Le ministère des Affaires extérieures du Canada

-

Livres
652 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 1968, le ministère des Affaires extérieures du Canada est en état de siège. Terminées les décennies de croissance et de succès diplomatiques de l’après-guerre. La technologie et la libéralisation des échanges annoncent une ère de mondialisation. Devant les chocs pétroliers et l’inflation galopante, l’économie est en désarroi. La mondialisation s’invite au programme des affaires internationales en y ajoutant de nouveaux dossiers : droits de la personne, notamment ceux des femmes, énergie, science et technologie, environnement, révolutions et terrorisme à l’échelle mondiale. Le nouveau premier ministre, Pierre Trudeau, adhère à cette mutation.
 



Ébranlé, le ministère peine d’abord à résister aux fortes pressions intérieures, politiques et économiques. Pendant les années 1970, toutefois, il parvient peu à peu à retrouver sa pertinence. Il se concentre sur une diplomatie d’ordre économique et invente des mécanismes administratifs qui lui permettent de concilier une perspective naturellement ouverte sur le monde avec les préoccupations particulières du gouvernement sur le front intérieur. 




Chemin faisant, les Affaires extérieures contribueront à la formulation de politiques innovantes au regard des principaux enjeux de l’époque, notamment les missions de maintien de la paix des Nations Unies, la décolonisation, le dialogue Nord-Sud, le Moyen-Orient, la crise des otages en Iran et les dangers incessants de la Guerre froide.
By 1968, Canada’s storied Department of External Affairs was under siege. The postwar decades of steady growth and diplomatic accomplishment were over.
Technological change and trade liberalization were
ushering in a new era of globalization. The economy
slumped and stagnated. Globalization stretched the
international agenda, adding novel issues: human
rights and woman’s rights; energy, science, and
technology; the environment; and global revolution
and terrorism. The new Prime Minister, Pierre Trudeau,
encouraged the Department of External Affairs to keep
up with the times. 



External Affairs initially reeled under the assault,
struggling to respond to the enormous political,
economic, and domestic pressures of the era. Through
the 1970s, however, it steadily reclaimed its relevance.
It focused more of its efforts on economic diplomacy
and found the administrative mechanisms required
to reconcile its traditional global outlook with the
government’s domestic preoccupations, finally
merging with the Trade Commissioner Service in 1982. 




Along the way, External Affairs helped craft innovative
policies to respond to the dominant challenges of the
era, including UN peacekeeping, decolonization and
the North-South dialogue, the Middle East and the Iran
Hostage crisis, and the ever-dangerous Cold War.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juin 2017
Nombre de visites sur la page 6
EAN13 9782760324947
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0218 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE MINISTÈRE DES AFFAIRES EXTÉRIEURES DU CANADA, VOLUME III
Innovatîon et adaptatîon, 1968-1984
L’Institut d’administration publique du Canada : Collection en administration publique et gouvernance
Sous a dîrectîon de :
Peter Aucoîn, 2001-2 Donad Savoîe, 2003-7 Luc Bernîer, 2007-9 Patrîce Dutî, 2010-
Cette coectîon est pubîée sous ’égîde de ’Instîtut d’admînîstratîon pubîque du Canada, dont un des buts est de promouvoîr a recherche sur es probèmes touchant ’admînîstratîon et es programmes pubîcs. La coectîon vîse à favorîser une meîeure compréhensîon de ces questîons dans es mîîeux întéressés.
Depuîs pus de cînquante ans, ’IAPC appuî a pubîcatîon de îvres sur es grands déis de ’admînîstratîon pubîque et de a gouvernance dans es deux angues oficîees du Canada. Pour a îste compète des tîtres parus, prîère de vîsîter e sîte Web : www.îapc.ca
Le mînîstère des Affaîres extérîeures
du Canada, voume III
Innovatîon et adaptatîon, 1968-1984
JOHN HILLIKER, MARY HALLORAN ET GREG DONAGHY
Traduît de ’angaîs (Canada) par Mîche Buttîens, Rache Martínez, Marîe-José Raymond et Eve Renaud, avec a coaboratîon de Marîe-France Doré, Odette Grîe et Marîe-Françoîse Laande
LES PRESSES DE L’UNIVERSITÉ D’OTTAWA Ottawa
©
Sa Majesté a Reîne du chef du Canada et ’Instîtut d’admînîstratîon pubîque du Canada, 2017
ISBN 978-2-7603-2609-5 (reîé toîe)
Imprîmé au Canada sur du papîer sans acîde
Pubîé par ’Instîtut d’admînîstratîon pubîque du Canada, en coaboratîon avec a Dîrectîon de a recherche sur es poîtîques étrangères d’Affaîres mondîaes Canada et Travaux pubîcs et Servîces gouvernementaux Canada.
Toutes es photographîes et es marques sont reproduîtes avec a permîssîon du mînîstère des Affaîres étrangères, du Commerce et du Déveoppement. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Revîsîon înguîstîque : Nadîne Esîger Correctîon d’épreuves : Nîcoe Jetté Mîse en page : Aîne Proux Photo de a couverture : Greg Donaghy Cataogage avant pubîcatîon de Bîbîothèque et Archîves Canada
Hîîker, John, 1935-[Canada’s Department of Externa Affaîrs. Voume 3, Innovatîon and adaptatîon, 1968-1984. Françaîs]  Le Mînîstère des Affaîres extérîeures du Canada. Voume 3, Innovatîon et adaptatîon, 1968-1984 / John Hîîker, Mary Haoran et Greg Donaghy ; traduît de ’angaîs (Canada) par Mîche Buttîens [et sîx autres]. Traductîon de: Canada’s Department of Externa Affaîrs. Voume 3, Innovatîon  and adaptatîon, 1968-1984. Comprend des références bîbîographîques et un îndex. ISBN 978-2-7603-2494-7 (PDF).--ISBN 978-2-7603-2495-4 (EPUB).--ISBN 978-2-7603-2496-1 (MOBI)  1. Canada. Mînîstère des affaîres extérîeures--Hîstoîre. 2. Canada--Reatîons extérîeures--Admînîstratîon--Hîstoîre. I. Haoran, Mary, auteur II. Donaghy, Greg, 1961-, auteur III. Tître. IV. Tître: Canada’s Department of Externa Affaîrs. Voume 3, Innovatîon and adaptatîon, 1968-1984. Françaîs. JL103.E8H5414 2017 vo. 3 353.1’30971 C2017-903785-4
Les PUO reconnaîssent ’aîde inancîère du gouvernement du Canada par ’entremîse du Fonds de îvre du Canada pour eurs actîvîtés d’édîtîon. Ees reconnaîssent égaement ’appuî du Conseî des arts du Canada, du Conseî des arts de ’Ontarîo et de a Fédératîon canadîenne des scîences humaînes par ’întermédîaîre des Prîx d’auteurs pour ’édîtîon savante. Nous reconnaîssons égaement avec gratîtude e soutîen de a Facuté des arts de ’Unîversîté d’Ottawa.
Funded by the Government of Canada
Financé par le gouvernement du Canada
Avant-propos
Voîcî e troîsîème voume d’une sérîe quî a commencé en 1990, orsque John Hîîker a pubîé a premîère tranche de ’hîstoîre oficîee du mînîstère des Affaîres extérîeures du Canada. Cet ouvrage portaît sur a pérîode aant de 1909, année de a créatîon du mînîstère, à a in de a Seconde Guerre mondîae. I est rapîdement devenu îndîspensabe aux chercheurs en hîstoîre, en scîence poîtîque, en admînîstratîon pubîque et en reatîons înternatîonaes. Sa ecture est aussî devenue essentîee pour quîconque veut comprendre es reatîons înternatîonaes du Canada, y comprîs pour ceux chargés de eur conduîte. L’Instîtut d’admînîstratîon pubîque du Canada (IAPC) est très heureux de ’încure dans cette coec-tîon prestîgîeuse. Le deuxîème voume est paru en 1995. Rédîgé cette foîs par John Hîîker et Donad Barry, î couvraît a pérîode de 1946 à 1968 : es premîères phases de a guerre froîde. Même sî es chercheurs avaîentdéjà passabement étudîé cette époque, cet ouvrage a jeté un écaîrage nouveau sur a contrîbutîon du mînîstère à ’orîentatîon de a poîtîque étrangère du Canada. Comme e premîer voume, î s’est avéré très utîe pour comprendre e rôe du gouvernement aînsî que es aspects îés aux poîtîques et à ’admînîstratîon pubîque. Au moment d’écrîre ces îgnes, je peux voîr ces deux ouvrages dans ma bîbîothèque, à portée de maîn, car je es consute constamment. Tout vîent à poînt à quî saît attendre. Après une înterruptîon, pendant aquee es archîves gouvernementaes ont contînué de se déveopper, ’IAPC est heureux d’ajouter un troîsîème voume à ’hîstoîre du mînîstère des Affaîres extérîeures du Canada. DansInnovatîon et Adaptatîon, 1968-1984, Hîîker et ses coègues hîstorîens Mary Haoran et Greg Donaghy reatent, dans un récît captîvant, es efforts du mînîstère pour s’adapter à une époque marquée par des changements socîaux, poîtîques et économîques spectacuaîres. Des dîrîgeants poîtîques, des bureaucratîes aux întérêts dîvergents et des acteurs de a socîété cîvîe, quî connaîssent
vî Avant-propos
mîeux que jamaîs es affaîres étrangères, remettent aors en cause e rôe du mînîstère dans ’éaboratîon des poîtîques au Canada et à ’étranger. Paraèement, un monde autrefoîs oîntaîn se rapproche soudaînement et paraït d’autant pus compexe. Les pays en déveoppement s’afirment et a dîpomatîe doît s’attaquer à une mutîtude de nouveaux enjeux, aors que, face à a stagnatîon économîque, es grandes puîssances forment de nouvees aîances, comme e G7. Le présent voume ne porte que sur 16 années, maîs, pour es Affaîres extérîeures, ees ont été partîcuîèrement fertîes en événements. C’est avec une grande ierté que ’IAPC saue a parutîon de ce troîsîème voume, en sachant que, comme es deux ouvrages quî ’ont précédé, î apportera une contrîbutîon împortante aux efforts pour comprendre a façon dont a poîtîque étrangère du Canada est formuée, mîse en œuvre et évauée.
Patrîce Dutî, Dîrecteur de a coectîon « Admînîstratîon pubîqueet gouvernance » de ’IAPC, Unîversîté Ryerson
er  1 janvîer 2017
Préface
Les deux premîers voumes de ’hîstoîre du mînîstère des Affaîres extérî-eures couvrent a pérîode aant de sa fondatîon en 1909 jusqu’à 1968. Le mînîstère commença ses actîvîtés avec des ambîtîons modestes dans troîs petîts bureaux à son îmage, à ’étage d’un saon de barbîer du centre-vîe d’Ottawa. Au cours de a pérîode dont traîte e voume I (de 1909 à 1946), e mînîstère ne connut pas de croîssance dîgne de ce nom. On ne uî conia pas 1 davantage de responsabîîtés durant a Seconde Guerre mondîae, magré son expansîon substantîee à ’échee înternatîonae, assurée par desaffectatîons de personne sur tous es contînents. Le mînîstère des Affaîres extérîeures atteîgnît sa maturîté dans 2 ’après-guerre , soît de 1946 à 1968, pérîode couverte par e voume II. Les cîrconstances favorîsant e Canada, ce furent des années de déve-oppement constant et de réussîtes. En effet, un grand nombre des pays d’Europe et d’Asîe étaîent en reconstructîon après a Seconde Guerre mondîae, aors que es expoîtatîons agrîcoes, es mînes et es fonderîes canadîennes fonctîonnaîent à peîn régîme pour produîre des quantîtés înépuîsabes de matîères premîères quî aîmentaîent une économîe mondîae en peîne expansîon. L’împortance du Canada tenaît à sa rîchesse et à sa puîssance reatîves. L’ordre du jour înternatîona, axé sur ’éaboratîon de mécanîsmes poî-tîques et socîaux aptes à consoîder a « paîx beîqueuse » de a guerre froîde et à gérer es processus de décoonîsatîon, convenaît aux dîpomates canadîens, quî dépoyaîent des trésors d’îmagînatîon pour créer des înstî-tutîons. Les premîers mînîstres et es secrétaîres d’État aux Affaîres extérî-eures quî se succédèrent partageaîent eurs vaeurs et eurs vîsîons, et es appuyaîent sans équîvoque : Louîs Saînt-Laurent et Lester B. Pearson, John Dîefenbaker et Howard Green, puîs Pearson à nouveau et Pau Martîn père, à tître de secrétaîre d’État aux Affaîres extérîeures. Les Canadîens s’enorgueîîssaîent des réussîtes de eurs dîrîgeants en matîère de dîpo-matîe, notamment de ’attrîbutîon du prîx Nobe de a paîx à Pearson en 1957, et remettaîent rarement en questîon eurs poîtîques.
vîîî Préface
La pérîode traîtée dans ce troîsîème voume, de 1968 à 1984, est d’un autre ordre. Tout à coup, a mîssîon du Canada semba beaucoup pus dîficîe à cîrconscrîre orsque ’Europe de ’Ouest, e Japon et a Répubîque popuaîre de Chîne se déestèrent des vestîges de a Seconde Guerre mondîae et se ruèrent sur a scène înternatîonae en récamant une voîx au chapître et un rôe accru. Les nouveaux pays îndépendants, surgîs des ruînes des empîres européens en Asîe et en Afrîque, se mîrent eux aussî à faîre étaage de eur force et însîstèrent pour se faîre entendre, dîmînuant aînsî a marge de manœuvre des États vîeîîssants, dîts de puîssance moyenne, comme e Canada. Les conlîts vîoents quî faîsaîent rage au Vîetnam, au Nîgérîa et au Bangadesh, des pays însensîbes aux paîdoyers dîpomatîques, mînaîent ’appuî popuaîre au mînîstère des Affaîres extérîeures et à ses vaeurs înternatîonaîstes. Du haut de sa chaîre à ’Unîversîté de Toronto, e professeur James Eayrs condamna a dîpomatîe 3 qu’î quaîiaît de « professîon îmmorae percuse d’hypocrîsîe ». Pendant ce temps, a toîe de fond de a poîtîque înternatîonae changeaît à grande vîtesse : a guerre froîde se mua en détente puîs, à a in de cette pérîode, se transforma à nouveau en guerre froîde. Une nouvee ère de mondîaîsatîon se proia à ’horîzon grâce aux com-munîcatîons pus rapîdes — appes tééphonîques peu coûteux et voyages à bas prîx en avîon à réactîon —, jumeées à une vague de îbéraîsatîon des échanges commercîaux, décenchée par es rondes de négocîatîons tarîfaîres du Kennedy Round en 1967. Les împîcatîons étaîent stupéiantes. Le keyné-sîanîsme vacîa d’încertîtude avant de s’effondrer. La croîssance grîsante des décennîes d’après-guerre — ee fut de 5,5 pour cent par année en moyenne de 1963 à 1968 — raentît puîs stagna. L’înlatîon, quî commença à augmenter réguîèrement au Canada en 1971, atteîgnît e sommet de 12,65 pour cent en décembre 1974 dans a fouée d’une hausse fugurante et împrévue des prîx 4 du pétroe et du gaz . Pendant ce temps, a mondîaîsatîon repoussa es îmîtes des prîorîtés înternatîonaes pendant que surgîssaîent presque quotîdîennement de nouveaux enjeux : es droîts de a personne et de a femme; ’énergîe, a scîence et ’envîronnement; a révoutîon mondîae et e terrorîsme. Des mînîstères à compétence înterne, des gouvernements provîncîaux et des organîsatîons non gouvernementaes réagîrent en ouvrant des bureaux à ’étranger, dépêchant par vagues des bureaucrates et des mînîstres aux quatre coîns du monde. Conscîent de a portée de ces changements, e premîer mînîstre du Canada, Pîerre Eîott Trudeau, es accueîît dès son éectîon en 1968. Cet outsîderà pusîeurs égards manîfestaît des réserves par à ’égard de a dîpo-matîe canadîenne de ’après-guerre, qu’î jugeaît domînée par es aîances mîîtaîres du pays et une ixatîon masaîne sur a mîssîon de paîx de ’ONU. I vouaît înstaurer une poîtîque étrangère pus modeste, ancrée dans une déinîtîon pus restrîctîve, putôt économîque, de ’întérêt natîona du
Préface îx
Canada. Intrîgué par ’anayse de systèmes et a cybernétîque, des dîscî-pînes émergentes à ’époque, Trudeau s’înterrogeaît aussî sur e processus de « fabrîcatîon » de a poîtîque étrangère. Lors d’une entrevue en 1969, î it cette céèbre décaratîon : « Aujourd’huî, je pense que e concept de 5 dîpomatîe est égèrement dépassé . » Trudeau ouvrît e processus d’éaboratîon des poîtîques, exposant es affaîres înternatîonaes à une surveîance pus étroîte de a part des autres mînîstères et du Cabînet aînsî que des éecteurs canadîens. I en proita pour modîier es procédures, exîgeant une poîtîque étrangère moîns réactîve et pus ratîonnee, et aussî pus întîmement îée aux mînîstères à compétence înterne et aux prîorîtés du gouvernement. Ce troîsîème voume retrace es efforts dépoyés par es Affaîres extérîeures pour s’accommoder des pressîons consîdérabes d’ordre poîtîque, économîque et întérîeur de a ongue décennîe 1970. I va sans dîre que es changements préconîsés par Trudeau consternèrent Marce Cadîeux, e sous-secrétaîre (ou sous-mînîstre) en 1968, et bon nombre de ses coègues, quî s’enorgueîîssaîent de eur professîonnaîsme en matîère de dîpomatîe. Les dîficutés qu’îs éprouvèrent au début pour répondre aux attentes de Trudeau nuîsîrent au mînîstère des Affaîres extérîeures et îmîtèrent son empreînte. Au cours des années suîvantes, toutefoîs, ces mandarîns quîttèrent e mînîstère et eur înluence s’estompa. À Ottawa, es sous-mînîstres Abert Edgar Rîtchîe, puîs Basî Robînson prîrent a dîrectîon du mînîstère. Ouverts, îs acceptaîent pus facîement e changement, quoîque nî ’un nî ’autre n’aît été encîn à créer e genre de mînîstère que vouaît Trudeau. C’est Aan Gotîeb, devenu sous-secrétaîre en maî 1977, quî s’en chargea. La nomînatîon de Gotîeb, de neuf ans cadet de Robînson, annonça a montée en puîssance d’une nouvee génératîon détermînée à redynamîser es Affaîres extérîeures. Ce îvre reate donc une hîstoîre d’înnovatîon et d’adaptatîon dans un contexte de décîn et de renaîssance. Cea est d’autant pus vraî du thème prîncîpa de ’ouvrage, soît a recherche — à ’întérîeur comme à ’extérîeur du mînîstère — de nouvees façons de concîîer e poînt de vue mondîa tradîtîonne des Affaîres extérîeures avec es préoccupatîons pus poîntues, partagées par es mînîstères et organîsmes à compétence înterne. Cette quête de mécanîsmes d’întégratîon pour faîre concîder es actîons des Affaîres extérîeures avec es prîorîtés du gouvernement s’étendît du Comîté întermînîstérîe sur es reatîons éxtérîeures jusqu’à a « consoîdatîon » et à ’éventuee fusîon avec e Servîce des déégués commercîaux en 1982. Au i du temps, on s’est détourné de ’étude d’Aan McGî sur es fonctîons des mînîstères et de ’accent mîs par Gotîeb sur e rôe du mînîstère comme organîsme centra. Et pendant toute cette pérîode, aors que e gouvernement cherchaît àînstaurer des poîtîques înnovatrîces quî permettraîent de reever es déis de a décennîe, des experts, des conseîers externes aînsî que es omnîprésents