Montée de l
266 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Montée de l'extrême droite en France

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
266 pages
Français

Description

Le présent ouvrage présente et analyse les évolutions de la sociologie électorale en France au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy. L'auteur apporte ici un éclairage sur les évolutions comparées des formations politiques engagées sur le terrain des batailles électorales. Le lecteur pourra ainsi suivre les évolutions du paysage électoral dans les communes, les cantons et les circonscriptions, ainsi que l'implantation de plus en plus forte de l'extrême droite dans le département de la Somme.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2012
Nombre de lectures 18
EAN13 9782296511064
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

comprendre les spécificités de la Somme ou des départements de la France métropolitaine confrontés aux mêmes difficultés et aux
Emmanuel NKUNZUMWAMI
LA MONTÉE DE L’EXTRÊME DROITE EN FRANCE
Le cas du département de la Somme
EXTRÊME DROITE
CD inclus
LA MONTÉE DE L’EXTRÊME DROITE EN FRANCE
Du même auteur aux Éditions L’Harmattan : La Tragédie rwandaise. Historique et Perspectives, 1996.
La Nouvelle Dynamique politique en France, 2007.
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00576-8 EAN : 9782336005768
Emmanuel NKUNZUMWAMI
LA MONTÉE DE L’EXTRÊME DROITE EN FRANCE LE CAS DU DÉPARTEMENT DE LA SOMME
Introduction
Le présent travail présente les évolutions de la dynamique électorale dans le département de la Somme entre les élections européennes de juin 2009 et les deux tours de l’élection présidentielle de 2012.
L’élection présidentielle de 2012 se déroule à la fin du mandat de cinq années du président de la République, Nicolas Sarkozy, inauguré en mai 2007. La dynamique exprimée par les taux de participation élevés à cette élection présidentielle indique les enjeux pour les citoyens dont les mobilisations avaient été plus faibles pour les élections européennes de 2009 et les élections régionales de 2010, malgré l’intérêt des mêmes citoyens porté sur l’offre des collectivités locales dans leur vie quotidienne. On peut néanmoins comparer l’impact présidentiel, européen et régional dans la vie de la cité, et les attentes des Français dans l’amélioration de leur vie quotidienne telles qu’ils les perçoivent à travers leur mobilisation à ces scrutins, en comparant les élections européennes, d’une part, le premier tour des élections régionales et de l’élection présidentielle, d’autre part. Dans tous les cas, les électeurs se sont exprimés à la fois sur les enjeux et les projets tels qu’ils leur ont été présentés par les candidats et leurs partis, et surtout sur l’impact des politiques nationales proposées telles qu’elles sont perçues ou vécues. Depuis la fin de l’année 2007, la France traverse une crise économique et sociale qui a lourdement pesé, dans tous les scrutins, comme un des déterminants majeurs de l’issue des élections.
7
Nous avons observé les scores importants inattendus des candidats de l’extrême droite et de l’extrême gauche par rapport au candidat de la gauche républicaine, François Hollande, et celui de la majorité présidentielle sortante, Nicolas Sarkozy. La forte percée du Front national dans le pays et dans la Somme, jusqu’à représenter 55% des suffrages à Pys (93 électeurs) et 63% des suffrages à Epécamps (8 électeurs) peut interroger les politiques sur la communication claire entre les actions du gouvernement et le peuple. Loin de constituer des cas isolés, la percée du Front national en fait la première force politique dans de nombreuses communes de toutes les circonscriptions de la Somme. Aussi, situation inédite au cours des élections récentes, le parti d’extrême droite domine dans 27 bureaux de vote dans la première circonscription, 6 de la deuxième circonscription, 66 de la troisième circonscription, 97 bureaux de vote de la quatrième circonscription et 132 bureaux de vote de la cinquième circonscription, selon le nouveau découpage des circonscriptions en vigueur, applicable à compter des élections législatives de juin 2012 dans le département de la Somme. De nombreuses communes, qui avaient régulièrement voté pour la majorité présidentielle depuis 2007, se sont orientées vers l’extrême droite ; mais la situation est remarquée pour les communes ayant placé les candidats de la gauche républicaine en tête des dernières élections régionales. Le phénomène de migration vers les extrêmes est donc général et affecte tous les partis de gouvernement. Il convient alors de ramener les débats avec des réponses claires et crédibles aux habitants pour désamorcer leur colère, leurs angoisses, leurs inquiétudes, et partager leurs attentes par la prise en compte de leurs interrogations. Le monde bouge à une vitesse telle que les Français de nos territoires ruraux de province ne suivent plus. En termes politiques et selon les situations observées sur le terrain, nous proposons d’entretenir l’électorat (pour des électeurs votant encore massivement pour les partis de gouvernement), dedévelopper l’écoute active et les échanges fréquents dans le cas des électeurs hésitant dans les choix de leur positionnement, et deconquérirperdu dans les l’électorat démagogies populistes, comme cela a été révélé par les résultats de la dernière élection présidentielle pour des électeurs ayant
8
trouvé refuge dans les trappes des discours populistes d’extrême droite et d’extrême gauche.
Après le premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2012, nous avons relevé les évolutions des électeurs, circonscription par circonscription ; puis à l’intérieur des circonscriptions, les évolutions des cantons et à l’intérieur des cantons, les progressions sont étudiées commune par commune. Ces évolutions ont alors été mises en parallèle entre celles des électeurs d’Europe Écologie-Les Verts, du Front national, du MoDem et du Front de gauche. L’effondrement du MoDem à 7,7% et d’Europe Écologie-Les Verts à 1,5% dans ces élections dans la Somme ainsi que la percée faible mais réelle du Front de gauche à 11,5% cèdent à la montée fulgurante de l’extrême droite qui réalise 26% en devenant ainsi la seconde force politique du département après l’alliance Parti socialiste-Parti radical de gauche (28,4%) et loin devant l’alliance de la majorité présidentielle sortante UMP-Nouveau centre, avec ses partenaires, qui se contente de 23,9% des suffrages.
Au second tour, nous assistons à une solidarité entre Europe Écologie-Les Vers et le Front de gauche pour soutenir l’alliance Parti socialiste-Parti radical de gauche qui se conclut par l’élection de François Hollande à la Présidence de la République. Nous proposons alors un scénario optimiste des reports des voix des Écologistes, des électeurs du MoDem, du Front de gauche et de l’extrême droite vers la Majorité présidentielle sortante.
A l’issue de ce scrutin de l’élection présidentielle de 2012, on observe une forte mobilisation des électeurs dans la Somme, de 81% au premier tour et 82% au second tour. La victoire de François Hollande à cette élection peut s’analyser comme une triple combinaison de la forte mobilisation des électeurs pour exprimer leurs inquiétudes croissantes face à un monde qui semble échapper à un grand nombre de Français, le rejet de la politique menée par Nicolas Sarkozy et très fortement amplifié par les médias contre « la personne de Nicolas Sarkozy » et l’appel de tous les opposants de gauche,
9