar, 19-62, p.24) dont les compagnies de commerce baptisaient tour à tour : côte de Bonnes Gens, côte de Graines et de Malaguette, côte de Dents ou de Morphil, côte de Malgens et de l’Or (Emmanuel Avice, Côte d’Ivoire ; éditions SEGMC, Paris, 1951, p.37). Pour s’y installer, ilavait proposé dans son rapport, destiné au gouvernement, d'établir un comptoir fortifié à Assinie où existait déjà un poste français. Ce rapport avait été
9