Paris

-

Livres
218 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C'est l'histoire d'un Parisien malade qui se demande s'il va mourir. Son état lui donne un regard neuf et différent sur tous les gens qu'il croise. Le fait d'envisager la mort met soudainement en valeur la vie, la vie des autres et celle de la ville toute entière. Des maraîchers, une boulangère, une assistante sociale, un danseur, un architecte, un SDF, un prof de fac, une mannequin, un clandestin camerounais... Tous ces gens, que tout oppose, se retrouvent réunis dans cette ville et dans ce film. Vous pouvez penser qu'ils ne sont pas exceptionnels mais, pour chacun d'entre eux, leur vie est unique. Vous pouvez croire que leurs problèmes sont insignifiants, mais, pour eux, ce sont les plus importants du monde.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 octobre 2013
Nombre de visites sur la page 48
EAN13 9791022000390
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
couverture

PARIS

Scénario : Cédric Klapisch
Réalisation : Cédric Klapisch

Découpage plan par plan : Élise Heymes
et Pierre Kandel

© Presses Électroniques de France - L'Avant-Scène Cinéma, 2013

Générique

1. Ouverture sur fond noir. Départ musique accompagnée d'un chant a cappella et flûte. Début du générique avec les noms des producteurs. Pause de la chanson.

2. Depuis le deuxième étage de la tour Eiffel. Vue d'ensemble de Paris sous le soleil en plongée. Reprise chanson. Recadrage gauche vers un homme en imperméable d'une cinquantaine d'années, c'est Roland (Fabrice Luchini); d'abord de dos, il se retourne et lève le regard au-dessus de lui.

3. Subjectif de Roland vers le dernier étage de la tour en forte contre-plongée au-dessus de lui, le regard se baisse en même temps que l'image disparaît dans un fondu au noir.

4. Subjectif depuis l'intérieur d'une voiture en marche, vers des immeubles haussmanniens en contre-plongée. Reprise du générique avec les noms des comédiens apparaissant et disparaissant depuis le haut droite jusqu'au bas gauche. L'image subit un effet de prisme multipliant en superpositions les façades des immeubles qui défilent. Cut musique.

5. Scène du cabaret le Moulin Rouge. Changement musique avec un « Be bop » énergique interprété par Dizzy Gillespie et Stan Getz. Un jeune homme en costume de scène argenté et chemise rouge termine une figure devant d'autres danseurs. C'est Pierre (Romain Duris), souriant, bras grand ouverts. Travelling caméra épaule vers lui.

6. À gauche la façade d'un immeuble populaire, à droite au tout dernier plan le Sacré Cœur. Le plan est baigné de la lumière blanche du matin. Une fenêtre s'ouvre sur un jeune étudiant, Rémy (Joffrey Platel) qui apparaît et jette un regard dans la rue. Plan large.

7. Travelling de suivi droite en plan rapproché sur une jeune fille qui marche d'un bon pas place Edmond Rostand. C'est Laetitia (Mélanie Laurent). Elle vérifie son portable et jette un regard alentour. Au tout dernier plan, le Panthéon.

8. Depuis une voiture qui roule vers la place des Victoires. Jour. Le pare-brise est brouillé par la pluie que l'essuie-glace vient balayer. La voiture avance dans la circulation; au centre, la statue de la place.

9. Faux raccord dans l'axe, plan légèrement chaotique. La voiture s'est approchée de la statue et commence à la contourner.

10. Plan rapproché depuis l'intérieur d'une boulangerie à Ménilmontant. Des clients à droite font la queue. La boulangère (Karin Viard) entre, nerveuse, et appelle une serveuse. Elle sort au premier plan gauche.

11. Superposition en accéléré de plusieurs plans d'un métro en marche, depuis la cabine du conducteur. Seuls les néons du tunnel éclairent la voie dans l'obscurité. Une rame arrive en sens inverse. Le métro débouche dans une station. Superposition avec le plan d'une autre station à ciel ouvert, effet d'éblouissement. Cut musique.

12. Rungis le matin. Suivi en travelling arrière. Plan moyen. Jean (Albert Dupontel), à gauche, et Mourad (Zinedine Souadem), mains dans les poches, à droite, avancent face caméra, au milieu d'une route bordée de stocks divers. Au-dessus de leurs têtes, des fils électriques, que Jean considère. Recadrage en plan américain.

Jean

Tu t'es jamais demandé… d'où ça venait tous ces fils ?

Mourad

(Qui a levé le regard)

Ah non, ça, je ne me suis jamais demandé ce genre de… de ça…

Jean

(Il le regarde un instant)

Ben moi, je me demande…

(Il se retourne vers les fils qui courent et disparaissent vers le fond du plan) 

et jusqu'où ça va aussi…

13. Reprise musique jazzy, mêlée à la musique rythmée d'un défilé de mode en arrière-plan sonore. Plan d'ensemble en plongée de deux tiers de la scène centrale d'un défilé dans une salle immense, le public assis sur les côtés. Un mannequin avance jusqu'au milieu de la scène sous le crépitement des flashes.

14. Plan moyen d'une dizaine de personnes du public alignées au premier rang, qui applaudissent, suivant du regard le modèle qui traverse la scène au tout premier plan vers la droite. Parmi eux, Victoire (Annelise Hesme) et son amie Marjolaine (Audrey Marnay).

15. Chantier dans Paris. Plan rapproché panoramique gauche sur Philippe (François Cluzet), un casque de protection sur la tête; il regarde tout autour de lui.

16. Raccord regard. Plan d'ensemble du quartier en chantier, où s'élèvent trois grues. Panoramique latéral droite sur la vue d'ensemble. Reprise générique avec la suite des noms des comédiens.

17. Depuis une voiture, un plan du quartier du Panthéon – rendu flou par la pluie sur le pare-brise. L'essuie-glace traverse le plan qui devient net.

18. Depuis une voiture, vue du quartier de la rue de Rivoli. La caméra épouse le point de vue du passager, côté droit. Vue brève sur la colonne Vendôme au tout dernier plan.

19. Depuis la voiture, travelling accéléré sur la rue de Rivoli, le Louvre à gauche.

20. Depuis une voiture en marche vers la gauche, contre-plongée sur les étages supérieurs d'immeubles parisiens avec au-dessous, des feux de signalisation. Ciel bleu.

21. Superpositions en prisme et en accéléré de plans de l'Opéra Garnier de face, caméra avançant rapidement vers la droite.

22. Même mouvement plan 20 avec des panneaux de signalisation et des arbres dégarnis.

23. Plan moyen d'un marché, avec des maraîchers et leurs clients. Rapide panoramique vers la gauche en saccadé.

24. Plan moyen du Moulin Rouge. La caméra s'en éloigne rapidement.

25. Travelling accéléré sur des voitures et le marché.

26. Plan d'ensemble en plongée vers le sud-est de Paris : le périphérique à mi-plan, les voies ferrées à droite menant vers la gare de Lyon, une immense déchetterie au loin à gauche.

27. Quartier de Belleville en hauteur. Plan américain sur une jeune femme, Élise (Juliette Binoche) et ses deux petites filles, Lila (Marie Drion) et Simone (Iris Grillet). Au second plan, son petit garçon, Jules (Arthur Dujardin), assis sur un parapet.

La musique a ralenti, reprenant le rythme lancinant du premier thème entendu.

Élise

Où est-ce qu'il est ?

Les deux petites filles tendent le bras.

Lila

Là-bas !

Élise

Ouais.

Simone

Et le Panthéon ?

Lila

Et la tour Montparnasse ?

Simone

Le Panthéon !

Lila

Non, la tour Montparnasse !

Pendant que les questions fusent, le cadre glisse vers la gauche : Élise est désormais au centre du plan de profil droit, une des petites filles à sa droite, le petit garçon à gauche derrière elle.

Élise

(Elle hésite puis tend le bras)

En face.

La caméra opère un léger travelling avant. Le petit garçon est exclu du cadre.

Jules

(Hors champ)

Et « munivers ? »

Simone

Et le Panthéon ?

Lila

Et l'univers, eh l'univers !

Jules

Et munivers ?

Élise

Et « munivers » ?

Jules

(Off)

Aïe.

28. Plan panoramique latéral droite vers la vue de Paris qu'ont Élise et les trois enfants depuis les hauteurs de Belleville.

Élise

(Off)

Ah, il est fatigué, le munivers…

Lila

(Off)

Il est où le mu… l'univers ?

(Rire d'Élise)

Jules

(Off)

Aïe, aïe, aïe…

29. Sur Pierre, chez lui, de dos en plan américain, accoudé à la rambarde de sa fenêtre dominant son quartier de Paris. Très loin à gauche, la silhouette de la tour Montparnasse, et à droite celle de la tour Eiffel. En voix over le dialogue entre les enfants et Élise continue.

Lila

(En voix over)

Alors, dis maman…

Élise

(En voix over)

Où est-ce qu'il est ?

Simone

(En voix over)

Il est là.

Élise

(En voix over)

Il est partout… Il est partout l'univers.

Le titre du film « Paris » apparaît alors à l'écran.

29bis. Accéléré depuis une voiture qui roule sur le périphérique, passe sous un tunnel.

30. Faubourgs d'une ville du Cameroun. Suivi droite sur un jeune homme, Benoît (Kingsley Kum Abang), qui marche au milieu de son village et dépasse deux enfants jouant au ballon. Vêtu d'un tee-shirt de football, (Celui du n°10 de Zinedine Zidane) il salue des villageois hors champ, traverse une place, suivi droite sur lui qui s'éloigne de dos.

31. Piscine d'un grand hôtel touristique. Benoît est torse nu et en short blanc, avance le long de la piscine, surveillant le bassin au-dessous de lui.

Benoît

(À une petite fille qui nage hors champ)

Lève la tête, la tête, les pieds, n'oublie pas les pieds.

Le plan s'élargit, Benoît est toujours au centre, à gauche une jeune femme en paréo. C'est Victoire, aperçue dans le public lors du défilé de mode.

Victoire

(À sa fille)

Lève ta tête, mon chat !

Benoît

La tête… tout en même temps. Voilà, vas-y.

Le cadre continue de s'élargir; à gauche une autre jeune femme est assise sur le rebord de la piscine. C'est Marjolaine, présente aussi lors du défilé. Deux enfants sont dans la piscine. Au second plan, des palmiers, des tentes en linge blanc, de style colonial.

32. Retour à Paris et à une vue panoramique de la capitale depuis la tour Eiffel, sur le thème musical lancinant. La caméra effectue un lent mouvement vers la droite, tandis que le générique se termine avec l'équipe technique, dont les noms apparaissent les uns après les autres, chacun cédant sa place au suivant en se grisant légèrement, le tout finissant par occuper toute la largeur de l'écran. À l'image, on aperçoit d'abord le Palais de Chaillot au premier plan, puis très loin le Sacré Cœur qui domine la ville, plus près le Grand Palais, la Seine qui court vers la droite, et très loin à droite, la banlieue est. La ville est inondée de soleil, à peine troublée par les tintements de cloches d'églises. La musique se termine. Fin du générique.

Clinique de Bercy, int. jour

33. Plan serré de l'écran de contrôle de l'échographie d'un cœur, le cardiologue apparaissant par instants en amorce premier plan droite.

Le cardiologue

Voilà, ce que vous voyez là, c'est le centre du cœur. Le… le cœur du cœur, si vous voulez. J'élargis un peu, si on est trop près, on n'y voit plus grand-chose…

34. Plan serré sur Pierre, de dos allongé sur le flanc, torse nu. Au second plan, l'écran de l'échographie.

Le cardiologue

(Hors champ)

Le rythme paraît régulier.

35 axe inverse. Vers Pierre, couché sur le flanc, le bras du médecin en premier plan gauche. Le jeune homme considère l'écran de contrôle hors champ à droite.

Le cardiologue

Il semble que le traitement vous fait plutôt du bien.

Pierre regarde tour à tour le médecin et l'écran.

36. Plan rapproché sur le médecin (Hubert Saint-Macary), face à son ordinateur au premier plan.

Le cardiologue

(Regard soudain inquiet)

Mais…

37 retour 34. Pierre tourne la tête vers le médecin et se relève légèrement vers lui.

Pierre

Mais quoi...  ?

La Gnossienne n°1 de Erik Satie commence en fond musical.

Rues de Paris, jour

38. Plan subjectif du trottoir jonché de feuilles mortes. Lent travelling avant.

39. Plan italien sur Pierre qui marche seul sur le trottoir, le front plissé, le regard vers le sol. À droite, les voitures prises dans un embouteillage.

40. Insert flash-back à la clinique. Plan rapproché sur Pierre torse nu qui regarde le médecin en amorce à droite. Pierre est sous le choc; le médecin lui tapote légèrement le bras dans un geste de réconfort, le contourne et sort. Pierre reste seul, le regard fixe; il avale sa salive, angoissé.

41 suite 39. Retour Ménilmontant.  Plan un peu plus serré. Pierre avance face caméra.

42. Plan rapproché et suivi gauche sur Pierre de deux tiers. Il marche, les sourcils froncés, le regard grave.

La boulangère

(Off, s'adressant à une de ses employées dans la boutique)

Voilà, bon… alors je ne veux pas voir les feuillages, cachez-moi les feuillages !

(Pierre arrive à la hauteur d'une employée de la boulangerie en train de nettoyer la vitrine, et de la boulangère à droite qui s'interrompt et adresse au jeune homme un large sourire commercial) 

Bonjour !

Pierre sort à droite.

43. Plan large de la boulangerie, à l'angle de deux rues. Tandis que Pierre dépasse la boulangère et l'employée debout devant la vitrine, une cliente entre dans la boutique.

La boulangère

(À son autre employée à l'intérieur de la boutique, en train de disposer des décors dans la vitrine)

Voilà, maintenant montrez-moi les champignons… C'est ça qui fait automne… Les champignons !

Pierre sort à droite.