Connaissance totale et Cité mondiale

Connaissance totale et Cité mondiale

-

Livres
314 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Paul Otlet (1868-1944), est un internationaliste belge considéré comme l'un des pionniers de l'internet et des réseaux documentaires. Ardent militant de la coopération internationale, il imagina un monde où les savoirs seraient accessibles à tous, grâce aux réseaux planétaires couvrant une Cité terrestre réunifiée. Entre utopie et pragmatisme, son œuvre suscite un regain d'intérêt au-delà de son pays d'origine parmi de multiples chercheurs aux États-Unis, en Amérique latine et en Europe. (Des articles en français, anglais et espagnol).

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 avril 2016
Nombre de lectures 7
EAN13 9782806108319
Langue Français
Signaler un problème
_IntellectIon_27_
Connaissance totale etCité mondiale
La double utopie de Paul Otlet
PauL GhiLs (dir.)
CONNAISSANCE TOTALE ET CITÉ MONDIALE
LA DOUBLE UTOPIE DE PAUL OTLET
Sous la direction de Paul Ghils
Dans la même collection :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Pîerre Coart,Les abuseurs sexuelsBrackeaîre, Anne-Chrîstîne15. Jean-Luc d’enfants et la norme socialeFrankard, Chrîstophe Janssen, Sophîe, 2005. Tortoano (dîr.),Objet transitionnel et Mohamed Nachî et Matthîeu de objet lien. Regards croisés, 2011. Nanteuî,Éloge du compromis. Pour une nouvelle pratique démocratiqueFrançoîs Morvan,, 16. Vers une réponse 2006.juridique au totalitarisme, 2012. Lîeven Vandekerckhove,Le tatouage.Meyer-Heîne (sous a dîr. d’),17. Anne Sociogenèse des normes esthétiquesd’Azheîmer., Maadîe Évolution des 2006.dispositifs, évolution des métiers, quelles politiques publiques ?, 2012. Marco Martînîeo, Andrea Rea et Feîce Dassetto (éds.),Immigration et18. Pau Ghîs,Le langage est-il logique ? intégration en Belgique francophone. De la raison universelle à la diversité État des savoirs, 2007.des cultures, 2012. Francîs Rousseaux,Classer ou collec-Meurîot,19. Véronîque Une histoire tionner ? Réconcilier scientifiques et des concepts des séries temporelles, collectionneurs, 2007. 2012. Pau Ghîs,Les théories du langage au20. Jean-Louîs Dufays et Pau Servaîs e XX siècle. De la biologie à la dialo-(dîr.),Publier en sciences humaines, gique, 2007. 2013.
7. Dîdîer Vrancken et Laurence Thomsîn 21. Jean-Luc Brackeaîre, Marcea Cor-(dîr.),Le social à l’épreuve des par-nejo et Jean Kînabe (dîr.),Violence cours de vie, 2008.politique et traumatisme. Processus d’élaboration et de création, 2013. 8. Pîerre Coart (dîr.),Rencontre avec les différences. Entre sexes, sciences et22. Anne Meyer-Heîne (sous a dîr. d’), culture, 2009.Éthique, droit et maladie d’Alzheimer, 2014. 9. Jean-Louîs Dufays, Mîche Lîsse et Chrîstophe Meurée,Théorie de la lit-23. Benoït Bourgîne, Joseph Famerée et térature. Une introduction, 2009. Pau Scoas (dîr.),Dieu au risque de la religion, 2014. 10. Caroîne Sägesser et Jean-Phîîppe Schreîber,Le financement public desFrankard, Frédérîque24. Anne-Chrîstîne religions et de la laïcité en Belgique, à Van Leuven et Véronîque Pauss (dîr.), paraïtre.La souffrance du lien intersubjectif aux différents âges de la vie. Repères psy-11. Arîe Mendez (dîr.),Processus. chanalytiques et systémiques croisés, Concepts et méthode pour l’analyse 2015. temporelle en sciences sociales, 2010. 25. Benoït Bourgîne, Joseph Famerée et 12. Domînîque Deprîns,Parier sur l’incer-Pau Scoas (dîr.),Intempestive Éter-titude, à paraïtre. nité, 2015. 13. Luc Abareo,Société réflexive et pra-26. Géradîne Duvane Aouîda,Rester tiques de recherche, 2010. délinquant. Comprendre les parcours des jeunes récidivistes, 2016 14. Pau Servaîs (dîr.),L’évaluation de la recherche en sciences humaines et so-ciales. Regards de chercheurs, 2011.
_INTELLECTION_27_
CONNAISSANCE TOTALE ET CITÉ MONDIALE
LA DOUBLE UTOPIE DE PAUL OTLET
Sous la direction de Paul Ghils
D/2016/4910/22 ISBN : 9782806102782
© ACADEMIA-L’HARMATTAN S.A. Grand’Place 29 B1348 LouvainlaNeuve
Tous droits de reproduction ou d’adaptation par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editionsacademia.be
Introduction Paul Ghils
Sommaire
Cities of the mind: Pau Otet, Hendrik Andersen and the Word City Alex Wright
Actuaité de Pau Otet : universaisme, humanisme, échanges et réseaux Jean-Philippe Accart
Considerations on the socia roe of the document according to Pau Otet Amanda Pacini de Moura
Pau Otet y su panteamiento originario para a revoución de a información y a disoución de conocimiento Susana Sander
Encycopédisme en écats : rélexions sur a sortie des « essences » Jean-Max Noyer
Knowedge organisation and a new word poity: the rise and fa and rise of the ideas of Pau Otet W. Boyd Rayward
Pau Otet, the concept of hypertext and the deveopment of “Nestor” Yannick Marchand
7
19
29
43
63
99
151
163
5
6
Connaîssance totae et Cîté mondîae
Les papiers personnes de Pau Otet Stéphanie Manfroid et Jacques Gillen
Fonder e monde, fonder e savoir du monde, ou a doube utopie de Pau Otet Paul Ghils
La création d’une vie internationae autonome, seon Pau Otet Catherine Courtiau
The Language of the Word Museum: Otto Neurath, Pau Otet, Le Corbusier Nader Vossoughian
Meanchoies of modernity Gaston Meskens
Note de ecture Paul Ghils
Les auteurs
175
197
227
261
293
295
299
Introduction
Paul Ghils
Cet ouvrage reprend e fî de a réfexîon et des projets de ’avocat et înternatîonaîste bege Pau Otet (1868-1944), consîdéré comme ’un des pîonnîers de a documentatîon et des réseaux de ’înformatîon grâce aux projets documentaîres qu’î mît en œuvre e dès a fîn du XIX sîèce, maîs aussî comme ardent mîîtant de a coopératîon înternatîonae quî se poursuîvît, magré es désastres e du temps, dans a premîère moîtîé du XX sîèce. L’actuaîté de sa vîsîon de ’évoutîon du monde, des savoîrs et de a communîca-tîon est îustrée de dîverses manîères par es contrîbutîons quî suîvent. Ees marquent notamment e regaîn d’întérêt suscîté depuîs queques décennîes par son œuvre, entre utopîe et pragma-tîsme, débordant argement son îeu d’orîgîne pour nourrîr es recherches quî se poursuîvent à ce jour au Brésî, aux États-Unîs, au Mexîque, en Suîsse, pour ne cîter que es études réunîes îcî.
Le contexte de ces démarches n’est certaînement pas anodîn, car a Begîque joua un rôe sînguîer au cours des décennîes tumu-e tueuses de a vîe înternatîonae de a fîn du XIX sîèce et du début e du XX sîèce. Le nombre et a quaîté des événements înternatîo-naux organîsés dans ses frontîères, comme a cîrcuatîon des îdées et des savoîrs que ceux-cî favorîseront, en sont es aspects es pus marquants, înstîtutîonnes et înteectues. Sî a France et ’Ae-magne prîrent e pus souvent ’înîtîatîve des rencontres înternatîo-naes, c’est a Begîque quî proposera bîen souvent de es accueîîr. Sur es vîngt-neuf congrès înternatîonaux organîsés durant es vîngt premîères années (1840-1860) du mouvement înternatîona înauguré par e Congrès de Vîenne, a Begîque en abrîta onze, soît 38 %, dont neuf sur es quatorze premîères réu-nîons d’une dîscîpîne ou assocîatîon nouvee. Avant 1870, a moîtîé des premîères réunîons scîentîfîques înternatîonaes, pour
7
8
Connaîssance totae et Cîté mondîae
ne prendre que cees-à, y seront organîsées. De 1860 à 1914, e tota des réunîons înternatîonaes ayant tenu eurs assîses sur e so bege se monte à 420, ce quî pace e pays au deuxîème rang mondîa après a France. La Begîque devînt e sîège prîncîpa des organîsatîons înternatîonaes en 1912, avec 105 des 437 sîèges 1 exîstants , dont un nombre croîssant correspond à des assocîatîons înternatîonaes (es « ONG înternatîonaes » ou « OING » du vocabuaîre onusîen), ce quî încîta Otet et La Fontaîne à fonder en 1907 un Offîce centra des assocîatîons înternatîonaes quî devînt, troîs ans pus tard, ’Unîon des assocîatîons înternatîonaes (UAI).
Ces queques chîffres ne revêtîraîent aucune sîgnîfîcatîon s’îs n’étaîent a traductîon quantîtatîve de ces « forces profondes » à 2 ’œuvre dans a socîété înternatîonae dont parent es hîstorîens , où ’on peut déceer e ferment des deux généaogîes quî font ’objet des études quî suîvent, et dont on remarquera par aîeurs qu’ees ne sauraîent être dîssocîées de ’amî et coaborateur de Pau Otet, e sénateur bege Henrî La Fontaîne, quî reçut e Prîx Nobe de a paîx en 1913.
1.
La totalisation des savoirs
Le premîer courant quî caractérîse es années quî précèdent 1900 est ceuî quî încîta Pau Otet à cutîver ’îdéa d’un monde quî se rendraît à ’empîre de a raîson cassîfîcatoîre et seraît ordonné par es connaîssances scîentîfîques et technîques en peîne expansîon, ees-mêmes portées par ’éan de a révoutîon îndustrîee. On perçoît sans peîne dans cette projectîon un îdéaîsme quî refuse e sceptîcîsme que suscîtaît déjà a vîsîon scîentîste du monde fon-dée sur es connotatîons évoutîonnîstes et organîcîstes du e XIX sîèce. Ee s’înscrît aussî à contre-courant de cee d’un Max
1. LeYearbook of International Organizationsdétaîe dans ses édîtîons successîves ’évoutîon de ces données statîstîques. 2. Seon e terme de Jean-Baptîste Durosee,Introduction à l’histoire des relations internationales,Parîs, Armand Coîn, 1991.
Introduction
3 Weber , quî consîdéraît a ratîonaîté et ’emprîse de a ratîonaîsa-tîon sur a socîété comme purement formees, n’autorîsant de ce faît aucune spécuatîon sur ’hîstoîre des socîétés nî e choîx de eurs « vaeurs », d’où ’îdée du « désenchantement du monde »qu’î exprîma en 1919. Le ecteur décèera peut-être dans a démarche d’Otet un dépacement de a sacraîté perdue, à conno-tatîon reîgîeuse, vers a sphère technoscîentîfîque, sî ’utopîe quî s’y attache ne se voyaît ee-même couronnée par un nîveau spîrî-tue caractérîsé par une « spîrîtuaîsatîon croîssante » ou « maté-rîaîsatîon décroîssante » vers a synthèse d’un « être pur ». On pourra voîr à ’empreînte de Hege, pour quî ’esprît constîtue e terme du système qu’î postue, dont a « sagesse dîvîne » qu’est a raîson, et quî voît dans es réaîsatîons îndîvîduees et ’hîstoîre humaîne guîdée par a Provîdence es înstruments quî tendent vers ’esprît unîverse. On pourra aussî y voîr une antîcîpatîon de que-ques décennîes sur ’îdée queLe phénomène humainconçu par Teîhard de Chardîn évoue vers ’esprît, pour s’accompîr dans un unîverse cumînant dans une noosphère quî feraît suîte, dans ’évoutîon du monde, à a cosmosphère înorganîque et à a bîos-phère.
À ’înverse du paradîgme du désenchantement, Otet conçoît de a sorte une manîère de « réenchantement »par a possîbîîté de parfaîre ’ordre socîa seon e modèe des scîences exactes, jusqu’à penser a constructîon d’une « connaîssance totae », une « îdéogénîe » unîversaîsante qu’î s’agîraît d’étendre à a panète entîère, ordonnée seon un pan hîérarchîque. Les structures socîaes, quî seon uî avaîent atteînt eur aboutîssement dans ’îns-tîtutîon étatîque, devaîent être gérées par une structure mondîae au sommet de cette pyramîde. Cette vîsîon gobaîsante puîse dans ’îmagînaîre du temps te qu’î s’exprîmaît dans es représentatîons archîtecturaes parfoîs exatées du scupteur norvégîen-amérîcaîn Hendrîk Chrîstîan Andersen qu’évoque Aex Wrîght, ou dans es pans des archîtectes françaîs Ernest Mîche Hébrard et suîsse Chares-Édouard Jeanneret-Grîs (pus connu sous e pseudonyme de Le Corbusîer). Les reatîons parfoîs tumutueuses, maîs toujours passîonnées que ceuî-cî entretenaît avec Otet et La Fontaîne étaîent certes empreîntes de a vîsîon utopîque d’un monde îdéa-
3.Le Savant et le Politique(Wissenschaft als Beruf et Politik als Beruf), conférences prononcées en 1917 et 1919 à ’unîversîté de Munîch),Parîs, Pon, 1959.
9