L'être-vu

-

Livres
135 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En apparence, les films d'Ozu Yasujirô semblent aux antipodes de ceux d'Imamura Shôhei. Pourtant Imamura avoue l'influence que Ozu a eue sur son oeuvre. Virginie Fermaud se propose ici de confronter deux de leurs oeuvres emblématiques : Voyage à Tôkyô (1953) et Profonds désirs des dieux (1968). Il s'agit d'en étudier les divergences et les convergences , d'en mettre au jour la modernité bien sûr mais en considérant également ces deux films dans la perspective de l'art et de la culture extrême-orientaux (théorie du , pratique des emaki - ces peintures narratives sur rouleaux - ou encore empreinte de la pensée taoïste).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2017
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9782140031212
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Virginie Fermaud
L’ÊTREVU
Confrontation entre Voyage à Tôkyôd’Ozu Yasujirô et Profonds désirs des dieuxd’Imamura Shôhei
P Le arti pris du cinéma essai
L’ÊTRE-VU
Collection « Le parti pris du cinéma » dirigée par Claire Mercier
ESSAIS MONOGRAPHIES CINÉFABLES
Entre objectivité et subjectivité, entre récit et drame, entre œuvre et marchandise : mort ou métamorphose du cinéma ? Nous publions desessaisque ce terme unit dans une ambiguïté parce féconde la critique et les cinéastes. Desmonographies parce qu’on peut imaginer un temps où, le cinéma disparu, les films ne subsisteront que par les descriptions vivaces qui leur auront été consacrées et qui, déjà, en donnent une image. Nous publions aussi des scénarios et plus largement des textes qui ont pris place dans le processus de production descinéfables. Parce que de projet de film qu’il était, le scénario tend lors de chaque projection du film à redevenir fluide et à aller se déposer ailleurs… Chaque auteur de la collection s’aventure personnellement à interpréter ce que peut être Le parti pris du cinéma.
C o m i t é d e l e c t u r e :
Guillaume Bourgois, Jean Durançon, Dominique Laigle, Suzanne Liandrat-Guigues, Arthur Mas, Claire Mercier, Bruno Meur, Martial Pisani, Pauline Soulat
Virginie FERMAUDL’ÊTRE-VU Confrontation entre Voyage à Tôkyôd’Ozu Yasujirô et Profonds désirs des dieuxd’Imamura Shôhei
Dans la même collection Claire Mercier,La cinéfable entre drame et récit, 2017. Lana Cheramy,Maraudes, 2015. Patricia Yves,Le cinéma, un art imaginaire ?, 2015. Anielle Weinberger,Les Liaisons dangeureuses au cinéma, 2014. Anielle Weinberger,Le danger des Liaisons, 2014. Aurélia Georges, Élodie Monlibert,L’Homme qui marche, 2013. Robert Bonamy,Le fond cinématographique, 2013. Suzanne Liandrat-Guigues, Jean-Louis Leutrat,Rio Bravo de Howard Hawks, 2013. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11394-4 EAN : 9782343113944
7
à Jean-Jacques Origas
et Ôishi Naoki
Notes préliminaires Cet essai se tient dans le prolongement de la thèse de doctorat que nous avons soutenue à l’Université de Strasbourg le 19 septembre 2011. Ce premier travail intitulé « Ozu Yasujirô et Imamura Shôhei : le clair-obscur, le présent éternel me et l’être-vu » avait été rédigé sous la direction de M Sakae Murakami-Giroux (Université de Strasbourg) et le jury était composé de M. Augustin Berque (École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris), M. Michael Lucken (Institut Natio-nal des Langues et Civilisations Orientales, Paris), M. Jean me Mottet (Université Paris 1 – Sorbonne), M Sakae Murakami-Giroux et M. Takeda Kiyoshi (Université Waseda, Tôkyô). Le système de transcription adopté pour les mots japonais est le système hepburn modifié. Hormis les noms propres et les toponymes, les mots japonais sont écrits en italique, une proposition de traduction est donnée lors de la première apparition d’un mot.
De la même manière, les titres de films et de livres sont tout d’abord écrits en caractères latins, ensuite, entre paren-thèses, une traduction est proposée en français.
Les noms propres japonais sont présentés en respectant l’usage japonais, où le nom de famille précède le nom person-nel.
9