Ecrire la danse ?

-

Français
198 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Qu'entend-t-on par écriture chorégraphique ? Dominique Bagouet (1951-1992) a mis l'écriture au service de la danse. Les traces de la pensée du chorégraphe sont accessibles dans ses notes, dans les vidéos de ses spectacles et répétitions, dans les corps et la mémoire des danseurs, dans le travail de transmission entrepris par les Carnets Bagouet. L'usage de l'espace, du temps et des corps seront analysés à la lumière d'une lecture intime de son oeuvre.Š

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2013
Nombre de lectures 17
EAN13 9782296512528
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Bengi Ateşöz-Dorge Écrire la danse ? Dominique Bagouet
Qu’entend-t-on par écriture chorégraphique ? Quels sont les rapports entre l’écriture et la danse ? Dominique Bagouet (1951-), chorégraphe, a mis l’écriture au service de la danse. Mais a-t-il essayé d’attribuer les qualités de l’écriture à sa danse ? Les traces de la pensée de Dominique Bagouet sont accessibles dans ses notes et dans les vidéos de ses spectacles et répétitions mais aussi dans les corps et la mémoire des danseurs. Le travail de transmission entrepris par les en est un autre témoin. Mais comment et par quel moyen le chorégraphe écrit-il sa pensée chorégraphique ? L’usage de l’espace, du temps et des corps seront analysés à la lumière d’une lecture intime de son œuvre. Née à Ankara (Turquie), Bengi Ateşöz-Dorge a soutenu sa thèse «L’écri-ture chorégraphique de Dominique Bagouet » en à l’Université de Haute-Alsace. Durant ses années d’études en France, elle a tissé un parcours qui lie la théorie et la pratique en danse. Danseuse et choré-graphe, elle crée ses propres chorégraphies au sein de la Compagnie . Orizons 13, rue de l’École Polytechnique, 75005 Paris Maquette de la couverture et logo : Andy Pockett ISBN : 978-2-296-08853-5 19
www.editionsorizons.fr
Bengi Ateşöz-Dorge
Bengi Ateşöz-Dorge Écrire la danse ? Dominique Bagouet
Écrire la danse ? Dominique Bagouet
Universités / Comparaisons
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr
Universités sous la direction de Peter Schnyder www.orizons-universites.com
Écrire la danse ? Dominique Bagouet
Comparaisons
Série dirigée par : Florence Fix (Université de Lorraine) Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute-Alsace)
Comité scientifique : • Antonio Dominguez-Leiva (UQAM, Québec) ; • Vincent Ferré (Université ParisXII) ; • Sébastien Hubier (Uni-versité de Reims) ; • Bertrand Westphal (Université de Limoges).
La collection « Comparaisons » comprend des essais, des ouvrages collectifs et des monographies ayant trait au comparatisme sous toutes ses formes (démarches transdisciplinaires, théorie de la lit-térature comparée, croisements entre littérature et arts, mais aussi sciences humaines et sciences exactes, histoire culturelle, sphères géographiques). L’esprit se veut également ouvert aux transferts culturels et artistiques, aux questionnements inhérents aux diffé-rentes modalités de la comparaison.
En préparation Notre besoin de comparaison, Frédérique Toudoire-Surlapierre,2012. À la conquête du Graal, Alicia Bekhouche,2012. À table ! Manger et être mangé sur la scène contemporaine, Florence Fix,2013.
Déjà parus Le théâtre historique et ses objets, sous la direction de Florence Fix,2012 Musique de scène,musique en scène, sous la direction de Florence Fix, Pascal Lécroart et Frédérique Toudoire-Surlapierre,2012
Bengi Ateşöz-Dorge
Écrire la danse ? Dominique Bagouet
2012
Mes plus vifs remerciements vont aux Carnets Bagouet, à L’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine et à l’Institut de recherche en langues et littératures européennes (EA 4364), pour leurs précieux sou-tiens à la publication de cet ouvrage.
1.
Aussi rapides que les eaux mugissantes, Ainsi coulent les jours de notre vie. Le temps passe, les heures fuient, Semblables aux gouttes d’eau qui soudain s’éparpillent Dans le flot déversé vers l’abîme.
1 Extrait de la cantateBWV 26de Jean-Sébastien Bach
À mes aïeuls, Ö.Fevzi-Mualla Aysun, Nuh-Hümeyra Ateşöz
Dominique Bagouet a utilisé cette cantate pour la création deSo Schnell(1991).
Avant-propos
a première rencontre avec l’œuvre de Dominique Bagouet s’est faite M par les archives filmiques. L’action de numérisation et de conceptua-lisation entreprise par le Centre Jacques Petit de l’Université de Franche-Comté à l’initiative d’Aurore Després et d’Anne Abeille nous a fourni une vision globale de l’ensemble de la production de la Compagnie Bagouet. Quand Aurore Després m’a proposé le deuil, la mort et la durée comme portes d’entrée à l’œuvre de Bagouet, j’ai été dans un premier temps terrifiée à l’idée d’un tel travail. Puis j’ai compris qu’une activité de recherche pouvait être bridée — voire faussée — par les peurs de son auteur. Que la peur du désir ou de la mort pouvait empêcher le chercheur d’accéder à certains éléments constructeurs de la réalité et de la réalisation artistique. Et qu’ainsi il risquait de passer à côté d’éléments fondateurs de sa recherche. Pour avancer il faut prendre le risque de la transformation, voire de la mise en examen de son inconscient, des peurs et des inhibitions qui l’habitent ou le hantent. En fuyant sa propre réalité, le chercheur risque de rester superficiel et de passer à côté de son sujet. Cette prise de conscience a été un élément structurant de mon travail. MalheureusementLes noces d’or— qu’il laissa inachevées — sont l’épitaphe de Dominique Bagouet. Le chorégraphe décède du sida le9dé-cembre1992, laissant sa troupe devant un immense vide, mais aussi devant un point d’interrogation : « que fait-on maintenant » ? Olivia Grandville s’insurgeait alors : « Il aurait pu s’arrêter trois mois avant et voilà... tout 1 le monde croyait à la réalisation de ce projet ». S’ajoute la constatation que Dominique Bagouet n’a rien indiqué sur la suite de ses œuvres. Il n’a pas préparé sa mort. Isabelle Launay insiste sur le vide créé par cette dis-
1.
Olivia Grandville,Noces d’Or ou la mort du chorégraphe,transcription depuisDB213/ D038.