Petit livre de la coustille en Aquitaine

-

Livres
98 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Qui n’a jamais parcouru une plage après un coup de vent ou une tempête hivernale ? Il y a là une puissante attraction, à l’aube, quand le littoral est encore désert, dans cet univers d’entre-deux reprenant son souffle sous les volutes du brouillard matinal… Alors on part coustiller ou costoyer, comme ces Gascons et ces Basques qui, pendant plusieurs siècles, en firent une activité coutumière du rivage aquitain. Les naufrages y étaient relativement fréquents, sur une côte pourtant sans port de commerce mais dont les marins se méfiaient, craignant les caprices météorologiques du golfe et ses sables sournois, véritables pièges à bateaux. Le coustilleur du XXIe siècle, évidemment, n’arpente pas la côte aquitaine avec l’état d’esprit d’un pilleur d’épave. C’est le charme de la recherche d’un objet improbable le long de l’estran qui a toujours la même saveur !

Connaissant parfaitement ce littoral, Gilles Kerlorc’h offre ici à ses lecteurs les clés d’une pratique ludique mais ancestrale, adaptée à la législation actuelle, tout en mettant l’accent sur les dangers souvent méconnus ou minimisés que représente ce loisir chargé d’embruns, d’iode, de sable et de soleil…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2015
Nombre de visites sur la page 13
EAN13 9782813817181
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0040 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
1. La côte aquitaine
Un long trait de côte linéaire de 267 kilomètres, voilà l’image que l’on pourrait avoir de la côte aquitaine si nous étions amenés à la survoler. Pourtant, elle ne se résume pas à cette rectitude toute relative, chaque département côtier possède ses propres spécificités.
La côte basque, tout d’abord, prend forme dans une courbe qui débute à l’embouchure de la Bidassoa. Sur 35 kilomètres, le littoral hésite entre baies tout en arrondi, falaises abruptes, essaimage de rochers et longues plages de sable ouvertes aux stations balnéaires. La côte basque s’inter rompt avec l’embouchure de l’Adour pour reprendre sur les longues plages de sable du littoral landais. Ici commence la Côte d’Argent célébrée par le journaliste Maurice Martin en 1905.
La courbe devient ligne filant vers le nord à l’approche de Capbreton. Les plages landaises s’étendent sur 106 kilomètres, interrompues seulement par quelques courants se déversant dans l’Océan. L’urbanisme littoral galo pant s’atténue puis s’efface en remontant la côte et laisse la part belle à de gigantesques et magnifiques plages sauvages où l’on ne croise guère de pro meneur entre Marensin et Born. Particularité du département : environ 25 kilomètres de côte entre Mimizan et Biscarosse sont interdits au public. Un centre d’essai de missiles balistiques y est implanté depuis 1964.
Puis, vient le littoral girondin, caractérisé par la plus haute dune d’Europe, le Pilat ou Pyla, culminant à plus de 100 mètres audessus des vagues. Ensuite vient l’écrin du bassin d’Arcachon, magnifique lagune naturelle 2 de 155 km , fréquentée par plaisanciers, pêcheurs et ostréiculteurs. Enfin, nous terminons les 126 kilomètres de la côte girondine en longeant le
1
5
PETITLIVREDELACOUSTILLEENAQUITAINE
16
LACÔTEAQUITAINE
Médoc, ponctué de stations balnéaires prisées comme Lacanau et Soulac surMer. Originalité de cette côte du nord de l’Aquitaine, des falaises sableuses dentelées, découpées par l’érosion marine, surplombent la plage. Le littoral aquitain s’achève enfin dans une légère courbe rentrante à la pointe de Grave, laissant place à l’embouchure de la Gironde au flot impétueux.
Cette côte, soumise frontalement aux éléments, n’en demeure pas moins un terrain de jeu formidable pour tout « coustilleur ». Plus encore, elle guérit l’âme par sa nature sauvage, son ode à la liberté et la somptuosité de ses décors.  Pourtant, ce plaisir de parcourir l’estran à la recherche d’objets flottés demeure paradoxalement lié à la dangerosité et aux perturbations météo rologiques de ce littoral. Les naufrages sur cette côte se comptent par cen taines depuis qu’ils sont recensés. La spécificité de ce littoral est qu’il y a peu de refuges pour les navires, il existe quelques rares ports ou anses abritées d’un accès terriblement périlleux en cas de mauvaise mer comme dans la baie de SaintJeandeLuz, Bayonne à l’embouchure de l’Adour, Capbreton, Arcachon, l’embouchure de la Gironde vers Bordeaux. À ceci, on peut ajouter les conditions météo désastreuses en période hivernale : vents déchaînés ouestsudouest dépassant parfois les 120 kilomètres, cou rants littoraux d’une force peu commune et une forte houle de fond. Une houle de surface formée par le vent, créée des déferlantes destructrices dépassant parfois les 5 mètres de haut. Le sud du golfe de Gascogne, éga lement appelé golfe de Biscaye sur la côte basque espagnole, demeure la terreur des navigateurs durant la mauvaise saison. C’est ce que les « cous tilleurs » aquitains ont bien compris, guettant chaque coup de tabac en quête du trésor des vagues.
1
7
PETITLIVREDELACOUSTILLEENAQUITAINE
18
LACÔTEAQUITAINE
PETITLIVREDELACOUSTILLEENAQUITAINE
20