Le Goût de la cerise

-

Livres
82 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un homme d'une cinquantaine d'années, désespéré, se met en quête de quelqu'un qui accepterait, moyennant finances, d'effectuer une tâche spéciale. Dans la banlieue de Téhéran, il rencontre une série de personnages, dont un soldat, un étudiant et un gardien de musée. Chacun réagit à sa proposition de manière différente...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 octobre 2013
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9791022001236
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

LE GOÛT
DE LA CERISE

Scénario : Abbas Kiarostami
Réalisation : Abbas Kiarostami

Découpage plan par plan: Laurence Rebouillon

© Presses Électroniques de France - L'Avant-Scène Cinéma, 2013

1. Le logo de « Ciby Distribution » s’inscrit dans le noir puis s’efface dans la profondeur, laissant apparaître en avant celui de « Ciby 2000 présente » dans une phrase musicale. Le logo disparaît dans un fondu au noir.

2. Une inscription arabe en lettres blanches est écrite sur un fond noir.

Rues de Téhéran - ext. jour

3. Plan poitrine serré d’un homme assis de profil droit au volant d’une voiture en légère contre-plongée. C’est Monsieur Badii, un homme d’une quarantaine d’années, vêtu d’un pull en coton gris, qui roule lentement le long d’un trottoir, le regard attentif. Il ralentit. Un bus le double.

Un homme

(Off)

Ouvrier ? Vous cherchez des ouvriers ?

Sans répondre, il continue de rouler vers la droite. 

4. Travelling vers la gauche de l’intérieur de la voiture à travers la fenêtre ouverte du côté passager. Des ouvriers attendent à l’angle d’une rue devant une camionnette bleue. La voiture traverse une rue et découvre d’autres ouvriers qui attendent sur le trottoir. La voiture s’arrête, un homme s’avance et parle à M. Badii à travers la vitre.

Ouvrier ? Tu veux des ouvriers ?

M. Badii

(Off)

Non.

La voiture redémarre, l’homme s’éloigne vers les nombreux ouvriers qui attendent sur le trottoir devant une buvette. Ils regardent vers M. Badii. D’autres hommes sont assis à un arrêt de bus.

5 = 3. Plan poitrine serré de M. Badii au volant de sa voiture. Il roule lentement puis ralentit à nouveau.

6. Travelling vers la gauche, d’autres hommes sur le trottoir devant des boutiques le regardent passer. La voiture s’arrête. Un vieil homme l’interpelle en hochant le tête.

Le vieil homme

Ouvrier ? Ouvrier ?

7 = 5. Plan poitrine serré de M. Badii qui redémarre sans lui répondre. Il passe devant un groupe de jeunes gens qui attendent sur la place où se trouvent des grands jets d’eau entourés de gazon. L’un des jeunes hommes se précipite vers M. Badii en souriant.

Le jeune homme

Tu veux des ouvriers ? T’en veux ?

Les autres jeunes gens s’attroupent près de la voiture.

Un autre jeune homme

Combien d’ouvriers ?

On entend des klaxons. M. Badii redémarre. Un autre jeune homme à droite s’approche de la voiture en souriant.

Le jeune homme

Prends-en deux.

M. Badii les dépasse, il s’éloigne de la place autour de laquelle il a tourné en roulant rapidement vers la droite.

8. Plan poitrine serré de M. Badii de face à travers le pare-brise, il continue de rouler, tourne vers la gauche, puis regarde vers la droite et à nouveau à gauche.

9. Travelling vers la gauche à travers la vitre ouverte du côté passager. M. Badii a changé de quartier. La voiture roule dans une rue ombragée. M. Badii longe un trottoir recouvert d’herbe et de plantations, découvrant un bâtiment en construction à l’arrière-plan. La voiture ralentit et s’arrête devant un homme qui est en train d’arroser. Le jardinier regarde vers M. Badii.

10 = 7. Plan poitrine serré de M. Badii de profil droit qui le regarde puis détourne la tête et redémarre vers la droite. Il longe un temps un grand mur d’enceinte, de l’autre côté de la rue, d’où dépassent des arbres et des feuillages.

Banlieue de Téhéran - ext. jour

11. Travelling vers la gauche de l’intérieur de la voiture. La voiture passe sur un pont au-dessus d’un fleuve asséché. On entend des coups sourds. La voiture longe en tournant vers la droite, un grillage derrière lequel se trouvent une citerne et un baraquement au pied des arbres, où un homme accroupi donne des coups sur une enclume.

12 = 8. Plan poitrine serré de M. Badii, de face, à travers le pare-brise, qui regarde vers l’homme à gauche et détourne la tête en tournant vers la droite. Le bruit de coups sur l’enclume s’atténue.

Hauteurs de Téhéran - ext. jour

13. Travelling vers la droite de l’intérieur de la voiture découvrant un autre espace, un plateau au-dessus de la ville. Un homme au loin regarde passer la voiture. Le mouvement recadre vers le bas les nombreux tuyaux en fonte entreposés sur le plateau au-dessus des terrains en contrebas où sont plantés des arbustes. Des pylônes électriques sont à l’arrière-plan alignés vers la ville au loin. La voiture dépasse les tuyaux et ralentit en tournant autour d’une carcasse de camionnette. Une petite fille et un petit garçon jouent à l’intérieur.

La petite fille

Bonjour, monsieur.

M. Badii

(Off)

Bonjour. Tu vas bien ?

La voiture s’arrête devant les enfants de face qui sourient à M. Badii.

Le petit garçon

Oui.

M. Badii

(Off)

Qu’est-ce que tu fais ?

Les enfants passent leur tête à travers le pare-brise sans vitre.

Le petit garçon

Je joue à la voiture...

14. Plan épaules de M. Badii, de profil gauche, qui s’éloigne des enfants.

15. Travelling avant de l’intérieur de la voiture qui roule sur la route en terre, croisant deux petites filles marchant en sens inverse sur le côté gauche de la route. La voiture s’approche d’une cabine téléphonique jaune au bord de la route à gauche. La voiture la dépasse et commence à descendre la route en pente vers la gauche. La ville au loin s’étale jusqu’à l’horizon.

16 = 12. Plan poitrine serré de M. Badii de face à travers le pare-brise. Il continue de descendre la route en tournant à gauche, et croise un ouvrier, les bras chargés, qui passe en silhouette derrière la voiture. M. Badii le regarde dans son rétroviseur. Puis, il tourne son volant vers la droite en descendant la route.

17. Travelling vers la droite de l’intérieur de la voiture qui descend la route longeant des tas de briques blanches entreposées devant une baraque sur le côté de la route à gauche.

18 = 10. Plan poitrine serré de M. Badii de profil droit, il longe la baraque et s’éloigne en regardant dans son rétroviseur. Il continue de rouler, puis il ralentit.

L’homme dans la cabine téléphonique

(Off)

Tu sais combien coûte un repas ?

(M. Badii roule doucement en regardant vers la cabine. Il la dépasse)

Viens-en à l’essentiel...

(M. Badii recule doucement et s’arrête)

Mais ce n’est rien 100 000 tomans !

(Il écoute l’homme dans la cabine en jetant des regards vers le haut)

Et comment on va rembourser ?

(Il déglutie en regardant devant lui puis tourne la tête à nouveau vers l’homme dans la cabine)

Bon, qu’est-ce qu’ils demandent ?

(Il écoute en jetant des coups d’œil vers la cabine)

Où trouver des titres de propriété ? Raccroche pas ! Monsieur, vous voulez appeler ?

M. Badii

(Il lève la tête)

Quoi ?

L’homme

(Off)

Vous voulez téléphoner ?

M. Badii

Non.

Il redémarre et s’éloigne.

L’homme

(Off)

Oui, j’écoute...

(M. Badii passe à nouveau devant les tuyaux et tourne autour de la carcasse de la camionnette où les enfants jouent, il les dépasse en tournant vers la gauche et redescend la route. D’autres tuyaux sont entreposés sur le bord de la route à côté du terrain en pente où sont plantés des petits arbustes. Des petits immeubles sont à l’arrière-plan. M. Badii ralentit à l’approche de la cabine téléphonique. À l’intérieur, l’homme continue sa conversation, hors cadre)

Où ? Devant le musée ?

(M. Badii s’arrête en regardant l’homme dans la cabine de l’autre côté de la route à l’arrière-plan à droite)

Quand ? D’accord. D’accord. Au revoir. Au revoir.

L’homme raccroche et s’éloigne de la cabine en marchant rapidement vers la droite. M. Badii redémarre en baissant sa vitre. Il rejoint l’homme qui marche rapidement à ses côtés en plan taille.

M. Badii

Monte, je te dépose.

M. Badii roule à ses côtés.

L’homme

Merci, je bosse pas là.

Il tend son bras vers la droite en souriant à M. Badii.

M. Badii

Je vais par là aussi.

L’homme

Merci, je bosse ici.

M. Badii

Tu fais des manières...

L’homme

J’ai dit que je bossais ici !

M. Badii s’arrête, l’homme sort du champ à droite.

19. Panoramique d’accompagnement vers la droite à travers le pare-brise, l’homme passe devant la voiture en regardant M. Badii et s’éloigne rapidement en plan moyen vers le baraquement à côté des tas de briques blanches, il jette un dernier coup d’œil vers M. Badii.

20 = 16. Plan poitrine serré de M. Badii de face à travers le pare-brise qui regarde vers l’homme à gauche.

21. Plan moyen de la baraque à travers le pare-brise. Un scooter est garé devant la porte. La ville s’étend au loin en contrebas. M. Badii donne des petits coups de klaxon. L’homme sort de la baraque.

22 = 20. Plan poitrine serré de M. Badii, il lui fait signe de la main de venir.

M. Badii

Monsieur, juste une minute, s’il vous plaît.

23 = 21. Plan moyen de l’homme à la porte de la baraque, il avance, panoramique d’accompagnement vers la droite, l’homme s’approche en remontant la route vers la voiture et se penche en avant en plan poitrine serré vers la vitre entrouverte. Off.

Bonjour.

(L’homme hoche la tête)

Vous allez bien ?

L’homme

Oui, bien.

Essoufflé, il regarde M. Badii.

M. Badii

(Off)

Si vous avez des problèmes d’argent, je peux vous aider.

L’homme

Non.

M. Badii

(Off)

Vous n’avez pas de problème d’argent ?

L’homme

Non.

M. Badii

(Off)

Je peux vous aider...

L’homme

Fous le camp, ou je te casse la gueule !

24 = 18. Plan poitrine serré de M. Badii de profil droit qui détourne la tête. Off.

Va-t’en !

M. Badii redémarre et s’éloigne en soupirant. Il redescend la route en longeant les tas de briques blanches et tourne vers la gauche.

25 = 22. Plan poitrine serré de M. Badii de face à travers le pare-brise qui finit de tourner et ramène son volant.

26. Travelling de l’intérieur de la voiture qui descend la route en tournant vers la gauche. Une autre route et des maisons sont en contrebas à l’arrière-plan à droite.

27 = 25. Plan poitrine serré de M. Badii, de face à travers le pare-brise, qui tourne vers la droite.

28. Travelling de l’intérieur de la voiture dans le virage en descente vers la droite sur la route en terre.

4ecouv_cinema