L
14 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'Âge d'or de Luis Buñuel

-

14 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Une fiche de référence sur L'Âge d'or, un chef-d'oeuvre de Luis Buñuel.

Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu'un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l'argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d'essai, coup d'éclat : les surréalistes, alertés par Man Ray, adoptent le film et ses auteurs ; les Noailles, mécènes éclairés, proposent à Buñuel de produire un autre film, pourvu que la musique soit de Stravinski. Ce sera L'Âge d'or, sans Stravinski, ni Dalí qui n'apporte que quelques suggestions.

Les grands films méritent le même traitement que les grands livres. Sur le modèle des fiches de lecture, les fiches cinéma d'Encyclopaedia Universalis associent une analyse du film et un article de fond sur son auteur :
- Pour connaître et comprendre l'œuvre et son contexte, l'apprécier plus finement et pouvoir en parler en connaissance de cause.
- Pour se faire son propre jugement sous la conduite d'un guide à la compétence incontestée.

Un ouvrage conçu par des spécialistes du cinéma pour tout savoir sur L'Âge d'or de Luis Buñuel.

A propos de l’Encyclopaedia Universalis :

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 avril 2016
Nombre de lectures 0
EAN13 9782341007450
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.
ISBN : 9782341007450
© Encyclopædia Universalis France, 2016. Tous droits réservés.
Photo de couverture : © Ponsulak/Shutterstock
Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr
Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet : http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact
Les grands films méritent le même traitement que les grands livres. Sur le modèle des fiches de lecture, les fiches cinéma d'Encyclopædia Universalis associent une analyse du film et un article de fond sur son auteur : - Pour connaître et comprendre l'œuvre et son contexte, l'apprécier plus finement et pouvoir en parler en connaissance de cause. - Pour se faire son propre jugement sous la conduite d'un guide à la compétence incontestée.
Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée à l'affichage des caractères spéciaux (ex: Bookerly ou Caecilia sur Kindle). À défaut, vous risquez de voir certains caractères remplacés par des carrés vides (□).
L’Âge d’or (1930)
Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu’un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l’argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d’essai, coup d’éclat : les surréalistes, alertés par Man Ray, adoptent le film et ses auteurs ; les Noailles, mécènes éclairés, proposent à Buñuel de produire un autre film, pourvu que la musique soit de Stravinski. Ce sera L’Âge d’or , sans Stravinski, ni Dalí qui n’apporte que quelques suggestions. Le premier film était, selon son auteur, « un désespéré, un passionné appel au meurtre », celui-ci est « un film d’amour fou ». L’un et l’autre font, pour toujours, de Buñuel le réalisateur surréaliste par excellence. « Ce qui m’est resté du surréalisme, c’est une exigence morale claire et irréductible à laquelle j’ai tenté de rester fidèle » ( Mon Dernier Soupir , 1982). Plus tard, de Belle de jour (1967) à Cet Obscur Objet du désir (1977), l’appel au meurtre s’est teinté de beaucoup d’humour, l’amour fou est devenu plus discret ; la révolte contre l’ordre établi, y compris l’ordre symbolique, n’a jamais cessé.