//img.uscri.be/pth/432d5c9fb890a292258923c22634360395acdbd4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Tunisie. Du triomphe au naufrage

De
206 pages
L'auteur a assisté aux événements majeurs du Printemps arabe. En Tunisie, il a suivi l'évolution d'une révolution triomphante, depuis la chute de Ben Ali jusqu'au naufrage d'une démocratie mort-née, minée par la corruption et menacée par le développement de l'islamisme fanatique. Rassemblant 4 entretiens exclusifs avec Moncef Marzouki, l'ouvrage démontre comment les espoirs de la jeunesse tunisienne ont été confisqués par les éléments conservateurs et les courants religieux antagonistes.
Voir plus Voir moins
Pierre Piccinin da Prata avec la collaboration de  ThibautWerpin
TUNISIE Du triomphe au naufrage Entretiens avec le Président Moncef Marzouki
TUNISIE Du triomphe au naufrage Entretiens avec le Président Moncef Marzouki
Pierre Piccinin da Prata avec la collaboration de Thibaut WerpinTUNISIEDu triomphe au naufrageEntretiens avec le Président Moncef Marzouki
© L’HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01949-9 EAN : 9782343019499
«Mon vœu le plus cher est que les musulmans vivent dans une communion des cœurs encore plus étroite, que les dirigeants réalisent entre eux une meilleure compréhension et combattent tous les complexes, d’infériorité ou de supériorité, qui risqueraient de nous précipiter dans une catastrophe...»Habib BOURGUIBA
Du triomphe …«Dans les pays sous-développés, quand vous dites la chose qui ne plaît pas, on vous coupe la langue; alors que, dans les pays développés, quand vous dites des choses qui ne plaisent pas, on vous ignore !Mais c'est exactement le même rejet de la réalité. » (Moncef Marzouki) Que reste-t-il aujourd’hui du « Printemps arabe » ? Plus grand-chose, si l’on veut bien en faire rapidement le tour, comme on visite en quelques minutes une vieille bâtisse pour laquelle on avait eu un coup de cœur, avant de renoncer à l’acheter… Il serait logique de commencer par le début, mais, pour des raisons rhétoriques, je reléguerai la Tunisie aux derniers paragraphes de cette introduction. Parlons dès lors de l’Égypte, cas assez similaire à celui de la Tunisie et dont je développerai l’analyse comparative en conclusion de cet ouvrage. L’Égypte, où l’arbre de la Liberté s’est mal enraciné et a fini par se dessécher… De même qu’en Tunisie -et probablement à l’instar des événements qui s’y déroulaient-, le Printemps égyptien est né d’un coup de colère populaire, d’un ras-le-bol socio-économique qui couvait depuis des décennies, maintenu sous pression par le couvercle policier d’un régime oligarchique à l’épaisseur insondable, et que la révolte des cousins tunisiens a comme désinhibé. Pour que la place Tahrir se remplît de pauvres hères réclamant la chute du tyran, il n’aura fallu que le coup de pouce d’une poignée d’étudiants facebookers, qui n’allaient par la suite plus jouer aucun des premiers rôles d’une pièce que d’autres
9