La problématique de la citoyenneté au Sénégal

-

Livres
310 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les années 2000 révélèrent le côté factice et superficiel de la citoyenneté au Sénégal. Effectivement, l'attitude du Sénégalais interpelle les consciences. Pourquoi, après plusieurs décennies de lutte, d'engagement et d'implication d'une bonne partie des élites, la citoyenneté reste-t-elle une idée sans véritable contenu, sur le plan concret ?

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juillet 2011
Nombre de lectures 1 201
EAN13 9782296464131
Langue Français
Signaler un problème
La problématique de la citoyenneté au Sénégal
Sociétés Africaines et Diaspora Collection dirigée par Babacar SALL Sociétés Africaines et Diaspora est une collection universitaire à vocation pluridisciplinaire orientée principalement sur l'Afrique et sa diaspora. Elle accueille également des essais et témoignages pouvant servir de matière à la recherche. Elle complète la revue du même nom et cherche à contribuer à une meilleure connaissance des réalités historiques et actuelles du continent. Elle entend également œuvrer pour une bonne visibilité de la recherche africaine tout en restant ouverte et s'appuie, de ce fait, sur des travaux individuels ou collectifs, des actes de colloque ou des thèmes qu'elle initie. Déjà parus Amadou-Mahtar M’Bow,Aux sources du futur, 2011. Amadou-Mahtar M’Bow,Le monde en devenir, 2011. Fadel DIA,Wade-Mecum ou le wadisme en 15 mots-clés, 2010. Mamadi CAMARA,Où va la Guinée? Mémorandum à un ami pour sauver notre pays, 2010. Aldo AJELLO,Brasiers d'Afrique. Mémoires d'un émissaire pour la paix, 2010, Thierno DIOP,Léopold Sédar Senghor, Majhemout Diop et le marxisme, 2010. Sidiki KABA,La Justice universelle en question. Justice de blancs contre les autres, 2010. Seidik ABBA,Rébellion touarègue au Niger. Qui a tué le rebelle Mano Dayak ?, 2010. Mandiaye GAYE,Le Sénégal sous Abdoulaye Wade. Banqueroute, corruption et liberticide,2010. e M Boucounta DIALLO,La crise casamaçaise. Problématique et voies de solutions, 2009. Seidik ABBA,La presse au Niger. Etat des lieux et perspectives, 2009. Momar Sokhna DIOP,?Quelles alternatives pour l’Afrique , 2008. Kodou WADE,Sexualité et fécondité dans la grande ville africaine, la cas de Ouakam, 2008. Ndiassé SAMBE,El Hadji Diouf, footballeur et rebelle, 2008. Seidik ABBA,Le Niger face au Sida : atouts et faiblesses de la stratégie nationale contre la pandémie, 2008.
Mandiaye GAYE
LA PROBLÉMATIQUE DE LA CITOYENNETÉ AU SÉNÉGAL
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54748-3 EAN : 9782296547483
Remerciements Je remercie le Professeur Penda Mbow, de l’honneur qu’elle m’a fait, d’avoir accepté de me préfacer cet ouvrage, malgré ses multiples charges quotidiennes, de tous ordres. Je remercie aussi Boubacar Sall, pour l’amitié, l’assistance en tout genre et les conseils permanents qu’il ne cesse de me prodiguer. Et le témoignage le plus éloquent de cette amitié, est celui de m’avoir permis d’effectuer le pèlerinage aux lieux Saints de l’islam. Je prie Allah, de lui rétribuer tous les biens faits qu’il ne cesse de faire auprès de ses nombreux parents, amis et de simples nécessiteux. Son épouse, Fatou Badiane, compagne et complice, est tout naturellement associée à ces remerciements. Mes remerciements vont aussi, à un grand frère et ami, un conseiller et un compagnon de luttes politique et syndicale des années 60-80, Ibnou Mbaye, qui également comme Boubacar Sall, me prodigue les meilleurs conseils et m’assiste en tout dans la conduite en société. Je remercie également, un ami d’enfance de longue date, Boubacar Diallo, avec qui je chemine par la grâce d’Allah, depuis près de 60 ans. Il m’a même fait l’honneur et le plaisir de faire porter mon prénom à un de ses enfants. Lui, Boubacar Sall et moi, formons un trio inséparable et partageons une
5
histoire de près de 60 ans, sans le moindre nuage. Naturellement, ceci est du fait de la volonté de Dieu et je souhaite qu’il en soit ainsi, jusqu’à la fin des temps. Amine ! Je dois aussi des remerciements à un autre ami, qui est pour moi, un philosophe remarquable doublé d’une sagesse dont bénéficient ses amis et tout particulièrement nos épouses, il s’agit de Matar Dial. Lui, c’est mon censeur, il m’oriente et me guide dans l’école de la vie. Je remercie Khadidiatou Cissé et Seynabou Thioye, les deux secrétaires qui ont participé avec dévouement et générosité à la mise en page de cet ouvrage. Bathie Ngoye Thiam, m’a été d’un apport inestimable pour réaliser cet ouvrage dans les meilleures conditions. Du fond du cœur, je lui dis merci infiniment. Enfin, je remercie tous mes nombreux amis qui comprendront que je ne puisse pas les citer tous nommément, mes compagnons de la longue marche depuis l’époque coloniale qui de près ou de loin m’ont apporté leur aide et concours dans tout ce que je fais. Je n’oublie surtout pas, mes nombreux lecteurs de par le monde, qui m’ont toujours envoyés leurs encouragements et soutiens. Je suis persuadé et même tout à fait convaincu, qu’ils comprendront aisément que je ne puisse les nommer tous, car la liste serait très longue, mais qu’ils me
6
permettent simplement une exception d’en citer quelques-uns: Boubacar Boris Diop Babacar Sall Cheikh Faty Faye Mody Niang Abdoul Aziz Diop Famille Prosper Sy
7
Dédicaces Je dédie ce travail à ma tendre maman Khady Lô, dont je suis l’unique enfant et pour qui, le souci constant est que je ne fasse jamais de tort à mon prochain. Et aussi à mon père adoptif feu Mamadou Seye, qui s’est présenté sous le nom de Macoumba Ndiaye qu’il a conservé définitivement pour libérer un père pris en otage par l’armée coloniale française, parce que le propre fils de celui-ci avait fui, pour ne pas être incorporé dans l’armée coloniale. Etant tombé sur la scène par hasard, après s’être renseigné sur les raisons qui ont motivé cette prise d’otage, il s’est déclaré aussitôt être le fils en question et fut incorporé en lieu et place du fils biologique, et ainsi le père fut libéré. C’est ce brave Homme, qui n’était pas du tout instruit, qui m’a élevé comme son propre fils. Il m’a inculqué la valeur du travail, la rigueur dans l’effort, la droiture, la vérité, l’honneur et la modestie en toute circonstance, l’éthique et la dignité quoiqu’il arrive. Grâce à lui et à son image, je n’ai jamais opté pour les chemins faciles, qui, très souvent, s’écartent de ceux de l’honneur et de la dignité. Que Dieu l’accueille en son Paradis. Amine ! A feu Seydou Cissokho, camarade, guide et conseiller à la fois, dirigeant politique des premières heures de lutte pour l’indépendance nationale, signataire du Manifeste du Parti Africain de l’Indépendance (PAI) et un de ses membres
9
fondateurs. Il le fut également pour le Parti de l’Indépendance et du Travail du Sénégal (PIT). C’est lui, qui fut le premier à m’encourager à l’écriture. Je considère qu’il a été pour beaucoup, à la réalisation de cet ouvrage, car, il a été pour moi, un modèle de rigueur et de modestie. Sa capacité de résistance face au dénuement le plus total, ainsi que celle d’endurance à la souffrance sont impressionnantes. Son exemple devrait servir de modèle aux jeunes générations, qui entendent lutter et être au service de leur peuple. Cet homme, inconnu des Sénégalais et surtout de la jeune génération devrait faire l’objet d’une étude approfondie et plus ample connaissance, pour que son exemple puisse servir de modèle aux citoyens et citoyennes qui souhaitent s’engager en politique. Il est mort au combat, sans jamais renier son engagement initial d’être au service de son peuple, et de défendre les causes justes. Ses convictions propres, fondées sur le Marxisme Léninisme ont demeuré jusqu’à la fin de ses jours. A tous ceux qui ont lutté dans le passé pour la liberté, l’indépendance et l’émancipation de notre peuple, et ceux qui luttent encore pour rétablir l’ordre, la discipline et la citoyenneté dans la République du Sénégal ; pour un véritable Etat de droit où la justice est rendue équitablement et la citoyenneté pleine et entière reconnue à tous ; pour l’égalité de tous les Sénégalais en droit et devant la chose publique ; pour l’unité nationale dans la diversité de nos langues, religions, ethnies, cultures,
10