//img.uscri.be/pth/7ec87611429a3fd2c8a3fc9f410c65379820fb28
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 38,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Rimes de rap français

De
680 pages
Valéry est une sorte d'explorateur lexicographique des textes de rap en français. Les abréviations, sigles et acronymes ont une grande valeur poétique pour les rappeurs : ils peuvent servir à crypter la communication et permettent de multiplier les accents dans le cadre d'une répétition rapprochée qui constitue la dynamique rythmique du rap. Le présent ouvrage contribue ainsi à faciliter notre compréhension du sens des textes de rap tout en suggérant leur processus créatif.
Voir plus Voir moins
Valéry Debov
Rimes de Rap FRançais
ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES
Préface de Chrîstophe Rubîn
RIMES DE RAP FRANÇAIS
Valéry Debov RIMES DE RAP FRANÇAIS
ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES Préface de Christophe Rubin
Du même auteur
Diko des rimes en verlan dans le rap français(La Maison du dictionnaire, 2012).
Glossaire du verlan dans le rap français(L’Harmattan, 2015).
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10107-1 EAN : 9782343101071
À mes Maîtres
Hoc amet, hoc spernat promissi carminis auctor. Horaсe. Rime, qui donnes leur son Aux chansons Rime, l’unique harmonie Du vers, qui, sans les accents Frémissants Serait muet au génie. Sainte-Beuve. Entre deux mots, il faut choisir le moindre Paul Valéry. Je brise les stéréotypes  Et pousse ma créativité dans le domaine de la musique  Oui je suis un poète au même titre que La Fontaine l’a été. Je m’adresse à l’Homme, l’être le plus civilisé. Assassin, “Note mon nom sur ta liste”. Faut que tu sentes l’aisance rimes et assonances Fais l’effort, capte le sens des textes à essence Le crew frappe grave dès sa naissance IAM, “Art noble”.  Ma rue s’résume en lettres  RMI, CRS, OCB, TGI, CDD  ANPE, PEP, CAP, HLM, IVG  ADN, HIV, NTM, VIP  Une jeunesse qui fonce dans le mur même en TGV. Tiers Monde, “ J’annonce la douleur”.
PRÉFACE
Valéry Debov est une sorte d’explorateur lexicographique du rap français. Ses pas de chercheur le mènent toujours sur des voies encore inexplorées, avec une méthode particulièrement rigoureuse, fondée sur l’exploitation patiente et méthodique d’un corpus gigantesque : un très grand nombre de textes de rap en français. Avant de présenter le présent ouvrage, il est nécessaire de le situer dans le cheminement d’une recherche au long cours. Il ne s’agit pas ici de revenir sur toutes les publications de Valéry Debov mais simplement de comprendre le lien qui existe entre ce volume et les deux précédents, que j’avais déjà eu l’honneur de préfacer. Face à une démarche qui pourrait paraître anecdotique à la lecture des titres, il est important de revenir sur les fondements et le sens du travail de l’auteur. C’est aussi l’occasion de prendre la mesure de la reconnaissance qui lui a été accordée par les spécialistes. Ses deux précédents ouvrages ont en effet étonné aussi bien le milieu du rap lui-même que celui des chercheurs en lexicographie ou en socio-linguistique, en passant par la presse généraliste. Il s’agissait alors du verlan, une forme d’argot qui a donné lieu, sous la plume des rappeurs, à une utilisation d’une complexité et d’une richesse qu’on ne pouvait soupçonner 1 sans lire leDiko des rimes en verlan dans le rap françaiset leGlossaire du 2 verlan dans le rap français. Les comptes rendus universitaires, en particulier, rendent un hommage appuyé au travail de Valéry Debov. C’est le cas notamment de certains grands noms de la linguistique française.
La socio-linguiste Françoise Gadet, dans la revueLangage et société, a en effet qualifié leGlossaire du verlan dans le rap françaisde « somme de savoir » et de « stock fabuleux de pépites langagières » qui « reflètent le 3 rap » . Voici comment elle a décrit plus précisément ce travail, en détaillant la structure des articles, l’originalité de la démarche et son fondement : L’ouvrage de Debov est le fruit d’un travail lexicographique de relevé des mots en verlan rencontrés dans des chansons de rap, de 1980 à nosjours, àpartir d’un corpus à la fois oral – les enregistrements – et scriptural – sur la base des pochettes ou de sites internet. Il revêt la forme classiq:ue d’un dictionnaire derrière l’entrée sont données laprononciation enphonétique, la catégorie grammaticale,puis la définition. Les exemples sont constituéspar de nombreuses citationsprovenant de l’énorme stock de chansons étudiées. Pourtant, ce glossaire dépasse aussi largement le cadre d’un dictionnaire, car les 1 Valéry Debov,Diko des rimes en verlan dans le rap françaismaison du (La dictionnaire / Dicoland, 2012). 2 Valéry Debov,Glossaire du verlan dans le rap français(L’Harmattan, 2015). 3  « Valéry DEBOVGlossaire du verlan dans le rap françaisParis, L’Harmattan, 2015, 444 p. par Françoise Gadet (Université Paris-Ouest et MoDyCo), Langage et société, 2016/2 (N° 156), Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 136–138. 7
articles sont suivis de différentes rubriques : un commentaire(sur la formation,par verlan simple ouplus complexe),une liste d’attestations antérieures(dans la presse,des scénarios dans , des ouvrages de linguistes, des chansons…), une indication de la fréquence dans le corpus de raps,de l’indication paronymes/synonymes intra-verlaniques,renvois à des termes voisins. Une des immensequalité,qui distingue ceglossaire de laplupart des dictionnaires du gchaenre : que terme est défini en lui-même, et non à travers son équivalence supposée avec son mot-source, cequi suppose d’avoir admis son autonomie. Ainsi,péchoattraper, saisir, trouver », etdéfini en «  est choperviendra que ne dans le commentaire
Le lexicologue Jean Pruvost, qui, en dehors de ses activités universitaires, 4 se consacre chaque matin à l’excellente émissionDoc Dico consacrée justement aux mots du rap sur Mouv,’ – la « radio jeune » de Radio France – 5 a lui aussi remarqué l’importance du même ouvrage de Valéry Debov et il a confirmé le jugement que j’avais alors formulé. « Dès lors qu’on a en main leGlossaire du verlan dans le rap français, qu’on le consulte au hasard des mots relevés, on ne peut que partager le point de vue évoqué en quatrième de couverture par le préfacier Christophe Rubin : « Chacun pense avoir compris le principe et la portée » du verlan, « pourtant, quand l’universitaire Valéry Debov [l’auteur du dictionnaire] se penche sur ce phénomène langagier, une complexité insoupçonnée apparaît. » Il s’agit bien en effet d’un code linguistique parallèle, qui a bel et bien ses principes de formation mais aussi ses usages, le tout dans le cadre d’un renouvellement constant. Mais, c’est là que l’œil et l’oreille du linguiste sont précieux : se perçoit en effet parfaitement qu’il s’agit d’un système où est respecté à la fois une norme linguistique, socio-linguistique et, selon la formule adoptée pour la quatrième de couverture, « un certain esprit ». En réalité, un constat s’impose immédiatement : « la morphologie d’un mot en verlan n’est jamais simple et jamais due au hasard, tandis que ses significations, généralement bien distinctes du mot origine, n’ont rien à envier, par leur foisonnement, aux mots de la langue académique. » Le lexicologue a en effet été particulièrement impressionné par la rigueur et par la richesse de ce précédent travail de Valéry Debov. « Quelle est la nature de l’ouvrage proposé ? Celle d’un dictionnaire de grande qualité tant par la richesse de la nomenclature, environ 1200 mots, que par le traitement de chaque article. Explication sur la formation lexicale de chaque unité, fréquence, prononciation, signification et emplois, assortis de très nombreuses citations précisément référencées, index complémentaires, c’est assurément un outil complet qui est offert à l’adresse des chercheurs, une somme même. On partage ainsi pleinement le point de vue du préfacier, Christophe
4 URL de l’émission : http://www.mouv.fr/diffusions-doc-dico. 5  «Glossaire du verlan dans le rapfrançais,de Christo Préface phe Rubin, Valéry Debov, L’Harmattan, 2015, 448 pages. » Compte rendu par Jean Pruvost « Comptes rendus d’ouvrages »,Ela. Études de linguistique appliquée3/2015 (N° 179), Klincksieck, p. 359-376. URL : www.cairn.info/revue-ela-2015-3-page-359.htm. 8
Rubin : « c’est une mine où chacun, quel que soit son parcours, trouvera davantage que ce qu’il pensait pouvoir y trouver ». » Enfin, Jean Pruvost a compris aussi que la place particulière de Valéry Debov, loin d’être une difficulté, constituait en réalité un atout précieux. C’est d’ailleurs l’occasion de présenter plus concrètement ce chercheur. « Qui est Valéry Debov ? Professeur de français et d’italien à l’Université d’État d’Ivanovo en Russie. C’est son statut, d’autant plus appréciable que comme on a pu le constater pour les travaux d’expertise linguistique, on sait que le regard externe est toujours plus scrupuleux, dans la mesure où il est peu enclin à l’inévitable hypercorrection du locuteur natif. » Cette tendance à l’hypercorrection est en effet souvent un problème important dans le traitement des textes artistiques. Les textes classiques se voient parfois eux-mêmes altérés, comme pour effacer ce qui fait saillie dans leur rythme et ce qui porte, pourtant, un sens déterminant. Il suffit d’écouter la scansion habituelle des premiers vers d’une fable de La Fontaine récitée par des enfants après l’avoir apprise à l’école, pour entendre le spectaculaire effacement de la saillie rythmique pourtant soigneusement mise en scène par le poète : « La Cigale ayant chanté Tout-l’é-té » devient : « La Cigale ayant chanté tout l’été ». L’extraordinaire insistance du vers trisyllabique, dans lequel toutes les syllabes sont accentuées, pour aboutir à la rime presque immédiate entre « chanté » et « l’été », fait place, dans la scansion altérée, à un simple décasyllabe – donc un vers pair à la place de deux vers impairs très vifs – gommant ainsi l’insistance et l’étonnement. Gommant aussi la suggestion d’une incohérence : entre les efforts artistiques de la Cigale et le fait qu’elle se retrouve quand même « fort dépourvue » donc non rétribuée par la fourmi : un mécène bien mal choisi. La diction édulcorée qui a cours le plus souvent fait du chant poétique la cause de la misère, du fait de l’assimilation de la pratique artistique à un archétype de la fainéantise... Interprétation étrange pour un texte écrit par un aristocrate dont l’activité essentielle était de faire de la poésie, autrement dit de chanter. La virtuosité inouïe du poète capable de rendre hommage à un mécène autrement plus généreux que la Fourmi de la fable – animal ridicule et insignifiant par rapport au Roi-Soleil qui lui est comparé implicitement avec humour – passe alors à la trappe, malgré une écriture incitant à une diction bien particulière qui devrait faire entendre toutes les syllabes de certains vers. Or cette virtuosité, qui parvient à donner l’illusion d’une apparente simplicité et d’un ton spontané, dit bien – pour qui veut l’entendre et pour qui sait l’écouter – l’importance du travail réalisé par le poète du XVIIe siècle… comme par beaucoup de rappeurs, dont l’écriture est presque toujours d’une complexité inouïe. La longueur des textes ou le nombre 9