Propos de lauréats en architecture

Propos de lauréats en architecture

-

Livres
116 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 2007, Nathalie Franck et Yves Ballot sont devenus lauréats de la 25e édition du Prix de l'Équerre d'Argent suite à leur projet de restructuration et d'extension du groupe scolaire Nuyens à Bordeaux. Pour les deux architectes, pour la profession et la ville de Bordeaux, l'événement était de taille et ne fit pas que des heureux. Un certain nombre de voix se sont fait entendre pour contester le choix du jury. Au travers d'entretiens, cet ouvrage livre ici la manière dont les récipiendiaires ont vécu cette expérience qui agita le champ de production architecturale français d'alors.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 octobre 2017
Nombre de lectures 17
EAN13 9782140049248
Langue Français
Signaler un abus
édiIon du Prix de l’Équerre d’Argent, suite à leur projet de restructuraIon et d’extension du groupe scolaire Nuyens, dans le quarIer de la BasIde à Bordeaux. Ville dans laquelle ils exercent leurs méIers d’architectes libéraux et d’enseignants Itulaires à l’École NaIonale Supérieure d’Architecture et de Paysage. Pour nos deux architectes, mais aussi pour la profession et la ville de Bordeaux, l’événement était sans doute de taille. Et les médias, locaux ou naIonaux, ne s’en sont pas privés. Comme toute consécraIon, ceTe aTribuIon de l’Équerre d’Argent 2007 ne fit pas que des heureux. C’est le moins que l’on puisse dire. Ainsi, suite à l’annonce des résultats au mois d’octobre de la même année, un certain nombre de voix se sont fait entendre pour contester le choix du jury de ceTe édiIon. Sans prétendre resItuer les différentes posiIons qui se sont exprimées tout au long de la polémique suscitée, nous voudrions livrer ici, au travers d’entreIens, la manière dont les deux récipiendaires ont vécu ceTe expérience qui agita le champ de producIon architecturale français d’alors.
HabilitaIon à Diriger les Recherches – à L’École NaIonale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villee. Membre de l’UMR-CNRS n° 7218 LAVUE-LET [Laboratoire-Espace-Travail], il entreprend ses travaux de recherche sur les formes et objecIvaIons de la dominaIon sociale à travers des problémaIques architecturales, urbaines et patrimoniales.
Emmanuel Amougou
PROPOS DE LAURÉATS EN ARCHITECTURE
Nathalie Franck et Yves Ballot Prix de l’Equerre d’Argent 2007
Propos de lauréats en architecture
Emmanuel Amougou Propos de lauréats en ture architec Nathalie Franck et Yves Ballot – Prix de l’Équerre d’Argent 2007
Ouvrages d’Emmanuel AMOUGOUsurArchitecture,VilleetPatrimoine.-[2011]Sciences Sociales et Patrimoines,PréfacePhilippe COUGRAND, de Éditions L’Harmattan, Collection ‘‘Logiques Sociales’’, Paris 2011. -[2010]Étalements urbains. Critique sociale d’une fatalité spatiale. Préface de Bendicht WEBER, Éditions L’Harmattan, Paris 2010. e -[2008]Architecture et Ethnographie au XIX siècle. Lecture des Conférences de La Société Centrale des Architectes Français, Éditions L’Harmattan, Paris, 2008. -[2007]Les Grands Ensembles. Un patrimoine paradoxal,Préface de Francis CUILLIER,Grand Prix de l’Urbanisme 2006,Éditions L’Harmattan, Collection ‘‘Logiques Sociales’’, Paris 2007. -[2004]La Question patrimoniale. De la‘‘patrimonialisation’’ à l’examen des situations concrètes, (Sous la directionE. de AMOUGOU),Éditions L’Harmattan, Paris 2004. -[2004]Le Journal du Siège de Strasbourg. 13 Août - 26 Septembre 1870.Jules-Édouard DUFRENOY (1846-1916),L’Harmattan, Collection Éditions ‘‘Graveurs de Mémoires’’, Paris 2004. -[2002]La construction de l’inconscient colonial en Alsace. Un village nègre sous le froid,Préfacede Pierre BOURDIEU, Éditions L’Harmattan, Collection ‘‘Logiques Sociales’’, Paris 2002. -[2001]La réhabilitation du patrimoine architectural : une analyse sociologique de la domination des notables,PréfaceChristian de DEMONTLIBERT, Éditions L’Harmattan, Collection ‘‘Logiques Sociales’’, Paris 2001. -[1999]L’Espace de l’Architecture, Avec la collaboration de André KOCHER Éditions L’Harmattan, Collection ‘‘Villes et Entreprises’’, Paris 1999. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12031-7 EAN : 9782343120317
REMERCIEMENTSPour la publication de cet ouvrage-entretiens, je voudrais manifester, à mon tour, toute ma reconnaissance à la confiance que Nathalie et Yves m’ont faite en me livrant, loyalement et sans réserve, leurs témoignages et analyses, autant sur leurs expériences d’architectes-enseignants que sur les polémiques et controverses qu’a suscitées leur désignation comme lauréats du Prix de l’Equerre d’Argent, en 2007. Que ces moments passés avec chacun des deux, pendant nos longs entretiens à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, restent inoubliables. Ce petit ouvrage n’aurait certainement pas vu jour sans la contribution de Mme Marie-Noëlle AMBANADANG qui, malgré ses occupations professionnelles de l’époque, avait assuré les retranscriptions et corrections des entretiens réalisés avec Yves BALLOTet Nathalie FRANCK.Travail fastidieux, au regard des conditions dans lesquelles ce dernier devait se réaliser. Néanmoins, ce texte participe de l’ensemble de souvenirs qui, sans aucun doute, devraient lui rappeler son expérience bordelaise. Je tiens à la remercier pour sa sincère contribution.
AVANT-PROPOS Pourquoi écrire un livre, tant d’années après leur consécration, avec des architectes aussidiscrets etinconnusdu grand public ? Nathalie Franck et Yves Ballot font sans doute partie de cette catégorie d’architectes qui, dans notre pays, se caractérisent par des manières d’être décalées des représentations que l’on se fait du métier d’architecte. Un métierqui, comme semblent le montrer nombre d’expériences et dejugements, se caractérise à la fois par ses fascinations mais aussi par ses mystères. Pour le commun des individus, la production des œuvres architecturales, et plus généralement d’œuvres culturelles, relève sans aucun doute, d’une part de mythe. Ceci d’autant que les processus par lesquels se réalisent les ouvrages architecturaux s’organisent et s’activent à l’intérieur d’un champ complexe auquel l’observateur de l’œuvre ‘‘finie’’ n’a pas accès. Et lamythificationde l’œuvre -mais aussi celle de son auteur - est d’autant plus amplifiée 1 si l’ouvrage fait l’objet d’uneconsécration. Dans ce cas, la mobilisation d’autres univers sociaux autour de l’œuvre ne peut que renforcer lacroyancelaquelle repose toute sur réalisation considérée légitimement comme exceptionnelle ou, pour le moins, singulière. Une telle attitude, face aux œuvres consacrées, produit sans doute d’autres effets difficilement maîtrisables aussi 1. Véronique BIAU, « La consécration des ‘‘grands architectes’’ », in Regards Sociologiques, n° 25/26, Strasbourg, 2003.