La danse intégrée
145 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La danse intégrée

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
145 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

La danse intégrée vise à ouvrir au plus grand nombre la pratique de la danse. Depuis quelques années, en France, certaines compagnies ont ouvert leurs ateliers aux personnes en situation de handicap et produisent des spectacles. Cette démarche créative participe au questionnement de savoir comment vivre ensemble sur la scène et dans la vie ? Chorégraphes, danseurs, éducateurs parlent de leurs expériences et éclairent notre réflexion. Ce livre situe la portée et les limites des pratiques actuelles de la danse intégrée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2010
Nombre de lectures 429
EAN13 9782296701441
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

     
                        !! "   #      "  "   $      "          % &     $' "  !#   (    %   )* + , - (  !  %    #  $&  '( $    %"           "    , ++. $      /001#23 4    /001# 54 3         /001# 5          !     /001# 5 + 4.   3*46 7*"    #$%%&'  (      /008# .9 : ;  #<  ) * /  /008# +=.4 5+     /008# 4 )"    /00># 5. )*+,-        "  )    +( -      " /00>#  ?  +4. % ;  #<         -   /00># :5 )*".    /*- - /00># +=.4 5   0         /00># 4 @   -/00A#
7 %
     
B27
  .4. 7# ,  12 3       3  (-+ B2 /00C#
   !"#  $ %"&'( ) #!! &,DDEEE#$# !!#FE#! GFE#! 5 , 1>8*/*/1A*G/G>/*0  , 1>8//1AG/G>/0
REMERCIEMENTS
Ce livre est issu d’une étude commandée par le Conseil général de l’Isère (serviceCulture et Lien social)et l’association Résonance Contemporaine(Bourg-en-Bresse). Merci à Christiane Audemard-Rizzo et Alain Goudard pour leur engagement. Ma reconnaissance va aux trois compagnies de danse qui m’ont accueillie: les AteliersDesmaé, le GroupeImagin’ et la CompagniePassaroset aux danseurs et travailleurs sociaux qui se sont prêtés au jeu de l’entretien. Merci à l’équipe du Foyer Clairefontaine pour son ouverture et la mise à disposition d’interprètes en langue des signes. Ma réflexion s’est enrichie de discussions avec Florence Burban, Dominique Carliez, Alain Goudard, François Jousserandot, Joël Kérouanton, Anne Priolet et Pablo Troccoli. Je remercie tout particulièrement les personnes qui ont pris en charge la relecture de l’ouvrageBlanc pour : Alain ce qui concerne la problématique du handicap, Anne Garrigues pour la danse contemporaine et l’éducation somatique, Jacques Guigou pour les théories de l’éducation. Je conserve néanmoins l’entière responsabilité des propos tenus dans ce livre.
Integrate: «Parvenir à l’égalité par le mélange des groupes » (Oxford Advanced Learner’s Dictionary).
Integrated dance: «Danse intégrée».
INTRODUCTION
Nous sommes actuellement dans une phase de changement, où une offre spécifique de biens culturels se développe à destination des publics les plus éloignés de l’art. Cette situation est due à un ensemble d’interactions: vote de lois nationales, choix de politiques locales, ouverture d’ateliers de création par des artistes, mise en place de structures d’accompagnement et de réflexion autour de ce phénomène. Cette phase de volontarisme semble indispensable pour faire évoluer les mentalités et pour établir à long terme de nouveaux fonctionnements. L’étude spécifique de la culture pour les personnes en situation de handicap se profile dans cet objectif. Quand les conservatoires et les centres chorégraphiques nationaux accueilleront des personnes en situation de handicap, quand des compagnies les embaucheront et feront tourner des spectacles, alors nous n’aurons plus à parler spécifiquement du handicap en danse. Nous n’en sommes pas là… Nommons donc les faits et analysons-les pour pouvoir faire avancer la réflexion et les actions qui peuvent en découler. Le fait de parler de handicap pour désigner des situations très différentes est une démarche récente qui facilite la réglementation et les opérations administratives. Mais cette approche se révèle beaucoup trop globalisante au vu de la diversité des types de handicap. Il est nécessaire de différencier les types de handicap, en particulier quand il s’agit de danse. En effet, cette pratique n’est pas la même pour une personne en fauteuil et pour une personne ayant une déficience sensorielle. Pour étudier cette multiplicité, nous avons choisi un corpus de compagnies ayant des expériences très différentes de la danse et du handicap. L’intérêt s’est tout d’abord porté sur des chorégraphes dont l’intention première n’est pas thérapeutique mais artistique. Trois compagnies ont été choisies dans la région Rhône-Alpes. Dans l’Ain, Émilie Borgo (CompagniePassaros) donne régulièrement des stages ouverts aux personnes en situation de handicap et réalise des créations chorégraphiques avec des résidants du FoyerVilla Joiepour des adultes (institution
handicapés physiques avec troubles associés). À Lyon, Kilina Crémona (AteliersDesmaésein) a ouvert un atelier de danse au de l’université Lyon II pour des personnes malentendantes et ayant une déficience mentale. Elle a monté plusieurs spectacles avec des résidants au FoyerClairefontainedans la banlieue de Lyon. À Grenoble, Colette Priou (GroupeImagin’) dirige un atelier comprenant des personnes autonomes ayant un handicap d’ordre psychologique ou moteur.
Les expressions employées Personne en situation de handicap:la définition retenue est celle de l’ANPIHM (Association Nationale pour l’Insertion des Handicapés Moteurs). Selon cet organisme, constitue une situation de handicap: «le fait pour une personne de se trouver, de façon durable, limitée dans ses activités personnelles ou restreinte dans sa participation à la vie en société, en raison de l’interaction entre, d’une part, l’altération d’une ou plusieurs de ses fonctions physiques, sensorielles, mentales ou psychiques et, d’autre part, des facteurs environnementaux et contextuels». Pour alléger le texte, le terme de «résidants» est aussi employé quand il s’agit de personnes habitant dans une institution médico-sociale.
Danse intégrée:Aux États-Unis, dans le milieu des années 1980, Alito Alessi, précurseur de l’enseignement de la danse pour les personnes en situation de handicap, emploie le terme deDance Abilitypeut traduire par, que l’on : la danse des 1 compétences de chacun . De manière plus générale, les anglo-saxons emploient le terme decommunity dance qui renvoi à l’idée de partage entre les différents danseurs, davantage qu’à la notion de communauté, ou plus communément celui de integrated dance. Ce terme est utilisé par Adam Benjamin, cofondateur, à Londres en 1991, de la première compagnie de danse avec des personnes en situation de handicap. En France, les premiers artistes chorégraphiques qui pratiquent la danse avec des personnes en situation de handicap se sont formés avec Alito Alessi aux États-Unis ou Adam Benjamin en
1 La compagnieDanse habileà Genève fait référence à cette notion. 10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents