//img.uscri.be/pth/8f9b9c8d62a7b6afcf3ee13ed7064c3613c6a6db
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Voyage en Afrique urbaine

De
164 pages
L'Afrique est inéluctablement en voie d'urbanisation rapide. Cet ouvrage se propose de déceler ces mutations de l'Afrique tant sous l'angle urbain que sociétal. Il permet d'aborder une réalité multiforme et complexe qu'il s'agit d'explorer dans le sens d'une meilleure compréhension des enjeux urbains et d'un accès plus large à la connaissance de cette "Afrique des villes" en pleine émergence.
Voir plus Voir moins

Voyage en Afrique urbaine

COLLECTION

CARNETS DE VILLE

Créée et dirigée par Pierre Gras

DERNIERES
Thierry Paquot, Collectif, L'Inde, côté villes

PARUTIONS

Villes, vqya/!,es, qyageurs v

Pierre Gras, Suite romaine Baudouin Massart, Un été à Belfast

Daniel Pelligra, Quai du soleil ; ~yon, port d'attaches Bérengère Collectif, Morucci, Alamar, un quartier cubain Réenchanter la ville et Gilles Rabin, Périphéries;un U!yage àPied autour de Ville et mémoire du vqyage

Jean Hurstel,

Luc Gwiazdzinski pans Georges

Amar, Manhattan et autres poèmes urbains et Pierre Gras (dir.), Le Corbusier voyageur

Thierry Paquot Catherine

Payen, Retour à Madagascar Paris-N'Djamena, allers-retours ;journal du
quels passages? quand la mer est au centre de la ville

Stéphanie Braquehais, Tchad 2004-2006
Collectif, Jacques Exils/créations, Beauchard,

Venise;

Retrouvez tous /es titres de la collection sur le site des éditions L'Harmattan: http://www.editionsharmattan. Er/ index.asp?navig=catalogue&obj =collection&no =349

COLLECTION

CARNETS DE VILLE

Voyage en Afrique urbaine
Urbanisation, modernité et société

Ouvrage collectif publié sous la direction de Pierre Gras

Préface de Claude

Jamati

L'HARMATTAN

L'HARMATTAN, 2009 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-10226-2 £AN: 9782296102262

@

\(

La langue qui fourche fait plus de mal
que le pied qui trébuche. » (Proverbe africain)

ÉLOGE DE LA DIVERSITÉ
PAR CLAUDE]AMATI,

PRÉSIDENT D'ADP



VILLES EN DÉVELOPPEMENT »,

MEMBRE DU COMITÉ DE DIRECTION DE L'ASSOCIATION AFRICAINE DE L'EAU

L'Afrique est actuellement le continent où le niveau d'urbanisation est le plus faible et celui où la croissance urbaine est la plus importante, avec de grandes disparités. Les villes africaines sont diverses, tout comme l'est ce continent. Il y a 53 « Afrique », 53 pays dont les populations varient entre moins de 100 000 habitants (aux Seychelles) et plus de 130 millions d'habitants (au Nigeria). La population moyenne par pays reste toutefois inférieure à vingt millions d'habitants. Et l'on continue souvent à parler de l'Afrique comme si l'ensemble du continent était un pays unique, alors que c'est celui qui possède le plus grand nombre de pays sur notre planète! La croissance démographique africaine est exceptionnelle. Elle provient essentiellement de l'augmentation de la population des villes, pas seulement celle des villes capitales ou des grandes villes, mais aussi de celle des villes moyennes. Cette urbanisation de l'Afrique - qui concerne autant les grands pays que les petits - a des conséquences fortes sur l'évolution des comportements humains et sur la façon d'aborder ou de résoudre les problèmes-clés. 9

VOYAGE EN AFRIQUE URBAINE

L'Afrique aes « Afrique », donc), en dehors de quelques ouvrages très spécialisés, est souvent l'objet d'une couverture médiatique réductrice: les crises, les coups d'État, la corruption, le Sida et, dans le domaine urbain, les bidonvilles... Fort peu d'ouvrages sont consacrés aux différentes caractéristiques de l'extraordinaire mutation urbaine en cours depuis plusieurs décennies, en mettant en exergue certains grands thèmes communs à l'ensemble du continent. Le mérite de l'ouvrage collectif dirigé par Pierre Gras est justement de présenter certains de ces thèmes communs grâce à une grande diversité d'éclairages complémentaires, souvent originaux, toujours pertinents et bien documentés sur les villes africaines. Diversité des éclairaj!,es, d'abord: les témoignages et tout points de vue proviennent d'architectes, d'ingénieurs, de journalistes, de professeurs, d'urbanistes ou de sociologues. Diversité des sujets,ensuite: ce sont l'architecture, la communication, l'eau et l'assainissement, la question foncière, l'habitat précaire, le téléphone portable, le tourisme ou encore les transports. Diversité des auteurs, en troisième lieu: ils sont de nationalités variées, avec une forte proportion de spécialistes africains. Diversité des situations urbaines, enfin: Addis-Abeba, Durban, Nouakchott, Porto-Novo, Tanger ou encore les villes du Cameroun, avec plusieurs articles s'appliquant à plusieurs villes ou régions du continent. Il est évidemment impossible de couvrir la totalité des domaines concernés par la croissance urbaine africaine dans le cadre d'un ouvrage unique. Mais cet ouvrage, dans l'esprit de la collection « Carnets de ville », a su sélectionner des thèmes significatifs traités de façon à la fois chiffrée et vivante. Les articles permettent ainsi au lecteur de prendre conscience de l'émergence de « l'Afrique des villes» à travers une multitude de 10

PRÉFACE
témoignages et de courtes analyses sectorielles. Ce n'est pas un ouvrage savant ou théorique, mais un ouvrage collectif bien construit qui vise à déceler les mutations, tant d'ailleurs sous l'angle urbain que, plus globalement, sous l'angle sociétal. Il s'agit par conséquent d'un document bénéfique pour actualiser nos connaissances sur quelques-uns des enjeux essentiels du développement urbain africain. Dans son introduction, Pierre Gras donne la dimension de l'essor démographique urbain en Afrique: 3 % d'urbains en 1900 et bientôt (avant 2030) une population urbaine africaine supérieure à la population totale de l'Europe! Par voie de conséquence, la consommation d'espace est considérable, et l'on comprend que la question de la sécurisation foncière soit essentielle. Autre conséquence: la jeunesse de la population urbaine, dont l'âge médian ne dépasse pas dix-sept ans, qui renvoie au lien évident avec la modernité symbolisée par Internet, le téléphone portable ou les musiques. Par ailleurs, malgré la décentralisation, l'État est encore prépondérant: à peine 3 % des investissements sont décidés par les villes, lesquelles n'ont guère été consultées pour fixer les fameux « Objectifs de développement du millénaire» définis par la Nations Unies. Mentionnons livre: quelques questions-clés abordées dans ce

. La sécurisation du foncier est un enjeu primordial pour les habitants des villes africaines. C'est aussi un outil de contrôle social. Quelles sont les véritables réalités et les perspectives à Addis-Abeba, en Éthiopie, et à Nouakchott, en Mauritanie?
L'architecture est une composante incontournable du développement urbain. Quelle peut être la modernité d'une 11

.

VOYAGE EN AFRIQUE URBAINE

architecture africaine à destination du plus grand nombre, compte tenu du legs de l'Histoire et des différentes composantes culturelles africaines? Les nouvelles technologies de la communication font irruption dans toute l'Afrique. Si le taux de pénétration de l'Internet à haut débit n'est encore que de 3 %, un Africain sur deux devrait disposer avant 2010 d'un téléphone portable. Comment cet effort d'équipement sera-t-il financé?

.

.

Le taux d'accès

à l'eau et à l'assainissement

est très

contrasté en Afrique, où deux habitants sur cinq ne disposent pas d'eau potable. La situation est meilleure dans les villes. Mais moins de 10 % des Africains urbains ont accès à un réseau d'égouts. Dans tous les cas, les résultats sont liés à l'existence ou non d'une volonté politique réelle et cohérente. Quelles seraient les pistes pour une bonne stratégie?

.

Il n'y a pas que Londres,

Shanghai, Paris ou New York

qui communiquent à l'échelle internationale: Durban, en Afrique du Sud, le fait aussi avec sa « MultipliCit:J». Pourquoi et comment une ville africaine rayonne-t-elle vers l'international, et avec quels résultats?

.

Le tourisme

repose en partie sur la mise en valeur d'un

patrimoine culturel ou naturel. Et le volet culturel est la base de tout développement durable. L'Afrique est riche de cultures et de sites naturels variés (notamment dans la région de PortoNovo, au Bénin), propices à un tourisme générateur de recettes importantes. Mais quel tourisme et surtout quelle durabilité ?

.

Le taxi, enfin,

joue en Afrique

un rôle qui dépasse

largement celui d'un moyen de transport. L'exemple de Tanger au Maroc le montre. Pourquoi et comment le taxi endosse-t-il un rôle d'« intégrateur social» ? 12

PRÉFACE
Il Y aurait bien sûr d'autres thèmes à développer, tant le sujet de l'urbanisation rapide de l'Afrique est vaste. On peut citer notamment l'énergie, le traitement des déchets industriels ou ménagers, l'alimentation, l'éducation ou la santé. Mais ce Vqya~e en Afrique urbaine est une première étape vers la compréhension des multiples enjeux urbains du continent, et la matière ne manque pas pour de nouvelles aventures éditoriales. Pour tous les professionnels du développement urbain impliqués en Afrique, quelles que soient leurs spécialités, ce livre est intéressant et utile. Il aborde de façon très ouverte la question de l'urbanisation du continent, avec des thèmes concrets et des cas significatifs provenant de villes issues de l'ensemble des régions d'Afrique. Puisse le lecteur y trouver matière à réflexion, soit pour sa culture générale soit dans le cadre de son activité professionnelle!

13

UNE AFRIQUE URBAINE ET MODERNE
PAR PIERRE GRAS, JOURNALISTE ET ÉCRIVAIN

L'Afrique urbaine, terre de modernité? Poser ainsi la question peut paraître incongru, voire déplacé, lorsque l'on sait les conditions de vie, souvent dramatiques, que connaissent les habitants du continent africain. Et de fait, en dehors de la focalisation exceptionnelle qu'entraîne la litanie des crises dans coups d'État, génocides, camps de l'opinion internationale réfugiés, catastrophes naturelles ou propagation du virus du Sida -, le regard que nous portons ordinairement sur l'Afrique est d'une redoutable normalité: « Cette évolution se ressent dans les médias qui, à de biens rares exceptions, ont déserté le continent. Les nouvelles venues d'Afrique se réduisent à quelques dépêcheslapidaires. Les pirates de Somalie, la terreur de MUj!,abe,les émeutes de lafaim... Même la crise du Darfour semble ne plus devoir mériter l'attention. » (1) Mais il est

encore plus rare que l'on aborde le développement récent du continent sous un angle pourtant plus original: l'urbanisation des mœurs (2). En dehors de publications savantes ou de récits plus subjectifs s'efforçant de tirer de la réalité africaine quelques leçons pour les voyageurs occidentaux ou les expatriés (3), la prise en compte de l'évolution urbaine du continent reste en fin de compte marginale ou limitée.

15

VOYAGE EN AFRIQUE URBAINE Un essor démographique considérable Pourtant l'Afrique a incontestablement connu dans une période restreinte - pour simplifier, depuis les années 60, période de l'indépendance de la plupart des pays, jusqu'au tournant du XXIe siècle - une somme de mutations et de bouleversements considérables, que la mondialisation des échanges et des modes de vie contribue à accélérer encore aujourd'hui. Ainsi la population africaine, estimée à no millions en 2008, a doublé depuis 1980 et pratiquement quintuplé en un peu plus de cinquante ans. Et d'ici à 2025, la population urbaine africaine (qui sera alors de 750 millions) devrait dépasser la population totale de l'Europe (qui ne serait plus que de 690 millions). Aucune autre partie du monde n'a connu - surtout au XXe siècle, période particulièrement meurtrière de l'histoire de la planète - une évolution démographique aussi radicale. Quelques exemples d'États parmi les plus peuplés, comme le Nigeria (135 millions d'habitants), l'Égypte (80 millions) ou l'Éthiopie (77 millions), donnent une idée du phénomène de « rattrapage» démographique qui porte ces pays au niveau de quelques « grands» de la planète, au moins au niveau de la population. Mais les pays de plus petite taille démographique ne sont pas en reste: la progression entre 1950 et 2000 a été particulièrement forte dans des États comme le Botswana, le Swaziland, la Tanzanie, la Mauritanie ou le Mozambique... Et si, au tournant des années 2000, cette croissance globale a légèrement diminué, passant de 3 % à 2,3 % sous les effets conjugués de la baisse de la natalité et de la mortalité due au VIH, elle n'en reste pas moins la plus dynamique au monde (4). La caractéristique majeure de ce puissant essor démographique africain est l'urbanisation massive. La densité moyenne est ainsi passée de 5 à 28 habitants au kilomètre carré, 16