237 pages
Français

Synonymie et antonymie en latin

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le volume rassemble des articles consacrés aux problèmes méthodologiques posés par la synonymie et l'antonymie dans la langue latine ou bien à des questions associant sémantique et syntaxe. L'étude de divers champs lexicaux réunissant des termes polysémiques ou monosémiques permet d'établir des différences entre des synonymes "absolus", "partiels", et parfois "contextuels". Dans l'étude des antonymes, l'analyse sémique se révèle très utile pour définir le lieu des oppositions antonymiques.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 135
EAN13 9782296714397
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Synonymie et antonymie en latin
Série « Grammaire et linguistique » dirigée par Michèle Fruyt et Michel MazoyerClaude MOUSSY Synonymie et antonymie en latin Centre Alfred ERNOUT(E.A. 4080)Association KUBABAetGDR2650de Paris I – Panthéon-Sorbonne(CNRS) Université Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) 12 Place du Panthéon 28 rue Serpente, 75006-PARIS 75231-PARIS-Cedex 05
IllUstratiOn : FresqUe de POmpéi (MaisOn dU bracelet d’Or), MUseO ArcheOlOgicO NaziOnale di POmpei, Italie MaqUette de cOUvertUre : J.-M. LartigaUd Mise en page et oCR : EmmanUel Marc DUbOis – 3d2s
Cahiers KuBABA DirecteUr de pUblicatiOn : Michel MazOYer DirecteUr scientifiqUe : JOrge Pérez ReY
COmité de rédactiOn TrésOrière : Christine GaUlme COllOqUes : Jesús Martínez DOrrOnsOrrO RelatiOns pUbliqUes : Annie TchernYchev Directrice dU COmité de lectUre : Annick TOUchard
COmité scientifiqUe de la série Grammaire et lingUistiqUe : Marie-JOsé BégUelin, Michèle FrUYt, Anna GiacalOne-Ramat, Patrick GUelpa, Lambert Isebaert, Ekkehard König, René LebrUn, Michel MazOYer, Anna orlandini, Dennis Pardee, Eric Pirart, PaOlO POccetti, PaOlO Ramat, Christian TOUratier, SOphie Van Laer, ROger Wright
Ce vOlUme a été imprimé par © AssOciatiOn KuBABA, Paris
© L’Harmattan, 2010 5-7 rUe de l’ÉcOle pOlYtechniqUe, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.cOm diffUsiOn.harmattan@wanadOO.fr harmattan1@wanadOO.fr ISBN :978-2-296-13637-3 EAN :9782296136373
Je remercie vivement Michèle FrUYt et Michel MazOYer de m’avOir prOpOsé de pUblier ce vOlUme dans la Série « Grammaire et lingUistiqUe » de la COllectiOnKUbaba.
AVANT-PROPOS
Dans ce vOlUme sOnt réUnis des articles pUbliés depUis 1965 dans des RevUes OU des Actes de cOllOqUes. Dans la majOrité des cas, j’Y ai traité de qUestiOns relatives à la sYnOnYmie OU à l’antOnYmie ; à la fin dU vOlUme sOnt regrOUpées des étUdes qUi assOcient la sémantiqUe et la sYntaxe. on a sOUligné depUis lOngtemps les difficUltés qUe cOmpOrte l’analYse des relatiOns desynonymieentre plUsieUrs termes. Si les grammairiens latins définissaient d’Ordinaire les sYnOnYmes cOmme des vOcables qUi présentent des 1 fOrmes différentes tOUt en Offrant la même significatiOn , QUintilien indiqUait déjà clairement dans sOn InstitUtiOn OratOire (VIII, 3, 16sq.) qUe les seUles distinctiOns de sens ne peUvent pas sUffire à expliqUer les chOix faits entre des sYnOnYmes et qU’il faUt faire intervenir des nOtiOns telles qUe la distinctiOn, 2 le tOn, le genre littéraire, l’âge dU mOt . Il impOrte de prendre également en cOnsidératiOn l’aire sémantiqUe des termes qUi entrent en cOncUrrence dans Un même champ lexical ; certains sOnt pOlYsémiqUes et peUvent appartenir aUssi à Un aUtre champ, alOrs qUe d’aUtres ne présentent qU’Un seUl sens. Il en est ainsi, par exemple, pOUrostentumetportentum, sUbstantifs qUi désignent le prOdige ; tandis qUeostentumest mOnOsémiqUe (c’est tOUjOUrs Une appellatiOn dU prOdige),portentuma cOnnU diverses évOlUtiOns sémantiqUes. Ce sOnt des sYnOnYmes « absOlUs » qUand ils désignent le prOdige, mais en même temps des sYnOnYmes « partiels » dans la mesUre Oùostentumne cOncUrrenceportentum3 qUe dans l’Un des champs Où figUre ce dernier . Il n’est pas rare qUe des champs lexicaUx cOmpOrtent seUlement des vOcables qUi s’Y sOnt intrOdUits à la sUite de changements de sens ; c’est le cas, par exemple, dU champ dU sens et de la significatiOn en latin qUi est cOnstitUé de termes pOlYsémiqUes dOnt aUcUn ne 4 veUt dire à l’Origine « signifier », OU « sens », « significatiOn » ; il s’agit là encOre de sYnOnYmes « partiels ». NOtOns enfin qUe des sYnOnYmes peUvent être cOnsidérés cOmme « parfaits » dans Un cOntexte dOnné : les adjectifs credibilis,probabilis,uerisimilisdeviennent de parfaits sYnOnYmes en pOUvant permUter librement dans le vOcabUlaire de la rhétOriqUe pOUr désigner la
1  Le sYnOnYme (désigné par des fOrmes emprUntées aU grec) est appelé d’Ordinaire synonymon, mais parfOis aUssipolyonymon(désignatiOn qUi insiste sUr la plUralité des fOrmes) ; ainsi dans DiOmède,GLI, 323, 1 :sunt aliasynonymauelpolyonymaquae pluribus loquellis idem significant ut « terra humus », « ensis mucro gladius ». Les exemples de sYnOnYmes cités par DiOmède (terra,humus,« la terre » etensis,mucro, gladius, « l’épée ») se retrOUvent sOUvent dans les définitiOns des aUtres grammairiens. 2  Ces éléments de différenciatiOn entre les sYnOnYmes Ont été étUdiés avec Une grande finesse par J.Marouzeaudans sOn article « SYnOnYmes latins » ; vOirinfrap. 25. 3  SUr ces tYpes de sYnOnYmes, vOirinfrap. 48-50. 4  VOirinfrap. 11sq.
10
avantpropos
5 qUalité de vraisemblance de la narratiOn ; nOUs avOns à faire dans ce cas à Une 6 « sYnOnYmie cOntextUelle » . Les deUx premiers chapitres cOnsacrés à l’antonymietraitent des prOblèmes généraUx qUe l’On rencOntre en étUdiant l’antOnYmie lexicale. La langUe latine Offre de nOmbreUx exemples des principaUx tYpes d’antOnYmies. Il impOrte de sOUligner cOmbien l’analYse sémiqUe est Utile pOUr définir avec précisiOn le lieU des OppOsitiOns entre antOnYmes qUi est le sème (les antOnYmes présentent des sèmes cOmmUns et aU mOins Un sème qUi les OppOse). Il cOnvient aUssi de préciser la natUre de l’OppOsitiOn antOnYmiqUe et de distingUer l’antOnYmie de négatiOn et l’antOnYmie d’inversiOn. L’Un des aUtres chapitres Offre Un aperçU des divers tYpes de créatiOn lexicale qU’Offre le latin dans le dOmaine de l’antOnYmie qUand les deUx termes des cOUples antOnYmiqUes sOnt apparentés dU pOint de vUe 7 mOrphOlOgiqUe. Mais cOmme On l’a sOUvent sOUligné , On cOnstate l’absence de parenté mOrphOlOgiqUe dans des antOnYmes très cOUrants : ainsi, en latin, dans des cOUples cOmmebonus / malus,amor / inuidia,exire / intrare. En OUtre, des lexèmes deviennent parfOis des antOnYmes seUlement dans certains cOntextes. Le chapitre intitUléOratio,sermo,contentiomOntre cOmment les sUbstantifs pOlYsémiqUessermoetcontentio peUvent dans l’Une de leUrs acceptiOns (respectivement « parOle de la cOnversatiOn » et « parOle de l’élOqUence ») être en relatiOn d’antOnYmie ; On parlera alOrs d’« antOnYmie cOntextUelle ». Dans la partie intitUléesémantique et syntaxe, les deUx premières étUdes Ont pOUr principal Objet d’illUstrer l’inflUence qUe peUvent exercer des cOnstrUctiOns sYntaxiqUes sUr le signifié de vOcables cOmmeopus,ususOU necesseqUi se rencOntrent sUrtOUt dans des lOcUtiOns impersOnnelles (opus est, usus est,necesse est), mais sOnt aUssi parfOis emplOYés dans des tOUrs persOnnels (opus habeo,necesse habeo). on peUt Observer, par exemple, des changements de sens qUi rapprOchent certains emplOis deopusd’emplOis denecesseet des évOlUtiOns sémantiqUes denecesseqUi en fOnt Un sYnOnYme deopus. Dans les deUx derniers chapitres est étUdiée la façOn dOnt divers tYpes de négatiOns lexicales présentes dans des prOpOsitiOns régissantes exercent leUr inflUence sUr la valeUr dequin,quominusetne, qUand ces sUbOrdOnnants intrOdUisent des prOpOsitiOns cOmplétives. Dans Une phrase qUi cOmpOrte Une cOmplétive en dépendance d’Une prOpOsitiOn régissante dOnt le verbe est Une négatiOn lexicale (par exemple, Un verbe signifiant « empêcher » OU « refUser »), il Y a aU départ « isOsémie » entre le verbe à OrientatiOn négative et le sUbOrdOnnantquin,quominusOUne(qUi Offrent d’abOrd la valeUr négative de « qUe ne…pas ») ; cette isOsémie entraîne l’inhibitiOn dU sème « négatiOn » dU sUbOrdOnnant qUi prend Une valeUr pOsitive.
5  VOir QUintilien,Institution oratoireIV, 2, 31 : « il impOrte peU qUe (pOUr la narratiOn)… aU lieU de vraisemblable (uerisimilis), nOUs disiOns plaUsible (probabilis) OU crOYable (credibilis) ». 6  VOirinfrap. 86. 7  VOir, par exemple, les remarqUes de J.Lyonsinfrap.152.