La peinture à l'oeuvre dans le cinéma d'Alfred Hitchcock

-

Livres
234 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage met en lumière le lien établi entre l'art pictural et le cinéma d'Alfred Hitchcock. Les tableaux sont mis en scène et dynamisent la narration, mais s'asservissent-ils aux récits ? Sous quelles formes et jusqu'où s'étend l'impact de la peinture sur le cinéma hitchcockien ? L'auteur décrit les décors, les toiles de fond, les tableaux qui habitent et structurent les images du réalisateur, tout en faisant appel à la mémoire collective.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de visites sur la page 14
EAN13 9782140054808
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LA PEINTURE À L’ŒUVRE DANS LE CINÉMA D’ALFRED HITCHCOCK
Lydie Decobert
Champs visuels Collection dirigée par Pierre-Jean Benghozi, Raphaëlle Moine, Bruno Péquignot et Guillaume Soulez Une collection d'ouvrages qui traitent de façon interdisciplinaire des images, peinture, photographie, B.D., télévision, cinéma (acteurs, auteurs, marché, metteurs en scène, thèmes, techniques, publics etc.). Cette collection est ouverte à toutes les démarches théoriques et méthodologiques appliquées aux questions spécifiques des usages esthétiques et sociaux des techniques de l'image fixe ou animée, sans craindre la confrontation des idées, mais aussi sans dogmatisme. Dernières parutions Florent BARRERE,Une espèce animale à l’épreuve de l’image. Essai sur le calmar géant. Nouvelle édition revue et augmentée, 2017. Eric BONNEFILLE,Maurice Tourneur. Une vie au long cours, 2017. Rémi FOURNIER LANZONI,Rire de plomb. La comédie à l’italienne des années 70, 2017. Raphaël ROTH,À l’écoute de Disney. Une sociologie de la réception de la musique au cinéma, 2017. Hyun Jung CHOI,Origines et prémices du personnage documentaire. La liminalité du personnage documentaire I, 2017. Hyun Jung CHOI,et évolution du personnage Émancipation documentaire. La liminalité du personnage documentaire II, 2017. Jean-Pierre ESQUENAZI,Eléments pour l’analyse des séries, 2017. Camille GENDRAULT, Voir Naples ? Le cinéma et la ville, Mutations de fin de siècle (1980-1998),2017. Michel CONDÉ,Cinéma et fiction,Essai sur la réception filmique, 2016. Gábor ERÖSS,L’Art de l’histoire. Construction sociale de l’authenticité et de la vraisemblance historiques au cinéma, 2016. Anne BENJAMIN,Cinéma et incitation à l’action,2016. Martin BARNIER, Isabelle LE CORFF, Nedjma MOUSSAOUI,Penser les émotions, Cinémas, séries, nouvelles images, 2016. Paul OBADIA,FBI : portés disparus, Une infinie tristesse, 2016. Mélanie BOISSONNEAU, Bérénice BONHOMME, Adrienne BOUTANG (Dir),Tim Burton, horreurs enfantines, 2016 Marion POIRSON-DECHONNE,Entre spiritualité et laïcité, La tentation iconoclaste du cinéma, 2016. Alain DELIGNE,Charger, L’idée de poids dans la caricature, 2015.
LA PEINTURE À LŒUVREDANS LE CINÉMA DALFRED HITCHCOCK
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13777-3 EAN : 9782343137773
Lydie Decobert La peinture à l’œuvre dans le cinéma d’Alfred Hitchcock
Du même auteur aux éditions L’Harmattan
L’escalier ou Les fuites de l’espace : une structure plastiqueet musicale, 2005. L’escalier dans le cinéma d’Alfred Hitchcock, unedynamique de l’effroi, 2008. On n’y entend rien. Répétitions, 2010. L’Arc d’Alfred Hitchcock, un jeu de cordes : poétique del’objet, 2012. La corde musicale d’Alfred Hitchcock, 2015.
 « Je vois mon histoire dans ma tête comme une série de touches de peinture se déplaçant sur divers 1 arrière-plans . » Alfred Hitchcock
1 Hitchcock par Hitchcock, sous la direction de Sidney Gottlieb, traduit de l’anglais et préfacé par Pierre Guglielmina, Paris, Flammarion, 2012, p. 81. Hitchcock on Hitchcock(1),Edited by Sidney Gottlieb, University of California Press, 1995, p. 247 :I visualize my story in my mind as a series ofsmudges moving over a variety of backgrounds.
7
Avant-propos Alma thinksit’s a shame I’ve been typed as a mere maker 2 of suspenseand murder movies. Peu de temps après cette confidence d’Hitchcock, Godard fait l’apologie deThe 3 Wrong Man, film qui l’a aidé(« Le faux coupable », 1957) à comprendre et à apprécier le cinéaste : il reconnaît avoir mis beaucoup de temps à découvrir « ce que c’était un créateur de formes, un peintre, et qu’il fallait en parler comme du Tintoret et pas seulement du scénario, du sus-4 pense ou de la religion ».  Alfred Hitchcock est un Maître Archer : « Avant tout, ce qui m’importe, c’est de décider quel est le public que je 5 vise, et, dès cet instant, de garder l’œil fixé sur la cible . » Il dispose de tout « un jeu » de cordesqu’il fait vibrer pour atteindre le spectateur. Architecture, géométrie, ingénierie, littérature, magie, mathématiques, musique, peinture, phi-losophie, poésie ou théâtre y occupent une place de choix. La peinture à l’œuvre dans le cinéma d’AlfredHitchcock, 6 dernier volet du triptyqueL’Arc d’Alfred Hitchcock,un jeu de cordes, est une invitation à redécouvrir les films dudit maître du suspense à la lumière de sa « corde picturale » : de quelles façons et jusqu’à quel point son œuvre est-elle impactée par la peinture ? Pourquoi les flèches décochées avec cette corde-là nous touchent-elles si puissamment ? 2 McCall’s,mars 1956, p. 14 :« Alma considère que c’est une honte qu’on m’ait étiqueté réalisateur de films de suspense. » 3 Cahiers du cinéma n° 72, juin 1957, p. 35-39. 4 Nouvel entretien avec Jean-Luc Godardpar Alain Bergala(1985), in Godard, Les années Cahiers, Paris, Champs/Flammarion, 1989, p. 16. 5 B. Villien,Hitchcock, Paris, Rivages/Cinéma, 1985, p. 68-69. 6 Les deux premiers volets sontPoétique de l’objet(2012) etLa corde musicale d’Alfred Hitchcock(2015), Paris, Éditions L’Harmattan.
9