Ségrégation raciale aux États-Unis

-

Français
232 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'esclavage aux États-Unis est aboli en 1865, mais une violente ségrégation raciale lui fait suite. Grâce à cet ouvrage, des personnages célèbres (Nina Simone, Miles Davis et Martin Luther King, entre autres), vont vous faire voyager au cœur de l'Amérique ségrégative. De génération en génération, les faits montrent alors que la question de l'intégration des Afro-Américains dans la société américaine a été et reste un sujet douloureux…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2017
Nombre de lectures 39
EAN13 9782140029776
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Historiques
Anne Méténier
Ségrégation raciale aux ÉtatsUnis Six portraits de stars
Historiques
Ségrégation raciale aux États-Unis
Historiques Collection dirigée par Bruno Péquignot et Vincent Laniol La collection « Historiques » a pour vocation de présenter les recherches les plus récentes en sciences historiques. La collection est ouverte à la diversité des thèmes d'étude et des périodes historiques. Elle comprend trois séries : la première s’intitulant « travaux » est ouverte aux études respectant une démarche scientifique (l’accent est particulièrement mis sur la recherche universitaire) tandis que la deuxième intitulée « sources » a pour objectif d’éditer des témoignages de contemporains relatifs à des événements d’ampleur historique ou de publier tout texte dont la diffusion enrichira le corpus documentaire de l’historien ; enfin, la troisième, « essais », accueille des textes ayant une forte dimension historique sans pour autant relever d’une démarche académique. Série Travaux Didiver CHAUVET,Hitler et la Nuit des Longs Couteaux (29 juin – 2 juillet 1934), La Sturmabteilung (SA) décapitée, 2016. Jean-Yves CHAUVET,La transmission des maisons lorraines, e e Familles et maisons paysannes de la fin du XVII au milieu du XX siècle,2016. Tchavdar MARINOV,« Nos ancêtres les Thraces, Usages idéologiques de l’Antiquité en Europe du Sud-Est,2016. Françoise DASQUES,La pensée française de l’architecture mexicaine, Paris–Mexico 1784-1910, Architectures et univers mental, Tome III,2015. Françoise DASQUES,Du style parisien à l’éclectisme porfirien, Paris–Mexico 1784-1910, Architectures et devenir des formes, Tome II,2015. Françoise DASQUES,Deux Rome, Paris–Mexico 1784-1910, Architectures et transferts, Tome I,2015 Murielle PERRIER,Utopie et libertinage au siècle des Lumières. Une allégorie de la liberté, 2015. Welleda MULLER,Les stalles, siège du corps, 2015.
Anne MÉTÉNIER
Ségrégation raciale aux États-Unis
Six portraits de stars
Du même auteur Liberté pour les Noirs ! La résistance des Africains-Américains à la ségrégation et à l’esclavage (1619-1865),2013 Le Black American English. Étude lexicologique et sémantique, 1998 Les traductions françaises du présent ouvrage ont été réalisées par l’auteur, A. Méténier. Légende des portraits en couverture (CC) : Nina Simone : photo Ron Kroon, Anefo, Archives nationales des Pays-Bas, 14 décembre 1965 ; Claudette Colvin : photo The Visibility Project, 1953 ; Jack Johnson : photo Bain News Service, Librairie du Congrès américaine, 1915 ; Martin Luther King Jr : photo Rowland Scherman, Archives nationales des EU, 1963 ; Miles Davis : photo Rui Britto, Flickr, [1989-1991] ; Tommie Smith : photo anonyme, 1968. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11054-7 EAN : 9782343110547
Sommaire Contexte ............................................................................ 5-16 Jack Johnson.................................................................... 17-50 Miles Davis ..................................................................... 51-74 Claudette Colvin............................................................ 75-102 Martin Luther King ..................................................... 103-140 Nina Simone ................................................................ 141-172 Tommie Smith............................................................. 173-196 Epilogue ...................................................................... 197-206 Bibliographie ............................................................... 207-221
Contexte En 1865, la guerre de Sécession s’achève. Le Nord ème abolitionniste est vainqueur. Le 13 amendement de la Constitution américaine est adopté le 6 décembrede cette même année, interdisant définitivement l’esclavage aux Etats-Unis. Les Etats du sud doivent se rendre à l’évidence, quatre millions d’esclaves sont libérés de leurs chaînes. Les Noirs vont, par conséquent, cohabiter « librement » avec les Blancs. Mais de quelle manière ? Rapidement les questions de l’égalité et des droits civiques des Africains-Américains se posent dans tout le pays et notamment dans le vieux Sud ségrégationniste. Durant l’esclavage, un dénommé Charles Mackay écrit que les Noirs ne doivent pas se mélanger aux Américains blancs. « Nous sommes d’une autre race, et le Noir est inférieur. Nous devons lui 1 faire comprendre où est sa place et il doit y rester. » Cette façon de penser est représentative des sentiments de nombreux Blancs de l’époque envers les Noirs – esclaves ou libres –, au nord des Etats-Unis comme au sud. L’émancipation des Américains d’origine Africaine exacerbe cette réalité. Pour bon nombre de Blancs, il est inconcevable que les esclaves soient libres, et qui plus est qu’ils deviennent les égaux des Blancs.Pendant l’esclavage, durantl’après-guerre civile – période allant de 1865 à 1877, appelée Reconstruction américaine – jusqu’au-delà des années 1960, les Africains-Américains restent souvent considérés comme des êtres inférieurs, incapables de comprendre la morale et l’idéologie des Blancs et de s’y conformer, donc condamnés à vivreà 2 côtéd'eux, mais pasaveceux .
5
Les codes noirs.Lességrégationnistes des Etats du sud affirment qu’il y a tant de différences entre un Noir et un Blanc, qu’une même loi ne peut être appliquée indifféremment aux deux communautés. Par conséquent, très peu de temps après l’émancipation, le Sud va voter des lois différentes pour 3 les Noirs – lescodes noirs– dans le but de limiter les 4 droits fondamentaux des esclaves libérés . Si certains droits leur sont accordés : le mariage devient légal entre Afro-Américains, ils peuvent accéder à la propriété, ils ont également un accès – limité – aux tribunaux, en revanche, ils n’ont pas le droit de témoigner contre des Blancs, de participer à des jurys ou à des milices. Il leur est interdit de voter, de posséder des armes, d’épouser des Blanc(he)s,... Cette législation rappelle sans ambiguïté celle qui régissait les esclaves avant la guerre de Sécession ; elle a un goût de déjà-vu, comme l’obsession de maintenir les Noirs sous contrôle, enchaînés ou non... ème ème 14 , 15 amendements et loi de 1875. Cependant, l’année 1866 marque la fin des codes noirs. Le congrès américain, trouvant le président Andrew Johnson trop indulgent avec les ségrégationnistes, propose deux amendements en faveur des Afro-Américains. Mais ces réformes voient le jour dans la douleur, après de longs et fastidieux débats au sein du congrès dont on peut se demander s’il est alors vraiment prêt à garantir l’égalité ème entre Blancs et Noirs... Ainsi, le 14 amendement de la Constitution accorde la citoyenneté à tous ceux qui sont nés aux Etats-Unis, donc aux anciens esclaves. Il garantit
6
leurs droits et donne à tous les citoyens américains l’égale protection de la loi. Les Etats du sud – à l'exception du Tennessee – refusent de ratifier ce nouveau texte. Le Sud est alors le théâtre de plusieurs émeutes sanglantes.Le ème terrorisme antinoir se déchaîne. Le 14 amendement est malgré tout voté en 1868.ème En 1870, le15 amendement est également ratifié, accordant le droit de vote aux Africains-Américains.  Alors, pendant quelques années, la communauté afro-américaine va jouir d’une certaine liberté mais les Blancs du sud ne peuvent tolérer l’idée que Noirs et Blancs soient égaux devant la loi. Des organisations terroristes telles que 5 Les Chevaliers du Camélia Blancoula Ligue Blanchevont faire pression sur les Afro-Américains afin de les empêcher de profiter de leurs droits. LeKu Klux Klan – créé en décembre 1865 dans l’Etat du Tennessee par un groupe d’anciens soldats de l’armée Confédérée qui vient de subir la défaite contre le nord des Etats-Unis – au service de la suprématie des Blancs, sème la terreur dans la communauté africaine-américaine. Entre 1868 et 1871, le Klan lynche, assassine, brûle des hommes, des maisons, des églises,…En 1875, après cinq années de débat, une loi garantissant 6 les droits civiques des Noirs est votée par le congrès américain afin d’interdire la ségrégation raciale dans les lieux publics – théâtres, auberges, squares,... –, les transports, le logement,... Celuiqui enfreint cette loi est alors passible d’une amende de 500 dollars ou d’une peine de prison. Dans un premier temps, la loi est peu appliquée. Puis en 1883, elle est finalement déclarée inconstitutionnelle par ème la Cour suprême qui affirme que le 14 amendement interdit la discrimination de la part des Etats, mais non des individus. Le congrès ne peut, en conséquence, prohiber 7 les actes individuels de discrimination ...
7