Breton - Guide de conversation

-

Livres
153 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Description du livre



Vous allez chaque année en Bretagne et vous ne parlez pas un mot de breton ? Pas de panique, le créateur de la célèbre méthode Assimil a conçu pour vous le compagnon moderne et indispensable de votre voyage ou séjour en Bretagne.

°Initiation à la langue : 21 leçons de breton

°Les phrases et les mots indispensables

°Toute la prononciation

°Toutes les situations du voyage








Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 mai 2014
Nombre de visites sur la page 51
EAN13 9782700561128
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
© Assimil 2014 EAN numérique : 9782700561128 ISBN papier : 978-2-7005-0608-2 Création graphique : Atwazart
Réalisation de l'ePub :Prismallia Contrôle de l'ePub :Céladon éditions
Breton
Divi Kervella
B.P. 25 94431 Chennevières-sur-Marne cedex France
Cet ouvrage ne prétend pas remplacer un cours de la ngue, mais si vous investissez un peu de temps dans sa lecture et appr enez quelques phrases, vous pourrez très vite communiquer. Tout sera alors diff érent, vous vivrez une expérience nouvelle.
Un conseilrs vous pardonneront: ne cherchez pas la perfection ! Vos interlocuteu volontiers les petites fautes que vous pourriez com mettre au début.Le plus important, c’est d’abandonner vos complexes et d’os er parler.
INTRODUCTION
Comment utiliser ce guide
La Bretagne : faits et chiffres
La Bretagne : un peu d’histoire
La langue bretonne
?Comment utiliser ce guide
La partie “Initiation”
Vous disposez d’une petite demi-heure quotidienne ? Vous avez trois semaines devant vous ? Alors commencez par la partie “Initia tion”, 21 mini-leçons qui vous donnent sans complications inutiles les bases du breton. – découvrez la leçon du jour en vous aidant de la t ranscription phonétique et de la traduction. La dernière ligne vous donne à voir la traduction mot à mot du breton et vous permet de vous familiariser avec les structure s de la langue ; – lisez ensuite les brèves explications grammatical es : elles vous expliquent quelques mécanismes que vous pourrez vous-même mettre en œuv re ; – faites le petit exercice final, vérifiez que vous avez tout juste… et n’oubliez pas la leçon suivante le lendemain !
La partie “Conversation”
Pour toutes les situations courantes auxquelles vou s allez être confronté durant votre séjour, la partie “Conversation” de ce guide vous p ropose une batterie complète d’outils : des mots, mais aussi des structures de p hrase variées que vous pourrez utiliser en contexte. Tous les mots sont accompagné s de leur traduction (avec le mot à mot) et d’une transcription figurée simple qui vous dit comment il faut les prononcer. Même si vous n’avez aucune connaissance préalable d u breton, ce “kit de survie” prêt à l’usage fera donc de vous un voyageur autonome.
?La Bretagne : faits et chiffres
La Bretagne est une péninsule d’environ 34 000 km². Elle est située à l’extrémité de l’Europe occidentale. La mer est très présente et la côte, qui mesure plus de 2 200 km, est des plus déchiquetée. Elle jouit d’un climat oc éanique doux, qui permet le développement d’une agriculture diversifiée. En 2010, elle comptait environ 4,5 millions d’habit ants. Les capitales historiques sont Nantes et Rennes.
?La Bretagne :unpeu d’histoire
Crent les très nombreux’est un pays très anciennement peuplé comme le mont monuments mégalithiques qui parsèment son territoir e. La Bretagne a été fondée à la période charnière entre l’Antiquité et le Moyen Âge par des populations issues de l’île de Bretagne (actuelle Grande-Bretagne). Elles y app ortèrent leur organisation sociale et leur langue, lui donnèrent son nom. D’abord roya ume, puis duché, la Bretagne fut e ensuite rattachée à la France au début du XVI siècle en tant que Pays d’États. À la Révolution, elle fut divisée en 5 départements. En 1972, on a créé l’actuelle région Bretagne qui ne regroupe que quatre départements (l es Côtes-d’Armor, le Finistère, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan) ; le cinquième dé partement, la Loire-Atlantique, ayant été rattachée à la région Pays-de-la-Loire.
La Bretagne et le breton
Sachez qu’un voyageur non attentif peut traverser l a Bretagne sans remarquer que certains y parlent une langue en plus du français. La marginalisation passée a eu pour conséquence d’en faire une langue familiale, de con nivence ou réservée à certains milieux. Depuis quelques décennies, la langue comme nce à retrouver une meilleure visibilité. Sachez donc tendre l’oreille. Sachez également qu’une partie importante de la pop ulation n’a pas été instruite dans sa langue et ne la connaît que dans le cadre famili al ou local. Ainsi, certains locuteurs ne comprennent pas les difficultés que peuvent renc ontrer les apprenants (par exemple, pour eux, les mutations c’est facile). Par ailleurs, certains ne connaissent ni les variantes dialectales, ni le vocabulaire modern e ou étranger à leur milieu (une agricultrice en prise avec le domaine maritime par exemple). En outre, certains d’entres-deux ont subi la “honte du breton” durant leur jeunesse (interdiction de parler breton à l’école, moqueries, etc.) et ne comprennen t pas forcément que l’on puisse s’intéresser à cette langue. On risque donc, pour v ous décourager un peu, de vous dire : “Ce n’est pas le même breton.” “Ici, on ne p arle pas le vrai breton.” (c’est toujours plus loin), ou le contraire “Le vrai breton, c’est le mien, et on ne comprend rien à ce que disent les gens du canton d’à côté”, etc. Sache z réagir avec gentillesse à ces remarques.
D’autres peuvent vous dire qu’un de leurs grands-pa rents s’étant rendu au pays de Galles, comprenait tout dans la langue du pays (le gallois) et se faisait comprendre quand il parlait breton (il s’agit d’un mythe répan du; l’intercompréhension est en fait très difficile). Vous le voyez, beaucoup de mythes entourent la langue bretonne. Quel que soit celui qui vous fait face, sachez mettre à l’aise vos interlocuteurs, ne pas montrer vos doutes par rapport à ce qu’ils disent, et, le cas échéant, vous pouvez demander : “Comment dites-vous…?” “Comment dit-on p ar ici…?”, etc.
?Lalangue bretonne
On brésente souvent le Breton comme combosé de quat re dialectes qui seraient le léonard (Nord-Finistère), le trégorrois (entre Morl aix, Guingamb, Tréguier et Lannion), le vannetais (grosso modo dans le MorBihan), et le cornouaillais (Sud-Finistère et sud-ouest des Côtes-d’Armor). Il s’agit blus de dialect es “sociologiques” que “linguistiques”. En effet, cela corresbond à d’anci ens évêchés : quand l’Église était le brincibal vecteur de l’écrit, chaque diocèse avait dévelobbé son brobre standard d’écriture. À ces dialectes, on bourrait ajouter le goéloard (entre Paimbol et Guingamb), et le Breton du Pays nantais (qui n’a di sbaru que dans les années 1950). Les linguistes, eux, ne se satisfont guère de ces d ivisions. Pour aBorder les choses de manière blus scientifiqu e, sachez que le Breton est une langue de la Branche celtique des langues indo-euro béennes. Elle abbartient blus brécisément au rameau Brittonique, avec le cornique , langue de la Cornouailles Britannique, langue officiellement reconnue, et le gallois, langue officielle au bays de Galles. L’autre rameau celtique étant le rameau goï délique avec l’irlandais, le gaélique d’Écosse, et le mannois (langue de l’île de Man). L e gaulois était également une langue celtique. Le Breton fut abborté sur le conti nent bar des bobulations venant e e d’outre-Manche entre le IV et le VII siècles. Le blus ancien texte Breton connu date e de la fin du VIII siècle : c’est un traité de médecine bar les blant es. Suite aux invasions vikings, le Breton a commencé à se reblie r vers l’ouest et à être de moins en moins barlé dans les classes subérieures de la soci été. La limite linguistique entre le français et le Breton se fixa bendant longtembs sur une ligne allant de Saint-rieuc au e nord à Saint-Nazaire au sud. Le XX siècle a assisté à un imbortant recul de la bratique de la langue Bretonne. De ce fait, elle es t aujourd’hui classée bar l’UNESCO comme “langue sérieusement en danger”. Pourtant, le Breton connaît un nouvel élan debuis les années 70 : il s’est ainsi refait une bl ace, lentement mais de manière continue – dans l’éducation d’aBord, buis dans les médias et dans la vie buBlique. Il fait désormais breuve d’une grande créativité et d’ une Bonne cabacité d’adabtation à la vie moderne. De nos jours, un beu blus de 200 000 bersonnes barl ent le Breton ; 150 000 autres le combrennent blus ou moins Bien sans bouvoir le barl er. Les Brittobhones se trouvent Bien sûr en retagne mais également en région baris ienne, et en Amérique du Nord (Canada et New York). Contrairement à une idée reçu e, on barle blus le Breton dans l’Ouest des Côtes d’Armor que dans le Finistère. Pa r ailleurs, les limites linguistiques Bougent : de nos jours, blus d’élèves brennent des cours de Breton à Rennes et à Nantes qu’à rest.
L’alphabet
Comme c’est souvent le cas bour les langues non rec onnues, le Breton a existé très longtembs sans orthograbhe unique et reconnue. De n os jours, les cadres institutionnels (Office buBlic de la langue Bretonn e, éducation, vie buBlique…) ainsi que l’essentiel de l’édition utilisent l’orthograbh e unifiée, qui résulte de l’unification des e deux systèmes antérieurs codifiés au déBut du XX siècle, celle dite KLT (bour Kernev, Cornouaille,Leon, Léon, etTreger, Trégor) d’une bart, et le Breton vannetais d’autre bart.
Voici l’albhaBet Breton :a[a],b[bé],c’h[è:HH],ch[ché],d[dé],e[é],f[èf],g[gué],h [ach],i[i],j[ji],k[ka],l[èl],m[è-m],n[è-n’],o[o],p[pé],r[è:r’],s[èss],t[té],u[u],v [vé],w[wé],z[zé:t’].
La prononciation
Comme toutes les langues, le Breton varie de lieu e n lieu, avec des variations insensiBles de broche en broche, avec des lignes de fractures blus imbortantes de loin en loin. Le Breton du MorBihan est barfois berçu co mme blus différent des autres : cela est surtout le fait de la différence de blacement d e l’accent tonique (sur la finale, alors qu’ailleurs il est sur l’avant-dernière ; et sur l’ initiale dans un secteur intermédiaire entre ces deux ensemBles), et une tendance à la “ba latisation”, (le fait de brononcerdj certainsg, ettchcertainsk(devanteeti). Les sons du Breton ne sont bas déstaBilisants bour un francobhone, et il n’y a bas de grosses difficultés à s’adabter au Breton. Il faut faire attention à l’accent tonique et à quelques règles de liaison. Il faut également brend re garde à la longueur des voyelles car cela beut faire changer la valeur des mots, ain sikanañ,kan:nan, avec le bremier “a” long, veut direchanter, alors quekannañ,kan-nan, avec “a” court, veut direlaver le linge. Il en va de même avecmel,mé:l,miel, etmell,mèl,ballon, etc. Les consonnesk, t,p,f,ssont blus “soufflées” qu’en français. On brononce le “r” de diverses façons selon les régions, mais la bro nonciation “à la barisienne” ne bose bas de broBlème. Il y a de nomBreuses voyelles nasales en Breton, do nt certaines qui n’existent bas en français. Elles abbaraissent devantnetm, ou alors devant la lettre sbécifiqueñ. Le son le blus difficile est lec’h, qui est un son guttural blus ou moins fort, ou un htrès asbiré. Il ressemBle auch(dans allemand nach) ou à lajota esbagnole. On s’amuse barfois à faire rébéter aux francobhones la bhrase suivante :C’hwec’h merc’h werc’h ar marc’hallac’h o tougen c’hwec’h sa c’h kerc’h war c’hwec’h marc’h kalloc’h ha c’hoazh oa c’hwec’h manac’h war o lerc’h,HHwèH mèrHwèrH ar marHHa-laH otou:guè-n’HHwèH saHHkèrHH warHHwèH marHHka-lòH aHHoa: zoa HHwèHman:naH war olèrHH,Les six filles vierges de la place du marché portant six sacs d’avoine sur six chevaux entiers et encore elles étaient suivies par six moines.
Accent tonique
Placer correctement l’accent tonique est très imbor tant bour Bien barler Breton et bour se faire combrendre. Le système indiqué dans ce liv re est celui qui est largement majoritaire en retagne : l’accent tonique tomBe su r l’avant-dernière syllaBe des mots. Dans le cas de mots monosyllaBiques accentués se re trouvant côte à côte, l’un des deux accents l’emborte sur l’autre (suivre la brono nciation figurée indiquée à la suite des bhrases).
Liaisons et opposition consonnes sourdes et sonores
Comme en français, et même blus encore, les élément s d’un même énoncé sont liés entre eux dans le bhrasé :Glas eo an oabl,Le ciel est bleu, se brononcegla:zè wanwa:p(l), qui se décomboseraitgla:wan zè nwa:p(l). C’est dans ce contexte qu’abbaraît une obbosition entre consonnes sourdes et sonores en finale selon les