Stratégies d

Stratégies d'enquête et de création artistique

-

Livres
228 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage rassemble des textes de recherche issus du projet interdisciplinaire de coopération européenne Expéditions. Nous verrons ainsi comment les chercheur-e-s et les artistes investissent dans leurs travaux les questionnements réflexifs que suggère une telle expérience. Comment articuler, d'un côté, l'étude d'un territoire, de ses représentations et ses discours, et de l'autre, la fabrication du discours scientifique et artistique sur ce territoire ? Quelles questions méthodologiques, épistémologiques, voire déontologiques, cela pose-t-il ?

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 février 2015
Nombre de lectures 19
EAN13 9782336368887
Langue Français
Signaler un problème
Sous la direction de Romain Louvel et Nolwenn TroëlSauton
Stratégies d’enquête et de création artistique Résidences d’artistes, de chercheurs et de pédagogues de rue en expédition
Stratégies d’enquête et de création artistique Résidences d’artistes, de chercheurs et de pédagogues de rue en expédition
Espaces discursifs Collection dirigée par Thierry Bulot
La collectionEspaces discursifsrend compte de la participation des discours (identitaires, épilinguistiques, professionnels…) à l’élabora-tion/représentation d’espaces – qu’ils soient sociaux, géographiques, symboliques, territorialisés, communautaires… – où les pratiques langagiqres peuYent être réYélatrices de modi¿cations sociales(space de discussion, la collection est ouverte à la diversité des terrains, des approches et des méthodologies, et concerne – au-delà du seul espace francophone – autant les langues régionales que les vernaculaires urbains, les langues minorées que celles engagées dans un processus de reconnaissance ; elle vaut également pour les diverses variétés d’une même langue quand chacune d’elles donne lieu à un discours identitaire ; elle s’intéresse plus largement encore aux faits relevant de l’évaluation sociale de la diversité linguistique
Derniers ouvrages parus
Rada TIRVASSEN,Créolisations, plurilinguismes et dynamiques sociales, Conduire des recherches en contexte plurilingue : Le cas de Maurice, Thierry BULOT, Isabelle BO<(Ret Marie-Madeleine B(RTUCCI, Diasporisations sociolinguistiques et précarités. Discrimination(s) et mobilité(s), Julien LONGHIet Georges-(lia SARFATI(dir),Les discours institutionnels en confrontation. Contribution à l’analyse des discours institutionnels et politiques, Sabine GOROVITZ,L’école en contexte multilingue. Une approche sociolinguistique, Montserrat B(NËT(ZF(RNÈN'(Z, Catherine MILL(R, Jan Jaap '(RUIT(R, Youssef TAM(R,Évolution des pratiques et représentations e langagières dans le Maroc du XXI siècle. Volumes I et II, Romain COLONNA, Ali B(C(TTIet Philippe BLANCH(T(dir), Dynamiques plurilingues pour une analyse glottopolitique,
Sous la direction de Romain Louvel et Nolwenn Troël-Sauton avec Zofia Dworakowska et Angel Belzunegui
Stratégies d’enquête et de création artistique Résidences d’artistes, de chercheurs et de pédagogues de rue en expéditionAvec les contributions de David Dueñas i Cid, Pascal Nicolas-le Strat, Pauline Scherer et Benoît Raoulx
Ce livre constitue l'un des moments de restitution publique du projet de coopération transnationaleExpéditions(www.expedition-s.eu), coordonné par l'association L'âge de la tortue, avec le soutien de la Commission européenne, de la Région Bretagne et de l'Université Rennes 2.Concrètement, voici la contribution de chaque partenaire.La présente publication est issue du projet de coopération européenneExpéditions.L'association L'âge de la tortue a assuré la coordination générale et la coproduction du projetExpéditionspublication. et de la présente Le laboratoire PREFics de l'Université Rennes 2 a coorganisé et coproduit le projetExpéditionset la présente publication.La Commission européenne a cofinancé le projetExpéditionsle cadre dans du programme L'Europe pour les citoyens.La Région Bretagne a cofinancé le projetExpéditions et la présente publication dans le cadre de son dispositif ASOSC. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05140-6 EAN : 9782343051406
Introduction
Romain Louvel et Nolwenn Troël-Sauton
1 Expéditionsest un projet de résidences interdiscipli-naires initialement destiné à provoquer une réÀexion cri-tique à propos de la stigmatisation des quartiers populaires, et à propos de ceux qui pensent cette question récurrente dans de nombreux projets sociaux, culturels et scienti¿ques, 2 à savoir les pédagogues, les artistes et les chercheurs en Sciences HumainesUn équipage constitué de sociologues, anthropologues, sociolinguistes, photographes, dessina-teurs, vidéastes, chorégraphes et plasticiens partit donc en voyage d’exploration dans ces terres« lointaines »que sont les quartiers populaires Ces]ones urbaines périphériques sont principalement constituées de logements sociaux,
1 Projet interdisciplinaire de coopération européenne à l’initiative de l’artiste Romain Louvel développé par L’kge de la tortuePour plus d’information sur le projet, les coorganisateurs, les partenaires et les participants, voir http//expedition-seu 2'epuis les années, les artistes sont réguliqrement invités à travailler dans les quartiers populaires a¿n d’y développer des projets« participatifs »association en avec les« habitants »
‡
RLouvel et NTroël-Sauton -Stratégies d’enquête et de création artistique
d’habitats collectifs et de foyers familiaux à faibles revenusPourtant géographiquement proches et actuels, ces territoires évoquent encore aujourd’hui dans les représenta-tions collectives un certain exotisme, celui de l’irréductible altérité Ces évocations se mêlent parfois à un sentiment d’étrangeté et de peurLes résidences de travail eurent lieu durant l’année 2013, pour une période de trois semaines en immersion dans chacun des quartiers de Maurepas à Rennes, Praga à Varsovie et les quartiers du Ponent à Tarragone (dont Campo Claro)Nous n’entrerons pas en détail dans la structure du projet, son organisation méthodologique ni son fonctionnement, dans la mesure où la majeure partie des textes présentés ici relqvent de cette expérience critiqueLe projetExpéditionsse trouve décrit, commenté et raconté par différents biais, selon les impératifs et les critères de pertinence attachés à la diversité des champs disciplinaires représentésNous verrons ainsi comment les artistes et les chercheur-e-s investissent les questionnements réÀexifs que suggère une telle expérience Comment articuler, d’un côté, l’étude d’un territoire, de ses représentations et de ses discours, et de l’autre, la fabrication du discours scienti¿que et artistique sur ce territoire"4uelles questions méthodologiques, épistémologiques, voire déontologiques, cela pose-t-il"
Les explorateurs scienti¿ques qui participèrent aux expéditions l’af¿rmentle contexte impacte toujours le si comportement du/de la chercheur-e, son inÀuence est décu-plée lorsque les outils habituels sont inopérants(n effet, les équipes d’explorateurs furent réparties par pays a¿n de favoriser les échanges, les voyages et les croisements culturelsPar exemple, les explorateurs natifs ont accueilli les explorateurs étrangers sur leur propre terrain Par conséquent, pour une partie d’entre eux venus effectuer des relevés, collecter des données, interviewer des personnes et faire des observations, le travail fut conditionné par une temporalité très courte (trois semaines), des dif¿cultés de
Introduction
‡
communication dues aux langues étrangères et une connais-sance rudimentaire voire préalablement inexistante du terri-toireLa situation créée rappelle celle des chercheurs partis étudier les populations lointaines d’Amérique, d’Afrique ou d’Océanie(lle réveille la question du scientisme de l’ethnologue ou de l’anthropologue de culture occidentale confronté à l’étrangeté du terrain Les dif¿cultés consé-quentes reviennent souvent dans les analyses qui ont suivi l’expérienceExpéditions, les explorateurs étant, pour ainsi dire, mis à l’épreuve sur un territoire complexeMais cette situation n’est pas un hasard, puisqu’elle participe à l’expé-rience de recherche dont nous avons voulu tester les limites(n outre, les règles du projet obligeaient les explorateurs à vivre ensemble,in situ, au cœur des quartiers étudiés, dans des conditions certes confortables, mais inhabituelles(n cela, il convenait à chacun d’engager des collaborations, avec d’autres chercheurs, mais aussi avec les artistes, les pédagogues et leur public Il leur fallait produire réguliè-rement des éléments sur leur travail et donner à voir les 3 processus en coursexemple, nous avons produit des Par cartes postales, des journaux, des expositions, des ani-mations dans l’espace public, alors même qu’aucun des chercheur-e-s ne pouvait tirer pleinement parti du peu de données dont il disposaitCes productions avaient vocation à rendre visible – et dicible – la présence des explorateurs pour les habitants des quartiers en questionIl s’agissait de tenter de générer un évènement autour de cette irruptionL’objectif était d’enclencher des rencontres et des échanges entre les habitants et l’équipe d’ExpéditionsPour ce faire, ces travaux devaient être rendus publics dès la¿n de la pre-mière semaine de résidence, alors que ceux-ci n’en étaient parfois qu’à l’exploration de pistes de recherches'ans le même temps, il importait de déstabiliser les postures des chercheur-e-s par l’urgence de ces créations en l’actualisant
3le contenu du site internet du projet découle de ce processus par le biais des Tout carnets de bord que chacun développait selon sa pratique
‡
RLouvel et NTroël-Sauton -Stratégies d’enquête et de création artistique
dans leÀux des activités quotidiennes, dans la temporalité de la situation sociale générée au cœur des quartiers explo-rés, en promiscuité avec les« autochtones »
Les dispositions du projetExpéditionsà l’image sont de son titreCelui-ci se réfère aux conditions concrètes de l’émergence des expertises que les chercheurs en sciences humaines exercent sur le monde(n effet, avant de désigner l’idée de« voyage d’exploration dans un pays lointain à des¿ns de connaissance », le terme« expédition » s’est d’abord rapporté au déplacement des troupes militaires en vue d’une conquête de territoire, impliquant souvent guerres et carnagesExpéditionsrenferme l’hypothèse selon laquelle l’intérêt heuristique d’une telle opération ne peut s’affranchir de l’entreprise de domination qui conditionne sa réalisationPensons, par exemple, aux moyens¿nanciers qu’il faut réunir et à la nécessité de préserver – voire de protéger le corps expéditionnaire ; songeons aussi aux résultats de recherche complaisants avec l’industrie et le capital (Stengers, 2013)Mais, plus précisément, le projet Expéditionsvise lesa priorihistoriques (culturels, métho-dologiques et épistémologiques) sur lesquels se fondent les sciences humaines
Si l’outil de travail forme l’aboutissement d’années d’expérience et de sophistication pour un résultat optimal, celui qui le tient en revanche ne peut s’affranchir si facile-ment des présupposés qu’il a lui-même forgés au¿l de ses années de formationLe paradoxe est que ce sontsespré-supposés qui lui permettent d’utiliser l’outil dont il disposeNous distinguons deux types d’a priori: l’un concerne les valeurs que l’individu-explorateur-chercheur emporte dans ses bagages, l’autre engage le paradigme de la discipline dans laquelle il exerceLes premières conditionnent néces-sairement son opinion sur la réalité exploréeJacNLondon, qui fut un pionnier en matière d’observation en immersion, le reconnaît à son insu au cours de ses voyages dans l’est de
Introduction
‡
e Londres au début du 20 siècle :parti, écrit-il, avec« J’étais quelques idées très simples qui m’ont permis de me faire une opinion : tout ce qui améliore la vie, en renforçant sa santé morale et physique, est bon pour l’individu ; tout ce qui, au contraire, tend à la détruire est mauvais »(London, 1>102@: 23)Nous devinons là qu’avec cette posture, l’explorateur anticipe les situations qu’il va rencontrer en choisissant délibérément de diriger son attention sur un sujet déjà identi¿é : la santé morale et physiquePar consé-quent, son regard ira vers les situations qui correspondent à ses attentes et selon ses critèresLe système de pertinence diffère en effet de celui des personnes étudiées du fait de la double posture de l’observateur Lethéorisant »« Moi reste solitaire, af¿rmait Alfred Scht]les années 30 dans (1: 3-3), à moins d’avoir recours à son¿l d’Ariane, pourrions-nous ajouter(st-il juste d’analyser ce« Moi »seulement comme une subjectivité théorisante"N’est-il pas davantage le reÀet d’une culture scienti¿que plus large"4u’il soit reporter ou chercheur en sciences humaines, cette épistémologie construite par l’observateur l’inscrit dans un courant plus général qui touche à la construction sociale du métier dans lequel il se réaliseIl évite ainsi cette solitude d’unthéorisant »« Moi , et par là même, le soustrait d’une approche purement relativiste Mais cet ancrage ne fonde pas moins un second type d’a priori
Les productions scienti¿ques présentes dans cet ouvrage nous livrent ce regard spéci¿que, cette tentative d’expli-cation rationnelle suspendue à certains présupposés, tout en exposant les grilles de lecture paradigmatiques, parfois contradictoires, qui conduisent à la production scienti¿queIl est intéressant de constater la variété d’univers et de dis-cipline des textes, et cependant aux intérêts convergents sur la base d’une même expérience vécue ou d’un même objet travaillé : le territoire et le discours de la scienceLes contin-gences inhérentes aux conditions d’étude sur le terrain ont été envisagées à la faveur d’une auto-critique constructive