Dictionnaires des parlers de l'Aunis et de la Saintonge (Tome 3 : N-Z)

-

Livres
221 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage comprend environ vingt-deux mille mots, recueillis, pour la plupart, depuis une longue période de temps, par ses auteurs dans leurs contacts journaliers avec les habitants des campagnes et les populations ouvrières des villes et de leurs faubourgs, qui proviennent bien souvent des émigrations de la campagne.


Il s’est accru, en outre, de toutes les recherches faites par les philologues patoisants régionaux, tels que Burgaud des Marets, Billaud, l’abbé Doublet, Eveillé, Fabre, Gilliéron et Edmont, Jônain, Lacurie, Marchadier, Meyer, Rainguet, et bien d’autres encore ; des cueillettes faites dans les vieux textes aunisiens et saintongeais, et aussi dans les listes de noms de lieux conservés dans les matrices cadastrales, les actes judiciaires ou de notaires et ailleurs.


Le but visé est surtout de sauver de l’oubli une multitude de termes que l’instruction moderne tend de plus en plus à faire disparaître. On trouvera donc là un groupement de tous ces mots populaires rappelant l’ancienne langue française mais aussi les termes purs de patois locaux [...] (Extrait de l’Avertissement, édition de 1929).


Publié initialement, entre 1929 et 1948, en cinq tomes, au milieu des pires vicissitudes dont le décès de l’auteur — et de plusieurs de ses continuateurs — n’est pas la moindre, republié en reprint en 1977, ce monument à la gloire des parlers de l’Aunis et de la Saintonge (étendue aux parlers saintongeais de l’Angoumois) restait difficilement accessible. Le voici à nouveau disponible, présenté dans une version entièrement recomposée qui permet de le proposer en seulement 3 tomes.



Georges Musset (1844-1928) archiviste, notaire, avocat, bibliothécaire, conservateur de la Bibliothèque, des Archives municipales et du Musée de La Rochelle, membre de plusieurs sociétés savantes, a publié de nombreux ouvrages sur l’Aunis et la Saintonge.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782824053370
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Même auteur, même éditeur :
isbn
Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain Pour la présente édition : © EDR/EDITIONS DES RÉGIONALISMES ™ — 2019 Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 CRESSÉ
ISBN 978.2.8240.0992.6 (papier) ISBN 978.2.8240.5337.0 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.
AUTEUR
GEORGES MUSSET Ancien Élève pensionnaire de l’École des Chartes ; Correspondant du Ministère de l’instruction Publique et des Beaux-Arts ; Lauréat de l’institut Bibliothécaire de la Ville de La Rochelle; Secrétaire perpétuel de l’Académie des Belles-Lettres, Sciences et Arts de La Rochelle ; Président de la Commission des Arts et Monuments Historiques de la Charente-Inférieure et Société d’Archéologie de Saintes AVEC LA COLLABORATION DE MARCEL PELLISSON ET CHARLES VIGEN Membres de plusieurs Sociétés savantes
TITRE
DICTIONNAIRE DES PARLERS DEL’AUNIS &DELA SAINTONGE TOME III : N-Z
N N, euphonique devant :eneton : n’en,n’on,en,l’on ; — devantin:a-n-in =à un, etc. — V.dito : «Je n’en prendrai, etc ». = j’en prendrai. , s. m. — Noyau. — L. F. :nau,. — P. D.dito. — Voirniâ. Nabot,e,adj. — Nain, naine. — P.dito. — R. : dit à ce sujet : « Expression biblique ?Nabotétait petit par son importance. — Ou encorenapus,nanus». — V. Lacurne :Nabotte =citantnaine ; Rabelais. — Godefroy : personne de très petite taille. Nabuce, s. f. — Semis de navets. — L. et F. — V. Littré, supp.Nabusseau,nom, dans la Loire-Inférieure, d’un navet qu’on sème à la volée pendant la première quinzaine de septembre ».Les Primes d’honneur,Paris, 1873, p. 128. Nabusser, v. n . — Lambiner, musarder, flâner, baguenauder, faire des riens, courir, marcher deci delà, errer sans but. —. R. : faire des choses de peu d’importance. —M. : nabucer,s’agiter, remuer les bras et les jambes. —Journal de Marennes,7décembre 1909 : « Il ne se passe pas une journée que la déesse raison amène, quand je suis seul ànabusser». — Ital.nabissare,tempêter, faire du bruit ;nabisso,proprement enfer, est employé pour désigner un enfant méchant. Nabusser, v. n. — Cueillir des navets ; denabuce,semis de navets. L. et F. Nabusserie, s. f. — Riens, bagatelles. P. Nabusson,oune, adj. — Lambin, ine. P. Nadre,adj. — Entêté, turbulent. Lacurie. F. :nadre =rusé, sournois, peu endurant. — Celt. nader,nadr= serpent. — Voirnatre. Naier,v. a. — Noyer. — E. : même sens. — V. :néier,nier. — Voirniger. Nainnain, s. m. — Dodo, berceau. P. — V. :ninnin. —Wallon : nané =faire dodo. Naïs, n. propre f. — Anaïs. P. Naissain,naissin, s. m. — Frai des huîtres et des moules. — M. : naissin, même sens et petits poissons. Naissût,v. a., part. passé. — Né. Burg. des Marets. — P.dito. — Prov. :nascu. — Voirneissut. Naive, s. f. — Neige. — Poésie charentaise. Mes archives. Nambouri, nambouril, namboury,s. m. — Nombril. — Cassagneaud,dito. — Voirembourit, nembouril. Nambres, s. f. — Nombres des vignes ou des treilles — 1795, 10 avril : « Bois etnambres qu’autant que les ceps en pourront supporter sans pouvoir les surcharger », etc. — Min. de Coursolle. not. à Thairé. Nance,s. f. — Nasse, sorte de bourgne en osier pour prendre du poisson. « Avant-i tendut leus nanceso faura  ? leslever avant jour prr prendre les pouéssons ». D. — V. Lacurne. — Voir bourgne. e Nane,Nanne,Nanette,n. propre f. — Anne. — R. :ditos.) :. — Bibl. La R., Mss. 1351 (XVIII Nanette. Nange (mettre en ~), loc. — Propager. P. — Rentrer ennange,introduire une espèce en parlant des plantes, obtenir une plante par la culture. P. Nankinette, s. f. — Etoffe. — Bibl. La R. Mss. 1350 (1798) :nankinette. — V. Littré :nanquinette. e Nansouc, nansouques,s) :s. f. — Etoffe. — Bibl. La R. Mss. 1417 (XVIII nansouquesen mousselines (provenant du Bengale) ; —dito,Mss. 1268 (1810) : robe denansouc. — Littré, supp.nansouk =sorte de belle mousseline. Nantille, s. f. — Lentille, R. Ervum lens. Fl. fr. — V. Lacurne citant Oudin. P. : Lentille d’eau, les diversesLemnæ. — VoirNentille. Nape,natte,s. f. — Filet. R. Naperon, s. m. — Nappe généralement en grosse toile ; torchon. — V. Godefroy = nappe. — Godefroy : naperon = petite nappe qu’on étend sur la grande et qu’on ôte au dessert. Napit,adj. — Trempé, percé, pénétré. — L., F. :nappant,nappé,nappi =mouillé par une pluie torrentielle qui enveloppe comme une nappe d’eau. —M : nappé =mouillé, complètement trempé. — R. :napi =mouillé, fortement mouillé. — Jura :naqué. — D. : imprégné d’eau, mouillé jusqu’à la peau. Napit (se), v. réfl. — Se serrer (?) R. — D. : se mouiller. Napolitaine, s. f. Etoffe. Aunis, vers 1830. Nappant,nappé. — Voirnapit. Nappée, s. f. — Le contenu d’une nappe. — « Unenappéede pois » = une pleine nappe de pois qu’on vient de cueillir, c’est-à-dire une quantité représentant sans doute le contenu d’une nappe. Aunis, île de Ré. — Mdito. Nappillon, s. m. — Napperon. P. Nar,s. m. — Nerf, nerfs. —Nar de beu =nerf de boeuf, instr. de supplice. — P.dito. Nerveux, adj. — Nerveux. Canada,dito.(N. E. D.).