Le budget participatif

Le budget participatif

-

Français
324 pages

Description

Quel rôle jouent et quelle place occupent les populations dans les processus de développement de l'État en Afrique ? En janvier 1996, le Cameroun s'est doté d'une nouvelle constitution qui donne une place majeure à la décentralisation dans l'administration du pouvoir politique. Plus de 20 ans après, les spécialistes de la gouvernance s'interrogent sur la distance entre les populations et le pouvoir de Yaoundé. En s'appuyant sur une enquête de terrain, cet ouvrage montre que, nonobstant la mise en oeuvre de la décentralisation, construire collectivement l'action publique, dans un pays où l'État s'est érigé depuis l'indépendance en unique concepteur et défenseur de l'intérêt général, évolue encore à rebours du modèle stato-centré d'hier.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 octobre 2019
Nombre de lectures 3
EAN13 9782140133091
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
s
FrançoisMGBATOU
LE BUDGET PARTICIPATIF
Un outil d’accélération de la décentralisation au Cameroun
Le budget participatifUn outil d’accélération de la décentralisation au Cameroun
François MGBATOU
Le budget participatifUn outil d’accélération de la décentralisation au Cameroun
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-18520-0 EAN : 9782343185200
À la mémoire de feu le Professeur Séverin Cécile ABEGA, pour avoir suscité en moi l’envie d’emprunter le sentier de la recherche
Avant-propos
Ce livre est extrait d’une thèse de Doctorat en sciences sociales soutenue en 2017 à l’Université Catholique d’Afrique Centrale, sous la direction du Professeur Richard FILAKOTA. Je voudrais trouver ici l’opportunité de remercier tous les membres du jury présidé par le Professeur Laurent VIDAl, dont les observations, remarques et critiques ont été précieuses. Je tiens également à rendre hommage aux personnes qui ont accepté d’être interviewées dans le cadre de ce projet. Elles ont contribué à approfondir mes connaissances et mon intérêt pour la conduite de l’action publique locale.
La conduite de l’action publique connaît depuis le milieu des années 1990 dans les États de l’Afrique subsaharienne, avec la mise en place des processus de décentralisation, une mutation radicale. Domaine exclusif des autorités publiques depuis l’indépendance, l’action publique s’est ouverte à d’autres acteurs, dont les citoyens ordinaires. La création et l’affirmation des collectivités locales décentralisées comme espaces autonomes de prise de décision donnent ainsi aux autorités publiques locales la possibilité de construire collectivement le bien commun avec les populations de leur territoire. C’est dans ce sillage que se multiplient au Cameroun des discours publics appelant à la participation des populations à la conduite de l’action publique locale, et un recours de plus en plus fréquent de la part des autorités publiques locales à des dispositifs ou procédures censés incarner leur engagement en matière de participation directe des citoyens au processus décisionnel. L’un de ces dispositifs est le budget participatif, qui est considéré comme un outil particulièrement adapté à l’ouverture du processus de prise de décision aux populations, même les plus exclues de la gestion publique.
À travers deux études de cas portant sur la mise en place du budget participatif er dans les communes de Yaoundé 1 et d’Ayos, cet ouvrage a pour ambition d’analyser, dans une approche inductive, les motifs du recours à ces dispositifs dans l’action publique, la réalité des possibilités qu’ils offrent au citoyen ordinaire de prendre une part active à la gestion publique. Le cadre théorique mobilisé est le modèle de démocratie délibérative, basé sur les travaux du philosophe allemand Jörgen Habermas. Théorie normative de la légitimité, la démocratie délibérative jouit, depuis son développement dans les années 1980, d'une popularité grandissante en tant que cadre théorique d’analyse des dispositifs participatifs. Bien qu’elle ne soit pas dénuée de critiques, elle offre néanmoins des outils pertinents pour comprendre le fonctionnement interne du processus du budget participatif et ses effets sur l’action publique.
ACBPFL
ACP AGR APEE AMCODE APROSPEN
ASSOAL BAD BADQ BIP C2D CDC CFR CGLUA CIBAEEVA
CMJ CMP COSCA CTD CVUC DSCE DSRP ELECAM FED FEICOM FMI GIC
Liste des acronymes
Alliance camerounaise pour le budget participatif et la Finance locale Association des Chauffeurs Professionnels Activités Génératrices de Revenus Association des Parents d’Élèves et chefs d’établissements Actions de Mobilisation Communautaire pour le Développement Action pour la Promotion de la Santé, la Production et l’Environnement Association des Amoureux du Livre Banque Africaine de Développement Bureaux d’appui au développement des quartiers Budget d’Investissement Public Contrat Désendettement/Développement Code de Dénonciation Citoyenne Collectif des Femmes pour le Renouveau Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique Centre International Bilingue d’Accueil et d’Encadrement des Enfants Vulnérables ATELA Conseil Municipal des Jeunes Comité multipartenaire Collectif des Organisations de la Société Civile de l’Adamaoua Collectivités territoriales décentralisées Communes et Villes Unies du Cameroun Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Elections Cameroon Fonds Européen de Développement Fonds Spécial d’Équipement et d’Intervention Intercommunale Fonds Monétaire International Groupe d’Initiative Commune